Avertir le modérateur

dimanche, 01 juillet 2007

AFFAIRE KATSAV

Affaire Katsav : la cour suprême accepte d'examiner un recours contre l'accord Katsav

 

 

La cour suprême a accepté dimanche 1er juillet d'examiner un recours juridique déposé contre l'arrangement conclu entre Moshé Katsav et le procureur général d'Etat Menahem Mazouz, qui permet au président démissionnaire d'échapper à une inculpation pour viol.

La cour a donné à Mazouz jusqu'à lundi après-midi pour répondre à la contestation formulée par des organisations de défense des libertés civiles. Cette décision suspend de fait l'accord, pour au moins 24 heures.

"Nous demandons à la cour d'annuler l'accord, de renverser la décision du procureur général", a déclaré Michael Parte, vice-président du Mouvement pour la qualité du gouvernement en Israël.

"La principale raison de cet accord était de protéger l'honneur de la fonction de président mais c'est le contraire qui s'est produit", a-t-il expliqué. "Au lieu de poursuivre le président comme une personne ordinaire et d'appliquer la loi selon le principe de l'égalité, on est indulgent avec le président."

Affaire Katsav : protestation contre l'accord à l'amiable à Tel-Aviv

Quelque 20 000 personnes ont massivement répondu à l'appel des organisations féministes et se sont rassemblées samedi soir 30 juin place Rabin à Tel-Aviv en signe de protestation contre l'accord à l'amiable conclu jeudi 28 juin entre les avocats de Katsav et le procureur d'Etat Menahem Mazouz.

Aux cris des slogans "Nous n'accepterons pas cela" et "Nous ne renoncerons pas", les manifestants ont acclamé les intervenants, principalement des personnalités du monde des médias ainsi que des députées de gauche, qui ont dénoncé l'"injustice" causée aux plaignantes dans l'affaire Katsav suite à l'abandon des poursuites pour viol par le procureur d'Etat Menahem Mazouz. Plusieurs organisations féministes et le Mouvement pour la qualité du gouvernement ont d'ailleurs décidé de faire appel devant la cour suprême contre le compromis.

Sous les bannières "Katsav est un violeur", et "Mazouz, démissionne", Sarit Arbel, la directrice de la Wizo Israël, a déclaré au Jerusalem Post être surprise du nombre de personnes venues manifester. "Nous ne pensions pas qu'il y aurait autant de monde ici ce soir, mais cela prouve qu'un coup sérieux a été porté à la justice", a-t-elle déclaré.

La ministre de l'Education Youli Tamir (parti travailliste) a appelé la cour suprême à annuler l'accord à l'amiable. "Nous demandons un procès, un procès de vérité", a déclaré Tamir, qui a qualifié l'accord d'"immoral" et de "tache sur Israël". Selon Tamir, personne, quel que soit son rang ou sa position, ne devrait être au-dessus des lois.

Les députés veulent retirer les avantages fiscaux accordés à Katsav

 

 

Tandis que la démission de Moshé Katsav a pris effet ce dimanche 1er juillet à 11h30, plusieurs députés ont demandé l'annulation des privilèges du président sortant, estimés à plus d'un million de shekels par an.

Le député Likoud Gilad Erdan a présenté un projet de loi préliminaire demandant l'annulation des prérogatives accordées à un président ou une personnalité publique accusée d'atteinte aux m¦urs.

Katsav devrait en effet profiter d'une pension mensuelle de 48 000 shekels, d'un bureau et de deux secrétaires, d'une voiture et d'un chauffeur, d'un appartement et d'un garde du corps. Sa facture de téléphone sera également payée par l'argent des contribuables.

Selon un sondage publié vendredi 29 juin dans le quotidien Yedioth Aharonot, 69 % des Israéliens sont opposés au compromis signé entre l'Etat et le président sortant, et 73 % pensent que justice n'a pas été faite.

 

 

Démission du ministre des Finances

 

 

Le ministre des Finances, Avraham Hirchson, a présenté dimanche 1er juillet sa démission à la suite d'une enquête sur des allégations de détournement de fonds au sein d'un syndicat qu'il dirigeait en 2003.

Cette démission porte un coup au Premier ministre Ehoud Olmert, qui considérait Hirchson, de son parti Kadima, comme un allié clé. Avraham Hirchson avait suspendu sa participation au gouvernement en avril dernier pour se défendre face à ces accusations. Le Premier ministre devrait nommer un proche, l'actuel ministre de l'Intérieur Roni Bar-On, également membre de Kadima, en remplacement d'Hirchson.

Selon les médias, ce dernier est soupçonné de ne pas avoir signalé ­ et d'avoir peut-être profité ­ un détournement de fonds commis alors qu'il présidait le syndicat en 2003. Il a déjà été entendu plusieurs fois par la police.

Vilnaï nommé vice-ministre de la Défense

 

 

Le chef de file du parti travailliste et ministre de la Défense Ehoud Barak devait annoncer dimanche 1er juillet la nomination du député Matan Vilnaï au poste de vice-ministre de la Défense à l'occasion d'une réunion du comité central du parti travailliste à la foire des expositions de Tel-Aviv.

Le comité devrait également adopter une proposition prévoyant le retrait du parti de la coalition au cas où le Premier ministre Ehoud Olmert ne démissionnerait pas lors de la parution du rapport Winograd en septembre ou octobre prochain.

 

 

Israël annonce le début du transfert des droits de douane palestiniens

 

 

Israël a annoncé le début dimanche 1er juillet du transfert des taxes et droits de douane prélevés au nom de l'Autorité Palestinienne et gelés depuis plus d'un an pour tenter de faire fléchir le gouvernement du Hamas qui refusait de reconnaître l'Etat hébreu.

La porte-parole du gouvernement d'Ehoud Olmert, Miri Eisin, a annoncé que quelque 50 millions de dollars seraient transférés au nouveau gouvernement palestinien. Israël tente ainsi de renforcer le président palestinien Mahmoud Abbas, affaibli depuis la prise de la bande de Gaza par le Hamas à la mi-juin.

A Ramallah, des responsables du bureau du nouveau Premier ministre palestinien Salam Fayyad ont déclaré avoir reçu l'assurance des autorités israéliennes que les fonds seraient déposés d'ici lundi.

Israël détient actuellement environ 550 millions de dollars appartenant aux Palestiniens. En vertu d'accords de paix conclus dans les années 1990, l'Etat hébreu prélève les droits de douane et les transfère ensuite aux autorités palestiniennes.

 

 

Frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza

 

 

L'aviation de Tsahal a mené samedi 30 juin trois raids sur la bande de Gaza, selon un communiqué du bureau du porte-parole de l'armée.

Le premier raid visait des membres du Djihad islamique qui se trouvaient à bord d'une voiture circulant dans la ville de Khan Younes, dans le sud de la bande de Gaza. Selon l'armée, ces trois terroristes projetaient un attentat suicide et étaient impliqués dans de précédentes attaques contre Israël.

Un porte-parole du Djihad islamique, Abou Ahmed, a précisé qu'un des trois terroristes tués, Ziad Ghanam, était le chef de l'organisation dans le sud de la bande de Gaza et a promis que sa mort serait vengée.

Les deux autres frappes aériennes visaient un atelier de fabrication d'armes dans le camp de réfugiés de Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza.

Haniyeh rejette la proposition d'Abbas de déployer des troupes internationales à Gaza

 

 

Le Premier ministre palestinien destitué, Ismaïl Haniyeh du Hamas, a rejeté samedi 30 juin la proposition du président Mahmoud Abbas de déployer une force internationale dans la bande de Gaza.

Haniyeh, qui a été renvoyé par Abbas ce mois-ci après les violents combats entre le Hamas et le Fatah qui ont porté le mouvement de la résistance islamique au pouvoir dans la bande de Gaza, a jugé inacceptable que des troupes étrangères y fassent leur entrée.

"Nous, à Gaza et dans les Territoires palestiniens, sommes sous occupation et nous n'avons pas besoin de plus de forces pour mettre le peuple palestinien sous pression", a déclaré Haniyeh, qui inspectait samedi l'ancienne maison de Yasser Arafat dans la bande de Gaza.

"Nous sommes capables de résoudre nos propres problèmes", a ajouté Haniyeh, qui refuse de reconnaître la décision d'Abbas de dissoudre le gouvernement qu'il dirigeait.

Abbas a proposé le déploiement de troupes internationales dans la bande de Gaza lors de sa rencontre avec le président français Nicolas Sarkozy à Paris vendredi.

Sur quels critères libérer les terroristes palestiniens ?

 

 

Le cabinet devrait mettre en place une commission chargée de définir les critères de libération de 250 détenus du Fatah n'ayant pas "de sang sur les mains" et de décider du transfert en Jordanie de quatre terroristes impliqués dans le meurtre de deux soldats israéliens en 1990.

Cette décision fait suite au sommet qui a réuni la semaine dernière à Charm el-Cheikh le Premier ministre Ehoud Olmert, le président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, le roi jordanien Abdallah II et le président égyptien Hosni Moubarak.

La libération des détenus du Fatah vise à renforcer la position d'Abbas, tandis que le transfert des terroristes jordaniens est considéré comme un "geste de bonne volonté" envers le roir Abdallah II.

Les recommandations de la commission ministérielle devraient être soumises au vote du cabinet. Une fois les noms des 250 détenus publiés, le public aura 48 heures pour faire appel.

Un journaliste palestinien de renom demande asile à la Norvège

 

 

Seif al-Din Shahin, correspondant de la chaîne saoudienne Al-Arabiya dans la bande de Gaza, a quitté Gaza pour la Norvège où il prévoit de demander asile. Samedi 30 juin, des journalistes palestiniens ont annoncé que Shahin avait reçu plusieurs menaces de mort ces derniers mois. La requête du journaliste palestinien n'a pas encore été approuvée par Oslo.

Il y a quelques mois, des individus armés ont mis le feu aux bureaux d'Al-Arabiya à Gaza, causant d'importants dégâts matériels. Bien qu'aucun groupe n'ait revendiqué la responsabilité de l'attaque, des journalistes palestiniens ont accusé des membres de la branche armée du Fatah, les Brigades des martyrs d'al-Aqsa, d'être responsables.

Le Fatah accuse la chaîne Al-Arabiya de servir de porte-parole au Hamas.

 

 

Mickey Mouse assassiné par un "terroriste israélien"

 

 

La chaîne de télévision du Hamas a diffusé vendredi 29 juin le dernier épisode du programme pour enfants narrant les aventures de Farfour, personnage calqué sur Mickey Mouse et prêchant la domination de l'Islam.

Dans ce dernier épisode, Farfour, ou "papillon" en arabe, est battu à mort par un acteur déguisé en responsable israélien qui tente d'acheter la terre de Farfour et que celui-ci traite de "terroriste".

"Farfour a été martyrisé en défendant sa terre", résume Sara, la présentatrice de cette émission censée éduquer les enfants palestiniens. Il a été tué par "les tueurs d'enfants", souligne-t-elle.

Ce programme hebdomadaire a attiré l'attention des médias internationaux en raison de son incitation à la haine anti-israélienne.

La direction de la chaîne Al-Aqsa du Hamas a affirmé vendredi que le programme avait été retiré de l'antenne pour laisser la place à de nouvelles émissions.

 

 

Shahar Peer éliminée au troisième tour de Wimbledon

 

 

La joueuse israélienne Shahar Peer a été éliminée vendredi 29 juin au troisième tour du tournoi sur gazon de Wimbledon. Peer a été battue par la Française Marion Bartoli  6-3, 6-2.

 

INTERNATIONAL

 

Deux arrestations dans le cadre de l'enquête sur les opérations de Londres et Glasgow

 

 

La police antiterroriste britannique a arrêté deux personnes supplémentaires dans le cadre de l'enquête sur les opérations terroristes qui ont visé Londres et Glasgow, ont annoncé tôt dimanche 1er juillet les autorités britanniques.

Les deux suspects ont été interpellés dans le comté de Cheshire, dans le nord de l'Angleterre, dans le cadre d'une opération conjointe des polices spécialisées de Londres et de Birmingham, selon Scotland Yard, qui n'a fourni aucun autre détail.

Les deux hommes, qui avaient lancé un 4x4 en feu contre le principal terminal de l'aéroport de Glasgow, ont été arrêtés samedi après-midi.

Le chef de la police écossaise, Willie Rae, avait déclaré samedi que l'attentat de Glasgow était lié à la découverte de deux voitures piégées la veille en plein c¦ur de Londres. Les deux véhicules avaient été neutralisés.

 

FRANCE

 


Réunion des responsables des services de sécurité intérieure

 

 

Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, devait réunir dimanche 1er juillet place Beauvau à Paris les responsables des services de sécurité intérieure, afin de discuter des dispositifs et des moyens de lutte antiterroriste en France.

Cette réunion fait suite à la découverte de deux voitures d'explosifs à Londres et à l'attaque qui a visé l'aéroport de Glasgow.

"Dans le contexte des événements qui viennent de se produire au Royaume-Uni, cette réunion sera consacrée aux dispositifs et aux moyens de la lutte antiterroriste dans notre pays", précise le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

© Jerusalem Post édition française

 

23:03 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu