Avertir le modérateur

jeudi, 30 avril 2009

Procès du "Gang des barbares":Fofana défie la cour

JUSTICE

Procès du "Gang des barbares" : Fofana défie la cour

NOUVELOBS.COM | 29.04.2009 | 19:09

Youssouf Fofana a lancé à son arrivée au procès "Allah akbar" en levant un doigt vers le ciel. "Je m'appelle arabs, africaine révolte armée barbare salafiste", a-t-il dit en déclinant son identité.


Le procès du meurtre d'Ilan Halimi a ouvert mercredi 29 avril avec un peu de retard. Premier accusé à entrer dans le box: Youssouf Fofana, en sweat shirt blanc et très souriant, a déclaré, levant un doigt vers le ciel, "Allah akbar" (Dieu est grand en arabe). Alors que la présidente lui demandait de décliner son identité, Youssouf Fofana a répondu : "Je m'appelle arabs, africaine révolte armée barbare salafiste. Je suis né le 13 février 2006 à Saint-Geneviève des bois". Il s'agit de la date et du lieu de la mort d'Ilan Halimi.

Le huis-clos débattu


La présidente de la cour d'assises des mineurs de Paris jugeant Youssouf Fofana et 26 complices présumés du rapt et de la séquestration d'Ilan Halimi a ordonné au public d'évacuer la salle d'audience mercredi vers 12H15, le procès devant se tenir à huis clos.
Une fois le jury constitué (cinq femmes et quatre hommes), la "publicité restreinte" des débats --sans journalistes ni public à quelques exceptions près-- est de droit dans une cour d'assises jugeant des mineurs. Deux des 27 accusés étaient mineurs au moment des faits.
Plusieurs parties au procès, notamment la famille d'Ilan Halimi, contestent le huis clos, mais la question devait être débattue mercredi une fois prononcée l'ouverture des débats, a décidé la présidente Nadia Ajjan.
Youssouf Fofana, accusé avec 26 complices présumés du rapt et de la séquestration d'Ilan Halimi, demande que son procès soit public et ne se tienne pas à huis clos, selon des conclusions déposées par ses avocats.
"Aucun élément de fait n'est produit, justifiant la restriction des débats", plaident Me Emmanuel Ludot et Isabelle Coutant-Peyre, alors que les débats, impliquant deux mineurs, doivent se tenir à huis clos.
"Cette publicité (des débats) protègent les justiciables contre une justice secrète, échappant au contrôle public et constitue ainsi l'un des moyens de contribuer à préserver la confiance dans les tribunaux", arguent-ils.
La mère d'Ilan a aussi réclamé la publicité des débats.

Riches "parce que juifs"


La connotation antisémite retenue par la justice une semaine après la découverte du corps d'Ilan Halimi, un jeune vendeur juif assassiné après trois semaines de calvaire, le 13 février 2006, avait donné une dimension nationale à ce crime, à propos duquel le président Jacques Chirac avait promis de faire "toute la lumière".
A partir de la diffusion du portrait-robot d'une jeune femme chargée d'"appâter" des hommes présumés riches "parce que juifs", la police avait interpellé jusqu'à une trentaine de membres du "gang des barbares", implanté dans une cité HLM de Bagneux (Hauts-de-Seine).


Dix semaines de procès


Neuf projets d'enlèvement -dont certains versés à la procédure- ont été attribués à la bande avant celui, accompli, d'Ilan Halimi, victime de tortures pendant les 24 jours de sa séquestration dans un appartement, puis un sous-sol d'immeuble.
Au total neuf jeunes femmes -dont Emma, 17 ans à l'époque, qui aurait attiré Ilan dans le piège en le séduisant dans son magasin du boulevard Voltaire- siègeront parmi les accusés.
Le procès, prévu sur dix semaines, devrait se tenir à huis clos, un principe qui s'applique lorsque des mineurs sont concernés.


Une requête rejetée


Hormis Youssouf Fofana, assassin présumé, qui encourt la prison à vie, une quinzaine d'accusés doivent répondre de leur participation au rapt ou à la séquestration d'Ilan. D'autres comparaîtront libres pour les seuls chefs d'association de malfaiteurs ou de non dénonciation de crime.
Avant le procès, Youssouf Fofana a déjà protesté contre les conditions de sa détention prévue pour de longues heures dans la "souricière" insalubre du palais de justice de Paris, mais le tribunal administratif a rejeté mardi la requête qu'il avait formulée en urgence pour ne pas avoir à y séjourner.
Les avocats du chef présumé du "gang des barbares" soulignent, par ailleurs, que la procédure d'extradition depuis la Côte d'Ivoire ne mentionnait pas la circonstance aggravante du caractère antisémite du crime présumé, ni deux tentatives précédentes d'enlèvement. Ils demandent donc en conséquence que Fofana soit "déclaré absent" lorsque ces faits seront évoqués.
Mardi le procureur de la République de Paris a par ailleurs reçu un courrier émanant d'un groupe inconnu -"L'Organisation Juive"- promettant 400.000 euros à qui "s'occupera" du principal accusé si jamais "une peine exemplaire" n'est pas réclamée contre lui à l'issue des débats.
(Nouvelobs.com avec AFP)
Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer cet article Envoyer cet article à un ami Réagissez à l'article Réagir à cet article en créant votre Blog Traduction français / anglais Traduction français / espagnol Partager cet article sur Wikio Digger cet article Partager cet article avec mes amis sur Facebook ! Partager cet article sur del.icio.us Envoyer cet article sur Blogmarks

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/2009042...

Les réactions des lecteurs

07:59 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (2)

mardi, 28 avril 2009

L’assassin d’Ilan Halimi en procès

Revue de presse

L’assassin d’Ilan Halimi en procès
28/04/09
imprimer cet article envoyer à un ami
- - Thème: Assassinat

 

 

fofanaimahchemog.jpg

 

Entre eux, ses geôliers l'appelaient « l'Autre », rapporte le Monde, mardi 28 avril 2009. Comme pour mieux désincarner leur otage, Ilan Halimi. L'opération d'enlèvement qu'ils voyaient comme un « petit règlement de comptes » a été lancée le 20 janvier 2006. Elle ne devait durer « que trois jours », avant la libération de l'otage contre une part de la rançon réclamée par Youssouf Fofana. Agé de 25 ans à l'époque des faits, connu dans cette bande de banlieue parisienne sous les sobriquets de « Django », « Oussama », « Mohamed »ou « le Boss », celui-ci avait mis à contribution ses comparses en leur faisant miroiter des gains dont ils seraient « contents ». Le corps nu du jeune homme a été découvert, brûlé et supplicié, gisant le long d'une voie ferrée à Sainte-Geneviève-des-Bois, le 13 février 2006. Il a succombé durant son transport à l'hôpital.
Youssouf Fofana comparaît à partir du 29 avril et jusqu'au 10 juillet devant la cour d'assises des mineurs de Paris, pour « meurtre avec préméditation commis à raison de l'appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion déterminée », meurtre précédé de « séquestration en bande organisée » et « d'actes de torture et de barbarie ». A ses côtés, vingt-six autres accusés, âgés de 17 à 32 ans au moment des faits, en répondront pour avoir joué les filles-appâts, les ravisseurs, les négociateurs, les geôliers ou pour non-dénonciation de crime.
Lundi 27 avril 2009, le monstrueux criminel a demandé à la justice administrative d'interdire, au nom de la « dignité humaine » son incarcération dans la « souricière » insalubre du palais de justice, pendant son procès.
Parmi les nombreux médias qui consacrent leurs colonnes à cette terrible affaire, le site Internet du Journal Chrétien publie, ce mardi 28 avril 2009, un résumé des faits, à l’adresse : http://journalchretien.net/article17582.html
Photo : D.R.

17:50 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (1)

lundi, 27 avril 2009

Quel châtiment pour les assassins d'Ilan Halimi?Par Méir Ben-Hayoun

La Communauté juive de France est en état d'alerte à l'approche du procès des assassins d'Ilan Halimi devant s'ouvrir le 29 avril.

 

Capturé parce que Juif, Ilan a été torturé, supplicié trois semaines durant avant de succomber. On ne peut imaginer la descente aux enfers, la souffrance infinie, l'humiliation de notre malheureux frère Ilan pour qui la mort fut dans de telles circonstances, une libération. Ce crime semble venir d'un autre temps, d'une réalité qu'on croyait révolue et qu'on s'est tant employé à vouloir oublier. Un cas effroyable de recyclage des méthodes de torture de la Gestapo.

L'émotion suscitée par cet assassinat, probablement le plus atroce de ces dernières années en France, s'amplifie suite à la montée des actes antisémites du début de l'année 2009 et des cris de "Mort aux Juifs" par de centaines de milliers de manifestants à travers l'Europe. De surcroit, la crainte de voir le système juridique se laisser  aller au laxisme et occulter par lâcheté ces aspects, n'atténue en rien les inquiétudes juives.

 

Devant la détermination et le sadisme inouïs déployés par les assassins, on ne peut ne pas être interpellé par l'appel au meurtre, par la déshumanisation des Juifs en cette première décennie du troisième millénium.

 

Personne ne mettra les points sur les "i" quant à cette affaire si les Juifs ne le font pas eux-mêmes. Précurseurs, les Juifs de France ont été novateurs et à l'origine de nombreuses lettres de noblesse qui font l'honneur de la République française; par exemple l'abolition de l'esclavage par Adolphe Crémieux

Aujourd'hui, c'est dans le même état d'esprit d'initiative et de persévérance que les Juifs de France doivent exiger le châtiment qu'il se doit aux tortionnaires d'Ilan Halimi. Ils doivent le faire pour Ilan et l'image de Dieu qui était en lui, pour eux-mêmes en tant que Juifs, et surtout pour la société française qui part à la dérive.

 

On doit à Robert Badinter, le Garde des Sceaux sous la présidence de François Mitterrand, l'abolition de la peine de mort en France. Monsieur Badinter dont le père fut déporté à Sobibor, s'était littéralement battu comme un lion pour faire abolir la peine capitale et reléguer la guillotine aux oubliettes. On se souvient de ses plaidoiries poignantes en 1976 pour épargner la peine capitale pour Patrick Henry, l'assassin d'un enfant de sept ans.

 

La nature nazie de l'assassinat d'Ilan Halimi, au nom même des valeurs qui ont motivé des grands hommes comme Robert Badinter à faire abolir la peine de mort, nous accule à réhabiliter celle-ci de façon exceptionnelle et provisoire pour les assassins d'Ilan. C'est avec détermination que les organisations juives de France, avec Monsieur Badinter à leur tête, doivent se mobiliser auprès des législateurs français et européens pour que la peine de mort soit applicable et revendiquée par le Parquet.

 

Les assassins d'Ilan ne pourront plus faire leur comédie infâme et fanfaronner en assises comme ce fut le cas lors des séances préliminaires au procès. Ce qui a constitué en soit une véritable souillure à la mémoire du défunt, un véritable couteau tourné dans la plaie de la famille d'Ilan. Devant l'éventualité de voir leurs têtes rouler par tête après avoir été sectionnées de leurs corps par le couperet de la guillotine, nombre des assassins d'Ilan risque d'être mieux disposé à se confondre en regrets et supplications pour obtenir la clémence de la cour.

 

Il ne s'agit pas de donner par là libre cours à un sentiment de vengeance débridé. La notion de justice même ne se mesure pas par la norme d'un châtiment fixé à tel ou tel crime. Il y a des crimes qui sortent de toute norme. Le châtiment doit être l'expression même de la gravité exceptionnelle perçue par ce crime atroce. Par conséquent, réhabiliter la peine de mort et sortir de la naphtaline la guillotine s'impose pour les assassins d'Ilan. Cela doit être le mot d'ordre et de ralliement de la Communauté juive de France, tout controverse mise de côté. Cette dérogation s'impose justement si on désire maintenir l'abolition de la peine capitale.

 

Non loin du magasin de téléphonie où travaillait Ilan sur le Boulevard Voltaire, le 22 avril dernier, des jeunes Juifs collant des affiches à sa mémoire ont été agressés. Dans des pans entiers de la société française, l'assassinat d'Ilan Halimi n'est pas perçu comme un crime horrible. Une société dans laquelle l'assassinat d'un Juif dans des modalités de crime nazi peut faire l'objet d'admiration est une société condamnée à terme et on ne peut présager de l'état de chaos jusqu'où elle pourrait s'enfoncer. Faire tomber les têtes de Fofana et de ses acolytes est l'expression du sursaut nécessaire pour que la société française puisse se reprendre.

 

 La Communauté juive doit être à la pointe de cette lutte. Elle doit organiser des piquets devant le tribunal, des manifestations géantes avec les formations politiques non-juives partageant ses inquiétudes. Elle doit envoyer des délégations composées de ses personnalités les plus éminentes auprès de l'assemblée nationale, du Sénat, des ministères et du Palais de l'Elysée pour exiger la réhabilitation de la peine capitale de façon exceptionnelle et provisoire. La dignité juive de France, la dignité de la République française et son avenir en dépendent.

 

Dans ce domaine comme pour d'autres, les Juifs doivent être les précurseurs. Ils doivent être ceux qui voient à long terme et contribuent à la viabilité du pays qui les accueille. Ils doivent le faire avec force et intelligence, sans crainte d'impopularité ou de représailles, comme ils l'ont fait pour faire abolir la peine de mort lorsque ce châtiment était largement répandu et accepté.

 

En ce qui me concerne, j'ai l'intention de manifester même tout seul devant le Consulat général de France à Jérusalem pour exiger la peine de mort pour les assassins d'Ilan et je remettrai une lettre au consul général à transmettre à l'Elysée. Ceux qui veulent me joindre seront les bienvenus.

 

En dernier lieu, dans sa mort, Ilan Halimi le jeune Juif au visage radieux, a montré la direction à ses frères et sœurs juifs de France. Il se destinait à venir vivre en Israel, l'ultime étape du grand voyage des Juifs depuis le début de l'Exil il y a 2000 ans. Aujourd'hui, Ilan repose au cimetière de Guivat Shaoul à Jérusalem. Lui rendre justice et venir vivre ici est le minimum qui doit être accompli.

 

17:03 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (1)

PETITION CONTRE LA DEMANDE DE LIBERATION DE MARWANE BARGHOUTI ET SA NOMINATION COMME CITOYEN D'HONNEUR DE LA VILLE D'IVRY

 

 

Chers Amis,

 

La Municipalité d'Ivry-sur-Seine a décidé, à l'initiative du groupe local des Verts, de faire adopter une motion pour faire de Marwane Barghouti, un des plus grands tueurs de Juifs de cette dernière décennie, un Citoyen d'honneur de cette ville et demander sa libération des geôles israéliennes.

 

Ci-joint un appel à pétition que nous vous remercions de faire signer autour de vous et de retourner soit par la poste, soit par mail (après l'avoir scanné) :

 

A.C.C.I. (Jacques Giami)

57, rue Danielle Casanova

94200 Ivry-sur-Seine

 

ou par mail :

proarte@noos.fr

 

Avec votre soutien nous pouvons faire barrage à cette initiative infâme d'une municipalité (communiste, bien-sûr !) qui ose se présenter comme "Messagère de la paix".

 

Grâce à l'intervention musclée de notre ami, Sammy Ghozlan (Président du CCJ 93), auprès du Préfet de Seine-Saint-Denis deux initiatives similaires ont été déjouées en Seine-Saint Denis (à Stains et à Pierrefitte). Le président du CCJ 94, Me André Benayoun, a également écrit au Préfet du Val-de-Marne pour faire invalider cette décision.

 

Merci d'avance

Cordial chalom

 

Le CCJ 94

01 56 20 26 26

ccjif@free.fr

PETITION ………………………..

 

 

 

CONTRE LA DEMANDE DE LIBERATION DE MARWANE BARGHOUTI

ET SA NOMINATION COMME CITOYEN D’HONNEUR DE LA VILLE D’IVRY

 

Le Conseil municipal de la ville d’Ivry sur Seine, sur proposition du groupe des Verts, a décidé au cours d’une réunion tenue le 25 Mars 2009, d’exprimer le vœu que Marwane Barghouti soit libéré et fait Citoyen d’Honneur de la ville d’Ivry/Seine.

 

Cette décision choque profondément la communauté juive d’Ivry/Seine et les citoyens de la ville attachés aux valeurs républicaines.

 

Il convient de rappeler que Marwane Barghouti, chef du groupement terroriste « Tanzim », est emprisonné en Israël pour les meurtres et tentatives de meurtres de civils juifs israéliens dans une entreprise terroriste (les brigades des martyrs d’Al Aqsa) sous son commandement.

 

Il est notamment condamné pour cinq meurtres par l’intermédiaire d’un groupe armé dont celui d’un moine orthodoxe grec, ainsi que pour des attentats suicides au Nord d’Israël et à Tel-Aviv, ayant causés la mort de nombreux civils, femmes et enfants.

 

Cette décision est vécue par la communauté juive d’Ivry/Seine comme une provocation, de nature par ailleurs à attiser fortement les tensions intercommunautaires dans la ville et le département.

 

Les signataires de la présente pétition demandent l’annulation de cette décision

Association Culturelle Israélite d’Ivry/Seine A.C.I.I.. 57, avenue Danielle Casanova 94200 Ivry/Seine

 

Nom

Profession

Adresse

Signature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15:07 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (1)

vendredi, 24 avril 2009

Le sacre de l’obscur ©Par François Celier, Ecrivain et Pasteur : DURBAN 2

Le sacre de l’obscur

©Par François Celier, Ecrivain et Pasteur

Durban II à Genève des 20 à 24 avril 2009

Ces quatre jours vont marquer le monde, par la honte ou l’esprit de résistance.

Il s’agit d’une bataille idéologique mais aussi d’un conflit métaphysique, dans lesquels les pays libres occidentaux qui s’y impliquent y perdront leur âme (comme ce fut le cas à Evian, en avril 1938), mais aussi l’essentiel des Droits Universels donnant sens et valeurs au droit humain de nos démocraties :

la laïcité ; la liberté (y compris de critiquer l’islam, cette problématique majeure de notre temps) ; le droit des femmes (traites, mutilations sexuelles, lapidations, mariages forcés, défaut d’éducation, etc.) ; des minorités chrétiennes en terres d’islam (condamnées à disparaître) ; d’empêcher l’esclavage des populations noires (toujours vendues dans les pays du Moyen-Orient). Etc.

Cette défaite (programmée) devrait procurer aux pays musulmans un formidable outil de chantage juridique sur l’Occident démocratique judéo-chrétien, de même que dans tous les territoires du monde répertoriés infidèles à l’islam.

Ce Durban-bis genevois ne peut qu’engendrer plus d’inversion des responsabilités pénales au bénéfice du Droit de la Charia musulmane ; le détournement des outils législatifs contre le racisme, la xénophobie et l’intolérance, ainsi que toutes sortes de discriminations.

Cette Conférence genevoise constituera l’imposture du 21ème siècle des gouvernements occidentaux qui, par égarement et peur latente, vont s’abaisser à s’associer à cette tromperie en la cautionnant par leur présence, favorisant ainsi la montée en puissance des régimes terroristes dissimulés sous les calicots du grand Jihad qui méthodiquement se met en place.

Toute la démonstration stratégique de Genève-Durban II a pour objectif sous-jacent la diabolisation d’Israël et l’exaltation de la prééminence de l’Islam sur toutes les religions et démocraties du monde libre.

Dans les coulisses de l’ONU, les pays totalitaires se sont opportunément regroupés autour de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) dans le but d’imposer de nouvelles normes onusiennes ; bâillonner les libertés d’expressions ; déclarer l’illicéité de la laïcité et promouvoir les Non-Droits de l’Homme, selon la Charia d’un avenir islamiste de type moyenâgeux.

Durant ces quatre jours, plusieurs prétendants au Califat mondial vont entrer en lice : Kadhafi, un dictateur-terroriste (virginisé et adoubé par Nicolas Sarkozy) élu membre du Conseil de Sécurité de l’ONU, présidant le Continent noir, devenant ainsi Roi des rois africains ; Mahmoud Hitlerinejad, en quête d’une consécration de prophète messianique du 12ème Imam chîîte ; le Roi d’Arabie Saoudite, régnant sur la gravitation islamique de la Mecque ; ainsi que deux ou trois autres chefs d’Etats musulmans se tenant en affût opportuniste.

Par crainte de trop grandes « dérives », quelques pays ont eut le bon sens de boycotter cette conférence ubuesque en la privant de puissants appuis :

Israël, les Etats-Unis, l’Australie, le Canada, l’Allemagne, la Hollande, la Pologne et l’Italie.

Quant à la présence de la France et de l’Angleterre, cela n’honorera guère les organisateurs onusiens (qui se sentiront de toute façon humiliés), de même que le pays hôte helvétique.

Pour mémoire, la conférence d’Evian d’avril 1938 ayant échouée, des historiens la surnommèrent « feu vert pour Hitler » et sa folie génocidaire...

Convoquée par le président américain Roosevelt dans le but de solutionner le problème des réfugier juifs (des centaines de milliers de juifs voulaient fuir l’Allemagne Nazi et l’Autriche), les 33 nations invitées à en débattre décidèrent « qu’ils ne pouvaient rien y faire », autrement dit « ils s’en lavèrent les mains ». La voie du plus grand criminel de l’Histoire était ouverte puisque les nations du monde ne se souciaient pas des juifs et que personne ne l’empêcherait d’exécuter son plan d’exterminateur diabolique.

De même, de nos jours, Mahmoud Hitlerimejad attend son « feu vert » nazislamiste, dans le but revendiqué d’atomiser Israël et l’éradiquer du monde.

Oubliant les ratages de 1938, les organisateurs de Durban II genevois auraient-ils à cœur de s’en distinguer par de futures atrocités ? Selon « l’axe du mal » qui les anime, espèrent-ils amplifier leur félonie criminelle pour la perspective d’une solution finale du peuple juif et d’Israël, une démocratie exemplaire par trop embarrassante.

La Conférence genevoise des Nations (dés) Unies sur le racisme, avant même ses attendus péremptoires, va libérer un flot de haine contre les juifs et leurs petit bout de terre israélien. L’Histoire se répétant soixante dix ans après Evian-les-Bains, du mardi 21 avril 1938, Genève 2009 devrait s’engager plus profondément dans la contestation de Dieu et de ses témoins judéo-chrétiens.

Cette Conférence s’apprête à promouvoir, par un antisionisme irrationnel, la forme de racisme la plus féroce : celle de l’antisémitisme. Il convient opportunément de rappeler aux ignorants, aux barbares et à leurs féaux collaborationnistes, que le Dieu d’Israël est le Premier des Sionistes.

Qu’ils prennent garde à sa colère !

Selon le principe d’une licitation à plus grande échelle, la Conférence genevoise s’appliquera, ouvertement ou subtilement, à amplifier les dérives de Durban I d’avril 2001. Il faut se souvenir que tout s’y déroula sous le regard de Dieu... Etrangement, quelques jours plus tard eut lieu un certain 11 septembre 2001. Horrifié, le monde entier assista en direct, à New York et à Washington, à la violence destructrice de tous ceux qui aspiraient à la destruction d’Israël, en blessant mortellement son allié américain.

Ce fut ce jour-là que se révéla au monde un masque hideux : celui de l’islamisme radical, c’est-à-dire, littéralement coranique et mahométan.

L’esprit de 1938, qui fut celui de la trahison des valeurs occidentales des Droits de l’Homme de 1948 fondés sur le judéo-christianisme, gagne les esprits des dirigeants du monde libre actuel, et pas seulement sur les bords du Lac de Genève.

La Suisse accepta d’accueillir la conférence de 1938 pour ne pas froisser Hitler. Cette conférence d’Evian convoquée par le président Roosevelt devrait inciter le nouveau Président américain Hussein Obama à se démarquer des pays arabes préconisant la destruction des juifs et d’Israël. Mais Hussein Obama risque de se trouve en « délicatesse » à leur endroit… Ne serait-il pas pour nombre de mollahs sourcilleux ou radicaux, un apostat de l’islam de sa jeunesse ? Risquerait-il de ce fait la peine de mort par une fatwa ? Par ailleurs, pourquoi s’inclina-t-il devant le roi d’Arabie Saoudite, montrant par ce geste l’allégeance d’un homme se disant chrétien (de gauche libertaire, quoique cette mésalliance tactique soit aussi dans l’air du temps) ?

Au temps de Roosevelt, les américains vinrent libérer l’Europe de la tyrannie des Nazis... L’enchanteur charismatique Hussein Obama inclinera-t-il pour les démocraties occidentales agressées par l’islam radical ? Se lavera-t-il les mains si demain Mahmoud Hitlerinejad lançait sa bombe atomique sur Israël ? Beaucoup de voix s’élèvent à Washington pour que la nouvelle Administration ne soit pas celle de la trahison et qu’elle soutienne plus que jamais l’Etat juif d’Israël, éclaireur ontologique de l’humanité.

Les 20 à 24 avril 2009 sont quatre jours de honte pour les pays libres qui participent à cette mascarade onusienne (injustifiables en mémoire des tragédies de l’Histoire). Prions qu’ils ne signent pas la rémission de la liberté de penser et crions NON à l´hypocrisie internationale, aux médias serviles, au terrorisme islamique, aux pendaisons iraniennes, aux massacres en divers pays, aux lapidations et autres violations des droits de l´homme que cette Conférence genevoise devrait dénoncer, alors qu’elle va pourtant les encenser.

PS : Ce 21 avril 2009 à lieu à Evian « la journée de commémoration de la Shoah de 1938 ». Plutôt que d’aller se compromettre à Genève, la France, l’Angleterre, l’Espagne et autres pays européens auraient mieux fait de s’y rendre.

12:51 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (1)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu