Avertir le modérateur

dimanche, 08 avril 2012

David Grossman et Charles Enderlin deux idéologues de renom/par Victor Perez

source: http://victor-perez.blogspot.com/2012/04/david-grossman-e...

 

Petite vidéo à voir : Pessah casher ve sameah à tous

 

Victor PEREZ

 

David Grossman et Charles Enderlin deux idéologues de renom

 

Le « Camp de la Paix » est un camp de gauche devenu ultra minoritaire en Israël mais qui, cependant, continue à nuire à la sécurité et au renom de celui-ci. En voici deux exemples légitimant parfaitement sa condamnation.

 

David Grossman est une des figures de la littérature israélienne. C’est donc cette qualité et non pas sa ‘’profonde réflexion’’ qui lui vaut d’être publié par Le Nouvel Observateur. Dans un article intitulé « Israël ne doit pas attaquer l’Iran » (1) il donne plusieurs justifications tentant de légitimer ce diktat. Sans nier le besoin de l’état juif « de se prémunir contre un avenir certes potentiellement dangereux », il tente laborieusement de convaincre que l’attaque serait un remède pire que « de vivre avec un Iran devenu une puissance nucléaire ».

 

Son examen de la situation proche-oriental débute par mettre en doute les capacités de Benjamin Netanyahou « de penser le présent avec lucidité et pragmatisme », et « à envisager un présent qui ne serait pas l'émanation d'un mythe tragique et apocalyptique qui ne demande qu'à se répéter à chaque génération ».

 

Son analyse se poursuit par son incertitude à « déterminer si des armes nucléaires ou le savoir-faire permettant d'en fabriquer filtreront depuis l'Iran jusqu'à des organisations terroristes ». Puis par sa certitude que l'infrastructure du programme nucléaire iranien détruite « le savoir-faire accumulé par les savants iraniens (…) renaîtra de ses cendres ». L’éventualité que l'actuel régime iranien sera « remplacé à terme par une direction plus modérée » n’est pas écartée.

 

S’il y a beaucoup à dire sur ces quelques hypothèses rapportées ici, il est plus intéressant de s’arrêter d’abord sur son besoin ressenti de lancer ce débat israélo-israélien hors des frontières du pays en publiant sa tribune dans un hebdomadaire français. Etait-ce dans l’objectif d’inviter quelques opinions publiques internationales à faire pression sur Israël ? L’injonction contenue dans le titre est à elle seule une réponse. L’opinion israélienne est donc, selon lui, immature à en débattre.

 

Outre ce point qui le déconsidère, un autre point interrogatif de sa tribune autorise une objection totale à son opposition :

 

« Et comment Israël devrait-il réagir si un jour l'Arabie saoudite décide à son tour de devenir une puissance nucléaire? Faudra-t-il l'attaquer, comme l'Egypte si son nouveau régime décide lui aussi de lui emboîter le pas? Israël devra-t-il également bombarder son voisin et demeurer la seule puissance nucléaire légitime de la région? ».

 

Ceux qui vivent dans la réalité, et non selon une idéologie où tout est rose, savent que ces deux pays mais aussi la Turquie n’ont nullement l’intention, à ce jour, de se nucléariser. Il n’en sera évidement plus de même le jour où ils auront la certitude qu’Israël, entre autres, abandonnera l’option militaire contre la Perse. Il s’ensuivra alors une course effrénée régionale entre sunnites et chiites qui forcera la communauté internationale à exiger et à obtenir un Proche et Moyen-Orient totalement dénucléarisé. Ce qui obligera Israël à détruire son arsenal pour convaincre ses ‘’charmants’’ voisins à faire de même. Ceci, sans avoir la moindre garantie que l’Iran, mais pas seulement, ne reprendra pas sa quête dans le dos de l’AIEA et de ces occidentaux si veules à affronter une théocratie.

 

Il semble donc que l’oukase de David Grossman conduise l’état juif à devenir plus vulnérable qu’il n’est actuellement. Avec de tels ‘’amis’’ l’éradication du foyer juif est déjà programmé.

 

Autre sujet mais toujours dans le même chapitre idéologique. Charles Enderlin a, sur son blog, écrit une Lettre à P Karsenty (2) dans laquelle est dit ceci :

 

« L’autre exigeant que je donne son nom biblique à la Cisjordanie : «  la Judée – Samarie », comme la droite israélienne. Intéressant. Dans ce cas, les Palestiniens deviendraient-ils des « Judéens » ou « des Samariens » ? Et puis, pourquoi ne pas – selon elle – qualifier ces territoires de « disputés » et non « d’occupés ». Problème. Elle devrait persuader la communauté internationale de changer de vocabulaire. Imaginons le Conseil de sécurité votant une résolution déclarant que les territoires palestiniens ne sont plus occupés mais seulement disputés par Israël… »

 

Ironie contre ironie, le ‘’professionnel’’ que se prétend être l’envoyé permanent de France 2 serait bien incapable d’apporter la résolution de ce même Conseil attestant que ces territoires sont la « Palestine » et appartiennent au ‘’peuple palestinien’’. Que la communauté internationale utilise un vocabulaire excessif et déformé n’affirme pas pour autant une quelconque propriété légale. Le ‘’peuple palestinien’’ n’a, à ce jour, aucun titre à faire valoir sur cette région hormis une intention internationale et les abus de langage des médias et des pouvoirs politiques complaisants. Ceci durera, semble t-il, tant que le conflit ne sera pas réglé par l’accord explicite de l’Autorité palestinienne à établir un état aux côtés de l’état du peuple juif et non à sa place. Un détail sans importance aux yeux de ce journaliste jamais indiqué à ses téléspectateurs et des territoires qui sont bien, au final et en toute logique, des territoires disputés.

 

Comment, en conséquence, accorder sa confiance entant que consommateur d’informations à un journaliste qui se contente de refléter l’air du temps et la pression du plus grand nombre comme un vulgaire propagandiste ? Comment lui faire confiance encore, lorsqu’il assure, toujours dans sa même lettre, sa certitude de la culpabilité des soldats israéliens dans le « meurtre de Mohamed A-Dura » : « je ne sais pas qui, depuis la position israélienne, a tiré en direction de Mohammed Al Dura et Jamal, son père. Pour le savoir il faudrait interroger tous les militaires qui étaient sur place ». Conviction établie alors qu’il n’était pas lui-même sur place et qu’il ne dispose, hors le témoignage de son caméraman Tala Abu Rahmeh, que de deux petites minutes -selon ses propres dires- de rushes ? Deux petites minutes suffisantes semble t-il pour être lui-même convaincu de la mort de l’enfant alors que toutes les images le montre vivant ? Lui qui annonça de surcroît avoir retranché du reportage télévisuel l’agonie de celui-ci. Une agonie, on le sait maintenant, qui n’a jamais été filmée !

 

Beaucoup de questions sans réponses qui déconsidèrent celui qui fait systématiquement obstruction à l’établissement de la vérité.

 

David Grossman et Charles Enderlin -deux exemples parmi beaucoup d’autres- assurent aimer leur pays. Un ‘’amour’’ cependant guidé par une idéologie mortifère pour l’état juif. S’en rendent ils comptent ? Rien n’est moins sûr !

 

Victor PEREZ ©

 

Liens :

 

(1) : http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20120405.OBS5557...

 

(2) : http://blog.france2.fr/charles-enderlin/2012/04/07/lettre...

18:35 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu