Avertir le modérateur

vendredi, 14 mars 2008

Shimon Pérès, un israélien à Paris/Par Guy Senbel

Shimon Pérès, un israélien à Paris

 

Cette semaine, nous souhaiterions attirer l’attention de nos lecteurs sur la visite du Président de l’Etat d’Israël en France. Shimon Pérès est l’homme politique israélien le plus apprécié des occidentaux. A 84 ans, il incarne la sagesse et l’espoir, le dialogue et l’ouverture.

Cette visite d’Etat est la première d’un chef d’Etat étranger en France depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. Le président de la République avait choisi de réserver cet honneur au président de l’Etat d’Israël.

Manifestation d’une amitié sincère et fidèle, Shimon Pérès n’en demeure pas moins un israélien à Paris. Les discours flatteurs et parfois émouvants, prononcés ça et là, contiennent tous des rappels à l’ordre de faire la paix. Certains lui ont même posé la douloureuse question : « Dans combien de temps, et dans combien de morts ? ». La formule est belle, et elle intéresse toutes les parties. Mais elle présente Israël à l’heure des choix, comme si seul l’Etat juif pouvait décider de l’arrêt des violences palestiniennes.

A l’heure où les Qassam lancés sur le Néguev occidental ont interrompu après quelques jours seulement une nouvelle et éphémère trêve bénéfique au Hamas, au lendemain d’un attentat terrible qui a traumatisé une nouvelle fois le pays, la visite du Président de l’Etat juif, l’un des rares Etats démocratiques dans la région, suscite des commentaires désagréables, et injustes.

Page vivante du livre d’Israël, Shimon Pérès a vu naître l’Etat juif. Témoin des guerres innombrables qui menacent l’existence d’Israël, il a vu mourir plus d’une fois une paix, dont il a été parfois l’artisan, une paix souvent illusoire, et tellement attendue.

Pour celui qui incarne toujours la voie de la paix d’un pays qui célébrera bientôt ses 60 ans, c’est le tapis rouge qui a été déroulé, dans les plus hautes instances de la France républicaine, de l’Elysée à l’Institut de France, et du Centre Hillel inauguré à Lyon mercredi 12 mars au Salon du livre dont Israël est l’invité d’honneur, et qui suscite une polémique.

Plusieurs éditeurs et pays arabes et musulmans, notamment le Liban, pilier de la francophonie au Proche-Orient, ont boycotté l'événement pour protester contre le choix d’avoir invité Israël. Or ce n’est pas seulement Israël que l’on boycotte, mais bien le Salon du livre et les valeurs qu’il incarne : l’échange des cultures, la volonté de s’ouvrir et de comprendre les autres.
Parmi les 39 écrivains israéliens invités, figurent pourtant les grands noms de la gauche israélienne, Amos Oz, David Grossman, et le très controversé Abraham Burg, l’ancien président de la Knesset que certains n’hésiteraient pas à qualifier de militant de la cause antisioniste.

La plupart de ces auteurs défendent avec vigueur la création urgente d’un Etat palestinien et n’hésitent pas à attribuer les malheurs qui frappent Israël à ce qu’ils appellent « l’occupation », ou la « colonisation », à l’instar de ceux qui incitent au boycott d’Israël au Salon du livre. Tahar Ben Jelloun a rappelé à juste titre que « les écrivains israéliens ne sont pas l’Etat d’Israël ». Boycotte et liberté de pensée ne font pas bon ménage. Surtout lorsqu’il s’agit de culture et de connaissance.

La formule de Shimon Pérès lancée jeudi 13 mars à l’inauguration du Salon du livre répond aussi à la polémique : « Ceux qui veulent brûler les livres, boycotter la sagesse, empêcher la réflexion, bloquer la liberté, se condamnent eux-mêmes à être aveugle, à perdre la liberté ».

Ce soir, nous pensons à Guilad Shalit, Eldad Reguev et Ehoud Goldwasser, retenus en otage par le Hamas et le Hezbollah.

Depuis 630 jours, c’est leur liberté qui est perdue.
,

Guy Senbel

07:42 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Déséspérément orienté et à coté de la plaque.
Il suffit de regarder les dégats humains que font les roquettes du Hamas par rapport aux dégats que font les chars, avions de combats, missiles israéliens sur la population civile palestinienne. Compter le nombre de morts civils de chaque coté. Je parle de femmes, de maris, d'enfants. Et arrêter de donner des leçons. La réaction d'Israel a toujours été disproportionnée. Si un missile israélien tuait ma femme et mon enfant en visant un activiste du Hamas, j'irai moi aussi sans doute me faire exploser sans hésiter. Par vengeance, et désespoir. C'est sans fin, et pas la faute de l'ensemble du peuple palestinien.
Ensuite comment critiquer le boycott Libanais ou autre? En 1945, après la guerre, l'Allemagne aurait été l'invitée d'honneur d'un salon, ne l'aurions nous pas nous aussi boycottée? Ne donnons pas de leçon là non plus. Bien sûr, c'est triste, et c'est une occasion de dialogue en moins.
Un journaliste se doit d'être le plus objectif possible, ce n'est pas le cas ici.

Écrit par : Objectif | vendredi, 14 mars 2008

Pérès a aussi dit que les palestiniens ne respectaient pas le commandement "tu ne teras pas", c'est quand même un peu gonflé de la part d'un représentant d'Israël!

Écrit par : loumiche | vendredi, 14 mars 2008

jusqu a preuve du contraire les kassams qui arrosent les villages israeliens ne sont pas forcement tirees suite a une attaque de l etat juif , mais quelquefois pour faire capoter les negociations de paix et obtenir une riposte peut etre disproportionee mais legitime contre les activistes du hamas , ceci servant plutot les interets du hamas que d israel , israel se faisant condamner par l opinion international
les gens du hamas se contrefichent des pertes civils , les civils ne sont qu un moyen
d atteindre leur but , au sujet du liban qui a provoquer cette guerre n est ce pas mr nassralla en enlevent deux soldats israeliens

Écrit par : castel | vendredi, 14 mars 2008

la "retenue d'Israel est vraiment exemplaire !!
Quand le hamas voudra t'il faire enfin la paix ?? ou leur fanatisme est _il si grand qu'il ne le fera jamais ???...pense t-il à son peuple ???

Écrit par : jagger | vendredi, 14 mars 2008

Il represente l'espoir a 84 ans,c'est désésperant de la part d'israel.

Écrit par : michel | vendredi, 14 mars 2008

un criminel de guerre a paris plutot

Écrit par : hre | samedi, 15 mars 2008

loumiche la guerre du liban n'a pas été provoquée par nasrallah, qui fait une guerre contre un pays juste parce qu'il a sur son sol un terroriste. Est ce que l'espagne fait la guerre à la France parce qu'elle a des membre d'ETA sur son sol? De plus, pour deux soldats israéliens encore une fois des centaines de morts civiles. Inexcusable, injustifiable!!! Bien sur le terrorisme est monstrueux, mais en efficacité c'est des amateurs par rapport à la machine de mort Israelienne. Et on ne résoud pas de terrorisme par les armes, mais bien par l'élimination de tout ce qui en fait sa source. Le desespoir, la vengeance, etc..

Écrit par : Inexcusable | lundi, 17 mars 2008

Pas loumiche pardon, mais Castel

Écrit par : Inexcusable | lundi, 17 mars 2008

Hormis le fait qu'inviter en France un Shimon Peres est deja tres contrariant en soi, du fait qu'Israel ne respecte pas les droits de l'homme etc, mais en plus, venant de Sarkosy et sachant l'affection qu'il a pour les USA, je dirais que c'est carrement du lobbyisme. L'Orientation qu'il prend est tout le contraire de ce que la France (le peuple, pas le gouvernement) a toujours souhaité: neutralité et paix au possible.

Écrit par : kiss | jeudi, 20 mars 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu