Avertir le modérateur

jeudi, 06 décembre 2007

Un colis piégé a explosé dans un cabinet d'avocats parisien jeudi, faisant un mort et un blessé grave.

PARIS (Reuters) - Un colis piégé a explosé dans un cabinet d'avocats parisien jeudi, faisant un mort et un blessé grave.


<a href="http://fr.ard.yahoo.com/SIG=12p6e6he0/M=200097188.201490262.202776554.200401909/D=frnews/S=2022420995:LREC/Y=FR/EXP=1197064329/A=200694798/R=0/id=flashclicks/SIG=11s3oa659/*http://www.lafinancepourtous.com/-Etablir-son-budget-.html"><img src="http://eur.a1.yimg.com/java.europe.yahoo.com/eu/any/300x250223.gif" width=300 height=250 border=0></a>

L'explosion s'est produite dans un immeuble du VIIIe arrondissement de Paris, où travaillait Nicolas Sarkozy quand il était encore avocat d'affaires mais le chef de l'Etat n'était semble-t-il pas visé.

Il n'y a "pas de raison d'aller à l'encontre" des déclarations du procureur de Paris, selon qui le président n'était pas la cible, a déclaré sur RTL le porte-parole de l'Elysée, David Martinon.

Nicolas Sarkozy se tient informé de la situation, a-t-il ajouté. "C'est un acte atroce, abominable qui ne laisse pas indifférent, qu'il condamne totalement".

"Il n'y a pas de piste privilégiée", a souligné Michèle Alliot-Marie, lors d'un point de presse place Saint Augustin après s'être rendue sur les lieux de l'explosion, un immeuble haussmannien de six étages.

Selon la ministre de l'Intérieur, rentrée de Bruxelles en urgence, "il s'agit d'un cabinet qui s'occupe d'affaires civiles, principalement immobilières" et les plaques apposées à l'entrée de l'immeuble sont "très nettes". "C'est donc apparemment quelqu'un de ce cabinet qui était visé", a-t-elle ajouté.

Le colis a explosé au quatrième étage, dans le hall d'entrée du cabinet Gouet-Jenselme, alors que le cabinet Arnaud Claude et Associés, co-fondé par le président en 1987 se situe au premier.

"Il y a une telle différence entre le cabinet dont vous parlez et le lieu des faits qu'il n'y a aucun rapport", a déclaré le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, sur place.

La Fondation pour la mémoire de la Shoah qui se situe sur le même palier n'était apparemment pas visée non plus.

Serge Klarsfeld, son président, est venu dans l'après-midi réconforter le personnel, évacué dans un café des environs.

COURSIER CASQUÉ

"Il n'y a jamais eu de menace" contre la fondation, a-t-il assuré à la presse. "Un colis adressé à un destinataire qui arrive dans un bureau, il ne peut pas y avoir d'erreur", a-t-il ajouté.

L'explosion a eu lieu à 12h50 au 52 boulevard Malesherbes, derrière l'église Saint-Augustin. L'assistante d'un avocat qui a réceptionné et ouvert le paquet a été tuée.

Me Olivier Brane, qui occupe les mêmes bureaux, a été grièvement blessé et transporté à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière. Ses jours ne sont pas en danger.

Le hall d'entrée du cabinet est très endommagé, selon le procureur, mais de l'extérieur, seule une fenêtre du quatrième étage brisée est visible. Dans l'après-midi, une grande échelle de pompiers avait été installée devant l'immeuble.

Deux charges explosives se trouvaient dans le même colis, à l'intérieur d'une "caissette en bois" mais un seul des dispositifs de mise à feu a fonctionné, selon la ministre de l'Intérieur, qui condamne un "acte odieux".

Selon le procureur, le coursier qui a apporté le paquet était casqué et n'a pas été identifié. On ignore l'heure à laquelle il a déposé le paquet. Les enquêteurs de la brigade criminelle travaillent sur les vidéos des caméras de surveillance, a-t-il ajouté.

"C'est un acte particulièrement condamnable (...) je veux exprimer ma condamnation la plus nette de cet acte criminel", a dit le maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui s'est rendu sur place dans l'après-midi.

"C'est un acte absolument odieux, ce sont des innocents. Cette femme a payé de sa vie en ouvrant un paquet, en faisant son devoir", a déclaré Françoise de Panafieu, maire du XVIIe arrondissement voisin et candidate à la mairie de Paris lors des prochaines municipales.

"Cet attentat odieux, lâche et barbare correspond à une volonté terrible de tuer", a déclaré François Hollande avant un meeting à Toulouse. "Il faut non seulement le condamner mais aussi chercher à punir ses auteurs. Je fais confiance aux autorités de la République pour les trouver", a ajouté le premier secrétaire.

http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20071206/tts-france-colis-explosion-ca02f96_8.html

22:55 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu