Avertir le modérateur

jeudi, 28 février 2008

Un expert balistique estime «sérieuse» la possibilité d’une «mise en scène» de la «mort» de Mohamed al-Dura :Par Véronique Chemla pour Guysen

Un expert balistique estime «sérieuse» la possibilité d’une «mise en scène» de la «mort» de Mohamed al-Dura
Par Véronique Chemla pour Guysen International News
Mercredi 27 février 2008 à 19:02
« Si Jamal et Mohamed al-Dura ont été atteints par balles [le 30 septembre 2000 dans la bande de Gaza], les tirs ne pouvaient techniquement pas provenir du poste israélien, mais seulement du poste palestinien PITA, ou de tireurs placés dans le même axe. Aucun élément objectif ne nous permet de conclure que l’enfant a été tué et son père blessé dans les conditions qui ressortent du reportage de France 2. Il est donc sérieusement possible qu’il s’agisse d’une mise en scène ». Telles sont les conclusions accablantes du rapport récent d’un expert balistique près de la Cour d’appel de Paris. Un rapport cité devant la 11e chambre de cette Cour, le 27 février 2008, par l’appelant Philippe Karsenty, directeur de l’agence de notation des médias Media-Ratings (1). Une étude probante qui ruine les allégations de France 2 et de son correspondant en Israël, Charles Enderlin, en accréditant les thèses de Philippe Karsenty. Détails en exclusivité.

Comme disent les enfants, France 2, sa directrice de l’information Arlette Chabot, Charles Enderlin et son cameraman palestinien auteur des images controversées, Talal Abou Rahma (2) ont tout faux.
Réfutant l’assertion originelle de Talal Abou Rahma (2), l’accusation constante de Charles Enderlin visant Tsahal (3), et les on-ne-sait-pas-l’origine-des-tirs d’Arlette Chabot (4), une partie essentielle de la vérité dans l’affaire al-Dura est prouvée grâce au rapport Examen technique et balistique d’un expert en armes et munitions hautement qualifié : expert près de la Cour d’appel de Paris et agréé par la Cour de cassation.
Me Patrick Maisonneuve, un des deux avocats de Philippe Karsenty, a demandé que, dans le respect du contradictoire, cet expert témoin soit cité afin qu’il réponde aux questions de la Cour et des avocats et que son rapport soit discuté.
Mes Bénédicte Amblard et Francis Szpiner, avocats de France 2 et de son correspondant en Israël Charles Enderlin, n’ont pas souhaité que cet expert réponde de son travail auprès de la Cour au motif que « des gens, postérieurement aux affirmations de M. Karsenty, viennent confirmer ce qu’il a dit ».
Pourtant la défense des parties civiles a volontiers cité des témoignages censés prouver l’animosité de Philippe Karsenty à l’égard de Charles Enderlin et qui sont postérieurs aux déclarations du prévenu…
Et si, dans sa plaidoirie, Me Francis Szpiner a ironisé sur l’expression « possibilité sérieuse », il ne tenait qu’à lui d’interroger cet expert pour en connaître l’exacte signification.
La Cour a rejeté la demande d’audition de ce témoin.


Des mises en scène
La mission confiée par Philippe Karsenty à cet expert : « déterminer si la « mort » de l’enfant Mohamed [al-Dura] et les « blessures » subies par son père Jamal ont pu techniquement se produire dans les conditions indiquées dans le reportage de France 2 ».
Etayé de figures, de photos, d’images et de cartes, ce rapport en date du 19 février 2008 comprend 90 pages. Il résulte de l’étude des images de France 2 et des agences de presse - France 2, Associated Press, Reuters, BBC - disponibles « dans les mois ayant suivi l’incident du 30 septembre 2000 ». L’expert a aussi « effectué des recherches concernant les armes utilisées à l’époque des faits et effectué des essais de tir ».
Séquence après séquence, il dissèque les images du reportage de France 2 d’une durée de 57 secondes, et il décrit le contexte général en se fondant sur des cartes et des images.
En un style direct, clair et simple, par un raisonnement empreint de savoir technique, de logique et de bon sens, il liste les invraisemblances : simulation de blessures par plusieurs Palestiniens emportés par des ambulances, absence de sang sur les vêtements des al-Dura, sur le mur derrière eux et sur le sol, chiffon rouge déplacé par le petit Mohamed al-Dura censé avoir été blessé mortellement afin de visualiser une blessure sanglante, etc.
L’expert est surpris que « seul le reporter de France 2 a filmé l’épisode de la « mort » de l’enfant, alors que de nombreux autres cameramen étaient présents sur les lieux. Il est difficile de comprendre pourquoi, en pleine action, le caméraman de l’agence Reuters et un journaliste viennent se placer juste à côté de l’enfant. En effet, si les Israéliens tirent effectivement à ce moment-là, les deux reporteurs ne sont pas protégés par le baril et risquent donc d’être atteints à tout moment ».
L’auteur de cette étude présente les armes pouvant avoir été utilisées par les protagonistes : fusils d’assaut américains de type M 16 ou l’un de ses dérivés pour les soldats israéliens et fusils d’assaut de type Kalashnikov pour les tireurs palestiniens.
Au fil du reportage de France 2, il recense les traces sur le mur derrière les al-Dura pouvant être des impacts de projectiles. Il analyse leur origine et les angles de tir possibles : en oblique à partir du poste israélien (angle de tirs de 35° par rapport au mur), perpendiculairement à partir de la position palestinienne (angle de 90° par rapport au mur).
Après avoir procédé à des essais balistiques sur des parpaings comparables à ceux qui constituent ce mur, il exonère Tsahal de la responsabilité des impacts de projectiles sur ce mur, et en impute la responsabilité aux Palestiniens.
Cinglant, il conclut : « Aucun élément objectif ne nous permet de conclure que l’enfant a été tué et son père blessé dans les conditions qui ressortent du reportage de France 2. Il est sérieusement possible qu’il s’agisse d’une mise en scène ». Au vu des solides arguments précédents, cette possibilité sérieuse est un euphémisme.
Telle est aussi la conclusion de Philippe Karsenty condamné en 2006, en première instance (5), pour diffamation à l’égard de France 2 et de son correspondant en Israël, Charles Enderlin, pour avoir évoqué des « scènes jouées », un « faux reportage »et une « imposture médiatique ».

EXTRAITS DU RAPPORT DE L’EXPERT EN BALISTIQUE

LE CONTEXTE GENERAL
« Des manifestants, en grande majorité des jeunes gens et des enfants, jettent des pierres sur le poste israélien. L’ambiance générale est bon enfant, des gens se promènent tranquillement et des véhicules circulent sur la route de Gaza. Des jeunes et un homme près d’une jeep semblent blessés, mais il s’agit de simulations, dans plusieurs cas identifiés ».


LE REPORTAGE DE FRANCE 2
« Selon le plan qui semble à l’échelle, le mirador israélien est situé à environ 80 mètres et le cameraman de France 2 à une dizaine de mètres du père et de l’enfant.
Un coup de feu atteint le mur, au-dessus de Jamal et de Mohammed [al-Dura]. Au total, huit impacts sont présents sur ce mur, après que le fils [al-Dura] soit allongé et immobile, et un impact non traversant sur le baril. La séquence correspondant [à] l’instant [où] Mohamed a été éventuellement blessé est floue. De nombreux éléments sont de nature à mettre en doute que le père et le fils ont été atteints par des projectiles. Selon les déclarations, Mohamed a été blessé au genou droit et au ventre, alors qu’aucune trace d’impact ou de sang n’est visible sur ses vêtements. Bien que Talal Abou Rahma déclare que l’enfant a saigné pendant dix à quinze minutes, aucune trace de sang n’est visible sur le sol.
Jamal aurait été touché au bras droit, au ventre et aux membres inférieurs, alors qu’aucune trace d’impact ou de sang n’est visible sur ses vêtements. De plus, l’emplacement des « blessures » était masqué soit par le baril, soit par le corps de son fils, qui étaient en écran entre les tireurs et lui. Il n’a donc pas pu être atteint dans les conditions décrites par France 2.
Talal Abou Rahma déclare que des tirs ont été dirigés sur Jamal et Mohamed al-Dura pendant au minimum quarante minutes. Si tel avait été le cas, et en supposant qu’un seul tireur ait concentré ses coups de feu dans leur direction pendant tout ce temps, ce n’est pas huit impacts qui auraient été constatés sur le mur, mais au minimum deux mille ».

L’ORIGINE DES TRACES SUR LE MUR POUVANT ETRE DES IMPACTS DE PROJECTILES
« De nombreux coups de feu sont audibles tout au long des reportages, sans qu’il soit possible d’en définir l’origine. Plusieurs palestiniens sont filmés alors qu’ils tirent, certains même en l’air. Par contre, aucun tir provenant du mirador israélien n’est visible pendant toute la séquence.
Le poste de police israélien est situé à quatre-vingts mètres de l’endroit où Jamal et Mohamed al-Dura sont réfugiés. En fonction du plan qui nous a été fourni, l’angle de tir est de l’ordre de 36° par rapport au mur situé derrière eux. Dans cette situation, le père et l’enfant n’ont pas pu être atteints par les Israéliens. Il est incontestable qu’au moins un projectile a touché le mur devant lequel se trouvaient le père et le fils, puisque ce tir est visible sur le film de France 2. Cependant, ce tir correspond à un coup de feu tiré perpendiculairement au mur et ne peut provenir que du poste palestinien « Pita », ou de tireurs isolés situés dans le même axe que ce dernier.
Les autres impacts sur le mur peuvent provenir de tirs effectués alors que Jamal et Mohamed al-Dura ne se trouvaient pas derrière le baril, puisque les coups de feu n’ont pas été filmés.
Les armes utilisées sont des fusils d’assaut, capables de tirer par rafales et dont la cadence de tir est de six cents à huit cents coups à la minute. En supposant même qu’un seul tireur ait tiré 50 coups à la minute, le nombre de coups de feu sur une durée de 40 minutes aurait été de DEUX MILLE, alors que huit impacts seulement sont visibles sur le mur et un sur le baril. Il est donc impossible que des tirs, concentrés sur la zone où se trouvaient Jamal et Mohamed al-Dura pendant plusieurs dizaines de minutes, comme le déclare le cameraman de France 2, aient pu provoquer si peu d’impacts sur le mur devant lequel ils se trouvaient. Les impacts produits par l’utilisation des deux armes Colt M 16 et Kalashnikov sont de forme pratiquement circulaire dans le cas des essais réalisés perpendiculairement au plan de la cible et ils sont de forme ovalaire à grand axe horizontal lorsque les tirs sont effectués selon un angle de 35° par rapport à la cible. Les orifices relevés dans le mur devant lequel se trouvaient Jamal et Mohamed al-Dura sont soit de forme circulaire, soit de forme ovalaire à grand axe vertical, ce qui correspond à des coups de feu tirés soit perpendiculairement au plan de la cible, soit plus ou moins de haut en bas ou de bas en haut. Ces traces sont incompatibles avec des tirs pouvant provenir de droite à gauche ou de gauche à droite ».

LES « BLESSURES » DES AL-DURA
« Après sa blessure, l’enfant s’allonge sur les genoux de son père. Sa main droite couvre son visage. Deux mouvements sont nettement visibles sur le document de la BBC couvrant les dix secondes postérieures à la « mort » annoncée par France 2.
Il soulève la main, lève le bras et regarde en direction de la caméra, ce qui prouve qu’il n’est pas mort. Il soulève également sa jambe droite, ce qui est impossible s’il a été atteint au genou, mais également s’il a été touché gravement au ventre.
Une blessure par arme de guerre à l’abdomen, produit une importante hémorragie, et par conséquent, un épanchement sanguin conséquent et immédiat…Si la blessure au ventre avait été transfixiante comme le déclare un médecin, des projections de sang et de chair seraient visibles sur le mur, ce qui n’apparaît pas sur les photographies de la BBC couvrant les dix secondes qui suivent le reportage de France.
La présence d’un cameraman de l’agence Reuters et d’un autre journaliste aux côtés de Mohamed est inexplicable, car ces deux reporters ne sont pas couverts par le baril et peuvent donc être blessés ou tués à tout moment.
Les images de Jamal al-Dura prises à l’hôpital montrent des bandages au bras et à l’avant-bras droit, au côté droit de l’abdomen, à la cuisse droite ainsi qu’aux deux jambes. Compte tenu de la position que la victime occupait, il n’a pas pu être touché en tous ces points du corps lorsqu’il se trouvait derrière le baril, d’autant plus que son corps était partiellement masqué par celui de son fils. Par conséquent, si ces blessures sont réelles, elles n’ont pas pu se produire dans les circonstances relatées par France 2. Dans l’hypothèse où les coups de feu proviennent du poste israélien, et en tenant compte de l’angle de tir possible, seuls les membres inférieurs pouvaient éventuellement être atteints, car les autres parties du corps étaient abritées derrière le baril, qui, par ailleurs, ne présente pas de trace d’impact conforme aux blessures.
Si les tirs ont été effectués depuis le poste palestinien « Pita » qui se trouve face au mur devant lequel sont réfugiés Jamal et Mohamed al-Dura, ou par des militaires situés dans le même axe, aucun obstacle ne s’oppose entre les tireurs et les victimes. [Celles-ci] peuvent donc effectivement être atteintes facilement par des militaires entraînés. Notons que le photographe Talal Abou Rhama a déclaré que les tirs venaient de DERRIERE LUI, ce qui correspond à la position palestinienne, alors que le poste israélien se trouve très nettement sur sa droite et légèrement en arrière de lui.
Si Mohamed et Jamal al-Dura, à l’abri derrière le baril, ne pouvaient pas être atteints par les Israéliens, ils n’auraient pu être touchés que par des tirs provenant du poste « Pita » tenu par les Palestiniens, ou par des militaires placés dans le même axe.
Il est incontestable qu’au moins un projectile a touché le mur devant lequel se trouvaient le père et le fils, puisque ce tir est visible sur le film de France 2. Cependant, ce tir correspond à un coup de feu tiré perpendiculairement au mur et ne peut provenir que du poste palestinien « Pita », ou de tireurs isolés situés dans le même axe que ce dernier.
Les autres impacts sur le mur peuvent provenir de tirs effectués alors que Jamal et Mohamed al-Dura ne se trouvaient pas derrière le baril, puisque les coups de feu n’ont pas été filmés.
Aucun élément objectif ne nous permet de conclure que l’enfant a été tué et son père blessé dans les conditions qui ressortent du reportage de France 2. Il est sérieusement possible qu’il s’agisse d’une mise en scène ».

Photos et cartes : © DR




(1) - www.m-r.fr/
(2) - Talal Abu Rahma a affirmé sous serment le 3 octobre 2000 : « L’enfant a été tué intentionnellement et de sang-froid par l’armée israélienne ». Il s’est rétracté le 30 septembre 2002.
(3) - Dans son reportage au JT de France 2 du 30 septembre 2000, Charles Enderlin disait en voix off : « Près de l’implantation de Netzarim (bande de Gaza)… Jamal et son fils Mohamed (12 ans) sont la cible des tirs venus des positions israéliennes. Son père tente de le protéger... Une nouvelle rafale. Mohamed est mort et son père gravement blessé ».
(4) - Le 18 novembre 2004, embarrassée par l’affaire al-Dura, France 2 organisait une conférence de presse pour expliquer sa position. Arlette Chabot assénait qu’on ignorait l’origine des tirs incriminés. En décembre 2004, elle indiquait sur Radio J qu’on ne pouvait pas dire à 100% d’où venaient ces tirs.
(5) - Véronique Chemla, La justice française se prononcera sur les images controversées de la mort de Mohamed al-Dura,19 septembre 2006, à http://www.guysen.com/articles.php?sid=5049

06:25 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu