Avertir le modérateur

dimanche, 23 septembre 2007

Israël/ Raid contre l'Axe du Mal

Israël/ Raid contre l'Axe du Mal

Plus on dispose d'informations sur le raid israélien du 6 septembre contre la Syrie, plus les enjeux semblent élevés.

 
 
medium_michel_gurfinkiel_photo_alain_azria.jpg PAR Michel Gurfinkiel. En 1973, la guerre du Kippour avait terni la réputation d’invincibilité d’Israël. Trois ans plus tard, le raid d’Entebbe rétablissait cette réputation. En 2006, la seconde guerre du Liban a suscité, à nouveau, des doutes sur le niveau réel de la défense nationale israéliennne. Un an plus tard, le raid exécuté par Tsahal en Syrie les dissipe.

C’est tout d’abord la gestion politique et médiatique de cette opération qui retient l’attention. Traditionnellement, en matière de défense, Israël agit beaucoup et parle peu. L’opération du Sinaï, en 1956, la guerre des Six Jours, en 1967, Entebbe en 1976, le raid sur la centrale nucléaire irakienne Osirak-Tammouz, en 1981, la première guerre du Liban, en 1982, l’opération Rempart en 2002, avaient été préparés dans le plus grand secret et menés dans une salutaire opacité. Les victoires n’étaient pas proclamées, mais constatées. En 2006, face à un Hezbollah dont les services de renseignement avaient pourtant signalé la puissance et l’éventuelle résilience en cas d’affrontement, le gouvernement et l’état-major israéliens ont eu une conduite différente, avec les résultats décevants que l’on sait.

Aujourd’hui, avec le même gouvernement qu’en 2006, mais un nouveau chef d’état-major, le général Gaby Ashkenazy, les vieilles habitudes ont été remises à l’honneur. Israël n’a pas rendu le raid public : elle a laissé la Syrie en faire état la première. Et quand celle-ci a cherché à le minimiser en parlant d’un simple « survol aérien » de son territoire, Jérusalem s’est contenté de distiller des informations plus précises, en commençant par la presse arabe internationale et en remontant vers la presse occidentale, notamment anglaise (The Observer, The Sunday Times) ou américaine (The Washington Post). Au fur et à mesure que ces informations paraissaient, la véritable dimension stratégique et tactique de l’opération est apparue : quelque chose qui combinerait Entebbe et Osirak-Tammouz.

Selon le Sunday Times de ce week-end, Israël aurait appris au mois d’août que la Syrie était sur le point de recevoir des éléments d’armes nucléaires opérationnelles (ogives ou lanceurs, ou les deux) de provenance nord-coréenne. Le dossier aurait été transmis aux Etats-Unis. Après vérification, ceux-ci auraient accordé leur feu vert début septembre à une éventuelle action israélienne.

Damas, qui dispose à la fois d’un arsenal chimique et bactériologique important et de missiles, a récemment menacé Israël d’une « surprise terrible » : peut-être une allusion à l’acquisition de l’ultime échelon non-conventionnel, le nucléaire. Mais les experts américains et israéliens n’excluent pas une autre hypothèse, selon laquelle la livraison nord-coréenne serait en fait destinée à l’Iran. Un transit par la Syrie, via Lattaquié, serait moins repérable qu’un acheminement direct, via le golfe Persique.

Le 6 septembre, Israël attaque. En recoupant les diverses versions mentionnées à ce jour par les médias arabes et anglo-saxons, un raid aérien aurait d’abord détruit la surveillance aérienne dans le nord de la Syrie : des appareillages d’origine russe, et peut-être entretenus par un personnel russe. Une autre attaque aurait détruit diverses installations, ou un convoi motorisé, à la base militaire secrète de Daïr az-Zwar. Il semble que cette dernière ait été menée par une unité aéroportée, ayant parallèlement pour mission de collecter des preuves matérielles d’une implication nord-coréenne. Les Israéliens – un commando du Sayereth Mathkal, la force chargée des missions de choc  - auraient tué des « dizaines » de Syriens et de Nord-Coréens, mais n’auraient pas eu, eux-mêmes, de pertes.

Conclusions provisoires :

Premièrement, l’efficacité de l’outil militaire israélien a été à nouveau démontrée, et la capacité de dissuasion d’Israël largement restaurée.

Deuxièmement, on peut présumer que la Syrie viole le traité de non-prolifération nucléaire, dont elle est signataire, et prépare délibérément une guerre d’extermination contre Israël.

Troisièmement, l’axe du Mal dénoncé par les Etats-Unis depuis 2001 (Syrie, Iran, Corée du Nord) est une réalité.

Quatrièmement, ce qu’Israël peut faire en Syrie, une coalition de la liberté dirigée par les Etats-Unis peut le faire en Iran.

Cinquièmement, une opération plus ambitieuse, allant jusqu’à l’annihilation complète du potentiel critique, peut sans doute être menée en Iran par Israël, jusqu’à un certain point, ou par une coalition de la liberté.

Sixièmement, l’opération israélienne semble avoir bénéficié du soutien turc. Ce qui peut signifier, au choix, que le gouvernement néo-islamiste turc dirigé par Recep Tayyip Erdogan s’oppose, comme d’autres gouvernements musulmans, à l’extrémisme syro-iranien, qu’il a décidé de se comporter dans cette crise en allié fidèle des Etats-Unis, sinon d’Israël, contrairement à ce qui s’était passé en 2003 lors de la guerre d’Irak, ou encore que l’armée turque, de tradition nationaliste laïque, conserve une marge d’indépendance vis-à-vis du gouvernement.

Septièmement, ces événements renforcent en France ceux qui, autour du président Nicolas Sarkozy et du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, prennent au sérieux les menaces non-conventionnelles iranienne et syrienne.
http://michelgurfinkiel.com/articles/138-Isral-Raid-contr...



© Michel Gurfinkiel

18:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

peut être etes vous trés optimiste sur les capacités de l'armée d'Israel...mais je doute de ses capacités parce qu'une armée est à l'image des responsables qui la conduisent...par seulemment les officiers de tous grades, mais surtout des politiques qui ont un comportement qui ne va pas dans le sens de l'impérieuse nécessité de protéger Israel et par dessous ce seul projet, la protection du peuple juif dans le monde...

quelles crédibilité accorder aux gouvernants d'Israel qui s'interrogent toujours sur le point de savoir, s'il faut ou pas, considérer que la terre d'Israel est une terre juive et que rien ni personne ne peut faire obstacle à ce qui est le projet depuis 2000 ans de revenir sur sa terre juive...

en affirmant pas nos prétentions sur la totalité de la terre juive, les dirigeants d'Israel entretiennent le doute chez les juifs et dans la communauté internationale sur notre légimité a prétendre que cette terre et d'abord la notre, et que ceux qui l'ont squattée doivent s'en extraire pour s'en retirer...

le livre de BELHASSEN "et la haine maintenant "décrit parfaitement la collusion existant encore à ce jour entre les anciennes puissances mandataires et certains dirigeants juifs et israéliens, blair réapparait aujourd'hui comme mandataire de l'angleterre, la position d'un certain chirac s'inscrit dans ce minable dessein qui consiste a empécher le peuple juif d'avoir sa terre SA TERRE...a croire que les juifs sont plus aptes a creuser leurs tombes parce que ne s'affirmant pas, qu'a se révolter pour affirmer leur légitimité...

ce que vous dites est sympathique il flatte notre égo mais c'est tout, le problème demeure parce que nous existons, alors la solution consiste a nous empécher d'exister...en nous refusant de pouvoir nous autodéterminer...alors que les arabes ont pu avoir accés à leur autodétermination...elle a même été aidée par de gaulle...

Écrit par : belhamou | lundi, 24 septembre 2007

mes couilles oui

Écrit par : ferfer | mardi, 25 septembre 2007

Ah, le béliqueux israel tel une verrue dans le moyen orient qui cherche a entrainer l'occident dans sa guerre, quelle force diplomatique incroyable ils ont, bien plus que militaire, j'en reste sans voix !

Écrit par : victor | mardi, 25 septembre 2007

Un bon petit blog de militant sioniste qui se complait a admirer son nombril.

Vous ête d'un banal, c'est affligeant !

Écrit par : maringot | mardi, 25 septembre 2007

Le monde va éclater à cause d'un peuple qui ne cesse d'attaquer ses voisins en se permettant de faire ce que son grand et puissant protecteur ne veut pas que d'autres le fassent: imposer sa loi à qui il veut et tuer quand cela l'enchante en clamant que c'est pour se protéger.

Écrit par : yakiri | mardi, 25 septembre 2007

Grotesque propagande sioniste au service des lobbys d'affaires judéo-americains. Plus rien n'étonne les observateurs de la chose israélienne: Etat religieux comme l'Iran !!! Etat raciste qui voudrait bien bouter hors du pays tous les arabes isaréliens ! Etat qui ne peut vivre en paix et donc sans la guerre, son moteur. Et comble de tout: Etat qui se veut "militant de la liberté" et de la démocratie ! C'est ignoble.

Écrit par : Ali Kaddour | mardi, 25 septembre 2007

TRES BIEN

Écrit par : LANDER | jeudi, 27 septembre 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu