Avertir le modérateur

mardi, 14 août 2007

INFO/ DU JERUSALEM POST

ISRAËL- AUTORITE PALESTINIENNE

Londres bloque ses ventes d'armes à Israël de crainte de violations des droits de l'homme

 

Le gouvernement britannique a bloqué près d'un tiers de ses exportations militaires vers Israël cette année, de crainte de porter atteinte à la stabilité régionale et aux droits de l'homme. Selon des chiffres officiels, la valeur des ventes d'armes à Israël a chuté d'un tiers par rapport à l'année dernière et de 75 % depuis 2005.  

"La politique de contrôle d'exportation du gouvernement britannique vers Israël semble être devenue plus ferme," selon le rapport parlementaire britannique "Strategic Export Controls 2007".

Ce rapport survient à un moment où les relations anglo-israéliennes sont dans une période d'incertitude. Tandis que le nouveau Premier ministre, Gordon Brown, a ouvertement fait part de son soutien à Israël et a nommé plusieurs députés pro-Israël au cabinet, il a également promu un éminent critique des politiques américaine et israélienne, l'ancien vice secrétaire général de l'ONU, Mark Malloch au poste clé de ministre des Affaires étrangères.  

Les électeurs du Likoud s'apprêtent à élire leur chef de parti

 

Les adhérents du Likoud étaient appelés aux urnes mardi 14 août pour des primaires qui devraient confirmer Binyamin Netanyahou à la tête du parti.

L'ancien Premier ministre Netanyahou est opposé à Danny Danon, un espoir du parti, et surtout à Mosche Feiglin, candidat religieux dont le programme propose d'exclure les Arabes de la Knesset, de favoriser l'émigration des Israéliens non-juifs et de retirer Israël des Nations unies.

Environ 100 000 adhérents du parti peuvent voter, mais on s'attend à une faible participation, notamment en raison du départ en vacances de nombreux israéliens. Les résultats sont attendus pour minuit.

40 rabbins contraints de prendre leur retraite

Selon une directive du cabinet du Premier ministre, les rabbins employés par l'Etat doivent prendre leur retraite à l'âge de 65 ans, à l'instar de tous les fonctionnaires. Dans une lettre adressée à la direction des conseils religieux du pays, Meir Spiegler, directeur des services religieux, a annoncé que tous les rabbins de 65 ans et plus devraient partir immédiatement à la retraite. Près de 40 rabbins de quartiers sont concernés par cette loi.

"Les rabbins ne sont pas différents des autres fonctionnaires", a déclaré Spiegler, ajoutant que jusqu'ici la loi n'avait pas été respectée à cause de "pratiques qui vont contre l'éthique et qui ces dernières années ont entamé la légitimité des autorités religieuses". La directive a été approuvée par les ministères de la Justice, des Finances et le bureau du contrôleur de l'Etat.

Cependant, le ministre sans portefeuille en charge des affaires religieuses Yitzhak Cohen (parti Shas) a annoncé que la lettre de Meir Spiegler était "nulle et non avenue". Considérant qu'il était insensé d'appliquer aux rabbins les mêmes règles qu'aux "fonctionnaires lambda", il a déclaré que ceux-ci devraient être considérés comme des élus, au même titre que les membres de la Knesset, qui ne sont pas soumis à une limite d'âge.

Les squatters de Heftsiba comptent bien s'installer à Modi'in Illit

Cela ne prend pas plus de quelques minutes pour repérer les "anciens" dans l'immeuble de Heftsiba de la partie est du quartier de Matityahu à Modi'in Illit, et les familles qui ont déménagé clandestinement il y a deux semaines, à l'annonce de la faillite imminente de la compagnie immobilière. La moyenne d'âge des occupants est d'à peine 30 ans, ce sont pour la plupart des jeunes qui s'installent pour la première fois avec de jeunes enfants.

Les fils d'électricité serpentent dans les couloirs, pendent du haut des escaliers ou de la façade des immeubles qui étaient sur le point d'être terminés. Les landaus des bébés et les vélos des enfants sont posés dans le hall, dont les entrées sont encore recouvertes de sable, pierres et autres débris de chantier.

Même si les occupants sont arrivés il y a seulement deux semaines, les entrées des immeubles sont déjà recouvertes de publicités pour des crèches, activités et autres informations. Une des annonces est écrite à la main : "Bienvenue, chers habitants. Vous pouvez venir chez nous pour utiliser la salle de bain, recharger vos téléphones, et tout autre besoin urgent. La famille Fuchs. Bonne installation". Il serait en effet presque impossible pour les quelques 50 familles installées dans les cinq immeubles de la rue Hashon Ish de s'en sortir sans l'aide des voisins et autres bonnes âmes.

L'électricité n'est disponible qu'à certaines heures, et est soumise à des restrictions à mesure que de nouveaux occupants arrivent. L'association Vehekhzakta Bo a fourni un groupe électrogène et du fuel. Celui-ci étant tombé en panne dimanche, il ne peut être utilisé pour les appareils ménagers trop lourds comme les réfrigérateurs. Beaucoup de robinets et toilettes ne sont pas en état de marche, et il n'y a pas d'eau chaude.

Eliezer Wasserstein a 31 ans et fait partie des familles qui ont été lésées et occupent un appartement : "La vie ici est insupportable", a-t-il déclaré. Il avait acheté son appartement il y a quatre ans et payé 140 000 dollars, aujourd'hui il ne bénéficie d'aucune assurance contre la faillite de Heftsiba.

Tzipi Livni défend la poursuite du boycott international contre le Hamas

 

Un dialogue avec le Hamas "coupera l'herbe sous les pieds des modérés" et compromettra toute chance d'obtenir un réel accord avec les Palestiniens, a déclaré la ministre des Affaires Etrangères, Tzipi Livni, lundi 13 août alors que des voix en Italie et en Grande-Bretagne appellent à la fin du boycott international contre le Hamas.

Lors d'une réunion avec des députés américains, Tzipi Livni a indiqué que le Hamas "représente une idéologie qui ne dessert pas les intérêts des Palestiniens et compromet toute chance d'arriver à la coexistence de deux Etats."

La déclaration de Tzipi Livni survient au lendemain de l'appel du Premier ministre italien, Romano Prodi, à reprendre le dialogue avec le Hamas : "C'est une structure complexe qui nous devons aider à faire évoluer mais cela doit se faire dans la transparence."

En parallèle, la commission du parlement britannique chargée des affaires étrangères, a publié un rapport, lundi 13 août, appelant Londres à entreprendre des négociations directes avec le Hamas, le Hezbollah et l'organisation des Frères Musulmans en Egypte.

Le Japon renouvelle son aide directe à l'Autorité Palestinienne

 

Le Japon va reprendre son aide directe à l'Autorité palestinienne modérée de Mahmoud Abbas, après avoir suspendu ses dons suite à la prise de pouvoir du Hamas en mars 2006, a annoncé lundi 13 août le vice ambassadeur japonais Kuninori Matsuda.

Matsuda a annoncé le versement de 20 millions de dollars en huit paiements destinés à soutenir le gouvernement palestinien et à fournir l'aide humanitaire nécessaire aux habitants de la bande de Gaza.

Le ministre des Affaires étrangères japonais Taro Aso doit en faire l'annonce officielle aux Palestiniens lors d'une rencontre mercredi prochain à Jéricho avec ses homologues palestiniens, israéliens et jordaniens.

Des sympathisants du Fatah manifestent à Gaza malgré l'interdiction du Hamas

 

A coup de bâtons et de crosse, des membres du Hamas ont tenté lundi 13 août d'empêcher une manifestation organisée par le Fatah à Gaza. Mais quelque 300 personnes ont défié l'interdiction et se sont rassemblées sur une place aux cris de "Nous voulons la liberté".

Le Hamas, dont les forces ont pris en juin le contrôle de la bande de Gaza, avait interdit "toutes les manifestations et rassemblements publics non autorisés" après l'appel à manifester lancé par le Fatah du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et des mouvements alliés. Les cars arrivant sur le lieu de la manifestation ont été bloqués par des gardes du Hamas qui ont repoussé violemment les protestataires et confisqué les drapeaux du Fatah.

Néanmoins, quelque 300 personnes ont pu contourner le cordon du Hamas et ont manifesté pendant une vingtaine de minutes avant de se disperser. Les hommes du Hamas ont arrêté plusieurs manifestants et saisi le matériel des caméramen et photographes qui tentaient de couvrir les interpellations. Après la manifestation, des équipes du Hamas sont venues dans les bureaux d'organes de presse de Gaza, pour tenter de saisir les images ou photos du rassemblement, selon des témoins.

Le syndicat des journalistes palestiniens a appelé ses membres à boycotter pendant trois jours tous les événements organisés par le mouvement de la résistance islamique pour protester contre son traitement des médias.

4 Palestiniens armés arrêtés près de la barrière de sécurité de Gaza

Quatre Palestiniens armés de couteaux et d'une grenade ont été appréhendés par les soldats de Tsahal peu après avoir traversé la barrière de sécurité qui sépare la bande de Gaza d'Israël lundi après midi.

Les hommes, dont les âges n'ont pas été dévoilés, ont été repérés par les soldats d'un poste de surveillance alors qu'ils perçaient la clôture de sécurité près du terminal de Kissufim. Les patrouilles ont été alertées et les 4 individus ont été arrêtés sans incident, à une dizaine de mètres de la brèche qu'ils avaient faite, selon le porte-parole de l'armée. Ils ont ensuite été transférés au Shin Bet pour être interrogés.

En dépit des armes qui étaient en leur possession, les responsables militaires ne sont pas encore en mesure de déclarer si les hommes avaient des intentions criminelles, terroristes, ou s'ils venaient juste chercher du travail, comme c'est le cas de la grande majorité des tentatives d'infiltration depuis le désengagement à Gaza.

L'affirmation selon laquelle les hommes se revendiqueraient d'un groupe du Fatah fuyant les sévices du Hamas n'a pas été confirmée. Il y a 10 jours, deux hommes avaient réussi à forcer la barrière et à rejoindre une voiture qui les attendait, afin d'aller chercher du travail en Israël. Les officiers de Tsahal envisagent d'interdire aux véhicules palestiniens d'approcher la frontière à moins d'un kilomètre de la barrière de sécurité.

INTERNATIONAL

Le site Internet de l'ONU piraté par des hackers anti-israéliens

 

Des pirates sont parvenus à pénétrer sur le site Internet des Nations unies pour y inclure un message anti-guerre visant les Etats-Unis et Israël, a annoncé l'ONU, lundi 13 août.

La première attaque a visé dimanche vers 9h00 du matin une page web réservée aux déclarations du secrétaire général Ban Ki-Moon, a précisé la porte-parole Michèle Montas. Puis cela a été le tour du site du service d'information publique de l'organisation internationale, des sites du Cyberschoolbus réservé aux enseignants et étudiants ainsi que celui du Conseil économique et social des Nations unies.

Les "hackers" s'identifient eux-mêmes par les noms de "kerem125", "MOsted" et "Gsy" ont laissé un message dans un anglais approximatif et truffé de fautes d'orthographe demandant à "Ysrail" (sic) et aux "Usa" de ne pas tuer d'enfants et d'autres gens et appelant à la "paix pour toujours, pas la guerre".

"Nous sommes très inquiets de ce qui s'est passé. Cela a duré quelques minutes mais nous avons réussi à les chasser du site. Nous avons dû changer nos archives et rebâtir l'intégralité du site", a souligné Michèle Montas.

Démission de Karl Rove, l'éminence grise de Bush

 

Karl Rove, conseiller en stratégie politique et ami proche de George W. Bush, envisage de quitter ses fonctions fin août, a annoncé la Maison Blanche lundi 13 août.

"Eminence grise" ou "cerveau de Bush", comme le surnomment ses détracteurs, Karl Rove travaillait avec lui depuis sa première candidature au poste de gouverneur du Texas en 1993. Les deux hommes se sont rencontrés au début des années 1970, alors qu'ils n'étaient âgés que d'une vingtaine d'années.

"A l'évidence, c'est une grosse perte pour nous", a déclaré Dana Perino, secrétaire générale adjointe de la Maison Blanche. "C'est un grand collègue, un bon ami et un esprit brillant. Il nous manquera énormément. Il continuera à être l'un des meilleurs amis du président", a encore souligné Mme Perino.

Souha Arafat chassée de Tunisie

 

Selon le quotidien Al-Quds Al-Arabi, Souha Arafat, la veuve de Yasser Arafat, l'ancien dirigeant de l'Autorité palestinienne mort en novembre 2004, aurait été déchue de sa nationalité tunisienne par le président Abidin Ben-Ali. Selon des sources palestiniennes, "apparemment les Tunisiens n'ont pas apprécié sa conduite."

Souha résiderait actuellement à Malte avec sa fille de 12 ans, Zahwa, chez son frère Jubran Tawil, qui occupe sur l'île la fonction d'ambassadeur de l'Autorité palestinienne.

Selon plusieurs sources, Souha, qui recevrait une rente de quelque 22 millions de dollars par an - fruit de l'héritage de Yasser Arafat - aurait eu un différend commercial avec des partenaires tunisiens.

Souha s'était installée en Tunisie à la mort de son mari, Yasser Arafat.

Décès du nazi Heinz Barth, l"'assassin d'Oradour-sur-Glane"

 

Le criminel de guerre nazi Heinz Barth, qui avait été surnommé "l'assassin d'Oradour-sur-Glane", est mort à 86 ans dans sa ville de Gransee, au nord de Berlin, a-t-on appris mardi 14 août.

Le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane, un petit village non loin de Limoges, alors qu'une unité de 150 SS remontait du sud vers le front de Normandie, le lieutenant Heinz Barth, à la tête d'une compagnie du régiment blindé "Der Führer" au sein de la Division "Das Reich", a ordonné l'exécution des 652 habitants, dont 245 femmes et 207 enfants. Dix d'entre eux survivront. Ce massacre demeurera comme l'un des symboles de la barbarie nazie.

Sous prétexte d'un contrôle d'identité, les SS de la 3e compagnie rassemblèrent la population avant de séparer les hommes des femmes et des enfants. Les hommes furent abattus à la mitrailleuse dans des granges tandis que les femmes et les enfants étaient enfermés dans l'église du village. Là, les SS introduisirent un gaz suffocant avant de mettre volontairement le feu à l'édifice religieux.

Condamné à mort par contumace en France en 1953, Heinz Barth a vécu caché sous une fausse identité à Gransee, alors en territoire est-allemand, où il exerçait le métier de décorateur et avait même tenu une épicerie jusqu'à sa découverte en 1981.

En 1983, il fut condamné par la justice est-allemande à la réclusion criminelle à perpétuité pour crimes de guerre. Les juges est-allemands avaient également découvert que Barth s'était porté volontaire pour l'exécution de 92 civils tchèques en 1942 à Lidice. En juillet 1997, Barth avait bénéficié d'une libération pour raison de santé. Barth, qui avait perdu une jambe à la guerre, souffrait notamment de diabète.

La perte de sa jambe lui avait même permis après la réunification allemande de faire valoir en 1991 ses droits à une pension de "victime de guerre", ce qui avait suscité une vive controverse. Il fallut attendre 2001 pour qu'une loi votée par le Bundestag prive Barth et les autres criminels de guerre de toute pension d'invalidité.

WWW.JPOST.COM

21:15 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu