Avertir le modérateur

jeudi, 08 novembre 2007

Les Etats-Unis craignent une frappe militaire israélienne contre l'Iran

ISRAEL-AUTORITE PALESTINIENNE

Les Etats-Unis craignent une frappe militaire israélienne contre l'Iran

L'annonce par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad mercredi 7 novembre que l'Iran dispose de 3 000 centrifugeuses opérationnelles pour l'enrichissement de l'uranium aurait éveillé les craintes de Washington qu'Israël ne réponde à ces menaces par une frappe militaire, rapporte le Times jeudi 8 novembre.

Le journal britannique cite différentes sources militaires américaines pour lesquelles les chiffres présentés par Ahmadinejad pourraient donner le feu vert à une frappe aérienne israélienne. Alors que Washington ne souhaite pas en venir aux armes, Israël "est un autre problème", estiment-ils.

Les inquiétudes au sujet d'une frappe ont augmenté après l'opération menée secrètement par l'aviation militaire de Tsahal sur une installation suspecte en territoire syrien, rapelle le journal.

Mercredi soir, le ministre de la Défense Ehoud Barak avait en outre déclaré qu'une opération militaire était une option envisageable pour régler la menace nucléaire iranienne. "Nous ne pouvons exclure aucune option et devons étudier les aspects opérationnels", a déclaré Barak lors d'un rassemblement du parti travailliste à Beersheva, sans fournir plus de précisions.  

Le ministre de la Défense a rappelé que selon les renseignements militaires, s'il n'est pas arrêté, l'Iran risque d'acquérir l'arme nucléaire d'ici 2010. "Selon les estimations des renseignements militaires, il y a des avancées, et cela pourrait prendre encore trois ou quatre ans", a-t-il prévenu.

Barak : Israël doit négocier avec la Syrie

Israël doit sérieusement considérer l'ouverture des négociations avec la Syrie, aurait récemment estimé le ministre de la Défense Ehoud Barak, lors de conversations à huis clos.

La radio de l'armée a rapporté jeudi 8 novembre certaines déclarations de Barak, selon lesquelles la participation de la Syrie à la prochaine conférence de paix d'Annapolis pourrait déboucher à des pourparlers directs entre les deux pays. Selon le ministre de la Défense, un tel scénario pourrait en outre aider à rompre les liens qui unissent la Syrie à l'Iran.

Cependant, l'ambassadeur de Syrie aux Etats-Unis a qualifié la conférence d'Annapolis de "gaspillage", exhortant son pays à la boycotter. La Syrie a annoncé qu'elle ne participerait à la conférence que si les négociations impliquaient la restitution des Hauteurs du Golan, ce qu'Israël refuse.

Les renseignements israéliens : Annapolis n'a aucune chance

Selon un document récemment rédigé par le Shin Bet (les services de sécurité intérieure), le Mossad et les renseignements militaires, "même si des accords sont conclus à Annapolis, les chances de les mettre en application sur le terrain sont proches de zéro".

La radio de l'armée a rapporté jeudi 8 novembre que les renseignements israéliens considèrent que le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est un leader trop faible, qui a du mal à gérer ne serait-ce que les vols de voitures et le trafic de drogue dans les territoires sous son autorité.

"Il y a une fracture totale entre le leadership et la population palestinienne", énonce le document. En outre, "l'AP ne dispose pas d'un appareil sécuritaire capable de mettre à exécution d'éventuels accords, les forces de sécurité existantes étant totalement corrompues".

 

La Cour suprême accorde une semaine au gouvernement pour présenter ses arguments en faveur des coupures d'électricité à Gaza

La Cour suprême a accordé mercredi 7 novembre une semaine au gouvernement pour la convaincre que les sanctions économiques sur la bande de Gaza, et notamment le projet de coupures d'électricité, ne causera pas de dommages excessifs à la population civile de Gaza.

Dix organisations de défense des droits de l'homme, palestiniennes et israéliennes, ont déposé une requête à la cour contre la décision du gouvernement, arguant qu'il s'agit d'une punition collective, donc illégale la bande de Gaza dépendant d'Israël pour la plus grande partie de son électricité et de son carburant.

Bien que le plan ait déjà reçu l'approbation du ministre de la Défense Ehoud Barak, le procureur d'Etat Menahem Mazouz a décidé de suspendre son application, arguant que les conséquences de ces coupures sur la situation humanitaire à Gaza devaient être estimées.

En suspendant ponctuellement la fourniture d'électricité ou de carburant, Israël espère amener les Palestiniens à faire pression sur les groupes terroristes pour qu'ils cessent les tirs quotidiens de roquettes Kassam sur Israël. Le gouvernement affirme qu'il ne s'agit pas d'un châtiment collectif mais des conséquences de son retrait de 2005 de la bande de Gaza.

Le Beitar Jérusalem privé de supporters pendant deux matchs

La Fédération israélienne de football a décidé jeudi 8 novembre que l'équipe du Beitar Jérusalem jouera deux matchs à domicile en l'absence de ses supporters, après que ces derniers ont sifflé pendant la minute de silence en la mémoire de l'ancien Premier ministre Itzhak Rabin, dimanche 4 novembre. La Fédération israélienne de football a jugé que les supporters avaient fait preuve d'un comportement "indigne du sport", selon une déclaration.

Alors que le président du Beitar, Eli Arazi, a condamné l'attitude des supporters, il a insisté sur le fait que les chahuteurs ne représentaient qu'un faible pourcentage des fans du club, et a argué qu'une punition collective était inappropriée.

Le club a annoncé qu'il ferait appel.

Des centaines de Palestiniens de Jérusalem demandent la nationalité israélienne

Le nombre de Palestiniens de Jérusalem Est qui cherchent à obtenir la citoyenneté israélienne a fortement augmenté ces derniers mois, alors que la question du partage de la ville a été soulevée par l'échelon politique, selon les révélations mercredi 7 novembre du ministère de l'Intérieur.

Le ministère aurait reçu ces derniers mois des centaines de demandes des résidents arabes de Jérusalem Est, au lieu des quelques dizaines en temps normal, a indiqué sa porte-parole, Sabine Hadad.

Les Palestiniens de Jérusalem craignent de perdre les droits et les avantages sociaux dont ils bénéficient en tant que résidents permanents d'Israël, si certains quartiers arabes sont confiés à l'Autorité palestinienne, a-t-elle expliqué. Quand Israël a conquis Jérusalem Est en 1967, les habitants arabes de la ville ne sont pas devenus citoyens israéliens mais ont reçu le statut de résidents permanents.

Bien qu'ils aient le droit de demander la citoyenneté, la plupart des Arabes de Jérusalem ont jusqu'à présent refuser de reconnaître le contrôle israélien sur la ville. Aujourd'hui, environ un tiers des 750 000 habitants de Jérusalem sont des Palestiniens.

La police recrute des nouveaux immigrants

Le ministère de l'Intégration et la police ont annoncé mercredi 7 novembre leur volonté commune d'attirer un nombre important de nouveaux immigrants dans les rangs des forces de police. La police a précisé que les olim seraient enrôlés dans différentes unités, entre autres au sein du département des enquêtes, de la criminalité juvénile et de la sécurité routière.

L'initiative a pour objectif de "réduire le taux de chômage chez les nouveaux immigrants, mais surtout d'encourager leur représentation dans le système du maintien de l'ordre, en les mobilisant dans les efforts contre le crime et les accidents de la route".

Un autre objectif est de déployer des agents bilingues dans les rues et de permettre à la police d'être plus attentive aux problèmes des communautés immigrantes.

Le ministère de l'Intégration sera chargé d'aider les immigrants dans les premières étapes du processus de recrutement et proposera des cours d'hébreu intensifs en préparation du test d'évaluation de la police.

Sondage : Olmert reste l'homme politique le plus corrompu

Même après avoir partagé ses problèmes de santé avec la nation, le Premier ministre Ehoud Olmert est considéré par le public comme le ministre le plus corrompu du gouvernement, selon les résultats d'une enquête présentée mercredi soir 7 novembre lors de la Conférence pour la société à Sdérot.

Alors que 42 % des personnes interrogées l'année dernière estimaient qu'Olmert était "corrompu voir très corrompu", 56 % d'entre elles ont pris cette position cette année.

La concurrence pour la première place a pourtant été rude. L'ancien ministre des Finances Avraham Hirschson, accusé d'avoir détourné des fonds publics, est arrivé en deuxième position, avec 55 % des voix. Le vice-Premier ministre Haïm Ramon, condamné pour harcèlement sexuel, est arrivé en troisième position, ex-aequo avec le ministre des Affaires stratégiques Avigdor Lieberman (33 % des voix). A la quatrième place, le ministre de la Défense Ehoud Barak et le ministre des Finances Roni Bar-On, avec 29 % des voix.

Les deux seules femmes du gouvernement, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et la ministre de l'Education Youli Tamir ont été qualifiées de "ministres les plus honnêtes du gouvernement". Les ministres des Transports Shaoul Mofaz, de la Sécurité intérieure Avi Dichter, et du Commerce et de l'Industrie Eli Yishaï sont eux aussi considérés comme intègres.

L'enquête annuelle sur la corruption est basée sur un échantillon de 551 adultes israéliens.

Le Hamas veut construire un "Hollywood" palestinien

Le Hamas projette de construire une cité de production cinématographique pour 200 millions de dollars dans la bande de Gaza, rapporte jeudi 8 novembre l'Associated Press. Ce "Hollywood" palestinien servirait à attirer des touristes, ainsi qu'à asseoir le contrôle du mouvement de la résistance islamiste sur la bande de Gaza.

Le journal du Hamas, Felastine (Palestine), rapporte que le mouvement envisage la construction d'une cité luxueuse, avec des studios de production et de graphisme, des liaisons satellite, des jardins, des fontaines, un centre de divertissement pour les enfants et plusieurs cafés et restaurants.

Le Hamas a lancé une chaîne de télévison par satellite l'année dernière, et ses membres gèrent également cinq sites d'information sur Internet, ainsi que deux journaux et une chaîne de radio.

Certaines des productions du Hamas dans le domaine des médias ont fait beaucoup de bruit, comme l'émission dans laquelle un sosie de Mickey, "Farfour" (papillon), prêchait la parole islamiste aux enfants. Après les protestations internationales, le personnage a été tué par un acteur qui campait... un soldat israélien.

Le premier film que le mouvement islamiste prévoit de tourner devrait s'inspirer d'un des sept livres écrits par l'un de ses dirigeants à Gaza, Mahmoud Zahar.

Les responsables du Hamas n'ont cependant pour l'heure réussi à rassembler qu'une petite partie de la somme nécessaire à ce projet, alors que l'économie gazaouite est sujette aux sanctions économiques internationales. Selon le responsable du projet, le député Hamas Fathi Hamad, les autorités de la bande de Gaza n'ont réuni qu'un million de dollars. Hamad s'est cependant dit confiant que le reste de l'enveloppe pourrait être recueilli auprès de donateurs locaux et étrangers.


FRANCE


Nicolas Sarkozy à Washington

Ovationné par les sénateurs et représentants américains réunis au Capitole, le président français Nicolas Sarkozy a conclu mercredi 7 novembre son opération séduction auprès des Etats-Unis par une réunion avec le président George W. Bush. Entretien qui a surtout été l'occasion de souligner les convergences entre les deux hommes, en particulier sur le dossier iranien.

A l'occasion de sa première visite officielle à Washington en tant que président, Nicolas Sarkozy a répété qu'un Iran doté de l'arme nucléaire était "inacceptable", tout enprônant le dialogue. "Je crois à l'efficacité des sanctions. Je crois même à la nécessité de leur renforcement, mais dans mon esprit c'est complémentaire de la main tendue du dialogue", a expliqué le président français.

"La sécurité d'Israël n'est pas négociable", a-t-il poursuivi lors d'un discours devant le Comité juif américain, qualifiant l'Etat hébreu de "miracle" et insistant sur la responsabilité du monde à garantir sa sécurité.

Nicolas Sarkozy a également vivement condamné l'antisémitisme, ainsi que ceux, en France, qui ne reconnaissent pas la nature des attaques antisémites et tentent de les "expliquer" ou de les "comprendre". "Quand vous essayez d'expliquer l'inexplicable, c'est que vous êtes sur le point d'oublier l'inoubliable", a-t-il estimé.

En 24 heures de visite, Nicolas Sarkozy n'aura en tout cas pas lésiné sur les marques d'amitié envers cette Amérique qu'il "aime". Avec un leitmotiv : "Je veux être votre ami, votre allié, votre partenaire, mais je veux être un ami debout, un allié indépendant, un partenaire libre".

Avec Nicolas Sarkozy, "j'ai un partenaire pour la paix", s'est félicité le président américain, lors d'une conférence de presse à Mount Vernon, la demeure historique de George Washington. "C'est quelqu'un qui a une vision claire, des valeurs fondamentales, et la volonté de prendre des positions fermes pour arriver à la paix."

"La France a été accueillie avec chaleur, amour et amitié. C'était mon ambition", a  résumé Nicolas Sarkozy mercredi, avant de quitter Washington pour Paris.

Un professeur de mathématiques condamné à un an ferme pour révisionnisme

Un ancien professeur de mathématiques de 38 ans a été condamné jeudi 8 novembre à un an de prison ferme et à 10 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Saverne (Bas-Rhin) pour contestation de crime contre l'humanité.

La LICRA (la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) a par ailleurs obtenu 3 000 euros de dommages et intérêts et la manufacture textile d'impressions de Ribeauvillé (Haut-Rhin) 150 euros.

Vincent Reynouard avait écrit et imprimé un fascicule de 16 pages intitulé L'Holocauste, ce que l'on vous cache, avant de le diffuser auprès de musées, de syndicats d'initiative et de mairies d'Alsace. L'homme revendique toujours la responsabilité morale de ses écrits révisionnistes.

Il avait déjà été condamné en 1996 à trois mois de prison avec sursis et 15 000 francs d'amende, alors qu'il enseignait à Honfleur. L'année suivante, il avait été révoqué de l'Education nationale. Actuellement, il vit en Belgique où il anime un site Internet.

INTERNATIONAL


Pakistan : Musharraf annonce la tenue des élections générales d'ici la mi-février

 

Les élections générales au Pakistan auront lieu avant le 15 février, a annoncé le général président Pervez Musharraf, cédant jeudi 8 novembre à la pression internationale, et suggérant que l'état d'urgence décrété samedi pourrait être rapidement levé.

La télévision pakistanaise a interrompu ses programmes pour donner cette information annoncée par Musharraf à l'issue d'une réunion du Conseil national de sécurité.

Benazir Bhutto a jugé insuffisante la promesse du général Pervez Musharraf et maintenu son ultimatum au président pakistanais pour qu'il abandonne la tête de l'armée avant le 15 novembre.

"Nous voulons une date pour les élections, nous voulons une date de retraite" du poste de chef de l'armée, a déclaré l'ancienne chef du gouvernement lors d'une conférence de presse. "Cette une déclaration vague. Nous exigeons qu'il enlève l'uniforme d'ici le 15 novembre."

WWW.JPOST.COM

21:25 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu