Avertir le modérateur

mardi, 17 juillet 2007

United Nation /Voodoo Geopolitics


September 11, 2006
United Nations/

Voodoo Geopolitics

The UN is the chief world producer of political and geopolitical lies.

I am from France, a country where the UN is popular, where people were genuinely relieved when they heard about the 2006 UN-brokered cease-fire in Lebanon, where, in fact, most people think that the UN and its Secretary-General, Mr. Kofi Annan, are the very embodiment of international law, order, and decency.

Of course, there are some reservations even in France about the UN.  The French think that the U.S. exerts too much influence there and deters it from being effective much of the time.  The French think that the U.S. is preventing true peace from being achieved in the Middle East by vetoing too many anti-Israel resolutions.  And the French regret that France is not always given the full influence that it deserves at the UN, despite Prime Minister Dominique de Villepin's powerful and inspirational speeches.

As must be clear, I come from a wasteland.

Current European thinking is driven largely by three factors: history, fear and immigration. Europe feels guilty for having been the colonial overlord and exploited the non-white nations for about five hundred years. At the same time, it feels a bit nostalgic about its past grandeur and power, and may not be fully reconciled with not being as grand and powerful any more. As for fear, Europe has been exposed to Islamic terrorism - in Madrid in 2004, and then in London in 2005, not to mention earlier terror waves, and quite deadly ones, in France back in the 1980s and the 1990s. And finally demography is destiny.  In Europe today we have a demographic implosion.  The average birth rate is dropping, the society is aging and immigration is changing Europe fundamentally.

The average birth rate throughout the European Union is under 2.1 babies per woman, the threshold for group survival. In Italy and Spain, the average is closer to 1.3, and in northern Italy, it is said to be 0.8, approximately the level in a besieged and starving Leningrad during World War II. The first consequence is that the present European population is not going to be replaced as such. The second is that European society is getting old. While we all may be in favor of having a blessed long life, how sustainable would a society be in which senior citizens made up one-third to one-half of the entire population? At the same time, we have immigration.

Like most things in the world, immigration can be good or bad. Immigration is certainly wrong for democratic countries when immigrants do not want to abide by democratic necessities, or when they are under the sway of ochlocracy.  Ochlocracy means the rule of the mob.  It is dictatorship of everybody over everybody, the dictatorship of conformity. In Western countries, based on the primacy of the individual, the idea is difficult to grasp. We do not understand that there are societies in which conformity, not singularity, is the norm. It is hard for us to believe that conformity can be a matter of life or death for millions, perhaps billions of human beings. But it is a fact. There are places and environments where you die if you don't conform.  You either get killed, or you go insane, or you commit suicide in one way or another. It is perhaps not a mere coincidence that two societies that could have been described at some point in their history as ochlocracies - namely Japan and the Arab world - have generated the same phenomenon:  the kamikaze or suicide attackers.  The dictatorship of conformity can drive you to extreme ends like blowing yourself up, in an attack either on an enemy position or on innocent civilians.

It is the tragedy of France and of most of Europe that many of the immigrants who now come from Muslim countries are under the sway of this kind of social pattern.  As individuals, they can adapt perfectly well to the French or the European society. Beyond a certain point, however, they cannot really escape the pressures of their family or their group.

An estimated 10 to 15 per cent of the European populations are now from Islamic countries: North Africa, the Middle East, Muslim Sub-Saharan Africa, Pakistan, and others. Taking into consideration the demographic collapse of the original European population, and considering the younger brackets of the population, we find that the immigrant Islamic sub-society is in fact much stronger. In many areas, up to 30 per cent of the people under the age of 25, and in some cases up to 50 per cent, are Muslim immigrants or their sons and daughters. Since young people are usually more prone to combat than older people, it means that, in a scenario of crisis between the immigrant and Europe's older populations the ratio is one to one.

All of France was rocked by ethnic riots in the fall of 2005. Drawing on those events, Jean-Eric Boulin, a 28-year-old novelist, has just written a book called Supplément au Roman National (loosely translated as A Sequel to the National Narrative). He foresees the coming revolutionary war in France, the war of the poor and the immigrants united under the green flag of radical Islam. This is Boulin's fantasy ; he is in favor of that revolution. What is relevant is that he is attracting a large readership by forecasting such trouble - in other words, by making explicit what is now on most people's minds.

A nation unsure and bitter about its history and therefore its identity, frightened by terrorism and threatened by ethnic upheavals, will resort to voodoo geopolitics and find solace in the voodoo world organization par excellence, the UN. The UN as it is now - and as it has been for most of its existence - is the chief world producer of political and geopolitical lies. In fact, producing lies is its essential function. I am referring to the General Assembly's resolutions, to the UN agency operations, to the activities and declarations of successive Secretary-Generals. Security Council resolutions, thanks to the five great powers veto, and more specifically to the United States veto, tend to be more rooted in political and geopolitical truth.

The UN produces lies by positing itself as union of nations, whereas many of its members do not really qualify as states with functional governments.  It produces lies by not checking regularly upon its members' compliance with its Charter and its Declaration of Human Rights. It produces lies by acting as a kangaroo court on various issues. And above all, by pretending that this obscene chaos is order.

The Talmud says that turning crime into law, and natural law into crime, was the hallmark-and the major sin - of Sodom, the wicked city. George Orwell elaborated on that in his novel 1984. He understood "newspeak", the alteration and moral inversion of language, as the main tool of totalitarian regimes. Alexander Solzhenitsyn made the same point when he rose against Soviet tyranny:  the only weapon against the Red tyrants, he warned, was never to take part in their lies.

The UN lies are not just empty words and posturing; they are cast into educational programs, cultural and academic orthodoxies, economic utopias, and perverse aid programs that spread all over the world and gradually vitiate - much as a computer virus does - the entire fabric of politics and geopolitics, of public morality and international law. Think of UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization), from which the United States gallantly withdrew in 1984 and to which it should never have returned. Think of the UN World Population Prospects, which have had much impact since the 1960's on the demographic implosion in Western countries and particularly in Europe, or of the Kyoto Protocols of 1997. Think of the «Zionism Is Racism» resolution of 1975 or the Durban conference of 2001. Think of United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East (UNRWA) , which in fact created the Palestinian refugee issue in the early 1950's and has kept it out of control ever since. Think finally of the Iraq oil for food operation and billions averted from needed Iraqis, while the United States was blamed for their condition.

I see a clear link between the spread of the UN-induced political and geopolitical viruses and the inability of my own country or of the European Union at large to face many of the present challenges. Though I am certainly not a Gaullist, General de Gaulle was right when he expressed contempt and defiance for the UN, or rather ″That Thing″, Le Machin, as he used to call it. Nor am I a Socialist, but François Mitterrand was right when he said: "You don't reform bad things. You just scrap them".

© Michel Gurfinkiel & The Hudson Institute, 2007

This speech was delivered at the Hudson Institute conference on the future of the United Nations, on September 11, 2006.

It has just been published as Chapter 16 of  "The UN and Beyond" (Hudson Institute). Editor : Anne Bayefsky.

Some things have improved over the past months : a decent Secretary General is now in charge of the UN ; a no-nonsense, pro-West, president has been elected in France.

Still, the global assessment of Europe's political anemia and the indictment of the UN and "Voodoo Geopolitics" remain in full force.

RETROUVEZ MICHEL GURFINKIEL SUR www.michelgurfinkiel.com

Photo  © Alain Azria

08:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 13 juillet 2007

Le Colloque de la Liberté.


Rousseau's Blog


"La liberté appartient à tous, aussi bien à la gauche qu'à la droite." Saurons-nous la défendre ensemble ? Le premier colloque de l'Institut Jean-Jacques Rousseau, le 28 juin 2007, a posé la question.

medium_photo_Alain_Azria.2.JPG Un nouveau départ dans la vie intellectuelle de la France et de l'Europe ? C'est bien ce que les participants du colloque organisé par l'Institut Jean-Jacques Rousseau (JJRI) le 28 juin  - « Le monde libre, une idée neuve » - ont eu le sentiment de vivre. Les meilleurs esprits se sont retrouvés pour commémorer la création, voici une soixantaine d'années, d'une communauté de nations dite « occidentale » ou « atlantique », fondée sur la foi, le droit et la liberté, pour célébrer ses réussites (de l'Otan à l'unité européenne, de l'ordre économique mondial à la victoire finale par K.O. sur le totalitarisme soviétique), mais aussi pour s'interroger sur la montée de nouveaux dangers. Qu'une telle réunion ait lieu, c'était déjà remarquable en soi : nous vivons à chaque instant sur l'acquis du « monde libre », mais n'y pensons presque jamais. Ce qui était non moins significatif, c'était à la fois la diversité des opinions, et que chacun se soit situé, dans les exposés comme dans les débats, au-delà des clivages politiciens et des idéologies toutes faites : gauche contre droite, ou post-socialisme contre pseudo-libéralisme...

Le colloque a été ouvert, avec la distinction souriante qu'on lui connaît, par son hôte, Pierre-Christian Taittinger, maire du XVIe arrondissement de Paris. Michel Gurfinkiel, président de l'Institut Jean-Jacques Rousseau, a ensuite passé la parole à l'essayiste Nicolas Tenzer, directeur de la revue Le Banquet, qui a prononcé une leçon inaugurale sur le concept même de « monde libre ». En soulignant notamment à quel point il était lié à trois traditions historiques : le judaïsme, religion du Talmud, donc de l'étude perpétuelle et de la confrontation perpétuelle des points de vue ;  le christianisme, religion du salut individuel et donc de la personne humaine ; et l'humanisme, fondé sur un doute créateur.

Une première table ronde, animée par Charles Meyer, a abordé les racines religieuses du monde libre. Meyer a cité le Midrash (commentaire homilétique de la Bible hébraïque) : « Selon les exégètes, ce n'étaient pas les prêtres qui, dans l'ancien Israël, portaient le candélabre à sept branches sur leurs épaules, mais le candélabre qui les portait ». Ce qui revient à dire que ce n'est pas la société qui façonne la foi, mais le contraire. André Kaspi, professeur à la Sorbonne (Paris I) et président du Comité du CNRS pour l'histoire, a évoqué les Etats-Unis des années 1940, de Pearl Harbour à la fondation de l'Otan. D'une certaine manière, cette époque marque l'apogée d'une culture marquée à la fois par la foi chrétienne et l'optimisme des Lumières : d'où, par exemple, la notion, spécifiquement américaine, et inintelligible ailleurs, d'une « croisade » pour la liberté. Armand Lafèrrere, président d'Areva Canada, reprend ce thème, à travers une analyse exceptionnellement dense de la théologie calvinienne, socle religieux du monde anglo-saxon mais aussi du protestantisme français. Pour André Bercoff, journaliste et écrivain, le plus grand mérite intellectuel du monde libre est d'avoir pratiqué l'autocritique, et sans cesse accepté de mettre ses actes en accord avec ses principes affichés : permettant ainsi à un « club occidental » , blanc et judéo-chrétien, de devenir celui de l'humanité tout entière.

La deuxième table ronde, sous la houlette de Valérie Hoffenberg, était consacrée aux « piliers » du monde libre, mis en place à la fin des années 1940 et toujours présents. Le libéralisme économique, dont Florin Aftalion, professeur émérite à l'Essec rappelle qu'il est longtemps resté « hérétique » face à une pensée dominante keynésienne, jusqu'à la révolution thatchérienne de 1979, mais qui a tout de même conditionné en grande partie la prospérité américaine de l'après-guerre ou le « miracle » économique allemand. L'Otan, alliance qui, selon François Heisbourg, directeur de la Fondation de la Recherche stratégique (FRS),  a préservé la paix en prenant au sérieux l'hypothèse de la guerre. Et enfin l'unité européenne, donc Christian Makarian, rédacteur en chef de L'Express, s'est fait à la fois l'historien et le champion, avec autant d'humour que de netteté dans les convictions.

Troisième table ronde,  animée par Anne-Elisabeth Moutet : les menaces dirigées contre les sociétés démocratiques du XXIe siècle, et dues, dans une large mesure à des politiques à courte vue. Louis Chauvel, sociologue et professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, s'interroge sur la viabilité d'une démocratie qui ne reposerait plus sur une solide classe moyenne. Ceux qui ont lu son livre sur Les classes moyennes à la dérive (Seuil, 2007) ont retrouvé son franc-parler : aussi bien face à une gauche qui n'a rien fait contre « l'inflation, donc la dévaluation, des diplômes », que face à une droite qui préféré l'héritage au mérite. Dean Godson, directeur du think-tank Policy Exchange, fait le bilan du multiculturalisme britannique : loin d'exprimer une ouverture réelle, cette pratique ne serait, selon lui, qu'un « rapatriement des habitudes coloniales ». De même que les administrateurs victoriens gouvernaient l'Empire de façon indirecte, en s'appuyant sur des élites locales plus ou moins acquises, de même les gouvernements britanniques contemporains ont cru pouvoir « déléguer » l'intégration des immigrants issus du tiers-monde et en particulier des pays islamiques à des élites communautaires. Sans comprendre que celles-ci avaient leurs propres ambitions, y compris celle de subvertir – ou de convertir – le Royaume-Uni tout entier. Jürgen Liminski, éditorialiste à Deutschlandfunk, souligne que la réussite du monde libre pendant les Trente Glorieuses a tenu à une réhabilitation générale de l'institution familiale et à une forte natalité ; inversement, la crise structurelle des trente dernières années coïncide avec une remise en question de la famille et un effondrement démographique. Il revenait enfin à Philippe Karsenty, directeur de l'agence de notation de presse Media-Ratings, d'examiner la question des rapports entre médias et démocratie dans un pays tel que la France. Son verdict est sans appel :  ce ne sont pas les liens personnels réels ou supposés de Nicolas Sarkozy avec des patrons de presse qui menacent la liberté et la qualité du journalisme français, mais bien les structures dont celui-ci est affligé, étatisme, corporatisme, loi du silence, mépris du public. Karsenty observe que tous les journalistes français savaient à quoi s'en tenir sur le couple Hollande-Royal mais ont refusé d'en informer leurs lecteurs tout au long de l'année électorale, comme si ce n'était pas un paramètre politique important de la campagne (Media-Ratings a été le premier organe d'information à soulever la question, longtemps avant le premier tour).

La quatrième table ronde, conduite par Michel Gurfinkiel, a traité des menaces géopolitiques. L'islamisme, d'abord, analysé par Daniel Pipes, le directeur du Middle East Forum. Forme extrémiste de l'islam, ce mouvement applique simultanément deux tactiques, en fonction de ses adversaires : la non-violence (l'action sociale et caritative) et la violence (le terrorisme). Mais il n'a qu'un seul but stratégique : l'instauration d'un nouveau califat, c'est-à-dire d'un Etat islamique mondial à caractère totalitaire. La plupart des pays démocratiques cherchent à s'appuyer sur l'islamisme non-violent pour vaincre l'islamisme violent. Sans comprendre qu'il s'agit de deux variantes, liées entre elles, d'un phénomène unique. Directeur de l'Institut d'Histoire sociale (IHS), Pierre Rigoulot examine les cas de Cuba et de la Corée du Nord, électrons libres du totalitarisme que l'on n'a pas voulu ou pu éliminer dans les années 1990 après la chute de l'Empire soviétique et qui redeviennent particulièrement virulents aujourd'hui. Délégué général de l'Appel pour le Darfour, Richard Rossin dresse un tableau précis et d'autant plus terrifiant de la situation qui règne aujourd'hui dans cette région. En faisant de l'aide humanitaire une priorité absolue, de nombreuses ONG favorisent en fait l'agresseur : la junte islamiste soudanaise, qui prépare déjà un djihad-éclair à travers le Sahel. A l'arrière-plan, le rôle des grands Etats autoritaires post-communistes, Russie et Chine, qui manipulent l'islam (sous sa forme sunnite, comme au Soudan, ou chiite, comme en Iran) pour abattre l'Occident.

Deux personnalités exceptionnelles ont clôturé le colloque. D'abord le père Patrick Desbois. Chargé des relations entre l'Eglise de France et le judaïsme, ce prêtre mène aussi une oeuvre étonnante depuis une quinzaine d'années, avec l'organisation juive et catholique Yahad/In Unum : la localisation, en Ukraine et dans d'autres pays ex-soviétiques, des sites où les nazis ont perpétré le « Second Holocauste », l'extermination de 1,5 million de juifs au moins par fusillade. Peu à peu, ce qui n'était qu'un « devoir de mémoire » s'est transformé en une enquête de terrain : audition systématique des derniers témoins, fouilles sur les lieux des massacres, reconstitution des opérations. A travers ce travail, c'est la compréhension globale de la Shoah qui est en train de se modifier : le crime était encore plus vaste et mieux organisé qu'on ne le pensait. Dans quel but ultime ? En ciblant les juifs, les nazis s'attaquaient d'abord, selon Desbois, aux porteurs du Décalogue et donc du commandement : Tu ne tueras point. Tuer les juifs, c'était rendre toutes les tueries possibles. La civilisation restera précaire et vulnérable tant que cette vérité ne sera pas entendue. Claude Goasguen, député UMP de Paris, a partagé ensuite avec l'assistance quelques réflexions sur le courage politique. Il consiste, d'après lui, à ne jamais transiger sur l'essentiel. Mais aussi à ne pas s'enfermer dans le manichéisme. La liberté appartient à tous, aussi bien à la gauche qu'à la droite. Elle sera défendue par tous.

© Institut Jean-Jacques Rousseau, 2007.

Les interventions et débats du colloque du 28 juin seront prochainement mis en ligne sur ce site.

00:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 10 juillet 2007

L'OSE a parlé de développement et de nouvelles action ,le 2 juillet 2007

L’OSE a parlé de développement et de nouvelles actions à l’occasion de son Assemblée générale.




L’Assemblée générale de l’OSE s’est tenue lundi 2 juillet 2007 au siège de l’association.

Jean-François Guthmann, Président, et Roger Fajnzylberg, Directeur général ont fait le point des actions menées en 2006 et ont exposé les projets pour les années à venir.


L’année 2006 s’est caractérisée par :

Des comptes dans le vert…

L’équilibre comptable et financier retrouvé est le résultat de produits exceptionnels - comme la vente d’un bien immobilier - mais aussi d’une plus grande maîtrise des dépenses et d’un accroissement des recettes d’activités.


·         L’ouverture de quatre établissements

- le Centre médico-social Elio Habib (Paris 12è) qui, après un déménagement réussi est reparti pour une nouvelle vie avec un fort accroissement de sa fréquentation ( +  40%).

- le Centre d’accueil de jour Robert Job (Paris 12è) qui reçoit 20 personnes lourdement handicapées.

- le foyer d’adolescents de Saint-Germain-en-Laye (78) réouvert après trois années de travaux de réhabilitation lourde..

- le Service d’action éducative en milieu ouvert (A.E.M.O.) de Massy dans l’Essonne qui assure le suivi social et éducatif de 100 enfants maintenus dans leurs familles.

·         Une réaffirmation du positionnement de l’OSE dans son environnement communautaire

Se réjouissant de la réconciliation intervenue avec le Consistoire Central, le Président Jean-François Guthmann a déclaré :

« Dans une société où se développent des tendances au repli, à la communautarisation, il n’est pas simple de développer une ligne équilibrée et tolérante. C’est pourtant ce que fait l’OSE depuis longtemps et c’est le cap que nous maintiendrons, affirmant clairement notre double mission :

d’aide aux familles juives, à leurs enfants comme à leurs aînés,

de participation au service public dans le cadre de politiques nationales. »


Des projets ambitieux pour les années à venir :

Dans le domaine de l’enfance en danger

  • La mise en place dans chacun des départements d’Ile de France, entre 2007 et 2010, d’équipes de soutien éducatif à travers des petites maisons départementales de l’OSE.
  • L’extension de notre action en province.

Dans le domaine du handicap

  • L’extension en octobre 2007 de l’ESAT Jules et Marcelle Lévy (Paris 12é) dont la capacité d’accueil est portée de 50 à 65 personnes.

Pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer

  • L’ouverture en octobre 2007 d’un second centre de jour rue Santerre (Paris 12è) permettant d’accueillir 75 personnes au total (par roulement).
  • Puis la création de quatre autres centres, à raison d’un par an, entre 2008 et 2012, en région parisienne.

Dans le domaine de la prévention scolaire

  • L’accroissement du nombre d’enfants -scolarisés dans les écoles juives- actuellement suivis (1500) en développant le dépistage bucco-dentaire et la prévention médicale.



Par ailleurs, résultant du brassage des générations et des expériences, le conseil d’Administration se renouvelle.


Trois de ses membres : Mme Myriam Ezratti, Mr Nathan Khaiat et le Dr Lucien Moatti souhaitent arrêter leur mandat d’administrateur et cinq nouveaux membres ont été élus :


Maître Jeanine Boublil, 56 ans, avocate, a créé en 1991 et continue de développer un cabinet spécialisé en droit des affaires et en droit des sociétés. Elle mène en parallèle diverses activités communautaires.


Mme Michelle Seurin-Marzouk, 55 ans, ancienne avocate, elle a rejoint en 1990 la magistrature où ses différentes affectations lui ont permis d’aborder différents champs en droit : droit des affaires, droit social, droit familial, droit pénal des mineurs. Aujourd’hui, elle est vice-Présidente du Tribunal de Grande Instance de Paris.


Mr Hervé Schwebel, 67 ans, Ingénieur diplômé de Supelec. Il a fait toute sa carrière au sein de la RATP. Après un long séjour au Brésil où il a dirigé la construction du métro de Rio de Janeiro, il a gravit les échelons de cette entreprise jusqu'à en devenir Directeur général adjoint. Depuis sa retraite, il s’est engagé dans le mouvement associatif en devenant Vice-président du Comité français pour l’Unicef. Bénévole à l’OSE, il y a conduit une mission d’audit sur le pôle Enfance. Il a été élu Trésorier de l’OSE.


Francis Neher, 65 ans, Diplômé en droit privé et public et de Sciences po de Strasbourg, il a rejoint le ministère des Affaires Sociales où il a été DDASS du Val de Marne puis a été détaché auprès du Conseil général du Val de Marne dans les fonctions de Directeur général des services du département. Il y exerce aujourd’hui les fonctions de Délégué général à la Valorisation du Territoire. Il est membre de la commission solidarité de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.


Yann Jurovics, 37 ans,il est le fils d’un ancien enfant de l’OSE, survivant du camp de Buchenwald. Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, docteur en droit public avec une thèse « Le crime contre l’humanité. Tentative de définition à la lumière du droit international et des droits internes » obtenue avec la mention très honorable accompagnée des félicitations du jury. Il est aujourd’hui conseil juridique et intervenant au Centre de formation Paris I.


L’Assemblée générale a proposé de désigner membres d’honneur, Mr Norbert M. Bikales, Président de Friends and Alumni of OSE-USA et Mme Myriam Ezratti, Premier président honoraire de la Cour d’Appel de Paris.


22:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)


medium_DSC00203_copy.jpg« Lors de la conférence interlibanaise, qui se tiendra à Paris du 14 au 16 juillet, le minimum ne serait-il pas que la France demande un signe de vie des deux soldats enlevés par le Hezbollah ? ». Roger Pinto, président de Siona et du Comité international pour la libération des soldats israéliens détenus en otages, a posé cette question à Bernard Kouchner, le 9 juillet au Quai d’Orsay.

Le ministre des Affaires étrangères, qui recevait les familles de Gilad Shalit,...





20:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 05 juillet 2007




 medium_William_Goldnadel_Photo_Alain_Azria.2.jpgJ'ai toujours considéré que Ben Laden et ses copains avaient un petit côté léniniste.


Vladimir Illitch conseillait à ses camarades bolcheviques de sonder la volonté de ses adversaires  au moyen d'une baïonnette idéologique. Si la lame du couteau rencontrait l'acier de la détermination, mieux valait ne pas insister. Si le ventre était mou : il fallait enfoncer le fer d'un cran supplémentaire.

Ainsi va Al Kaida : hier, les attentats de Madrid ont poussé Aznar hors d'Espagne et son contingent d'hidalgos d'Irak. Le tout sous le regard extatique de la presse européenne.

Aucune raison de s'arrêter en si bon chemin. Déjà, la première vague des attentats londoniens  du 7 juillet 2005 a grandement remis au pas une opinion anglaise autrefois résistante.

Albion mériterait aujourd'hui le Livre Blanc de la lente soumission au rebours d'une France

que l'on a tôt fait de moquer.

Il fallait voir, l'été dernier, avec quelle dévote obséquiosité, la BBC décrivait le cortège des « pacifistes » en keffieh ou voilées hurler leur soutien au Hezbollah et leur haine pour leur premier ministre coupable de ne pas embrayer.

Jusqu'à ce pauvre John Straw, autrefois ministre de l'Intérieur courageux, contraint de soutenir

les caprices des islamistes devenus majoritaires dans sa circonscription.

Au lieu de peindre Tony Blair en caniche de Bush, deux faits auraient dû davantage retenir l'attention des caricaturistes du renoncement britannique : le projet de boycott des universités israéliennes par des universitaires gotons, ainsi que la palinodie des marins de Sa Gracieuse Majesté capturés sans combattre par les Iraniens dans les eaux internationales et rentrant triomphalement au bercail après avoir avoué sans barguigner toutes les turpitudes à leurs ravisseurs hilares.

On aurait dit Ségolène au soir du deuxième tour.


Mais le ventre mou de nos modernes Chamberlain est entouré d'une ceinture européenne dont le cuir est lui-même fort lâche.

Il y a quelques jours Arte, la grande chaîne de la conscience franco-allemande, consacrait une émission critique sur les dangers que ferait courir la surveillance audiovisuelle aux libertés fondamentales.

On rappellera que le réseau terroriste islamiste qui a ensanglanté Londres il y a deux ans a précisément été mis hors d'état de nuire grâce au réseau de caméras installées dans le Tube.

Aujourd'hui encore, c'est grâce notamment à la télésurveillance que Scotland Yard espère éviter de nouvelles victimes.

À part cela, Big Brother est beaucoup plus effrayant que les petits frères.

Autre preuve de l'inconscience européenne dont la bande à Ben Laden a conscience et rigole : exactement au même moment de la première tentative d'attentat londonien, les 27 ambassadeurs européens refusaient d'entériner le nouvel accord conclu, au nom de la lutte antiterroriste, entre Bruxelles et Washington sur le transfert des données privées de passagers aériens, et ce au grand dam de la Commission Européenne qui pensait en avoir enfin terminé avec ce dossier crucial. (Le Figaro du 30 juin).

La faute au rapporteur néerlandais du Parlement européen qui tremble pour nos libertés individuelles. La liberticide Angéla Merkel est consternée.


Ils peuvent continuer encore longtemps d'enfoncer l'acier froid de leurs clous dans la chair molle.


GOLDNADEL Gilles William

07:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu