Avertir le modérateur

dimanche, 29 juin 2008

Le gouvernement a voté en faveur d'un échange de prisonnier avec le Hezbollah

Le gouvernement a voté en faveur d'un échange de prisonnier avec le Hezbollah

 


Après que le conseil ministériel se soit réuni pendant plus de 6 heures dimanche pour discuter d'un accord d'échange de prisonniers avec le Hezbollah, le gouvernement a finalement voté, à 22 voix contre 3, en faveur de  la libération de Samir Kuntar et d'un certain nombre de prisonniers en échange de la restitution des corps des deux soldats israéliens kidnappés, Ehoud Goldwasser et Eldad Reguev.

Roni Bar-On, Zeev Boim et Daniel Friedmann sont les seuls ministres du gouvernement à avoir voté contre un accord avec le Hezbollah.

En plus de la libération de Samir Kuntar et d'autres prisonniers palestiniens, une douzaine de corps seront rendus, dont huit qui sont ceux de guérilleros capturés pendant la seconde guerre du Liban.

Après la réunion du conseil des ministres, Ehoud Olmert avait déclaré qu'"au terme d'un long processus, (...) j'en suis venu à la conclusion qu'en tant que Premier ministre d'Israël, je devais recommander l'approbation de la décision qui mettrait fin à ce long chapitre de souffrance, malgré le prix que cela nous coûte".

Olmert a pris la décision de soutenir l'échange de prisonniers malgré les conseils du chef du Shin Bet (service de sécurité intérieure israélien) et de ceux du Mossad de ne pas accepter un tel accord, et malgré le fait qu'il est pratiquement certain que Reguev et Goldwasser ne sont plus en vie.

Le Premier ministre israélien a ajouté que le Hezbollah avait enlevé les deux soldats israéliens précisement dans le but de faire libérer Kuntar.

Karnit, la femme de Goldwasser a confié à la dixième chaîne de télévision israélienne qu'elle était déçue de la manière dont Olmert a fait ces déclarations. Elle attendait au moins qu'une annonce soit faite aux familles des soldats enlevés avant que la nouvelle de leur mort ne soit rendue publique.

 


Les attaques palestiniennes se poursuivent malgré l¹ouverture des points de passage

 


Peu de temps après la réouverture des points de passage entre Israël et Gaza, plusieurs obus de mortier ont été tirés par des militants palestiniens.

Il est encore incertain si les obus sont tombés en territoire israélien ou avant la clôture de sécurité. Ni victimes, ni dégâts matériels n¹ont été rapportés.

Le vice-ministre de la Défense, Matan Vilnai, a décidé dimanche de laisser entrer 80 camions chargés de nourriture dans la bande de Gaza.

Des tirs d¹obus de mortier vendredi 27 juin avaient poussé les dirigeants du Hamas à avertir les groupes armés de ne plus violer le cessez-le-feu, menaçant d¹arrêter tous ceux qui poursuivraient les attaques contre Israël.

C¹est la première fois que le Hamas se prononce contre les ruptures du cessez-le-feu. Suite à l¹attaque de vendredi, le Hamas a déjà arrêté cinq militants du Fatah à Beit Lahiyah, dans le nord de la bande de Gaza.

L¹un des représentants officiels du Hamas, Mahmoud Zahar, a indiqué que sa position concernant les attaques provenant du Fatah et du Djihad islamique est ³très claire². ³Certains éléments ¦uvrent secrètement pour faire échouer l¹accord. Ils ne veulent pas soutenir le cessez-le-feu car ils travaillent contre les intérêts de notre peuple², a déclaré Zahar.

³Nous avons convenu avec le Djihad islamique que tous ceux, même les membres du Hamas, qui violeraient le cessez-le-feu seraient arrêtés², a-t-il ajouté.

Le ministre de l¹Intérieur du Hamas, Said Siam, a également appelé les représentants des groupes armés palestiniens à cesser les attaques mettant en péril l¹accord de trêve avec Israël.

Israël n¹a entrepris aucune réponse militaire jusqu¹à présent, préférant maintenir la fermeture des points de passage entre la bande de Gaza et l¹Etat hébreu.

 

Haniyeh exhorte les factions à respecter la trêve

 


Le Premier ministre du Hamas Ismail Haniyeh a appelé tous les partis, palestiniens à honorer le cessez-le-feu avec Israël.
Lors d'un discours de conclusion des prières du vendredi, Haniyeh a déclaré que «les groupes [palestiniens] et le peuple ont accepté la
trêve pour mettre fin à la souffrance du peuple palestinien, au siège [de Gaza] et à l'occupation israélienne. En conséquence, nous espérons que chacun respectera l'accord national».
Cet appel d'Haniyeh au respect de la trêve intervient alors que celle-ci a été une nouvelle fois rompue vendredi dernier, lorsque des terroristes ont tiré deux obus de mortier sur le sud d'Israël. Dans l'après-midi de jeudi, une roquette Qassam tirée depuis Gaza a frappé la zone industrielle de Gaza, en explosant près d'une station essence. L'incident n'a fait ni victimes ni dégâts matériels et a été revendiqué par les Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa.

Suite à cette attaque, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni a exigé une réponse militaire immédiate de la part d'Israël, tandis
que le vice Premier ministre Haïm Ramon encourageait plutôt une réunion du gouvernement pour discuter une fois de l'accord de cessez-le-feu. La veille, trois roquettes ont atterri à Sdérot, endommageant sérieusement une maison et laissant deux femmes en état de choc. En réponse, les points de passage à Gaza ont été fermés.

 

Un 2e adolescent palestinien tué par Tsahal en Judée-Samarie

 


Les forces israéliennes ont abattu par balles un jeune Palestinien tôt dimanche au cours d'une patrouille dans le village de Tubas, en Judée-Samarie, a-t-on appris auprès d'habitants et de responsables palestiniens.

Alors qu¹Ayman Abdel Razek, habitant de Tubas, affirme que les troupes de Tsahal ont ouvert de feu sur le jeune homme de 17 ans qui ne portait aucune arme, l'armée d¹Israël assure de son côté que l¹adolescent s'en était pris à la patrouille à l'aide de cocktails Molotov.

C¹est le deuxième incident de ce genre en deux jours que connait la Judée-Samarie. La veille, des soldats israéliens avaient tué par balles un autre jeune qui jetait des cocktails Molotov sur une patrouille de l'armée dans le village de Beit Umar, près de Hébron.

La Judée-Samarie n'entre pas dans le cadre de la trêve conclue il y a neuf jours dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas.

 

Membres de Kadima sans le savoir

 


De très nombreuses personnes ont rejoint le parti Kadima sans même l¹avoir demandé, selon la Chaîne 10.

Un grand nombre de membres Kadima récemment contactés par le parti ignoraient avoir été inscrits. Beaucoup d¹entre eux ont indiqué par ailleurs qu¹ils ne soutenaient pas le parti. Une personne intérogée n¹avait même jamais entendu parler de Kadima.

Une femme, Dorit Hasan de Tel Mond, a déclaré avoir perçu de l¹argent en liquide en échange de son chèque d¹adhésion, ce qui est contraire à la loi.

³J¹étais choquée de recevoir une lettre de Kadima indiquant que je suis désormais membre. Je n¹ai jamais souhaité rejoindre ce parti², a déclaré une autre personne interrogée, Rachel Sariki.

En réponse, un porte-parole de Kadima a affirmé que chaque inscription au parti serait revérifiée dans les moindres détails, ajoutant que le parti juge très gravement toute tentative d¹affilier de futurs membres d¹une telle manière.

Le parti se réunira lundi afin de discuter des prochaines dates de primaires, qui devraient se dérouler début septembre.

 

Un groupe palestinien veut poursuivre la Grande-Bretagne en justice

 


Un groupe de jeunes palestiniens a annoncé samedi qu¹il comptait demander une compensation financière au gouvernement britannique pour avoir ³commis une série de crimes² contre les Palestiniens.

Selon les représentants du groupe palestinien Watanuna (Notre Patrie), le plus grand crime commis par le gouvernement britannique a été de promettre une terre d¹accueil au peuple juif par la Déclaration Balfour en 1917.

Le groupe a également prévu de relever un million de signatures de Palestiniens soutenant la poursuite judiciaire contre la Grande-Bretagne.

Ali Ubeidat, un porte-parole de l¹organisation palestinienne, a indiqué par ailleurs que la décision de s¹attaquer au gouvernement britannique était survenue après une étude minutieuse des aspects juridiques liés à la responsabilité britannique au moment de la ³nakba² (catastrophe), c¹est-à-dire la création de l¹Etat d¹Israël en 1948.

³Nous tenons la Grande-Bretagne responsable de la souffrance du peuple palestinien durant les 60 dernières années² a affirmé Ubeidat. ³Il est temps pour la Grande-Bretagne d¹assumer la responsabilité morale et politique de cette souffrance. Le peuple britannique devrait être le premier à défendre les droits des Palestiniens.²

Les organisateurs ont commencé à chercher des signatures pendant le week-end en Judée-Samarie, dans la bande de Gaza, en Israël et à l¹étranger. Rami Masharaka, directeur du groupe Watanuna, a précisé que les poursuites feraient également référence à l¹époque du Mandat britannique en Palestine, notamment concernant ³ses politiques d¹expulsion des Arabes de leur pays², a-t-il ajouté.

Masharak a déclaré que des centaines de personnes prévoyaient de se rendre dans des camps de réfugiés palestiniens dans des pays arabes. D¹autres recueilleront des preuves parmi les Palestiniens vivant aujourd¹hui en Europe et aux Etats-Unis.

Le groupe n¹a pas précisé le montant de la compensation exigée.    

 


INTERNATIONAL

 

 

Ahmadinejad : les sanctions de l¹UE sont inefficaces

 


Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad aurait estimé que  les nouvelles sanctions de l¹Union européenne n¹auront aucun effet sur les activités nucléaires de son pays.

Des propos d¹Ahmadinejad ont été rapportés par la chaîne de télévision de l¹Etat iranien sur Internet ; le président aurait ainsi déclaré que bien que l¹Occident impose de nouvelles sanctions à l¹Iran, ³ils [les Occidentaux] savent très bien que ce genre d¹action n¹affectera pas la volonté ni la détermination de la nation iranienne².

Selon le président iranien, ces sanctions ³ne peuvent pas bloquer le progrès de l¹Iran².

Mardi 24 juin, l¹Union européenne a listé 20 sociétés ainsi que 15 personnalités iraniennes qui seront touchées par les nouvelles sanctions imposées pour contrer le défi nucléaire iranien.

L¹Iran nie les charges proférées par  les Etats-Unis et ses alliés l¹accusant de poursuivre son programme d¹armes nucléaires.

 

New York : agression contre un bus rempli d¹enfants juifs

 


Quatre adolescents new-yorkais ont été arrêtés pour crime haineux. D'après la police, ils  sont accusés d'avoir jeté des pierres contre un bus rempli de jeunes enfants juifs.

Les forces de l'ordre ont affirmé que, le mois dernier, le garçon et les trois jeunes filles ont hurlé des injures tout en cassant les vitres d'un bus à Brooklyn, dans le quartier de Crown Heights. Aucun blessé n'a été rapporté.

Cette attaque s'inscrit dans une série d'incidents entre les résidents noirs et juifs de ce quartier. Les quatre adolescents, âgés de 14 ans, sont tous noirs.

Ces tensions se sont manifestées entre autres par l'aggression d'un étudiant noir et par l'attaque d'un adolescent juif orthodoxe.

 

Deux réfugiés tués par l¹armée égyptienne

 


La police égyptienne des frontières a abattu une fillette soudanaise de 7 ans ainsi qu¹un réfugié âgé de 30 ans à la frontière israélo-égyptienne samedi.

Les Egyptiens ont ouvert le feu sur les deux Africains alors qu¹ils tentaient de franchir la frontière israélienne. Sept autres réfugiés ont été arrêtés au moment de l¹incident, dont la mère de la fillette abattue par la police.

Depuis le début de l¹année, 16 réfugiés africains sont morts en essayant d¹entrer en Israël via l¹Egypte.

Il y a une semaine, un homme a été abattu en tentant de franchir la frontière par le Sinaï. Malgré l¹opposition de l¹ONU, l¹Egypte a récemment expulsé 1 000 réfugiés trouvés sur son territoire. L¹Egypte continue de lutter avec les flux de réfugiés soudanais face aux pressions exercées par les Etats-Unis et Israël.

La Knesset a récemment autorisé la lecture préliminaire d¹un projet de loi contre les ³infiltrations². Selon la proposition, chaque personne qui tenterait d¹entrer en Israël de manière illégale risque cinq ans d¹emprisonnement, que ce soit un réfugié ou un travailleur sans papiers.

 

Un Iranien accusé d¹espionnage pour Israël

 


Selon une station de radio iranienne un Iranien est actuellement jugé par la Cour révolutionnaire de Téhéran pour espionnage au compte d¹Israël. Les détails restent encore vagues.

Le rapport n¹a pas identifié l¹homme en question et a seulement précisé que les accusations retenues contre lui incluaient sa collaboration avec le Mossad en échange d¹argent.

Le rapport indiquait par ailleurs que l¹avocat de l¹accusé l¹avait défendu devant la cour samedi.

Aucune information supplémentaire n¹a été diffusée mais de nouveaux éléments devraient être communiqués dans les prochains jours.

© Jerusalem Post édition française

www.jpost.com

 

 

23:13 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu