Avertir le modérateur

dimanche, 27 janvier 2008

La fascination d’une certaine Gauche pour l’antisionisme.

Une certaine gauche, dont le style s’affirme dans Le Monde ou Télérama par exemple, focalise son énergie sur la haine du sionisme et de l’américanisme, restant fascinée par la lutte palestinienne, souvent paravent du pire intégrisme islamiste. Retrouvant les antiennes de l’antisémitisme, c’est au bouc émissaire Israël qu’elle fait porter la responsabilité de cet islamisme, utilisant à cet effet les manipulations de l’information. A partir des analyses de Pilar Rahola, voici démontés les ressorts de cette pensée de gauche qui aurait justement pour vocation d’être la gardienne de la justice et de la liberté  Notre continent a été capable de créer à la fois les bases de la démocratie, mais aussi et pour son malheur, le stalinisme et le fascisme. Le puzzle de l’antisémitisme s’y reconstitue peu à peu. Et en voici les pièces :    Le subconscient européen qui résiste aux leçons de l’histoire et est insensible aux vaccins qui tentent de tuer définitivement le virus antisémite.    Une certaine gauche qui s’éprend de nouvelles sagas totalitaires après s’être entichée de dictateurs (Staline, Pol Pot, Fidel Castro, Arafat), et cherche dans le monde arabe, des échos de Lawrence d’Arabie. L’anti-américanisme    européen, issu d’un double complexe : de supériorité (Europe berceau de la modernité) et d’infériorité (incapacité à résoudre ses tragédies).    L’intégrisme islamiste, idéologie totalitaire et nihiliste, ennemie de la modernité, et dont le fondement est l’antisémitisme, avec plus d’un milliard de musulmans vivant sous des tyrannies théocratiques.    L’antisémitisme étant une expression classique de l’extrême droite, la gauche le déteste et le récuse. Néanmoins, le parapluie de l’antisionisme permet de porter un masque dont on peut se satisfaire intellectuellement. Martin Luther King écrivait il y a près de 40 ans cette phrase plus que jamais d’actualité: "Notre époque ne permet plus de manifester ouvertement une haine des juifs, qui est impopulaire; aussi, l’antisémite cherche de nouvelles formes et de nouvelles tribunes où il puisse distiller son venin. A présent, il le cache derrière un nouveau masque; maintenant il ne déteste plus les juifs, il est seulement antisioniste".    Les manifestations de cet antisionisme ont les formes suivantes : manipulation de l’information, de délégitimation banalisation juives,l’Etat d’Israël, minimisation des victimes  de la Shoah et indifférence à l’égard des ravages terroristes de l’intégrisme.

 

   La manipulation de l’information passera dans les annales du journalisme comme exemple d’intoxication de masse. Absence de contrôle des sources, interprétation tendancieuse, manipulation des faits, ridiculisation du principe d’objectivité. : il ne saurait être question de terroristes mais de miliciens, il n’y a jamais de victimes juives, toute action palestinienne est a priori défensive, toute action israélienne est quasi criminelle, il n’y a pas de bourreaux palestiniens, pas d’ingérence internationale, la démocratie israélienne n’existe pas.    L’Europe a créé cette pensée totalitaire du christianisme qui convertissait, jusqu’à il y a 50 ans, tout un peuple en déicide, avec Auschwitz comme dernière étape non souhaitée d’un long processus de destruction.    En minimisant la Shoah , on en réduit la dimension tragique, on relativise la faute de l’Europe, et le juif redevient soupçonnable, puissant et dangereux. La victime juive n’existe plus, seul existe le soldat israélien qui tue des enfants. Belle métaphore moderne du juif médiéval qui buvait le sang des enfants chrétiens…    Ce lien entre le juif médiéval maudit et le soldat israélien maudit vient, bien heureusement, disculper l’Europe. La gauche jette le doute sur sa légitimité d’Israël et criminalise ses actes. C’est ainsi l’un des Etats qui est l’unique Etat au monde dont la création a été si justifiée, qui, chaque jour, doit s’excuser d’exister !    Une certaine gauche minimise, voire comprend le nihilisme terroriste islamique, considéré d’une certaine manière comme relevant de la responsabilité américaine, en raison de sa politique extérieure, à laquelle il faut associer la faute juive. En cela cette gauche régresse vers l’anti-modernité.    Tandis qu’elle comprend les bombes du Hamas, ou se répand dans les rues contre l’intervention américaine en Irak, cette même gauche ne s’estque très peu manifestée contre l’intégrisme qui est responsable d’un million de morts au Soudan. Elle ne dénonce pas le fait que ce soit l’argent européen qui finance les écoles de la haine, où les enfants palestiniens sont endoctrinés en vue d’un fanatisme suicidaire.            Pendant qu’un néo-catholicisme populiste, plus ou moins extrémiste, s’enracine dans la judéophobie, cette pensée unique de gauche, sous l’attrait d’un panarabisme romantique, en vient à minimiser le terrorisme, alors que la gauche aurait justement pour vocation d’être la gardienne de la justice et de la liberté !
   Qu’il est donc à nouveau difficile d’être juif en Europe !
source/YEROUCHALMI   ® N° 35 :

18:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 26 janvier 2008

« L’HISTOIRE SECRETE DE SABRA CHATILA »

« L’HISTOIRE SECRETE DE SABRA CHATILA  »

 

  

 

et

 

  

 

« 935 mensonges démocrates en période électorale »

 

  

 

sur : http://monde-info.blogspot.com/

 

  

 

et sur : http://leblogdrzz.over-blog.com/

 

  

 

Miguel Garroté, journaliste

 

  

 

 


20:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 10 janvier 2008

Un article de Yossef Lapid sur le sionisme

UN ARTICLE DE YOSSEF LAPID  SUR LE SIONISME  
 Vous trouverez, ci-dessous, la réponse de Yossef Lapid à un article d'Anton Shamas, auteur palestino-israélien, parue dans le numéro de Yom  Haatzmaout de l'hebdomadaire tel-avivien. Une réponse particulièrement brillante et réaliste, qui remet les choses à leur place !      Anton Shamas, auteur palestino-israélien, écrivait :
    «Mesdames et Messieurs, le moment est venu, en ce jour de fête [nationale israelienne],  de reconnaître avec une totale franchise, sans sentiment de honte,   ni en baissant les yeux,  que toute cette affaire s'est mal terminée.  L'aventure sioniste s'est soldée par un échec total".
    Réponse de Yossef Lapid:   "Shamas, mon ami, Le sionisme est la plus grande "success story" du XXe siècle.   Cinquante ans après la défaite de Hitler et du Mufti de Jérusalem, le sionisme vit et prospère au coeur du Moyen-Orient, dans un Etat de 4 millions et demi de Juifs, dont la survie pouvait faire doute, à un moment donné. La langue hébraïque (une des merveilles du sionisme) a fait l'union des Sabras [Israéliens nés dans le pays] et des réfugiés des camps, des Séfarades et des Juifs d'Orient et d'Occident.   En un demi-siècle et en partant pratiquement de zéro, les sionistes ont forgé un Etat qui lance ses propres satellites dans l'espace et approvisionne la marine américaine en avions-espions sans pilote. Un Etat qui exporte des progiciels compliqués et enseigne aux Latino-Américains comment faire pousser des melons. Un Etat qui exporte tous les mois des produits, pour une valeur de plus d'un milliard de dollars, vers l'Europe occidentale, les Etats-Unis et même le Japon.   Une démocratie exemplaire, où les ministres craignent les contrôles de comptes et où les juges ne craignent que Dieu. Un Etat qui a produit une armée considérée comme l'une des meilleures du monde.   Un Etat où il y a peu de crimes de sang, mais beaucoup de bons concerts. Où les fidèles de toutes les religions jouissent de la liberté de  culte, et où les non-croyants sont également les bienvenus.   10% des citoyens du pays sont de nouveaux immigrants 89% estiment que, malgré toutes les difficultés c'est un pays où il fait bon vivre.   Voilà un Etat où un Anton Shamas est libre, un jour de fête nationale [israélienne], de publier une virulente attaque contre tout ce qui est cher aux Juifs vivant dans ce pays. Shamas sera peut-être capable de nous pardonner tout cela.   Mais ce qu'il ne peut pas supporter, c'est le fait que, présentés à la lumière des réalisations du sionisme,  les échecs arabes apparaissent si humiliants et déprimants.   Combien y a t il de Palestiniens, mon ami ? un million ? deux ? trois? Et combien d'Etats arabes t'entourent ? - Vingt ? Vingt pays de rois et de dictateurs, de terreur et d'effusion de sang. Il n'existe pas une seule démocratie arabe avec liberté d'expression et droits civiques.   Tu nous parles de l'échec de l'Etat d'Israël. Comparé à qui, à quoi ? - A l'Algérie ? A l'Egypte ? A l'Irak ?   Combien y a-t-il d'Arabes entre l'Océan Atlantique et le Golfe Persique ? - Cent millions ? Deux cents millions ?  Et combien y a-t-il de musulmans ? - Un milliard ! et ils prient tous  le même Allah, au nom du même prophète, Mahomet.   Et tous, tant qu'ils sont, ils ne peuvent pas résoudre le problème des égouts à Gaza !   Depuis 47 ans, vous vous êtes préparés à l'indépendance palestinienne,  et pourtant vous ne vous êtes toujours pas mis à ramasser les ordures ménagères à Jéricho.   Malgré tout le pétrole du monde, vous n'êtes pas parvenus à mobiliser la fraternité arabe nécessaire pour  construire l'hôpital, à Deir El Balah .   Et tous les robinets en or massif d'Arabie Saoudite et tous les jacuzzis du Koweït ne suffisent pas à fournir de l'eau potable à Jabalyia.   Ceci dit, mon ami - tu le sais bien, n'est-ce pas ? - si un million de Juifs vivaient à Gaza, cette ville deviendrait un paradis sur terre. A ce moment-là, les ouvriers palestiniens feraient la queue [au passage d'] Erez pour y travailler.   S'il y avait dans le monde un milliard de croyants juifs, les Juifs de Gaza  n'auraient pas besoin d'aumônes onusiennes. Les Juifs du monde prendraient soin des Juifs de Gaza, et Gaza serait  depuis longtemps la perle de la Méditerranée.   Allons, tu sais tout cela, Anton Shamas, et c'est bien ce qui t'exaspère.   C'est l'envie qui te dévore et qui t'égare.   Ainsi, vois-tu, le moment est venu de conclure avec une totale franchise, sans sentiment de honte, ni en baissant les yeux : cela n'a pas marché, toute cette affaire.
   L'aventure palestinienne s'est soldée par un échec total."
  Yossi Lapid
  

00:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 11 novembre 2007

Aigreurs contre le Président Sarkozy par: Hélène Keller-Lind

Aigreurs contre le Président Sarkozy
 
On n'entend plus que ça : des critiques acerbes, rageuses, puériles, infondées contre le Président de la République venues de « ténors » du P.S. ou de tenants d'une gauche en déconfiture qui ferait bien de balayer devant sa porte. Quant ce n'est pas une extrême-droite en pleine déconfiture elle aussi...


Certains ténors du P.S. devraient se rendre compte qu'ils ont tout de la tête à claque....Car il y en a assez de leurs critiques virulentes aussi systématiques qu'infondées contre le Président de la République et de leurs cris d'orfraie chaque fois que ce gouvernement, élu démocratiquement toujours suvi par une majorité de Français, lève le petit doigt. Et réclament à tour de bras des commissions d'enquête stériles en voici en voilà...Sans, bien entendu, faire une seule proposition valable et alors que certains d'entre eux déchirent à longueur de pages la candidate P.S. à la présidentielle, leur porte-drapeau, donc ! Qui reconnut après les élections qu'elle avait présenté, sur pression, des projets qu'elle savait irréalisables. Promesses électorales sciemment abusives, donc.

Quant à cette alliance objective avec Marine Le Pen du Front National, elle n'a rien de surprenant...

En effet sur le site ignoble du sale petit monde qui regroupe officiellement le « tout contre Sarkozy » on retrouve côte à côte des organisations comme Génération Palestine, qui avait co-appelé avec les Jeunes du PS, sur le site de Thomas Hollande, fils de, à une manifestation du 1er mai dernier contre le candidat Nicolas Sarkozy, et des sites d'extrême-droite. Site où l'antisémitisme le plus vil est roi. Mais qui emprunte sans vergogne aucune le Chant des Partisans, une insulte aux Resistants français et sans savoir, sans doute, la part que des Juifs ont joué dans la composition de cet hymne de la Résistance. Ou dans la Résistance tout court, d'ailleurs.

Quelques exemples à propos de l'affaire de l'Arche de Noë, notamment.

Jean-Louis Bianco. Il compare le Président de la République à «Zorro ». Ce qui est un comble quant on sait qu'il est un grand adepte des Moulins à Huile à Gaza, ce qui a été l'occasion pour lui d'écrire lors d'une visite au pays de l'Islamisme, que les seuls coupables étaient les Israéliens qui avaient refusé de prendre la main tendue par des Palestiniens qu'il décrivait comme ne prononçant jamais une parole de haine contre les Israéliens....Curieusement le lien vers cet article – imprimé par ailleurs- a disparu depuis que son attitude invraisemblable ait été dénoncée sur Resiliencetv.

Mais son soutien au Hamas est moins facile a cacher, étant donné qu'il a appelé à signer une pétition d'un Témoignage Chrétien fourvoyé qui appelait à continuer à donner notre argent – sous la forme de fonds européens – au Hamas. Sans doute le nombre de roquettes envoyées quotidiennement sur Israël depuis une Bande de Gaza évacuée par Israël n'est-il pas jugé suffisant...
Et puis c'est quand même lui qui a organisé ce fameux voyage de la candidate PS Ségolène Royal au Liban au cours duquel elle a serré la main d'un membre du Hezbollah, se disant en plein accord avec lui ! Elle n'aurait compris que son antiaméricanisme primaire mais pas la haine d'Israël qu'il avait pourtant clairement exprimée, dit-elle plus tard devant le tollé provoqué. Quant à leur voyage de Gaza, il s'est déroulé en privé après ce coup d'éclat...Gageons que son co-président de campagne lui a fait rencontrer ses amis palestiniens si désireux de paix....

Alors, Zorro....il est bien placé pour en parler. Mais le Zorro qu'il interprète soutient des terroristes, lui.

Quant à Pierre Moscovici, qui continue à réclamer en quelque sorte la « comparution » devant une Commission parlementaire de l'ex-épouse du Président de la République, ayant pourtant co-agi avec brillo pour obtenir la libération des infirmières et du médecin bulgares, alors que ni lui ni son gouvernement de gauche n'avaient rien obtenu lors de leur kidnapping, quand il était aux affaires, il reste semblable à lui-même. Et dans ses déclarations il mélange tout en faisant semblant de confondre les actions des journalistes et personnel navigant et ceux des membres de l'Arche de Zoë dans un communiqué officiel. Les uns étant des témoins les autres ayant joué une part active, allant même jusqu'à imaginer qu'ils iraient en prison à leur retour....- ce qui est démontré par le documentaire de l'un des protagonistes Marc Gamirian, diffusé le soir de son retour sur M 6. Au passage il insulte le Tchad....Quel exploit !

Le P.S. réclame d'ailleurs une autre Commission d'enquête parlementaire à propos de cette Arche qui a sombré...Bientôt et si le P.S. continue, le Parlement ne passera plus son temps qu'à ça...
Elisabeth Guigou, qui appartenait à un gouvernement qui n'a guère fait de miracles en matière d'économie, en profite pour clamer que les promesses électorales de Nicolas Sarkozy n'ont pas été tenues. Ce qui est faux, un certain nombre de mesures ayant dores et déjà été prises. Ainsi des quantités d'acquéreurs de logement doivent-ils rendre grâce au Président d'avoir allégé leur pression fiscale...Sont-ils tous riches comme le clame la gauche ? A moins bien sûr que l'on reprenne la définition du Secrétaire général du P.S. pour qui gagner plus de 2000 € mensuels, c'est être riche...- sauf lui et son couple qui engrangeait bien plus que cela, tant s'en faut -. Quant aux promesses en suspens, si Madame Guigou a trouvé une baguette magique depuis qu'elle n'est plus aux affaires, il faut que ça se sache...

Pour mémoire, Nicolas Sarkozy n'est Président de la République que depuis 6 mois. Uu peu juste pour qu'elle fasse des déclarations aussi péremptoires....d'autant que les socialistes ont été au gouvernement pendant des lustres.
De plus, cet ancien ministre de la Justice, réclame que les autres ressortissants français restés sur place soient jugés en France....Or, si ce souhait a été exprimé par le Président de la République, il disait dans le même temps respecter la justice du Tchad, pays souverain.

D'ailleurs, loin d'être de la politique spectacle, comme on le dit à profusion, il est clair que la libération de ces 7 personnes a été préparée en amont par un travail en profondeur mené par plus d'un protagoniste. Le ministre des Affaires étrangères et humanitaire par excellence dénonce d'ailleurs, et avec raison, la conduite « dévoyée » de « l'Arche de Zozo » et il ne faut pas oublier que la Secrétaire d'Etat Rama Yade était du voyage. Et si les médias n'en ont pas beaucoup parlé, la faute à qui ?

Les critiques semblent oublier sur quel fond cette opération désastreuse s'est déroulée. En effet, sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, une force européenne doit se déployer dans les semaines qui viennent, justement pour protéger les populations déplacées et menacées du Darfour. Et ce type d'intervention menaçait de faire dérailler ce projet européen. La moindre des choses étant alors de parler en personne au Président du Tchad.

Et, pour terminer, le fait que ce voyage ait été politiquement avisé vis-à-vis du Président du Tchad, a été confirmé et par son sourire lors de la prise de parole des deux Présidents et par les réactions de nombreux Africains. Et il ne faut pas oublier la colère de sa population qui sait que des enfants tchadiens qui ne sont pas tous orphelins – et dont on a pu voir les retrouvailles avec leurs parents dans des reportages – allaient être sortis du territoire national sans autorisation. A ce propos il est étonnant que l'on entende parler ici de « trahison » de la part des Tchadiens qui ont travaillé avec l'association et n'ont découvert qu'au dernier moment – voir le reportage M 6- qu'ils avaient été de fait complices d'un détournement qui n'était pas prévu, ces enfants devant rester sur place dans un orphelinat pour y étudier et avoir ainsi de meilleurs chances dans la vie. Selon ce qui leur avait été dit. Guère étonnant qu'ils n'aient pas voulu être complices in fine d'un détournement. Est-ce là de la « trahison »...Comment auraient réagi légitimement si c'est bien ce qui leur a été dit et les familles des enfants et les autorités du Tchad s'ils avaient laissé faire ?

Littérature et articles de sous-gare


Dans cette campagne anti-Sarkozy, initiée bien avant les élections présidentielles et qui perdure, on peut ranger des ouvrages et articles nauséabonds.
Comme ce petit livre, recueil de commérages, obtenus on ne sait comment, par deux journalistes du quotidien Le Monde, censé être le nec plus ultra du journalisme français, qui se prétend être « la bande annonce du sarkozisme »....car ce ramassi entend donner le Là de Nicolas Sarkozy dans toutes ses facettes. Incluant Guy Môquet, les infirmières bulgares, un Traité simplifié pour l'Europe, la volonté d'une indispensable égalité en matière de retraites, etc. etc. Plus réducteur et mercantile que cet ouvrage publié à la hâte, on ne trouve pas..

Voyons ce dont il s'agit d'après ces journalistes auteurs : dans la foulée de l'élection présidentielle, une fête a été organisée par celle qui était alors l'épouse du Président élu dans un restaurant parisien. Réunissant des amis du couple et des personnages qui n'avaient pas été invités mais s'y sont faufilés. Et alors ? Il y avait de grands patrons, riches, bien évidemment. Et alors ? Ceux qui réussissent et sont créateurs d'emploi sont-ils à honnir ? La richesse est-elle un gros mot ? Ca fait un peu communiste du temps des purges et des Goulags, ça...Et, les Hollande, Moscovci et autres Fabius n'ont que des amis pauvres, eux et vivent dans des HLM...c'est bien connu.

Il y avait des artistes comme Johnny Hallyday. Et alors ? Cela fait 50 ans qu'il réussit et qu'il est reconnu, donnant un énorme plaisir à ceux qui le suivent et des sommes énormes au services des impôts français. Ça gêne qui ?
Ceux qui se disent « intellectuels»...Explication : On n'y a pas vu, par exemple, les comédiens qui soutiennent les actions du DAL, non. Et encore, peut-être. Je n'ai pas lu et ne lirai pas ce livre. Le voyeurisme matiné de sarcasme et de haine, non merci...Car ces artistes-là, ceux du DAL, ce sont « les bons ». Ils sont pauvres et soutiennent les « bons opprimés, » alors....ils sont à encenser et pas ringards du tout, eux.. Vous ne saviez pas ? Il y a les artistes, les personnalités acceptables – car censés être de gauche – et les autres....
Connaissent-ils seulement les dossiers dans toute leur complexité, ces comédiens ? La Secrétaire d'Etat chargée de la politique de la ville, Fadela Amara doit les connaître, elle, et on ne l'y a pas vu. Et elle n'a pourtant pas sa langue dans sa poche. Pas plus que Martin Hirsch, expert en matière de solidarité depuis des lustres. Il est vrai qu'ils font partie d'un gouvernement qui travaille avec détermination...mais sans baguette magique.

Autre reproche :Nicolas Sarkozy est resté longtemps. Il attendait son épouse. Et alors....Ces critiques vipérines n'ont-elles jamais dû attendre ou faire attendre pour cause de problèmes personnels aigus ? Ni aucun de ceux qui les encensent ?
Et puis, à la Concorde, il y est allé, non ? Accueilli par une foule enthousiaste. La critique change alors son fusil d'épaule...et tourne les chanteurs présents en dérision.
On se demande si un tel recueil de cancans a jamais été publié sur un autre Président....Quant on pense qu'il a fallu attendre notamment le livre de Pierre Péan, « Une Jeunesse Française » publié en 1994 pour qu'éclate le scandale des amitiés douteuses de François Mitterrand avec des personnages tels que Bousquet...ce n'est que dans les années 90 que des ouvrages ont été écrits sur les liens d'un personnage décoré en 1943 de la si vichyste Francisque avec l'extrême-droite soient évoqués. Alors qu'il a été Président de la République de 1981 à 1995, ayant été auparavant le Premier Secrétaire du PS pendant 10 ans !

Rien de tout cela non plus quant à sa vie privée...il y aurait pourtant eu beaucoup de choses très croustillantes à dire dans ce domaine. Bien plus que sur le déchirement du couple Nicolas et Cécilia Sarkozy, si classique par comparaison avec les aventures mittérandiennes. A commencer par sa « seconde famille » et sa fille, née en 1974 et élevée en grande partie aux frais du contribuable français.

Et plus récemment on ne nous a pas bassiné sur le déchirement du couple Royal Hollande, présenté comme « des compagnons » alors que le tout paris journalistique savait que ce n'était qu'une fable jusqu'à ce que cela soit annoncé par Ségolène Royal, elle-même, en plein résultats des législatives.

Mais, silence....sur des errances socialistes on détourne le regard, fussent-elles collaborationnistes !
On notera, à ce propos, l'élégance de l'attitude de Nicolas Sarkozy à propos de son divorce.


20:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

L’antisémitisme est-il une maladie mentale en France ?

L’antisémitisme est-il une maladie mentale en France ?

Yaël König

 

Sébastien Selam est disc jockey. « Di Jè », comme on dit dans les milieux branchés.

À 23 ans, Il jouit déjà d'une certaine notoriété. Il anime de nombreuses soirées, mixe dans les boîtes huppées de la capitale, comme les Bains Douches ou le Queen. Les journaux l’encensent, sa réputation dépasse les frontières, on le sollicite sur la Côte d’Azur, en Europe, et même au-delà.

Sébastien est heureux ; il vit sa passion et sa passion le fait vivre.

L’argent ne le rend pas arrogant et n’altère aucunement sa mémoire. Sébastien travaille d’arrache-pied pour devenir cette star naissante de la musique. Dans le privé c’est un garçon souriant, serviable, attentif.

Le jeune homme habite avec Juliette, sa mère, dans une cité de la rue Louis Blanc, dans le dixième arrondissement de Paris. Son père est mort depuis longtemps, laissant à sa femme deux garçons à élever.

Depuis qu’il a l’âge de raison, Sébastien s’est promis de prendre soin de Juliette, de la gâter, de lui rendre au centuple les soins et l’amour qu’elle ne cesse de lui prodiguer. Grâce au succès du DJ, la situation matérielle des Selam s’améliore.

Bientôt le frère de Sébastien se marie. La soirée que lui concocte Sébastien restera gravée dans les mémoires tant il a mis de cœur et de talent à l’animer. Du bonheur en myriades, des cascades de musiques dynamiques et joyeuses. Pour la dernière fois, mais nul ne le sait…

De quoi oublier la mine renfrognée et agressive d’Adel Amastaibou, son voisin. Adel a le même âge que Sébastien, ils se connaissent depuis toujours. Même génération, même lieu de vie : mais là s’arrêtent les ressemblances.

Adel Amastaibou ne connaît pas le sens du mot travail. Il est violent. Il a déjà été arrêté à plusieurs reprises. Il gagne, en dealant de la cocaïne, bien plus que le smic, ce qui lui laisse tout loisir pour traîner, regarder les autres avec haine et se laisser corrompre par les incitations islamistes nauséabondes et dangereuses.

Cela l’amène à se déchaîner, quelques mois avant "l'affaire Sellam" en agressant et injuriant un rabbin qui avait l’outrecuidance de passer dans « sa » rue : « T’es un rabbin toi, regarde ton gros nez de Juif, vous êtes tous des fils de p…, regarde ce gros berger allemand, il va te mordre les fesses, ça te rappelle quelque chose ? On va te faire la peau… ».

Le Procureur de la République requiert alors contre Adel Amastaibou. Au procès en Correctionnelle, les magistrats le déclarent coupable. Personne n’émet l’excuse fallacieuse de la folie, denrée de grand secours pour ceux qui veulent nier ou masquer les délits commis sous la bannière islamo-antijuive.


Le 19 novembre 2003 dans l’après-midi, Adel rencontre Sébastien dans l’escalier et lui lance : « Je vais te tuer, toi et ta famille. »

Qu’auriez-vous fait à la place du DJ ? Auriez-vous seulement cru à la menace ? Il est vrai qu’en 2003, et depuis des années, le racisme antijuif se déchaînait : des Juifs agressés, des synagogues brûlées, des bouffées de haine violemment exprimées… mais tout de même, c’était en France !

La France est un pays aimé des Juifs depuis toujours, malgré tout. Mais la France aime-t-elle encore ses Juifs, apeurée, influencée qu’elle est par les assertions racistes à flux tendu ?

Sébastien continue à vivre tranquillement le dernier après-midi de sa courte vie. Peut-être un peu inquiet ? Nul ne le saura. Il doit penser aux injures d’Amastaibou qui vont crescendo, aux poulets égorgés que sa mère trouve devant leur porte palière ; sinistres avertissements…

Mais Sébastien ne sait pas reconnaître le mal absolu. Son plaisir c’est la musique ; sa feuille de route c’est le bonheur.

Le soir de ce même jour le jeune homme descend dans le sous-sol de l’immeuble. Adel y est déjà, qui l’attend. Il a piégé Sébastien.

Il le torture, l’exécute. Nous avons vu des photos. L’horreur, indicible.

Amastaibou a-t-il eu des complices pour guetter, prévenir ? La question n’est encore pas résolue.

Après ce crime l’assassin déclare aux services de police : « Je suis content s’il est mort, cet enc… de bâtard, s’il est mort je suis trop content, ce p… de Juif, sale Juif… »

À ces mots terrifiants, le gardien de la paix qui a enregistré la déposition d’Amastaibou ajoute ce commentaire spontané : « Amastaibou, le sourire aux lèvres, se dit pleinement satisfait de son acte. »

En tout cas à nos yeux de citoyens confiants, l’affaire est entendue ; nous avons là des aveux ; le dossier est clair et solide. Justice va être faite. Justice, non vengeance.

Sauf que.

Sauf que la Justice française refuse d’entendre Adel le criminel, le considérant d’emblée comme fou. La messe est dite.

Madame le juge d’instruction Sonnois délivre une ordonnance de non-lieu dès le 24 novembre 2003, au vu d’une, et d’une seule, expertise psychiatrique.

Est-ce à dire qu’un antijuif assassin est automatiquement considéré par la justice de notre pays comme un fou ? Pratique… Pas de jugement, un peu de perlimpinpin pour alimenter cette thèse et bientôt on ressort libre… À vomir !

Mais le pire, si l’on peut dire, reste à venir.

Quelques mois après cette barbarie Madame Nathalie Becache, vice-procureur de la République à Paris, déclarait au défenseur de la famille Selam : « Le Ministère de l’intérieur avait décidé de poser pudiquement une chape de plomb sur le dossier Selam. »

Gravissime ! Pourquoi cette décision ? Un Français juif qui meurt assassiné, est-ce donc d’un degré inférieur sur l’échelle des crimes qu’un Français protestant, catholique ou athée, sans parler des Français musulmans, qui ont de suite droit aux coups de gong des médias ?

Il est incroyable de constater que par la suite, pendant toute la durée de l’instruction, des médecins de l’unité psychiatrique abritant Amastaibou délivreront des certificats lui permettant de ne pas assister aux interrogatoires ! Commode !

Son psychiatre référent attestait même : « Je soussignée Docteur Magali Bodon Bruzel certifie que monsieur Amastaibou Adel, né le 1er août 1983, est hospitalisé actuellement dans notre unité. Son état de santé ne lui permet pas de se rendre à l’audience prévue le 24 février 2004 à la Cour d’Appel de Paris. L’hospitalisation est susceptible de se prolonger plusieurs semaines, voire plusieurs mois ».

Et hop, circulez, y’a rien à voir ! Et rien à dire, même si l’indignation nous prend à constater que pendant toutes ces années d’instruction, la famille Selam et ses anciens avocats n’ont jamais pu voir l’assassin, n’ont jamais pu constater son état de santé réel ! Si ce n’est pas du confort offert au meurtrier, qu’est-ce que c’est ?

Ainsi donc il semble qu’il n’y aura pas de procès pénal pour l’assassin de Sébastien Selam.

Et que Juliette se débrouille avec ça ! Elle n’avait qu’à ne pas être juive !

Juliette qui a l’audace de solliciter de la ville de Paris l’octroi d’un logement social afin de ne pas rencontrer l’assassin de son fils dans l’immeuble, afin de ne plus avoir sous les yeux les auréoles sombres qu’a laissées sur le sol le sang de son enfant…

Juliette qui, à l’heure où paraît cet article, presque exactement quatre ans jour pour jour après la mise à mort de Sébastien, n’a toujours pas été relogée !

Et le pire n’étant jamais en reste, il est un fait lamentable dans les suites de cet assassinat monstrueux. L’ordonnance de non-lieu du 8 août 2006 au bénéfice d’Amastaibou, (pour trouble mental sur le fondement de l’article 122-1 du Code pénal,) ordonnance rendue par la nouvelle juge d’instruction madame Isabelle Minguet, n’a jamais été délivrée à la famille Selam, la privant ainsi de tout appel possible !

C’est là que Primo a tout lieu d’être fier, ou simplement content d’exister.

En effet, en 2005, un jeune avocat nous contacte après avoir pris connaissance de nos articles concernant l’affaire Ilan Halimi. Nous le rencontrons ; il a la fougue de la jeunesse, la passion de son métier, la foi en la justice. Il est intelligent, tenace, efficace.

Axel Metzker, car c’est de lui qu’il s’agit, est mis au courant par nos soins de l’affaire Selam. Nous voudrions agir, aider Madame Selam, mais nous ne savons comment nous y prendre. Maître Metzker rencontre Juliette Selam et se met immédiatement au travail.

Après des recherches acharnées, d’innombrables appels au cours desquels il est souvent considéré comme un empêcheur d’entériner les erreurs, il découvre que les expertises psychiatriques effectuées par la suite n’étant pas conformes au principe d’impartialité et de rigueur, il est fort probable que l’assassin de Sébastien est un simulateur.

Nous affirmons ici avec Maître Metzker qu’un individu qui prémédite, revendique et assume un crime ne peut être soustrait à la sanction pénale qu’il mérite. Ou alors, serait-ce différent lorsque la victime est juive, tuée parce que juive ?

D’autre part, Axel Metzker déniche, dans les archives du tribunal, deux enveloppes cachetées non délivrées à Madame Selam au motif : « Pas de destinataire à l’adresse indiquée ». Ça alors !

Qui a apporté ces enveloppes et s’en est retourné sans les livrer ? Qui aurait constaté que nul n’habitait à cette adresse, alors que les Selam y vivent depuis de nombreuses années et sont connus de tous ?

Ces courriers devaient porter à la connaissance de Juliette Selam que l’assassin de son fils bénéficiait d’un non-lieu. Elle aurait pu alors interjeter appel dans le délai légal. Mais ces enveloppes sont bien vite retournées au chaud de l’indifférence générale, et Juliette Selam n’avait plus d’autre choix que celui de se taire.

Depuis, la Poste a reconnu son erreur et s’en est excusée ; mais plainte a été déposée contre elle.

Grâce à l’opiniâtreté et à la compétence de Maître Metzker, Madame Selam a enfin pu, en juin dernier, faire appel de l’ordonnance de non-lieu rendue à l’époque du meurtre de son fils. Enfin la justice redresse les épaules !

En plein procès du jeune schizophrène meurtrier de deux infirmières paloises, on apprend des médias que les non-lieux accordés par la justice de notre pays pour maladie mentale deviennent de plus en plus rares. Ah bon ?

S’en réjouir ou le déplorer n’est pas ici notre propos. Mais s’étonner qu’un meurtrier antijuif soit soustrait à la justice sous cette fallacieuse raison, s’étonner et demander réparation, là oui, c’est ce que nous réclamons, ici, maintenant, plus fort que jamais !

Et aujourd’hui même, pendant que l’auteur de ces lignes luttait contre l’écœurement dû à ces ignominies, un appel téléphonique de l’avocat lui apprenait qu’une audience a été fixée devant la chambre d’instruction du Tribunal de Grande instance de Paris le 22 novembre prochain.

Première étape, enfin, vers la réhabilitation d’une vérité malmenée ?

Aujourd’hui nous voulons savoir si Amastaibou a eu des complices, nous voulons savoir où il se trouve, nous voulons que justice soit faite.

Nous voulons retrouver notre fierté et notre confiance en la justice de notre pays, nous voulons aussi qu’enfin les pouvoirs publics attribuent à Juliette Selam le logement qu’elle espère depuis trop longtemps ; qu’elle puisse vivre son deuil sans frémir au moindre battement de la porte de l’immeuble en imaginant que c’est Adel, le voisin de toujours, celui qui a défiguré et assassiné son fils, qui rentre chez lui pour une soirée tranquille...

Pendant qu’au cimetière Sébastien a froid, si froid, et qu’il se désole de n’avoir pu empêcher le meurtre d’Ilan Halimi, son frère en souffrance…

Yaël König © Primo, 9 novembre 2007

http://www.primo-europe.org/




09:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu