Avertir le modérateur

vendredi, 08 juin 2007

CRISE ECONOMIQUE EN IRAN

CRISE ECONOMIQUE  EN IRAN Ahmedinejad n'amène pas la manne pétrolière à chaque table iranienne Par Amir Taheri, journaliste et écrivain iranien, vivant à Paris Paru le 9/5/07 dans Opinion Journal, émanation du Wall Street Journal Traduit par Albert Soued, www.chez.com/soued pour www.nuitdorient.com Pendant tout le mois d'Avril et début Mai, les brigades de la Morale Islamique du président Ahmedinejad se sont heurtées à des groupes de jeunes dans les rues de Téhéran et d'autres villes importantes, à propos des tenues vestimentaires "peu modestes" que le gouvernement cherche à éliminer. Ces mesures draconiennes sont perçues par beaucoup d'Iraniens comme un pas de plus dans l'étouffement de la société déjà frappée par une grave crise économique. Le président et son mentor Ayatollah Ali Khamenei considèrent que le mode d'habillement des jeunes constitue une menace sérieuse à leur programme islamiste. Les images de bagarres de rue avec ces Brigades pourraient faire penser en Occident que l'opposition au régime islamiste ne serait que citadine ou bourgeoise ou ne concernerait que les libertés d'ordre social. Mais ce n'est pas le cas. Ces tracasseries des Brigades de la Moralité empoisonnent la vie quotidienne des citoyens, mais ce qui les préoccupe le plus, c'est la crise économique. La semaine dernière, bien que leur syndicat soit interdit, des dizaines de milliers d'ouvriers en colère ont cherché à se mesurer contre le président Ahmedinejad, le 1er mai, à Téhéran et dans une douzaine de villes de province. Les manifestant portaient un cercueil recouvert d'un drap noir avec comme inscription "les droits des travailleurs". Ils criaient "Nous ne sommes pas des esclaves! Oui à la liberté et à la dignité!" En 2005, Ahmedinejad avait focalisé sa campagne présidentielle sur une promesse "amener l'argent du pétrole à la table de dîner dans toutes les familles". Après qu'il ait  été élu, sa situation a été favorisée par l'importante augmentation du prix du pétrole, lui donnant un extra de 100 millions $/jour de revenus. Et malgré cela, les statistiques officielles montrent un chômage dépassant les 30%, une inflation galopante dépassant les 18% et une baisse conséquente en 3 ans du revenu moyen. Or, sous l'administration précédente de Mohamed Khatami, la république islamique recensait des accroissements du revenu annuel de l'ordre de 4%!  Dans un pays qui a besoin d'un million d'emplois de plus chaque année pour faire face à la pression démographique, ce taux de développement économique est pourtant loin d'être suffisant, mais au moins il évitait un naufrage. Avec Ahmedinejad, le taux de croissance a chuté vers les 3%, malgré la hausse des revenus pétroliers. L'état islamique contrôle les revenus du pétrole qui sont exprimés en dollar. Il a donc tout intérêt à un faible "rial", la monnaie nationale, ce qui lui permet de faire fonctionner la planche à billets. On parle d'un "torrent de rials sans aucune valeur" distribués pour justifier les extravagantes promesses d'un avenir meilleur et d'une pauvreté jugulée. Résultat: les capitaux ont fui massivement à Doubai, en Malaisie et en Autriche. Le chef islamique de la Justice l'Ayatollah Mahmoud Shahroudi  annonce que plus de 300 milliards $ ont quitté le pays, depuis l'arrivée d'Ahmedinejad. Selon le chercheur Abbas Adi, l'Iran se trouve dans la crise la plus sérieuse de son histoire depuis la révolution islamique. Les prix de l'immobilier se sont effondrés, même dans les quartiers chics de Téhéran. Mais la planche à billets n'est pas la seule cause de la crise. C'est toute la philosophie économique du président qui est à la source des problèmes. En effet, son dada c'est le "Khodkaf-i", ou l'auto-suffisance. Pour préserver la "pureté islamique" Ahmedinejad préconise l'indépendance commerciale par rapport à l'étranger, au grand dam de millions de petits commerçants ou "bazargi"! "On doit tout produire nous-mêmes, même si c'est plus cher ou de moindre qualité", c'est son credo économique sacro-saint qu'il justifie de la manière suivante "le système global économique est un complot judéo-croisé pour affaiblir les nations musulmanes et les rendre dépendantes. C'est pourquoi, les Musulmans ne doivent compter que sur leurs propres ressources, même si cela les appauvrit". Son premier geste dans ce sens a été de geler les 6 ans d'efforts menés pour faire partie de l'Organisation Mondiale du Commerce. Ahmedinejad considère cette dernière comme une invention judéo-croisée pour saboter les économies musulmanes. Sa position dure sur le plan nucléaire est dérivée de la doctrine "Khodkaf-i", même si cela entraîne de dures sanctions ou la guerre. Il prétend que les 7 nations capables de produire de l'uranium enrichi forment un cartel pour contrôler le marché nucléaire le jour où l'énergie fossile aura été épuisée. Convaincu que nous allons vers "un clash de civilisations", Ahmedinejad est déterminé à préserver l'indépendance nationale. Un de ses thèmes favoris c'est que face au choix entre indépendance et liberté, un bon musulman choisirait la 1ère. La doctrine "Khodkaf-i" a eu des résultats désastreux dans beaucoup de secteurs industriels. Incapable d'arrêter ou même de réduire les importations de biens de consommation, dont la moitié concerne la nourriture (importations contrôlées par les puissants mollahs et les commandants des Gardiens de la Révolution), Ahmedinejad a renforcé les règles d'importation. Ceci a paralysé nombre d'usines faute de matières premières et de pièces de rechange. Cette politique a tué l'industrie textile et des milliers d'emplois, des centaines de petites affaires incapables de payer leurs salariés pendant des mois. La même doctrine a été utilisée comme excuse pour geler nombre de contrats liés au gaz et au pétrole, notamment des raffineries. Aujourd'hui la république islamique importe plus de 40% de produits pétroliers raffinés. La perspective d'une confrontation avec l'Onu et les Etats-Unis a également détérioré l'économie du pays. La série de grèves massives à Téhéran et dans 20 autres villes ont été la conséquence de cette étrange doctrine. La grève des transports l'an dernier a paralysé les 15 millions d'habitants de la capitale pendant plusieurs jours. Aujourd'hui même, des grèves ont lieu dans de nombreuses industries: gaz, papier, imprimerie, automobile, mines de cuivre… Ahmedinejad est déterminé à imposer son modèle copié sur la Corée du Nord. Il a déjà dissout le Syndicat des Employeurs (SKI), considéré  comme une cabale capitaliste et il envisage de le remplacer par un organe d'état. Il fait pression sur le parlement (Majlis) pour remplacer le code du travail qui a été élaboré avec l'aide de l'OIT dans les années 60. Ce qu'il propose c'est d'abolir les droits conquis par les travailleurs pendant des luttes séculaires. Pour lui, il n'y a pas place dans une société islamique pour des syndicats ouvriers du type occidental. La foi en Allah préserve "la communauté des fidèles", libres de toute lutte des classes, affliction des sociétés "infidèles". Son prochain coup sera une privatisation importante concernant 40 sociétés publiques, avec la promesse d'aider les salariés à acheter 10% des titres. Le reste ira aux riches mollahs et aux officiers des Gardiens de la Révolution et leurs associés en affaires, avec l'aide de prêts à bas taux d'intérêt, accordés par des banques d'état. Quand ce projet arrivera à maturation, l'économie du pays sera dans un tel état piteux que les avides mollahs et les gardiens corrompus ne voudront même pas investir un seul rial, même emprunté.

19:25 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu