Avertir le modérateur

jeudi, 15 novembre 2007

La Knesset se prononce contre le partage de Jérusalem

La Knesset se prononce contre le partage de Jérusalem

 

Mercredi 14 novembre, la Knesset a voté la proposition de loi selon laquelle une majorité de 80 députés était nécessaire pour renoncer à des parties de Jerusalem. Jusqu¹alors, la loi prévoyait qu¹une majorité de 61 députés était suffisante.

La proposition de loi interdit également de transmettre à tout acteur étranger une quelconque autorité sur Jerusalem. Elle reconnaît comme frontières celles qui ont été fixées le 28 juin 1967.

La proposition de loi, présentée par le député du Likouk Guideon Saar, a été votée avec une majorité de 54 voix contre 24.

La cour de Paris visionne les rushs des tirs sur Mohammed al-Durah

Plus de sept ans après les événements fatals qui ont conduit à la mort apparente de Mohammed al-Durah, 12 ans, au carrefour de Netzavim, le Palais de Justice de Paris a visionné les rushs de l'incident mercredi 14 novembre.

Parmi les personnes présentes à la Cour, Charles Enderlin, le correspondant en Israël de France 2, dont le rapport original du 30 septembre avait blâmé Israël pour le meurtre du garçon, et Philippe Karsenty, directeur du groupe de surveillance des médias Media Rating, l'homme qui soutient que la couverture de l'incident de France 2 était une mystification, sont au coeur de la bataille légale en cours.

Les rushs fournis par France 2 ont été visionnés entre 14 h 15 et 16 h. Enderlin commentait les images.

Vers la fin, les rushs montrent al-Dura mettre subrepticement sa main devant son front pour regarder ce qui se passe autour de lui et bouger la jambe. On entend également son père crier : "Mohammed est mort ! Mohammed est mort !"

A la sortie de l¹audience, Charles Enderlin a affirmé : "Nous avons présenté les rushs intégraux au tribunal. La cassette qui se trouvait dans un coffre-fort jusqu'à maintenant. Nous avons montré un DVD qui a été fait sous contrôle d'huissier à partir de la cassette d'origine qui était dans un coffre, et non pas à partir des différentes copies qui traînaient à droite et à gauche."

La diffusion de France 2 du 30 septembre présentait 55 secondes d'une pellicule du carrefour Netzarim. Enderlin n'était pas présent au carrefour mais il commentait l'extrait selon l'information donnée par le caméraman Talal Abou Rahma. Il expliquait que l'extrait montrait un père et son fils pris dans un échange de feux et que le garçon avait été tué par des balles provenant d'un poste de Tsahal au carrefour de Netzavim. France 2 avait offert la vidéo à d'autres chaînes de télévision.

L'audience de mercredi suit une demande de la cour d'appel française de septembre demandant à France 2 de montrer les rushs vidéo des événements.

Après l'incident, al-Durah est devenu une icône pour la souffrance des Palestiniens face à la brutalité israélienne. En outre, Tsahal, qui avait initialement demandé pardon pour la mort du garçon, a conclu, après une investigation, qu'il n'avait pas été tué par des balles israéliennes.

Quand Karsenty a avancé que la vidéo de France 2 était un faux, il avait été poursuivi en justice et jugé coupable de calomnie. Son appel a suivi la poursuite en justice en cours.

Il y a deux mois, le vice-commandant du bureau des porte-parole de Tsahal, le colonel Shlomi Am-Shalom, a écrit à France 2 pour lui réclamer les rushs bruts. Am-Shalom a déclaré que Tsahal avait ³rejeté² la version selon laquelle al-Durah avait été tué par des balles israéliennes.

La prochaine audience aura lieu le 27 février.

 

Le Hamas prend de nouvelles mesures contre les journalistes à Gaza

 

Le Hamas a annoncé mercredi 14 novembre qu¹il imposerait de nouvelles restrictions au travail des journalistes dans la bande de Gaza.

Il a affirmé que ces mesures étaient nécessaires après les violences survenues entre des membres du Hamas et du Fatah lors du rassemblement à la mémoire de Yasser Arafat.

Par ailleurs, un civil palestinien qui avait été blessé par balle lundi lors de la manifestation du Fatah à Gaza dans la bande de Gaza a succombé mercredi à ses blessures, portant à huit morts, et plus de 80 blessés, le bilan des violences lors de ce rassemblement.

Mahmoud Abbas appelle à "faire chuter" les militants du Hamas

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a appelé jeudi 15 novembre à "faire chuter" les militants du Hamas qui ont pris le contrôle de la bande de Gaza par la force en juin dernier.

"Nous devons faire chuter cette clique qui a pris Gaza par la force armée et qui inflige souffrance et douleur à notre peuple", a lancé Abbas dans un discours prononcé à Ramallah, en Cisjordanie.

Abbas s'exprimait trois jours après une manifestation d'envergure organisée par son parti du Fatah à Gaza. Lundi, ce rassemblement s'était achevé dans la violence, les forces de sécurité du Hamas ayant ouvert le feu sur la foule, tuant huit civils et en blessant des dizaines d'autres.

Mardi, le Hamas procédait à l'interpellation de 400 militants du Fatah et imposait des restrictions aux médias. Le mouvement islamiste envisage également de restreindre la liberté de réunion.

Dans son discours, Abbas s'en est également violemment pris aux "bandes hors-la-loi affiliées au Hamas à Gaza" qu'il a accusées d'avoir ouvert le feu sur la foule.

La Syrie ne participerait pas à Annapolis

 

Bachar el-Assad a réagi à l¹information publiée ce matin par le journal égyptien Al-Ahram qui annonçait sa probable participation à la conférence d¹Annapolis.

Contrairement à ce qui était déclaré, Assad a affirmé que son pays ne s¹y rendrait pas tant que la question du Golan ne serait pas envisagée.

Sortant d¹un entretien avec le secrétaire de la Ligue arabe, Amr Moussa, Assad a souligné que ³toute initiative de paix qui ne prendrait pas en compte le Golan syrien occupé n¹était pas sérieuse et n¹apporterait pas de paix juste et complète dans la région².

Mardi, au cours d¹un congrès organisé à Herzlyia sur le thème ³le terrorisme et la criminalité internationale², le ministre de la Défense Ehoud Barak a déclaré : ³la participation de la Syrie à Annapolis sera peut-être quelque chose de positif et de souhaitable. Mais la Syrie doit reconnaître que le sujet palestinien est central (lors des discussions à Annapolis)².

 

Gaydamak repose les bases de son parti politique

 

Mercredi 14 novembre au soir, la deuxième chaîne de télévision israélienne annonçait que le multi-millionnaire Arkadi Gaydamak mettait sur pied les structures pour que les membres de son parti Justice sociale puissent concourir aux élections locales.

Gaydamak a préféré cibler ses efforts sur les petites localités. Toutefois, il envisagerait de présenter sa candidature pour devenir maire de Jérusalem.

Gaydamak ne s¹est pas seulement concentré sur les électeurs juifs. Il souhaite également atteindre les Druzes et les Bédouins.

D¹après la seconde chaîne de télévision israélienne, Gaydamak cible son message sur des thèmes sociaux, contournant les sujets traditionnels comme la sécurité ou la diplomatie.

Un officiel du parti travailliste a déclaré que les grands partis ³ne devraient pas prendre à la légère les capacités de Gaydamak. Il peut faire son chemin dans les petites communautés et à partir de là prendre des voix qui se portaient à l¹origine sur les grands partis².

 

Tir de roquettes sur le Néguev

 

Des roquettes Qassam sont tombées sur le Néguev, sans faire de blessés. Toutefois, des constructions ont été détruites sur la ville de Sdérot.

Un peu plus tard, suite à d¹autres tirs, la zone industrielle de Sdérot a été touchée. On ne déplore aucun blessé.

Suite à l¹attaque sur le Néguev, Tsahal a ouvert le feu sur une voiture qui transportait des membres des Brigades des Martyrs d¹Al-Aqsa, faisant deux morts et cinq blessés.

La Syrie à Annapolis ?

D¹après le journal égyptien Al-Ahram paru jeudi 15 novembre, la Syrie devrait se rendre à la conférence d¹Annapolis.

Citant une source palestinienne basée à Damas, la Syrie aurait pris cette décision après avoir reçu l¹assurance des Etats-Unis que ceux-ci l¹inviteraient formellement à participer à la réunion, plutôt que d¹utiliser les réseaux plus discrets de la Ligue arabe.

INTERNATIONAL

Berlin apporte son aide au musée des Juifs de Pologne

 

L¹Allemagne s¹est engagée à verser 7,3 millions de dollars au futur musée sur l¹histoire des Juifs de Pologne.

L¹ambassadeur allemand en Pologne a signé l¹engagement lundi 12 novembre au nom du ministre des Affaires étrangères allemand.

L¹ambassadeur a déclaré que ³la République fédérale d¹Allemagne veut apporter une nouvelle contribution aux réparations pour les terribles souffrances perpétrées contre les Juifs et donc contre la Pologne. Nous voulons aussi qu¹il soit bien clair que les Allemands restent conscients de leur responsabilité dans ce terrible passé.²

La cérémonie s¹est déroulée à l¹Institut  d¹histoire juif de Varsovie. Le musée, qui sera construit sur l¹ancien site du ghetto de Varsovie, doit ouvrir en 2010.

 

Raids aériens de l¹armée au Pakistan

Des hélicoptères de l'armée pakistanaise ont effectué des raids mercredi 14 novembre contre des positions de militants dans les montages du nord-ouest du pays, tuant au moins 33 combattants liés à un imam pro-taliban, a fait savoir l'armée pakistanaise jeudi.

Les militants islamistes ont été tués dans plusieurs raids dans la région de Swat, une vallée située à environ 160 kilomètres au nord-ouest de la capitale Islamabad, selon le porte-parole de l'armée Waheed Arshad.

Il n'a pas confirmé des informations de presse selon lesquelles environ 60 personnes, dont des civils, étaient mortes dans ces raids aériens.  

Ingrid de Bétancourt au centre des discussions entre Sarkozy et Chavez

La question d'éventuelles "preuves de vie" de l'otage franco-colombienne Ingrid Bétancourt sera "au centre des discussions" mardi à Paris entre Nicolas Sarkozy et le président vénézuélien Hugo Chavez, a confirmé jeudi le porte-parole de l'Elysée, David Martinon.

Pour leur première rencontre, "les deux hommes évoqueront bien sûr la question de la médiation engagée par le président Chavez dans l'affaire des otages de Colombie", a-t-il expliqué lors de son point-presse hebdomadaire.

"Le président Chavez voudra sans doute informer le président Sarkozy de l'état de ses efforts et ils essaieront de voir comment faire avancer ce processus pour que cesse le calvaire enduré par les otages étrangers des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie)", a expliqué Martinon.

Hugo Chavez a déclaré mercredi sur France-24 qu'il espérait, lors de sa visite en France, pouvoir apporter la preuve qu'Ingrid Bétancourt est vivante. "J'espère trouver la preuve de vie d'Ingrid. Je ne l'ai pas encore mais j'espère l'obtenir avant d'arriver à Paris le 20 novembre", a expliqué le président vénézuélien. "Je crois que j'apporte de bonnes nouvelles à Sarkozy", a-t-il poursuivi.

Le président du Venezuela a précisé qu'il transmettrait aussi des "demandes" à son homologue français, "parce qu'il veut et peut aider à trouver une formule, à rechercher un point de compromis pour parvenir à trouver un accord entre le gouvernement du président Uribe et le secrétariat des FARC".

Le président colombien Alvaro Uribe a autorisé en septembre son homologue Hugo Chavez à assurer une médiation avec la guérilla des FARC.

Nicolas Sarkozy a fait de la libération d'Ingrid Bétancourt une de ses priorités depuis son élection le 6 mai dernier.

Pakistan : Pervez Musharraf prépare un gouvernement chargé d'expédier les affaires courantes

Le général-président pakistanais Pervez Musharraf et ses proches collaborateurs mettent la dernière main à la composition d'un gouvernement chargé d'expédier les affaires courantes alors que ses deux principaux rivaux ont ouvert des pourparlers pour former une alliance contre lui.

Le 15 novembre marque la fin du terme de cinq ans de l'actuelle législature. Le mandat présidentiel de Musharraf expire également ce jeudi, bien qu'il l'ait étendu en instaurant l'état d'urgence, jetant du même coup le pays dans une crise politique profonde.

Le 3 novembre dernier, Musharraf s'est arrogé les pouvoirs extraordinaires liés à l'état d'urgence et en a fait usage pour interpeller des milliers d'opposants et d'activistes des droits de l'homme, et se débarrasser du pouvoir judiciaire et des télévisions indépendantes.

Ce gouvernement chargé d'expédier les affaires courantes aura également pour fonction de préparer les élections législatives du 9 janvier prochain.

Mardi, l'ancienne Premier ministre Benazir Bhutto avait appelé Musharraf a quitter le pouvoir et décidé de se joindre aux autres partis d'opposition pour boycotter le scrutin du 9 janvier.
WWW.JPOST.COM

21:00 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu