Avertir le modérateur

vendredi, 29 février 2008

Alerte "Couleur Rouge" à Ashkélon. Une opération israélienne de grande envergure à Gaza désormais inévitable.

 

Infolive.tv

 

Après les tirs massifs hier de roquettes Katioushas en provenance de Gaza sur la ville israélienne d'Ahskélon , le ministre de la Défense Ehoud Barak a ordonné que soit activée dès aujourd'hui l'alerte "Couleur Rouge" sur d'Ashkélon. Déjà instaurée depuis quelques années à Sdérot, cette sirène d'alarme annonce l'imminence d'un bombardement de roquettes sur la ville mise en alerte. Selon des haut responsables israéliens de la Défense, le fait que la ville d'Ashkelon soit désormais la cible d'attaques quotidiennes de roquettes Katioushas représente une "ligne rouge", franchie par les organisations terroristes palestiniennes, et qui entrainera inévitablement une opération militaire de grande envergure dans la Bande de Gaza. 29/02/2008

www.guysen.com

 

 

08:51 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

Le sud d'Israël sous les bombardements: Une salve de roquettes Katioushas s'abat sur le centre ville d'Ashkélon.

. Infolive.tv

 

Une nouvelle journée marquée par les tirs de roquettes contre le Sud d'Israël. Cinq roquettes Katioushas de type Graad se sont ecrasées dans l'après midi sur la vile d'Ashkélon. L'un des missile s'est abattu de plein fouet sur une habitation, tandis qu'une salve de roquettes se sont écrasées quelques instants plus tard en plein centre-ville, à quelques mètres de la Station Centrale d'Autobus, à Ashkélon. De nombreuses personnes ont été traitées en état de choc. Ce sont au total 8 roquettes Katioushas qui se sont abattues sur Ashkélon aujourd'hui. Plus au sud, à Sdérot, la ville du Néguev Occidental continue de subir de manière ininterrompue le déchainement des organisations terroristes de la bande de Gaza. Après la chute de 50 roquettes kassam hier qui ont causé la mort de Roni Yi'yeh, un Israélien de 47 ans, une dizaine de roquettes se sont déjà abattues aujourd'hui sur la ville de Sdérot, blessant 3 personnes. Le ministre de la Sécurité Intérieure Avi Dichter, qui se trouvait en visite à Sdérot aujourd'hui, s'est trouvé pris sous les salves de roquettes. L'un de ses guardes du corps a été légérement blessé par des éclats de roquettes Kassam. Plus de 30 roquettes se sont dejà abattues jusqu'a présent sur le territoire israélien aujourd'hui. 28/02/2008

08:20 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

Le monde de Sdérot: par Guy Senbel

 

 

 

 Cette semaine, nous souhaiterions attirer l’attention de nos lecteurs sur Sdérot, petite ville israélienne située dans le Néguev occidental, non loin de Gaza, d’où furent évacués quelques milliers de Juifs qui y habitaient depuis trente ans. Depuis ce que l’on appelle pudiquement le désengagement de la bande de Gaza, au cours de l’été 2005, les tirs de roquettes Qassam sur la petite ville de Sdérot sont quotidiens, et ils font des victimes. Sdérot soigne ses blessés, et enterre ses morts. Dans le monde de Sdérot, Sdérot vit l’enfer. Qui le sait, et qui en parle ?

Les tirs de missiles sur Sdérot et la région du Néguev occidental sont la preuve du refus d’extrémistes palestiniens d’accepter l’existence d’Israël. Sdérot est le symbole de la difficulté de cohabiter avec des voisins encore très hostiles, qui ne veulent rien d’autre que la fin de l’Etat juif.

Telles sont les motivations des lanceurs de missiles. Détruire Israël, en commençant par une guerre d’usure sur Sdérot. Sur ce point, il n’y a pas de polémique possible. Cette semaine, des missiles ont aussi touché Ashqelon. Demain, ils frapperont Ashdod. Mais qui le sait, et qui en parle ?

Chaque jour, ces gens-là progressent dans leurs objectifs. Mercredi 27 février, l’un des trente missiles tirés sur Sdérot a tué un homme, Roni Yihia (Z’L). Agé de 47 ans, père de quatre enfants, Roni Yihia (Z’L) habitait le village de Bitkha, près d’Ofakim. Jeudi 28 février plus de quarante missiles ont été tirés sur Sdérot et ses environs.

Le monde de Sdérot est un monde entouré des Qassam lancés de Khan Younès, Djebalia, Shifa ou Guivala. A la mairie, une exposition permanente de missiles lancés sur la ville. Dans les rues, les traces d’explosion sont la mémoire immédiate du monde de Sdérot.

Parler du monde de Sdérot, plaider sa cause, c’est plaider contre une injustice. Il ne faudrait pas interpréter cette défense comme une adhésion idéologique à un nationalisme droitier, mais au contraire comme l’expression d’un combat pour une cause universelle, celle de vivre dans la paix et la sécurité.

Ils sont rares pourtant ceux qui abordent le sujet, sans doute parce que le monde de Sdérot trouble la représentation communément admise des conflits dans la région ; dans le monde de Sdérot, Israël n’est pas l’agresseur. Ils sont rares les courageux à dénoncer les tirs de Qassam, et à plaider la cause de Sdérot.

Avant son élection, et après, Nicolas Sarkozy a parlé de Sdérot, du Hamas, des Qassam, des morts, des blessés et des traumatisés. Il a rappelé qu’il serait intransigeant sur les questions relatives à la sécurité de l’Etat juif, il a dit qu’il ne serrerait pas la main de ceux qui veulent l’anéantissement d’Israël.

Les polémiques multiples qui concourent à orienter vers le bas la popularité du Président français occultent parfois des déclarations sincères. Fallait-il entretenir la controverse au sujet de l’enseignement de la Shoah aux enfants de dix ans et ne pas souligner par exemple son intérêt pour Sdérot ou sa condamnation des tirs de Qassam ? Nicolas Sarkozy a ouvert une nouvelle page dans l’histoire des relations franco-israéliennes. Bien d’autres initiatives encore sont à inscrire à son actif.

Plus que jamais, on lui reproche son style, ses mots crus, son désir de plaire, son allant. Nicolas Sarkozy incarne la République, mais il n’est pas une statue. Il avait promis qu’il ne décevrait pas, voilà que l’on traque chacun de ses actes. Les hommes politiques qui agissent doivent certainement s’habituer à l’idée qu’ils seront durablement impopulaires. Ne pas entreprendre, ou agir dans l’ombre, voilà qui entretient le mystère et nourrit l’aura des dirigeants. Les critiques à son endroit montrent peut-être aussi le refus du « public » de s’habituer à un nouveau type de comportement politique, moins mythique et plus spectaculaire sans doute.

Nicolas Sarkozy affirme chaque fois que l’occasion se présente son engagement et les « efforts de la France » pour la libération du soldat franco-israélien. Ce soir, nous pensons à Guilad Shalit, Eldad Reguev et Ehoud Goldwasser. Nous pensons à leurs familles, à leurs doutes et à leurs espoirs. Ce soir, nous pensons à la femme et aux quatre enfants de Roni Yihia (Z’L), tué dans le monde de Sdérot.


A la semaine prochaine,

Guy Senbel

Si vous désirez exprimer votre avis sur tout ou partie du site n'hésitez pas à le faire par le biais de l'adresse ci-dessous:
redaction@guysen.com

 

 

 

08:06 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 28 février 2008

Bombardement meurtrier du Hamas

 

    
 


 
Un Israélien tué, plusieurs blessés, des dizaines de personnes en état de choc. Plus d’une cinquantaine de roquettes se sont abattues en quelques heures sur l’ouest du Néguev.
 
Dans la matinée de mercredi, l’aviation israélienne avait éliminé cinq miliciens du mouvement islamiste, en tirant un missile contre leur véhicule dans le sud de la Bande de Gaza. Les cinq hommes, dont le chef surnommé le «Tchétchène» avait suivi un entrainement en Syrie et en Iran, préparaient une attaque d’envergure contre Israël, et étaient pistés depuis un certain temps par les services de renseignements de Tsahal. La série de déflagrations qui a suivi l'impact du missile sur leur voiture, a confirmé qu’ils transportaient des explosifs.
 
La réaction du mouvement islamiste n’a pas tardé. En milieu d’après-midi, une première salve d’une quinzaine de roquettes s’abattait en quelques minutes sur Sdérot et ses environs. Une Qassam touchait de plein fouet une maison, alors qu'une autre explosait sur le réfectoire d’une usine de la zone industrielle. L’attaque se soldait miraculeusement par une femme légèrement commotionnée, mais provoquait d’importants dégâts matériels.
 
Près d'une heure plus tard, trois roquettes touchaient le collège Sapir, près de Sdérot. Un de ces missiles a explosé sur le parking du campus où Roni Yeh’ya, 47 ans, s’apprêtait à rejoindre sa voiture. Mortellement touché, il a succombé quelques minutes plus tard.
Une dizaine de personnes ont du être transportées à l’hôpital, pour blessures légères et traumatisme.
 
Tsahal lançait un peu plus tard un deuxième raid, cette fois dans le nord de la Bande de Gaza, tuant deux membres d’un commando de lance-roquettes. De source palestinienne, on fait également état d’une troisième opération israélienne qui aurait fait deux morts.
 
Tout au long de l’après-midi et dans la soirée, les roquettes ont continué de pleuvoir sur Sdérot et d’autres localités proches du territoire autonome, mais aussi sur Ashkelon qui a essuyé quatre tirs de missiles. Là, ce sont apparemment des Katyushas qui ont touché la ville, distante d’une quinzaine de kilomètres de la bande de Gaza. Une roquette est même tombée sur un terrain jouxtant l’hôpital de l'agglomération, qui n’est pas fortifié, alors qu'une autre frappait une ligne à haute tension, plongeant les quartiers sud d’Ashkelon dans l’obscurité.
 
Depuis Tokyo où il poursuit sa visite officielle, Ehud Olmert a été informé de cette nouvelle flambée de violence. «Je déplore profondément que cette guerre qui fait rage dans le sud du pays ait causé une nouvelle victime. Nous ferons tout pour que cela cesse» a déclaré le chef du gouvernement israélien qui s’est entretenu par téléphone avec son ministre de la Défense des réponses opérationnelles à donner aux attaques du Hamas, mais ne semblait pas vouloir abréger son voyage. Ehud Olmert doit en effet rencontrer dans la journée la Secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, elle aussi en visite au Japon.
L’Union Européenne et les Etats-Unis ont condamné les bombardements contre les localités israéliennes.

 

07:20 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

Darfur rebel group inaugurates local office in Israel

Wednesday 27 February 2008 07:21.

 

February 25, 2008 (PARIS) — A Darfur rebel group announced today that they have inaugurated an office in Israel, according to a press release received today by Sudan Tribune. (JPEG) Abdel-Wahid Al-Nur “We are telling our people that we opened Sudan Liberation Movement (SLM) office in Israel” the statement read. The SLM faction led by Abdel-Wahid Al-Nur praised the Israeli government “for protecting Darfur youth from genocide” Al-Nur, speaking to Sudan Tribune by phone from Paris, confirmed the inauguration of the office. “The office was created by some of the SLM members who sought refuge in Israel from the killings by the Sudanese government. This is our normal practice in any part of the world where we have a presence” the rebel leader said. “We believe in transparency with our people. We have nothing to hide or be ashamed of” he added. AL-Nur said the SLM “has a vision for a liberal, secular state in Sudan. As such we encourage tolerance towards all religions and ethnicities as well as peaceful coexistence”. Sudanese refugees, particularly from Darfur where a rebellion has cost more than 200,000 civilian lives and made 2.5 million homeless, have been sneaking into Israel in increasing numbers over the past year through the Egyptian borders. This year, Israel granted temporary residency status to 600 refugees from Darfur. Many Israelis feel an obligation to help refugees because of the centuries of persecution Jews endured before they created their own state. “The revolution that started in Darfur intends to change some of the norms in Sudan including the taboo regarding the relations with Israel” Al-Nur said. “Our vision of Sudan as we see it would allow for the opening of an Israeli embassy in Khartoum as long as it is in line with the interests of the Sudanese people” he added. Israel considers Sudan, a Muslim-dominated country, an “enemy state” and maintains a policy of not allowing citizens of a state with this classification of residing in the country. Sudan has no diplomatic relations established with Israel and remains hostile to the Jewish state on the grounds that it is occupying Arab lands. Asked whether he fears the backlash of Arab and Islamic sentiment in Sudan and elsewhere Al-Nur said that he does not “customize the fundamental policies of the SLM to appeal to certain groups of people”. “Our opinion on the Palestinian Israeli conflict is clear. We want both sides to reach an accord that would allow them to live peacefully together”. International experts estimate 200,000 people have died in the conflict, which Washington calls genocide, a term European governments are reluctant to use. The Sudan government says 9,000 people have been killed. (ST)

Related regions :

Darfur :

 Comment on this article...

 

2 Comments

·         Darfur rebel group inaugurate local office in Israel

27 February 2008 10:30, by John Olanya Augustino Okello I am very happy with the first step taken by Abdel Wahid to start the SLA office in Israel and also soon will establish the Israel embassy in the Capital City of Khartoum weather Bashir like or not this will happen ‘’insah Allah”.This time there is no joking with the NCP Reply to this comment

·         Darfur rebel group inaugurate local office in Israel

27 February 2008 11:36, by Akol Liai Mager Despies of his strong link to NIF/NCP, Dr Khalil Ibrahim should follows his brother Abdul Wahad Mohamed El Nur and open JEM’s Office in Tel Aviv. There is nothing wrong or to be shamed with as said by El nur. NIF/NCP is not more Islamised than the Kingdom of Saudi Arabia that invited over hundred of thousands of US troops in 90s with possibility of great number of Jews soldiers to protect the Kingdom from the enemy we all know even that enemy is well gone, those troops are still there. Israel openned her heart and land to Darfurians and they, the Furs should appreciate the generosity shown to them by this Nation. see with your people interests Mr Khalil and good luck. Reply to this comment
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu