Avertir le modérateur

mardi, 10 juillet 2007

PAS DE FUTURE SANS MEMOIRE /PAR GILLES AMSALEM

                 Pas de futur sans mémoire : Gilles AMSALEM (Soisy-95) -  2007                

 

 

   Si nous nous projetons vers l’avenir, il me paraît indispensable de nous référer au passé. En effet, toute projection appelle à un moment donné un effort, voire un devoir de mémoire. D’ailleurs, jusqu’à preuve du contraire, notre faculté d’imagination est bien plus importante que celle consistant à nous souvenir. Pour preuve, la multitude de maladies générées par les problèmes de mémoire.

 

   Afin d’illustrer ce thème, j’ai choisi de mesurer le rôle de l’univers familial par sa courbe des générations.

 

   Plus nous remontons le temps, plus nous nous apercevons de l’importance de l’héritage laissé par nos Pères.

   Les us et coutumes voyagent tant bien que mal au travers des âges. Notre vie d’adulte est bien souvent le

   le reflet de notre enfance.

 

   Afin de véhiculer nombre de ces habitudes, plusieurs facteurs entrent en jeu.

 

   En premier lieu, l’affectivité. A nos yeux, il est essentiel de transmettre à notre descendance une certaine idée du bonheur que nous avons pu connaître enfant. Revenir sur des lieux de vie, intégrer des milieux culturels et cultuels nous permet  de nous revigorer, nous fortifier dans une certaine conception de notre vécu et de notre avenir.

 

   L’apport des « aînés », terme souvent utilisé pour désigner nos aïeux, nous sert souvent de référence. 

 

   Pourtant une vraie question demeure. Ces éléments de réflexion servant la cause de nos héritages, suffisent-ils à la transmission et à l’acceptation de nos valeurs ? Nos enfants perçoivent-ils bien le contenu du message qui leur est destiné ? Ne privilégient-ils pas  la forme par rapport au fond ?

  

  Pour tenter de répondre à ces interrogations, intéressons-nous à la sensibilité de nos jolies têtes blondes.

 

   L’évolution technologique facilite l’accès rapide aux informations, avec l’apparition d’outils performants (internet, robotique…). Le progrès engendre également une certaine paresse intellectuelle chez nos jeunes ainsi qu’un faible pouvoir imaginatif compte-tenu qu’ils ont tout à portée.

 

   Enfin, la nature de l’enfant est essentielle. Son aptitude à digérer certaines informations plus que d’autres  doit lui permettre de se positionner et d’acquérir ainsi son libre arbitre, sa liberté de pensée.

 

   De ces réflexions nous déduisons qu’il est urgent de répondre totalement aux attentes et aux besoins éducatifs de cette jeunesse sans cesse en mouvement. Les parents ne doivent pas se reposer uniquement sur le savoir-faire des enseignants. Un retour aux valeurs familiales est l’apport indispensable afin de tempérer la fougue de nos jeunes loups.

 

07:56 Publié dans essai | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu