Avertir le modérateur

mercredi, 18 juillet 2007

EN ROUTE POUR LA TERRE PROMISE.

En route pour la Terre promise.medium_Drapeau_Etat_d_Israel.2.jpg


Demain soir, les Samama s'envoleront pour Israël. Ils font partie de la soixantaine de familles juives lyonnaises qui ont décidé de quitter la France, cette année.

Dans leur belle maison nichée sur les hauteurs de Saint-Cyr-au-Mont d'Or, la famille Samama observe, pour la dernière fois, le coucher du soleil sur les Monts du Lyonnais. Dans quelques heures, elle va quitter la France pour s'installer définitivement en Israël.


« Nous étions arrivés au bout de notre chemin ici ! Après s'être battu pour avoir une vie convenable, il nous manquait l'essentiel », explique aujourd'hui Éric. Ce médecin de 46 ans, dont le cabinet situé au coeur du sixième arrondissement de Lyon ne désemplit pas depuis 1996, a alors décidé de tout vendre pour faire son alya. Épilogue d'une réflexion débutée en février 2006 quand la famille est partie en vacances en Israël. « Sur place, nous avons éprouvé un sentiment de bien-être. Dans ce pays, être juif est une évidence et non plus une exception », ajoute Karine, l'épouse d'Éric.


L'été dernier, Lauren, 17 ans, est partie quelques semaines dans le cadre du volontariat civil en Israël. « C'était en pleine guerre du Liban », se souvient Éric. L'adolescente rentre à Lyon avec la ferme décision de poursuivre ses études universitaires en Israël. « Là-bas, j'ai rencontré des médecins israéliens qui m'ont expliqué que je pouvais trouver très facilement un emploi car mon diplôme était équivalent. L'idée a alors germé. Pourquoi ne pas partir ? J'avais besoin à 46 ans de vivre quelque chose de fort. » Le reste de la famille est d'accord à l'exception de Victoria, 16 ans, un peu ennuyée de laisser ses amies à Lyon.

« Un complot juif »
Le sentiment d'un climat antisémite en France n'est pas étranger à cette décision. « J'étais un peu inquiète pour mes filles. Surtout après l'agression du jeune Ilan Halimi », ajoute Karine. En avril, la famille prend sa décision. « L'agence juive à Lyon a été parfaite. Ses membres ont tout organisé notamment concernant la scolarité des filles. » La maison a été rapidement vendue et les amis ont été prévenus.


« Moi qui n'ai jamais été aventurier, je ne me reconnais plus », s'amuse le docteur Samama. Mercredi matin, Éric, Karine, Lauren et Victoria vont atterrir à Tel Aviv. Ils font partie d'un groupe composé d'une soixantaine de familles juives lyonnaises. « Nous allons d'abord passer quelques semaines dans un centre d'intégration où nous allons apprendre la langue. Après, on verra. »


Le premier mai dernier, le docteur Samama a informé sa clientèle qu'il partait. « Mes patients ont été tous très surpris. Ils ne comprenaient pas ! » Un de ses patients lui a tout de même déclaré : « Si les juifs quittent la France, c'est bien qu'il existe un complot et qu'ils sont au courant de quelque chose. » Le docteur Samama a souri. C'est aussi pour ne plus jamais entendre ce type de réflexion, qu'avec sa famille, il a décidé d'émigrer.

 

NOUS LES AIDONS AFFRANCHIR  LE CAP

Amir Lapid , directeur du département  de l’Alya  de l’ Agence  Juive  en France 

 

 

medium_amir_lapid2.2.jpgL'année dernière, près de 3 000 juifs ont quitté la France pour se rendre en Israël. Ce chiffre marque une grosse progression par rapport aux années précédentes malgré la baisse des actes antisémites enregistrés en France. Pourtant, ce qui s'est passé depuis l'an 2000 a laissé une vive inquiétude chez certains.

L'Agence Juive a, par exemple, enregistré une augmentation sensible des appels depuis l'assassinat du jeune Ilan Halimi et le nombre de personnes participant aux réunions d'information a presque doublé.


Aujourd'hui, tout a été facilité pour qu'un juif émigre en Israël. C'est le travail de l'agence juive. « Nous aidons tous les candidats au départ à franchir le cap et nous essayons de lever tous les barrages réels ou imaginaires, susceptibles d'empêcher un juif de France de faire son alya », explique Amir Lapid, directeur du dept de l'alyah à l'agence juive en France.

Et d'expliquer qu'aujourd'hui « les juifs ne partent plus à l'aventure. Lorsque nous recevons un projet d'alya, nous prenons du temps pour monter le dossier. Nous les aidons dans la recherche d'emploi notamment dans l'élaboration de CV.

Pour ceux qui ne connaissent pas l'hébreu, nous proposons des cours intensifs en France et mais aussi en Israël. Il faut cesser de croire que la situation économique est catastrophique en Israël ». Une fois sur place, les « olims » ne sont pas abandonnés. « Un conseiller francophone est en relation permanente avec lui pour l'accompagner, l'aider à trouver un logement et surtout ce conseiller permet la mise en relation avec la communauté francophone pour échanger, partager, se soutenir », ajoute Amir Lapid.

Jean-Didier Derhy  www.leprogres.fr

 

 

Pour info Agence Juive à  Paris 01 44 15 23 23




 

00:15 Publié dans ALYAH | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu