Avertir le modérateur

vendredi, 26 octobre 2007

Nicolas Sarkozy, plaidoyer pour la Paix

Nicolas Sarkozy, plaidoyer pour la Paix

Cette semaine, nous souhaiterions attirer l’attention de nos lecteurs sur le projet de Forum Méditerranéen présenté mardi 23 octobre au Maroc par le Président français Nicolas Sarkozy. L’enthousiaste appel lancé depuis la ville de Tanger en faveur d’une Union méditerranéenne pour la paix et la coopération entre les cultures et les peuples, invitant les pays concernés à « surmonter leurs différends », n’aura malheureusement pas rencontré l’enthousiasme mérité.

Journaux et magazines auront plutôt marqué leur intérêt pour l’infra-politique, remettant en scène la saga d’un couple présidentiel désuni et dont le divorce attendu rassure plutôt les Français sur la sincérité des rapports humains au plus haut niveau de l’Etat. Tout le monde a compris le drame intime qui les a faits souffrir, en silence ; l’inélégante impudeur des grands titres n’était donc pas nécessaire. Car pour Nicolas Sarkozy, la première dame de France s’appelle République, synonyme de responsabilité et de partage, et de lucidité aussi. Car dans le berceau marin de la civilisation occidentale, « nous gagnerons tout, ou nous perdrons tout ».

La résistance aux fatalismes aura suscité plus de méfiance que d’enthousiasme. Méfiance à Bruxelles où l’on craint un projet qui viendrait faire concurrence avec une coopération inégale et partielle entre l’Union européenne et les pays de la Méditerranée.

Méfiance dans la presse qui a plutôt souligné les fastes d’un accueil royal, moqueuse de la solennité d’un appel, enthousiaste aussi, qui invite les pays méditerranéens à tenir une réunion au sommet en France au mois de juin 2008.

Pessimiste et lassante méfiance de ceux qui ne croient pas que les pays de la Méditerranée pourraient partager le rêve des « pères fondateurs de l’Europe, qui ont fait travailler ensemble des gens qui se haïssaient pour les habituer à ne plus se haïr ». Rêve audacieux mais courageux, rêve de dialogue et de paix.

En témoigne le discours enthousiaste prononcé par Ehoud Olmert lundi 22 octobre devant des Juifs de France rassemblés par le CRIF, quelques heures après sa rencontre avec le Président français : « J’ai rencontré un homme qui est un ami sincère et véritable de l’Etat d’Israël et du peuple juif » a répété le Premier ministre israélien, visiblement encouragé et ému par l’amitié et l’authenticité contenues dans leurs échanges.

Impopulaire en Israël, Ehoud Olmert a pu mesurer sa popularité européenne. Rassurant, il a voulu rappeler que la rencontre d’Annapolis ne sera pas une conférence de paix au sens où le furent Oslo et Camp David, symboles de l’échec israélien à vouloir une paix que les Palestiniens n’étaient pas prêts à appliquer.

Dans son discours réaliste et visionnaire, Nicolas Sarkozy a eu raison d’affirmer son lyrisme pour valoriser « le plus beau et le plus grand idéal humain, au nom de nos enfants qui un jour nous demanderont compte de ce que nous avons fait »…

Trois de nos enfants se demandent en ce moment ce que nous faisons. Ils croupissent dans les geôles du Hamas et du Hezbollah. Ce soir, nous pensons à Guilad Shalit, Eldad Reguev et Ehoud Goldwasser, privés de liberté depuis seize mois. Ce soir, nous pensons à leurs parents, à leurs familles, à leurs amis, privés d’espoir.

Chabbat Shalom,

A la semaine prochaine,

Guy Senbel

WWW.GUYSEN.COM

08:25 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu