Avertir le modérateur

jeudi, 22 novembre 2007

Irresponsabilité avérée ou assassinat antisémite ? Par Hélène Keller-Lind


Assassinat de Sébastien Selam, alias LAM C, il y a 4 ans. Triste anniversaire..... Y aura-t-il appel du non lieu prononcé en 2006 ? L'avocat de la famille s'y emploie. Réponse dans quelques jours. C'est dans la nuit du 19 au 20 novembre 2003 qu'a été assassiné Sébastien Selam dans des conditions effroyables. Passionné de musique très tôt, grâce à un travail acharné il était devenu Disc Jockey et, grâce à son talent, le succès avait été au rendez-vous. Devenu LAM C, il faisait danser aux Bains Douches, au Queen ou à Miami. Et avait fondé sa maison de disques. Ce jeune Juif, qui avait des amis de toutes origines sans la moindre distinction, avait 23 ans lorsqu'il a été assassiné.


Son assassin ? Un jeune homme d'origine maghrébine, né en France, et qui habitait le même immeuble que lui dans le Xème à Paris depuis leur enfance. Mais qui avait eu un parcours totalement différent, accumulant échecs scolaires, actes de délinquance, petits trafics de drogue et autres larcins. Pourtant, même si leurs chemins s'étaient éloignés, Sébastien Selam l'aidait parfois, en lui faisant des cadeaux ou en l'invitant à des soirées.

Malgré cette générosité, il paraît probable que l'assassin ait nourri une grande jalousie envers ce voisin qui était un tel contre-exemple de son échec personnel. Surtout, selon certains, depuis que Sébastien Selam s'était offert une belle voiture de sport....

Á cette rancoeur et cette jalousie latentes, est venue s'ajouter une très forte composante antisémite indéniable, étant donné que l'assassin lui-même a clamé à qui voulait l'entendre sa joie d'avoir tué un Juif....Composante qui a été déterminante dans ce terrible passage à l'acte. Puisqu'il l'a dit et redit lui-même. Et que l'assassinat a été particulièrement violent. L'assassin a emprunté un grand couteau à un voisin, a également pris une fourchette. Et s'est rendu plus tard dans le parking de l'immeuble lorsque Sébastien Selam y a garé sa voiture juste avant d'aller mixer au Queen.

D'ailleurs, l'assassin de Sébastien Selam n'en était pas ce soir de novembre à sa première agression à caractère antisémite....mais s'était borné jusque là, semble-t-il, à ne proférer que menaces violentes et injures. Une agression antisémite lui a d'ailleurs valu d'être condamné, sans que cela soit minimisé en quoi que ce soit par son état mental.

Ce soir-là il y a eu clairement acharnement sur la victime, comme on peut le voir dans des images insoutenables diffusées en arrière-plan dans l'émission « Arrêt sur Image »...

Acharnement sur le visage et le cou de la victime. Acharnement sur le visage. Cela aurait été-t-il fait avec une telle violence pour tenter d'annihiler jusqu'au souvenir de la victime devenue ainsi méconnaissable ?
Le cou ? Y aurait-il eu volonté de l'abattre comme on le fait pour un animal dans certains rituels qui veulent que celui-ci soit vidé de son sang ? Lui ôtant ainsi sa qualité d'être humain et de semblable ?Ou quasi certitude que le frapper au cou entraînerait des saignements tels qu'ils entraîneraient la mort ? C'est aux experts de répondre à ces questions.

Toutefois, il convient de replacer cette violence extrême dans le contexte de ce qui se passait en 2003. Il régnait en effet en France des manifestations d'un « nouvel antisémitisme » qui avait débuté fin 2000 et était allé croissant en 2001, dans une vague sans précédent depusi les années de guerre, puis dans les années suivantes. Il correspondait à l'importation du conflit proche-oriental en France – avec un phénomène similaire en Europe-. Et des politiques, ainsi que nombre de médias entretenaient à la fois la haine d'Israël et à la confusion entre, d'une part, Israéliens et Palestiniens et, d'autre part, Juifs et Arabes en France. Les « bons » étant les Palestiniens et les « méchants » les Israéliens et, par extension, les Juifs.

Quant à Daniel Vaillant, ministre de l'Intérieur, le gouvernement Jospin et le P.S., ils avaient nié l'existence de ce nouvel antisémitisme et la recrudescence pourtant avérée et très préoccupante d'actes antisémites de plus en plus violents. François Hollande l'a d'ailleurs regretté plus tard. En effet, cet état de fait avait pu s'enraciner dans le pays jusqu'à mai 2002, sans que ces actes, n'étant pas reconnus pour ce qu'ils étaient, ne soient ni dénoncés ni sanctionnés à leur juste mesure. Ce qui aurait été une mesure de dissuasion pourtant nécessaire. Et de justice.

Et dans ce quartier du Xème à Paris ce phénomène antisémite existait bel et bien. Il perdure d'ailleurs jusqu'à ce jour, plus précisément dans la zone de « La Grange aux Belles et Albert Camus, » et deux agressions physiques de Juifs ont été à déplorer ces jours derniers. En dépit d'une pétition lancée il y a quelques semaines, compte tenu de la dégradation du climat, mettant en garde les autorités compétentes et déposée à la suite de l'incendie de motos, de rackets et insultes à caractère antisémite de plus en plus fréquents. Lors d'une réunion publique qui s'est tenue récemment dans la rue réunissant des habitants de la rue Albert Camus très inquiets, le nom de Sébastien Selam était d'ailleurs sur toutes les lèvres.

Tout le monde le connaissait et avait été traumatisé par son assassinat dans ce contexte. Et craignait que cela ne se reproduise. Alerté par des habitants, le commissaire honoraire, Sammy Ghozlan, s'était d'ailleurs rendu sur les lieux et avait recueilli des témoignages pour le Bureau National de Vigilance contre l'Antisémitisme, s'employant à rassurer la foule.

Quant à l'assassinat de Sébastien Selam en novembre 2003 un non-lieu avait été rendu dans cette affaire en 2006, pour cause de la « folie » de l'assassin, « folie » ayant été attestée par des experts. Et, selon des sources proches de l'affaire l'enquête menée au lendemain de l'assassinat n'avait pas été menée avec la diligence qui aurait due être de mise dans le cadre d'un assassinat.

Non-lieu qui n'avait pas été signifié à la partie civile ni à son avocat pour cause d'erreur de La Poste dans la distribution du courrier. Les lettres étant revenues au tribunal avec la mention « inconnu à cette adresse »...Le tribunal me semble pas avoir renvoyé de courrier pourtant essentiel pour qu'il puisse y avoir appel de la décision.
Le nouvel avocat de la famille Selam est parvenu à retrouver la trace de ces courriers et a donc demandé qu'il y ait appel et contre-expertise quant à l'état mental de l'assassin. Avocat qui annonce, par ailleurs, que le mur extérieur de son bureau a été tagué d'une étoile juive.

L'avocat de la défense, qui assure comprendre la douleur de la famille, maintient, pour sa part, que cet assassinat « a été l'acte d'un fou » sans caractère antisémite.

Cette demande de procédure d'appel doit être examinée par la chambre d'instruction le 22 novembre. Affaire à suivre, donc.


23:56 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu