Avertir le modérateur

vendredi, 31 août 2007

Hezbollah, Hamas, la stratégie du terrorisme.

Hezbollah, Hamas, la stratégie du terrorisme

medium_Guy_Senbel_Photo_Alain_Azria.jpgPar Guy Senbel.


Cette semaine, nous souhaiterions attirer l’attention de nos lecteurs sur la stratégie du terrorisme qui frappe le Moyen Orient, et Israël en particulier. Qu’il s’agisse des milliers de Katiushot ou des bombes à sous-munitions tirées l’été dernier 118 fois par le Hezbollah sur Israël, des missiles Qassam lancés chaque jour sur Sdérot et le Néguev occidental depuis la bande de Gaza, d’attentats suicides perpétrés sur les marchés de Bagdad et Tel Aviv, les premières victimes de ces actes de guerre commis par le Hamas, le Hezbollah et les factions armées que ces organisations terroristes contrôlent, sont les personnes civiles.
La multiplication des victimes civiles est un objectif de guerre que s’était fixé le Hezbollah de Hassan Nasrallah ; à ce titre, le mouvement chiite libanais, dont le commandement militaire a reconnu qu’il cherchait à viser délibérément les populations civiles, est accusé de crime de guerre par l’association « Human Rights Watch » qui a publié son rapport sur les crimes de guerre du Hezbollah au cours de la Deuxième guerre du Liban, mercredi 29 août.

La criminalité de guerre envers les civils ne concerne pas que les « ennemis ». Au Liban comme à Gaza, les victimes civiles se comptent parmi les populations civiles libanaises et palestiniennes.

La mort de trois enfants palestiniens tués sous les tirs de Tsahal marque aussi la tendance actuelle des groupes terroristes palestiniens à envoyer des civils dans les zones de tirs, voire la tactique des terroristes, qui consiste à rester au milieu des civils pour les mettre en danger.

Le recours aux enfants est quotidien. Pour quelques shekels, filles et garçons qui ont rarement plus de dix ans sont chargés de ramasser dans les zones de lancement le matériel qui sert de lance-roquettes. Ils sont ainsi régulièrement exposés aux tirs de ripostes de Tsahal comme le furent les trois enfants palestiniens de Beit Hanoun, dans la bande de Gaza, merecredi 29 août, au cours d’une opération de Tsahal contre un groupe de cinq terroristes qui orientaient leur lance-missiles en direction du Néguev.

En suscitant la mort d’enfants et d’innocents, le Hamas et le Hezbollah cherchent à prendre en défaut la légitimité israélienne à se défendre. Le drame de Beit Hanoun ressemble à celui de Cana au cours de l’été dernier. Israël avait été hâtivement accusé d’avoir ciblé une habitation privée qui abritait des enfants handicapés et orphelins.

Le rapport de « Human Rights Watch », qui restera interdit au Liban suite à l’intervention du Premier ministre libanais Fouad Siniora, reproche au Hezbollah d’avoir délibérément utilisé des civils libanais pour augmenter l’effet de victimisation et gagner déjà la bataille des images.

L’usage cynique des enfants fait réagir les autorités israéliennes qui rappellent que Tsahal n’a nullement l’intention de porter une quelconque atteinte aux civils palestiniens, qui ne sont pas des ennemis.

La stratégie du terrorisme, employée par le Hamas et le Hezbollah qui jurent la destruction d’Israël et font de son anéantissement un leitmotiv, poursuit un but politique précis. Les mouvements de Hanyeh et Nasrallah entendent tous deux se substituer aux dirigeants politiques légitimes que sont Mahmoud Abbas pour l’Autorité palestinienne et Fouad Siniora au Liban.

Fragiles, les leaders politiques palestiniens et libanais font d’autant plus facilement de concessions aux terroristes dont ils redoutent la puissance et les alliances. Le Hamas comme le Hezbollah ont fait du terrorisme une arme politique qu’ils rechargent auprès de leurs alliés iraniens et syriens.

A l’heure où les Talibans libèrent les otages Sud Coréens, les trois soldats d’Israël sont toujours retenus en otage par les terroristes du Hamas et du Hezbollah.

Ce soir, nos pensées vont vers Guilad Shalit, dont le 21ème anniversaire fut célébré mardi 28 août sur la place Yitzhak Rabin à Tel Aviv, Eldad Reguev et Ehoud Goldwasser, privés de liberté et d’espoir depuis quatorze mois.

A la semaine prochaine,


   www.guysen.com

11:10 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

DONNEZ UN SIGNE DE VIE !!!

Donnez un signe de vie !
L’émissaire des Nations Unies pour le Moyen-Orient demande à l’ONU de mettre tous les moyens en oeuvre en vue d'obtenir du Hezbollah des nouvelles des prisonniers israéliens.

L'enlèvement de Ehud Goldwasser et Eldad Reguev par le Hezbollah le 12 Juillet 2006, lors d’une incursion de terroristes en territoire israélien à la frontière libanaise, avait été le déclencheur de la deuxième guerre du Liban. Aucune nouvelle n’a cependant pu être obtenue depuis, sur l’état des otages aux mains de la milice chiite depuis plus d’un an.
Le délégué des Nations Unies au Moyen-Orient, Michael Williams, a informé le conseil de sécurité de son récent entretien avec l’épouse de Ehud, Karnit Goldwasser et a notamment déclaré : "Je sois avouer avec de profonds regrets - étant donné mon important investissement personnel - que plus de 13 mois après l’enlèvement des militaires israéliens, nous n’avons toujours aucun indice permettant de savoir si les soldats sont en vie". Selon lui, les pays ayant des relations avec le Hezbollah doivent intervenir vigoureusement pour que l’organisation terroriste respecte les conditions humanitaires de base, et présente une preuve que leurs otages sont toujours en vie. "Nous ne parlons même pas de la libération des détenus ou de leur retour en Israël, mais juste qu’un signe de vie soit donné" a ajouté Williams, dont le mandat doit prochainement prendre fin, et qui s’exprimait lors de la réunion mensuelle du conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient. Il a confirmé d’autre part que la proposition faite par Israël de libérer des prisonniers en échange des deux soldats avait été rejetée par les représentants du Hezbollah rencontrés à 20 reprises par les médiateurs autorisés. La milice chiite avait par contre exigé d’Israël de libérer préalablement à toute négociation tous les prisonniers libanais détenus dans les geôles israéliennes.
Le secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, avait de son coté rencontré il y a deux semaines la présidente de la Knesset, Dalia Itzik, l'assurant que la question des otages se trouvait être en tête des priorités de l’ONU. Il y a un mois, le journal libanais A-Nahar s’était par ailleurs fait l’écho de négociateurs allemands qui avaient estimé qu’un des deux soldats israéliens n’était plus en vie.

www.israelsinfos.net 

11:06 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 30 août 2007

LES ENFANTS SACRIFIES A L'EFFORT TERRORISME PALESTINIEN .

Photo:Alain Azria

16:30 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

LA LETTRE DU JERUSALEM POST

ISRAËL ­ AUTORITE PALESTINIENNE

Exclusif : des responsables de l'UE seraient en contact avec le Hamas

 

Des sources palestiniennes ont confié mardi 28 août au Jerusalem Post que des responsables de l'Union Européenne entretenaient depuis quelques semaines des contacts secrets avec des dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza. Ces sources n'ont pas révélé l'identité des personnalités européennes impliquées, et ont seulement précisé qu'elles dépendaient des services de renseignements.

Les Européens auraient rencontré Mahmoud Zahar, un des dirigeants du mouvement, ainsi qu'Ahmed Youssef, le conseiller politique du Premier ministre déchu Ismail Haniyeh.

Olmert et Abbas discutent des sujets clés du processus de paix

 

Le président palestinien Mahmoud Abbas a été reçu mardi 29 août à la résidence du Premier ministre Ehoud Olmert à Jérusalem, où les deux hommes ont pour la première fois abordé en profondeur les sujets-clé les plus délicats du processus de paix : les questions des frontières définitives, du sort des réfugiés et du statut de Jérusalem.

Ce nouvel entretien était destiné à fixer les grandes lignes du processus de paix en prélude au sommet prévu à l'automne sous l'égide des Etats-Unis. Cette rencontre est la dernière en date d'une série d'entretiens entre Ehoud Olmert et Mahmoud. Leur dernière rencontre remontait au début du mois à Jéricho.

Selon un responsable israélien, c'était la première fois que les deux dirigeants abordaient ces questions en profondeur. "Ces questions centrales doivent être discutées, sur les moyens de trouver une solution diplomatique dans le cadre de deux Etats pour deux peuples", a ajouté ce responsable, sous couvert d'anonymat, en citant Ehoud Olmert.

 

Triste anniversaire pour Gilad Shalit

Noam et Aviva Schalit ont célébré le 21e anniversaire de leur fils, Gilad,  sur la place Rabin de Tel-Aviv, mardi 28 août. C'est le deuxième anniversaire qu'il passe prisonnier du Hamas.

Un gâteau a été préparé en son honneur. Des milliers de personnes ont assisté à l¹événement et ont signé le livre d¹or consacré au jeune soldat.

L¹objectif de cette manifestation était de maintenir l¹attention publique sur le sort de Gilad afin qu¹il ne devienne pas un autre Ron Arad, disparu pendant plus de 20 ans.

Gilad Schalit a été kidnappé le 25 juin 2006.

 

Le Hamas lance "le site officiel du gouvernement palestinien"

 

Le gouvernement d'unité nationale dirigé par le Hamas a été destitué en juin par le président Mahmoud Abbas et ne contrôle plus dans les faits que la bande de Gaza. Mais il vient d'étendre ses activités à un nouvel espace : Internet, en lançant lundi 27 août "le site officiel du gouvernement palestinien".

Après la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas à la mi-juin, Mahmoud Abbas avait remplacé le gouvernement dirigé par le parti islamiste par une nouvelle équipe, basée à Ramallah. "Ses décisions ne sont pas légitimes", affirme le porte-parole du Hamas Taher Nunu.

Sur Internet, on peut donc admirer la photo du Premier ministre déposé Ismaïl Aniyeh et aussi lire un "Journal officiel" qui ne reproduit que les décisions du gouvernement déchu, ignorant les décisions présidentielles.

Pour Ibrahim Ibrach, le ministre de la Culture du gouvernement de Ramallah, le lancement du site constitue une nouvelle étape dans la séparation entre la Cisjordanie et la bande de Gaza et prouve que le Hamas ne souhaite pas la réconciliation

Reporters sans frontières dénonce la détérioration de la liberté de la presse dans la bande de Gaza

 

L'organisation Reporters sans frontières a dénoncé dans un communiqué les exactions répétées de la Force exécutive du Hamas contre les journalistes palestiniens dans la bande de Gaza.

"Depuis la prise de pouvoir du Hamas, la situation des journalistes s'est gravement détériorée dans la bande de Gaza. Les dirigeants du parti ont fourni de gros efforts en juillet dernier pour faire libérer le journaliste britannique Alan Johnston, mais lorsqu'il s'agit des journalistes locaux, les membres de la Force exécutive se transforment vite en ennemis de la liberté de la presse. Sans aucune retenue, ils n'hésitent pas à faire usage de la violence", a déclaré l'organisation dans un communiqué publié mardi 28 août.

Le 24 août, six journalistes ont été interpellés par des membres du bras armé du Hamas, intervenus pour disperser une manifestation de sympathisants du Fatah à Gaza. Leur matériel a été saisi et leurs bandes audio et vidéo détruites. Ils ont été libérés suite au rassemblement de dizaines de confrères venus protester contre leur détention.

"Nous sommes d'autant plus inquiets que le Hamas a décidé de renforcer son contrôle des médias en faisant appliquer une loi adoptée en 1995 par Yasser Arafat. A cette époque, l'Autorité palestinienne multipliait les saisies et suspensions de journaux, interpellant et emprisonnant les journalistes récalcitrants afin de les mettre au pas. Nous ne voulons pas que cela se reproduise dans la bande de Gaza sous le contrôle du Hamas", a ajouté Reporters sans frontières.

Les dirigeants du Hamas ont annoncé, le 27 août, leur volonté de faire appliquer une loi sur la presse, mise en place en 1995 par Yasser Arafat. Ce texte prévoit des peines de six mois de prison et la fermeture des journaux s'ils publient des informations susceptibles "de mettre en danger l'unité nationale, d'inciter au crime ou à la haine, à la division ou aux dissensions interreligieuses".

Le rédacteur en chef d'Al-Quds Al-Arabi : "J'irais danser à Trafalgar Square si l'Iran attaquait Israël"

 

Lors d'une interview diffusée sur la télévision libanaise ANB le 27 juin, Abd Al-Bari Atwan, le rédacteur en chef du journal arabe basé à Londres Al-Quds Al-Arabi a déclaré, "si les missiles iraniens touchaient Israël, par Allah, j'irais danser avec joie à Trafalgar Square".

Durant l'interview, les questions ont porté sur un éventuel processus de détente entre les Etats-Unis et l'Iran, et donc sur une possible inclinaison commune à s'entendre quant aux ambitions iraniennes.

Abd Al-Bari Atwan a fondé le quotidien panarabe londonien en 1989, journal lu par près de 50 000 personnes. Le rédacteur en chef intervient régulièrement sur Sky News et BBC News 24.

Lindenstrauss : le gouvernement ne fait pas assez pour sécuriser le front au nord du pays

 

Le contrôleur de l'Etat, Micha Lindenstrauss, a critiqué, durant un voyage dans le nord de la Galilée, mardi 28 août, le fait que seulement la moitié des abris de Kiryat Shmona avaient été rénovés depuis la seconde guerre du Liban. "Le gouvernement et les autorités locales doivent réagir et le plus tôt sera le mieux", a-t-il déclaré.

Lindenstrauss a notamment accusé la municipalité de Kiryat Shmona d'avoir échoué à distribuer correctement des vivres aux personnes vivant à plein temps dans les abris.

Olmert autorise la construction de sept nouvelles localités dans le Néguev

 

Le développement du nord du Néguev a reçu un coup de fouet mardi 28 août après l'autorisation du Premier ministre Ehoud Olmert de créer une nouvelle implantation rurale à l'est de Lachish.

Pour Olmert, la région du Néguev va à terme être transformée en un "trésor national touristique". Parmi les sept localités, cinq sont destinées à recevoir les 200 familles évacuées de Gaza. "La région bénéficie d'un grand potentiel et nous voulons que cela devienne un des plus grands projets sionistes du XXIe siècle", a déclaré Olmert.

Le Global Mala Project arrive en Israël

 

Christy Turlington, qui pratique le yoga pour sa santé et son équilibre personnel, espère bien, avec plusieurs autres célébrités, faire bénéficier le monde entier des bienfaits de cette discipline.

La top-model de 38 ans, à la tête d'un trio où l'on trouve également le magnat du hip-hop Russell Simmons, mais aussi Ziggy Marley a lancé le Global Mala Project, une opération mondiale visant à "élever les consciences" et réunir des fonds dans le cadre de la journée internationale pour la paix des Nations unies. Plusieurs événements sont à ce titre prévus du 21 au 23 septembre dans une trentaine de pays, dont Israël, l'Inde, l'Australie, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, les Etats-Unis, mais également en Afrique.

"Avec autant de personnes concernées, l'impact d'une conscience collective devrait être sidérant", a explique Christy Turlington, soulignant "la charge énergétique" que cela représentera. "Le don désintéressé" étant l'un des fondements yogi, "si tout le monde agit dans ce sens, alors ce sera un bon départ", ajoute-t-elle.

La douzaine de manifestations prévue profitera à plusieurs organisations caritatives oeuvrant contre le réchauffement climatique ou le sida.

Sur le Net : http://www.globalmala.org

INTERNATIONAL

Ahmadinejad : l"'Iran nucléaire" maîtrise pleinement l'enrichissement de l'uranium

 

Le président Mahmoud Ahmadinejad a réaffirmé mardi 28 août que l'Iran maîtrise désormais pleinement l'enrichissement de l'uranium, et a averti les puissances occidentales que le dialogue, et non les menaces, était la seule façon de traiter avec Téhéran.

"Aujourd'hui, l'Iran est un Iran nucléaire", a-t-il proclamé lors d'une conférence de presse à Téhéran. "Cela signifie qu'il maîtrise la totalité du cycle de combustion nucléaire".

Ahmadinejad a cependant précisé que l'Iran entend ancrer son programme nucléaire sur une "voie pacifique".

Sarkozy veut ouvrir le débat sur les quotas d'immigration

 

Le président français Nicolas Sarkozy a demandé mercredi 29 août au ministre de l'Immigration Brice Hortefeux d'ouvrir deux "débats pédagogiques" sur la question des quotas et des juridictions en matière de droit des étrangers, a annoncé le porte-parole du gouvernement.

Le chef de l'Etat a demandé à Hortefeux de réfléchir à l'instauration de quotas d'immigrés par catégorie socioprofessionnelle. "C'est une question légitime à se poser : combien on souhaite avoir d'ouvriers agricoles, d'ingénieurs, d'informaticiens, de techniciens", a rapporté le porte-parole du gouvernement.

WWW.JPOST.COM

16:20 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 28 août 2007

TOUS UNIS POUR ISRAEL SOIREE A NATANYA

Le Crif en action
 
Tous unis pour Israël
23/08/07
     
 
- - Thème: Israël


 
medium_SOIREE_NATHANYA_22_AOUT_2007_90_.jpg

 

Ils étaient près de 10000 francophones, mercredi 22 août, à s’être rassemblés dans une ambiance festive pour un grand concert à Natanya. Organisé par le Mouvement francophone israélien, la Mairie de Natanya et le CRIF, cette soirée avait pour but de montrer la solidarité des Juifs de France et des Israéliens francophones pour Israël.
Yossi Taieb, président du mouvement francophone israélien et organisateur de la soirée, interrogé pour la newsletter du CRIF, parle d’une « véritable réussite ». « Grâce à cette soirée nous avons montré l’importance de la communauté francophone israélienne qui ne souhaite qu’une chose : avoir sa place dans ce pays », précise t-il. On compte aujourd’hui près de 600000 juifs francophones en Israël dont environ 50000 à Natanya.
Présent à la manifestation, Richard Prasquier, le président du CRIF, a dans son discours rappelé le lien qui unie les Juifs de France et les Israéliens francophones « soudés par notre passé, les drames et les gloires du peuple juif, soudés par nos espoirs et nos inquiétudes communes, celles d'un Israël en paix dans un monde débarrassé du fanatisme, de l'intolérance et de la haine antisémite ». Revenant sur les relations franco-israéliennes, Richard Prasquier a parlé d’une « nouvelle phase, plus confiante, amicale et compréhensive des impératifs de sécurité d'Israël ». Le président du CRIF a insisté sur l’importance de l’entrée d’Israël dans l’Organisation Mondiale de la Francophonie et espère que « le Président Nicolas Sarkozy, qui y est attentif, pourra modifier cette situation ». « Car il y a sur cette seule place de Netanya dix fois plus de francophones que dans certains pays qui sont acceptés dans cette organisation au détriment de toute justice et de toute raison! », indique t-il en ajoutant : « La francophonie en Israël, c'est aussi la possibilité pour les francophones d'accéder aux aides, à l'accompagnement, aux manifestations culturelles qui leur sont spécifiques dans la proportion de leur représentation. »
C’est dans cette optique que le Mouvement francophone israélien est né. « Nous voulons faciliter l’intégration des francophones israéliens afin qu’ils s’impliquent réellement dans la vie citoyenne », explique Yossi Taieb. En effet, les francophones ont de grandes difficultés a faire entendre leur voix et à défendre leurs intérêts. « Il est grand temps que la communauté francophone harmonise ses actions, parle d’une même voix et prenne sa place en Israël », déclare Yossi Taïeb. Les prochains projets de ce mouvement apolitique sont la création d’un comité de réflexion, présidé par l’ancien ambassadeur d’Israël en France, Nissim Zvili, et d’équipes communautaires qui monteront diverses activités dans le domaine social et culturel.
*******
Discours de Richard Prasquier
C'est la première fois qu'un Président du CRIF s'adresse à un public aussi nombreux de francophones israéliens et de Juifs de France regroupés. Je savoure ce moment et je remercie le Mouvement francophone, Yossi Taieb et les autres organisateurs de cette soirée de me donner cette occasion. Rassurez-vous, je ne serai pas long: ma famille m'attend à Petakh Tikva pour un mariage et j'ai déjà eu du mal à leur expliquer que je serais forcément en retard.
Les Juifs de France sont environ 600 000 et les Juifs francophones en Israël sont aussi environ 600 000. Je ne dirai pas, vous, les francophones d'Israël et nous, les Juifs de France, tant nous sommes soudés les uns aux autres, soudés par nos familles (qui d'entre nous n'a pas ici des parents ou des amis très proches ?), soudés par notre passé, les drames et les gloires du peuple juif, soudés par nos espoirs et nos inquiétudes communes, celles d'un Israël en paix dans un monde débarrassé du fanatisme, de l'intolérance et de la haine antisémite.
Outre ceux qui ont fait leur Alya définitive, il y a ceux qui s'installent pour leurs grandes migrations d'été, de printemps ou d'hiver, d'autres encore qui y passent leurs études ou leur retraite . Pour certains, c'est l'avion de l'aller le jeudi et l'avion du retour le dimanche. Il est loin le temps où le départ était pour la vie et où une fois installé dans le pays, on ne le quittait plus jamais. La fluidité est le mot d'ordre actuel. C'est une bonne chose, et sachez-le, c'est une spécialité française, alors que notre pays, en général, ne brille pas particulièrement par sa flexibilité....
Le CRIF en tant que représentant politique de l'ensemble des organisations juives de France n'a pas particulièrement vocation à travailler pour l'Alya, ce qui ne signifie évidemment pas qu'il s'y oppose en quoi que ce soit. Notre objectif est de lutter contre l'antisémitisme et d'améliorer l'image d'Israël. Ce que nous espérons c'est une Alya de conviction plutôt qu'une Alya de fuite, une Alya en Eretz Israël plutôt qu'en Floride. Ce n'est pas toujours vrai actuellement et c'est notre devoir de lutter en France avec nos moyens pour que ce soit de plus en plus le cas.
Nous avons la chance de vivre actuellement un renouvellement des relations entre la France et Israël. Les plus jeunes ne savent plus comme ces relations ont été extraordinairement étroites avant la guerre des Six Jours, cette guerre qu'Israël se permit de gagner grâce à des avions français mais contre l'avis du Président français de l'époque. Les glaciations ultérieures et leurs épisodes les plus spectaculaires, vous les connaissez aussi bien que moi. Mais je pense réellement que nous sommes actuellement dans une nouvelle phase, plus confiante, amicale et compréhensive des impératifs de sécurité d'Israël. Restons prudents dans nos attentes, lucides dans nos analyses, et si besoin déterminés dans nos réactions, mais nous savons tous que le climat a changé.
Israël, vous le savez, n'a pas été accepté dans la francophonie: les prétextes allégués sont irrecevables. Nous espérons que le Président Nicolas Sarkozy, qui y est attentif, pourra modifier cette situation. Car il y a sur cette seule place de Nathanya dix fois plus de francophones que dans certains pays qui sont acceptés dans cette organisation au détriment de toute justice et de toute raison!
Mais la francophonie, elle est aussi dans les cœurs et pas dans les bureaucraties hypocrites. Pour ceux qui ont été élevés dans cette culture, c'est un capital de réflexion et de beauté qui peut nous enrichir et qui, associé à tous les autres trésors de notre tradition juive, nous donne une plus profonde ouverture à l'universel. J'étais hier au centre culturel français de Tel Aviv pour une réunion avec l'Union des Etudiants Juifs de France. Je m'y suis senti chez moi. Vous devez vous y sentir chez vous.
Mais la francophonie en Israël, c'est aussi la possibilité pour les francophones d'accéder aux aides, à l'accompagnement, aux manifestations culturelles qui leur sont spécifiques dans la proportion de leur représentation.
Je rends ici hommage aux organisations francophones, aux hommes et aux femmes qui, en Israël et aussi en France démultiplient les efforts de l'Agence Juive dans ce domaine. Pour la France, je pense en particulier à l'AMI et aux initiatives que prend le Consistoire. Mais la nécessité existe de renforcer et de fédérer ces efforts de solidarité dans le cadre d'un Mouvement unifié à l'intérieur d'Israël. Toutes les bonnes volontés doivent converger dans une optique ouverte sur tous les secteurs de la communauté francophone, quelles que soient les implications personnelles politiques ou religieuses. Des interlocuteurs communautaires locaux travaillant en synergie sont un préalable important dans la meilleure intégration des olim, sujet fondamental pour tous, car les phénomènes de yerida et de frustrations, souvent occultés sont des échecs humains personnels, mais aussi communautaires.
L'ambassadeur Nissim Zvili qui fut l'extraordinaire représentant d'Israël en France pendant les années dures de l'Intifada a accepté d'aider à cette réflexion.
Je me réjouis particulièrement de cette initiative, en tant que Président du CRIF. Nous n'avons ici aucun objectif de pouvoir. Nous sommes simplement heureux d'aider à tout ce qui va dans le sens de l'unité, du travail en commun dans le respect des différences, dans l'ouverture au monde et l'affirmation claire de nos valeurs. Il n'y pas d'énergie à perdre sur les conflits d'individus.
C'est sur ces bases que le CRIF a été fondé et c'est sur ces bases que je continuerai à le mener.
Dans toute fête, il y a place pour des moments de tristesse: je voudrais dire notre émotion devant le terrible accident qui a coûté la vie à ces deux enfants sur la route d'Eilath et à la détresse de leur père qui en est l'auteur involontaire.
Je voudrais aussi rappeler la mémoire de mon respecté ami le Rabbin Paul Roitman, décédé hier à Jérusalem, qui fut après la guerre un éducateur hors pair du Bne Akiva et de Thora veTsion et qui a conduit de nombreux élèves à s'installer en Israël.
Et enfin, après avoir rencontré hier un autre franco-israélien, Noam Shalit, le père de Gilat, je voudrais vous rappeler de garder dans nos pensées et nos actions les soldats Shalit, Regev et Goldwasser.
Behatslaha
Photo: Alain Azria  
WWW.CRIF.ORG 

17:00 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu