Avertir le modérateur

jeudi, 12 juillet 2007

De l' argent appartenant à une survivante de la Shoah restitué.

 

 

11/07: De l’argent appartenant à une rescapée de la Shoah restitué
 


Pour la première fois, Margot Riber, une rescapée de la Shoah habitant Haïfa, a pu percevoir la somme d’argent qui lui appartenait et qui avait été gelée par la banque anglo-palestine durant soixante-dix ans. Elle avait adressé une requête à la société qui œuvre en Israël pour la restitution des biens aux Juifs, laquelle est parvenue à lui débloquer 25 000 shekels. En Israël, des centaines de millions de shekels appartenant à des rescapés sont encore toujours bloqués depuis la Seconde Guerre mondiale dans des comptes de la banque Leumi, sans compter les intérêts sur 60 ans.


sources: http://www.israelmagazine.co.il

 

09:10 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 03 juillet 2007

HISTOIRE DU KEREN HAYESOD

medium_KEREN.jpgHISTOIRE DU KEREN HAYESOD               Isaac Naïditch élabora les principes fondamentaux  du Keren Hayessod avant de les  présenter au Congrès Sioniste de Londres en 1920. Dans le magazine sioniste ‘’L’Illustration Juive’’ de 1930, il écrit un long article en revenant sur l’importance de créer un fonds qui permettrait de financer l’immigration et l’installation des nouveaux olim ainsi que l’aide financière apporter à la création d’usines et d’entreprises juives en Palestine. Il dit alors en substance : ‘’ … Il n’y avait pas encore eu de fonds qui fut créé avec des douleurs, des discussions et des oppositions aussi nombreuses que celles qui eurent lieu à la création du Keren Hayessod et même après la proclamation, à cor et à cris, de ce fons à la Conférence de Londres. On attaqua la nouvelle institution de divers côtés, aussi bien du côté des partisans de l’emprunt national que de celui des protagonistes de l’initiative privée. L’Amérique, qui était  alors prépondérante, ne crut possible de  commencer les collectes d’argent qu’à la chute du pouvoir Brandéis-Mack, en 1921. Mais malgré notre isolement et les grandes difficultés auxquelles nous nous heurtions, nous n’abandonnâmes pas notre idéal et ne reculâmes point, car notre cœur était plein de cette confiance que c’était là le seul moyen permettant la reconstruction immédiate, qu’à part lui, il n’y en avait pas d’autre et que c’était uniquement par les sommes provenant de la générosité du peuple, (‘’l’impôt du peuple’’), comme j’avais appelé, moi, ces dons, ou le ‘’Maaser’’, la dîme, suivant la dénomination de M. Zlatopolsky), qu’il était possible de nous mettre au travail gigantesque auquel cette grande heure nous conviait impérieusement et sans lequel rien de ce que nous avions prévu, rien de ce à quoi nous aspirions, ne pouvait être réalisé. Rappelons maintenant que l’Argentine a été, à son honneur, le premier pays qui, avant même la Conférence de Londres, immédiatement après qu’avaient paru nos premiers articles sur le nouveau fonds, s’était dépêché d’envoyer, en Mai 1920, une somme de 20.000 livres à ce fonds. Ce fait fut un indice et garantie que le peuple répondrait à l’appel du Keren Hayessod…..’’  

 Manifeste de la Création du Keren Hayesod en 1920  

             Alors que le Keren Hayesod va fêter son 87ème anniversaire, il me parait important, à cette occasion, de faire paraître ‘’Le Manifeste du Keren Hayesod’’. Faisant suite à la ‘’Déclaration Balfour’’ ainsi qu’à la Conférence de San- Rémo donnant Mandat sur la Palestine à la Grande Bretagne et sur proposition du leader sioniste, d’origine russe, Isaac Naïditch, le Mouvement Sioniste Mondial a adopté la proposition de créer un fonds juif mondial pour l’aide à la reconstruction et au peuplement d’Eretz Israël. Cet appel, à l’attention de tous les Juifs pour un établissement national Juif en Palestine, a été publié dans les pages du ‘’Jewish Chronicle’’ en date du 24 décembre 1920 :

  ’To the Jews of the World’’   The Mandate of Palestine, which is at once a pledge and a challenge to the Jewish people, is about to become a part of the Law of Nations.   The moment has arrived for the concentration of Jewish effort on the upbuilding of the Jewish National Home.   The lofty enterprise to which Jewry stands committed in the sight of the world, demands the active co-opération of Jews of all classes and opinions, whose common obligation it has now become.   If the reconstruction of Palestine is to be effectively undertaken, financial resources on the amplest scale will be required.   For the purpose of providing these resources, the Keren Hayesod (Foundation Fund) has now been formally constitued.   A board of Directors has been formed with the duty of framing, in consultation with experts, a considered programme of constructive work, and of ensuring its orderly execution.   Side by side with the Board of Directors there has been constitued and Economic Council composed of men of affairs of high standing in the financial and commercial worlds. The Economic Council has assumed the task of examining those projected undertakings which can be regarded as, in the stricter sense, reproductive, of executing such of them as are approved, and further, of assisting the Board of Directors with expert advice in the general administration of the Fund.   The Keren Hayesod begins its work at a grat and tragic hour. The historic connection of the Jewish people with Palestine has been recognised by the Powers. The Mandate has been accepted by Great Britain. The Government of Palestine has been entrusted to a Statesman whose presence at the head of the Administration is sure pledge of British goodwill. Far different is the situation in Eastern Europe. Two-third of th Jewish race are at this moment living under conditions of unendurable anguish. Harried, pillaged, uprooted from their homes, butchered without mercy, exposed to such and outburst of unrestained savagery as Europe has not witnessed for four hundred years, entire communities are being relentlessly exterminated.               On the eve of its renaissance, in the presence of the lofty tasks are summoning it to action, Jewry stands woulded and mutilated. It has but one hand free of constructive labour: with the other it is desperately to ward off the implacable onslaught that threatens it with annihilation.               A supreme effort is called for. To the message of confidence and goodwill which comes from San Remo, to the storm of hatred unchained in the Eastern Europe, let Jews of all countries and of all classes unite to give the same reply:

  BUILD THE JEWISH COMMONWEALTH

              The purpose of the Keren Hayesod is to bring about the settlement of Palestine by Jews on an orderly plan and in steadily increasing numbers, to enable immigration to begin without delay, and to proved for the économic development of the country to the advantage of its Jewish and its non-jewish inhabitans alike.               That purpose is attainable. Room can be found in Palestine for a vastly increased population. Thousands are already waiting on the threshold. Let but productive employment be provided for them and they can enter.                         This is land to be bought and prepared, there are roads and railways, harbours and bridges to be built, there are hills to be afforested, there are marches to be drained, there is fertile soil to be irrigated, there is latent waterpower to be turned to account, there are towns to be laid out, there are crafts and industries to be developed. Side by side with these undertakings, adequate provision for the social welfare of the population, for public health, and above all, for education.               All these activities are comprised in the programme of the Keren Hayesod. Its organization is flexible, and can readily adapted to every variety of undertaking. It will at once encourage private initiative – subject alays to the test of social justice and public utility – and foster co-operative effort in all its many-side applications. This is no common moment. For twenty centuries it has been patiently awaited: it will not recur in our life-time nor in that of our childdren’s children. Nor is this such an appeal as is daily made to Jewish philantropy. It marks the beginning of a concerted effort designed to elicit from the entire people such a response as will vindicate the honour of the Jewish name.               The casual charity will sufffice. The exceptionnal effort which is called for today must take the form of self-taxation, steady, persistent, systematic, inspired by the noble Jewish tradition of the Tithe. A heavy load of taxation is today being imposed on all the peoples of the world in the name of national reconstruction. There is no Jewish State; the appeal that is about to be made is the Jewish conscience and is fortified by no power of compulsion; but no Jew worthy of the name will, at this solemn moment, take the responsibility of sheltering himself behing the powerlessness of his peopole.               The gates of Palestine are no longer barred from within. The key is in the hands of the Jewish People. It is for Jewry to decide whether they are, to its lasting dishonour, unopened or whether they are to welcome in the multitudes that are expectantly awaiting the hour of redemption.   Edmond de Rothschild                                                                B. Feiwel   Alfred Monday                                Ch. Weizmann                     V. Jabotinsky Joseph Cowen                                  N. Sokolow                          I. Naïditch Redcliffe N. Salaman                                                                     H. Zlatopolsy  

 ’L’Univers Israélite’’ de 1935, cet hebdomadaire juif français orthodoxe, rappelle un peu l’historique qu Keren Hayesod et lance un appel au profit de l’Agence Juive :

 ‘’Le Keren Hayessod est né dans un moment décisif de notre histoire. La déclaration Balfour avait été proclamée, le mandat sur la Palestine, avec l’aide du Gouvernement français, avait été attribué à la Grande-Bretagne. A la Puissance mandataire avait été confiée la tâche d’assurer et de seconder l’établissement du Foyer national juif.    Le monde juif, à ce moment-là, vivait dans l’attente impatiente d’un changement heureux et rapide de ses destinées. Après les désastres de la guerre et les pogromes en Russie, la lueur d’une restauration des masses juives sur le sol d’une Palestine renaissante apparaissait comme une consolidation et une récompense providentielles.               Optimistes, on espérait une collaboration généreuse du monde non juif. On voyait déjà affluer les millions d’emprunts internationaux, garantis par la S.D.N., en vue du financement de la grande entreprise.             La déception fut cruelle. La haute finance, juive ou non juive, n’y pensait pas. Elle ne pouvait y penser : la base du crédit, condition indispensable de toute opération financière de grande envergure, faisait défaut à cette époque.  Qu’avions-nous en fait, dans cette  Palestine ? Un petit noyau de colonies non encore consolidées, le premier commencement d’une ville, 65.000 âmes juives et pas de véritable économie.             Alors, force nous fut de nous tourner vers nous-mêmes. Mais l’organisation sioniste ne disposait pas de richesses. Affaiblie, déchirée par les malheurs de la guerre, amputée de son membre le plus puissant : le judaïsme russe, elle avait assez à faire pour se reconstituer et se reprendre. Le Keren Kayemeth, il est vrai, existait et faisait œuvre admirable, mais sa tâche, sa seule tâche, était de libérer la terre des ancêtres : les sommes immenses nécessaires à l’immigration, à l’établissement des pionniers, à la création d’une vie culturelle, faisaient entièrement défaut.             Ce fut en ce moment d’angoisse et de contrainte que surgit l’idée de demander un effort extraordinaire à tout le peuple juif : de solliciter  de lui une imposition générale et volontaire, de créer un nouveau et grand fonds, essentiellement consacré à la reconstruction de la Palestine. A côté du Keren Kayemeth, le Keren Hayessod, à côté de la rédemption du sol, la rédemption du peuple. Ce devait être le véritable instrument de l’autodétermination juive.             La nécessité de construire une économie et une vie sociale et culturelle juive en Palestine devait suffire pour atteler le Judaïsme à cette tâche. Ce fut  donc un trait d’union, un pont jeté sur les divisions politiques dans le sein du Judaïsme. Et en fait, un rapprochement heureux et stable s’établit par le Keren Hayessod entre sionistes et non sionistes, une collaboration sincère et intime en faveur de l’œuvre commune. En cela, le Keren Hayessod devint le précurseur de l’Agence Juive élargie que nous connaissons depuis 1929.             Le Keren Hayessod n’a pas réalisé tous les rêves du début, les millions ne furent pas faciles à obtenir. Mais il a préservé et vaincu, malgré toutes les lenteurs et toutes les résistances. Il a pu consolider, il a pu construire, il a pu jeter les fondements de la nouvelle et prospère Palestine Juive. Il a créé la base de crédit nécessaire pour une participation de la haute finance mondiale. Il a pu conclure le premier emprunt national : d’autres, plus importants, certainement vont suivre.               Rappelons que c’est de Paris qu’est partie l’initiative de la création  du Keren Hayessod. M. Isaac Naïditch fut un de ses fondateurs. Paris a donc continué la ligne historique commencée par tant de protagonistes de la nouvelle Palestine juive : Charles Netter, le Baron Edmond de Rothschild, Théodore Herzl, Max Nordau. N’est-ce point une raison suffisante pour que Paris, les Juifs de Paris, et avec eux le Judaïsme français tout entier, n’hésitent pas à prendre une part plus active à la réalisation pratique de l’œuvre juive en Palestine ?                                                                        Dr Israël Auerbach’’               Jusqu’en 1929, l’Organisation Sioniste Mondiale jouait le rôle de l’Agence Juive. La constitution de l’Agence Juive fut élargie en 1929 pour permettre aux non-sionistes d’y collaborer et il fut résolu de mettre en place plusieurs organes dont le Keren Hayessod est encore le bras financier. En 1935, l’Agence Juive lance donc un appel mondial à toutes les Communautés juives et plus particulièrement à celle de France :

‘’Le Keren Hayessod, organe financier de l’Agence Juive, clôt la quinzième année de son existence et entre dans une nouvelle période d’activité. L’œuvre du Keren Hayessod est là, ouvertement étalée aux yeux du peuple juif, avec sa force dynamique, avec ses succès dans le domaine de la colonisation agricole, de l’éducation, de l’immigration, du développement industriel du pays. Non seulement en Eretz-Israël, mais partout ailleurs dans le monde, partout où le peuple juif est dispersé, le Keren Hayessod a accompli un travail d’éducation et d’organisation fructueux.               Aujourd’hui, plus clairement que jamais, s’impose à nous le sens du capital national pour notre œuvre de reconstruction. Une ère nouvelle, riche en devoirs et en possibilités, s’ouvre au Keren Hayessod. Les masses du peuple juif affluent vers Eretz-Israël. Des dizaines de milliers de familles juives attendent avec nostalgie leur immigration en Palestine. Dans le pays même, des milliers de familles attendent avec impatience le jour de leur établissement sur le sol. Les événements  que nous vivons dans le pays montrent clairement que la pierre angulaire, l’élément fondamental de notre reconstruction, c’est la colonisation agricole. Une expérience qui a maintenant quinze ans nous a permis de tracer de nouvelles voies dans ce sens.               On nous demande à nous et au peuple juif tout entier un redoublement d’activité et de suprêmes efforts. Le dernier Congrès, qui s’est déroulé sous le signe de la paix intérieure et de la volonté de travailler, nous a chargés de devoirs nouveaux. L’heure présente exige de nous la décision. Il dépendra de nous qu’elle soit une heure de dangereux étouffement ou une heure de possibilités créatrices. Seul le peuple juif, dominant son sort par sa volonté d’être, peut, grâce à toutes ses forces unies, soutenir les possibilités de l’heure présente.               Nous appelons donc le peuple juif à l’aide de ceux qui ont pris la responsabilité de cette tâche. Le Keren Hayessod doit se développer pour pouvoir accomplir les devoirs que lui ont assignés ses fondateurs. C’est au peuple juif entier, au seuil de la période nouvelle où entre le Keren Hayessod, d’en faire une époque de bénédiction pour la reconstruction de la Palestine et la libération d’Israël.               Le Président de l’Organisation Sioniste et de l’Agence Juive pour la Palestine : Chaïm Weizmann.             Les Membres de l’Exécutif de l’Agence Juive pour la Palestine : D. Ben Gourion, S ; Brodetzky, J. Grünbaum, M. B. Hexter, W. Senator, J.-L. Fischmann, El. Kaplan, M. Karpf, F. Rotenstreich, M. Shertok.             Les Membres de la direction du Keren Hayessod : Nahum Sokolow, Président d’honneur de l’Organisation Sioniste et de l’Agence Juive, Président du Keren Hayessod ; M. Burton, Londres ; A. Hantke, Jérusalem ; L.-A. Visser ; La Haye, I. Sieff, Londres ; L. Jaffé, Jérusalem ; S. Lowenstein, New York ; Lord Melchett, Londres ; J.-A. Naïditch, Paris ; B. Feiwel, Jérusalem ; Bernard Kahn, Paris ; Sch. Kaplansky, Haïffa ; J. Sprinzak, Tel-Aviv.’’  

 Nathan Halpern   Dans ‘’L’Univers Israélite’’ de 1933-1934 publia la rubrique nécrologique de Nathan Halpern écrite par Fernand Corcos, Vice-Président du Comité français pour la reconstruction de la Palestine. Le Bureau Central du Keren Hayessod à Jérusalem avait nommé en 1929, le Dr Nathan Halpern  comme son représentant permanent en France. Il était le responsable et le collecteur du KH pour la France et l’Afrique du Nord :

‘’ Nathan Halpern C’est avec une infinie tristesse que nous nous penchons sur cette tombe si rématurément ouverte. Je me souviens des premiers temps de nos rapports lors de son arrivée à Paris. Il était robuste, comme un homme de souche paysanne ; la pensée que nous aurions si rapidement à lui rendre les derniers devoirs eut été la dernière à nous venir. Il était foncièrement intelligent. De l’intelligence, il avait les différents aspects : l’intuition, le sens critique, l’ironie, une grande curiosité de ce qu’on appelle trop souvent la comédie humaine et qui est bien plutôt le drame humain. Il était indulgent et il était tenace. Il avait perdu la faculté de s’étonner, mais non celle de s’indigner. J’ai collaboré avec lui dans des voyages de propagande. L’un reste en ma mémoire. Nous avons passé plusieurs jours ensemble au Maroc. Tous ceux qui l’ont vu à cette époque savent avec quelle précision appliquée. Il procédait au sondage des dispositions juives concernant leur participation à l’œuvre palestinienne. Je l’ai connue au Keren Hayessod. J’en appelle à tous ceux qui siégeaient avec lui : combien de fois n’avons-nous pas eu l’occasion les  uns après les autres de dire : ‘’Le Keren Hayessod, c’est Halpern’’. Il avait une telle ardeur, un tel soin dans la préparation des séances. Il donnait  à chacun son rôle et avec quelle amicale insistance il savait tout obtenir. Il avait trois qualités ; il était très juif, très russe, très français. J’ai su sa  joie à être naturalisé. Je me souviens de l’émotion avec laquelle il parlait  de la Russie où il avait passionnément lutté pour la liberté. Il avait la plus profonde sympathie pour la France traditionnelle, celle des droits de l’homme et du progrès social. Il était homme de famille, qu’il s’agit de sa femme à qui vont nos hommages qu’il s’agit de ses enfants, il es voulait armés contre les difficultés de la vie et plus heureux  qu’il ne l’avait été lui-même. Avec tous les dons de travail, de persuasion, d’organisation, ses qualités intellectuelles, il eût pu gravir dans la vie les échelons de l’influence ou  de la fortune. Par une sorte de gageure, il s’est donné à ce qu’il y a de plus périlleux, de plus tyrannique : à la propagande juive. Déjà, il y au peu d’années, un de ces bons serviteurs est mort à la tâche : Braunstein. Même dévouement, une maladie, une opération, la visite de quelques fidèles et la mort. Pour Halpern, il n’y a pas longtemps, nous l’avions vu revenir amaigri, flottant dans ses vêtements. Et parce qu’il plaisantait lui-même, parce qu’il s’était remis au travail, nous le croyions sauvé. Courte accalmie qui lui permit seulement de montrer son courage étonnant. Tout de suite ce furent la solitude, l’affaiblissement progressif, la pensée qui vient : je vais mourir. De longues journées d’attente à se regarder disparaître soi-même. Un sourire pour la femme, un mot pour les enfants et puis la tête et la main retombaient épuisées. Je lui ai écrit il y a quelques semaines une lettre dont je savais qu’elle était un adieu mais où j’espérais qu’il se tromperait. Il ne s’est pas mépris. Des ultimes moments, il ne faut pas parler. Il y a une sorte de pudeur qui s’oppose à ce qu’on pénètre dans ces souffrances intimes. Aux dernières heures quelqu’un lui prit les pouls. Il comprit aussitôt : ‘’Pas encore’’, murmura-t-il. Maintenant, c’est fini. Son corps vigoureux n’est plus. Ses ardeurs, le don de lui tout entier qu’il avait fait, cela n’est plus qu’un souvenir en nos esprits et en nos cœurs. Ce souvenir, nous le garderons. Il est en ce moment, très douloureux. Avec le temps, il deviendra plus adouci, mais il restera aussi amical’’.

 Fernand Corcos.   Fernand Corcos a toujours été fiers de ses racines juives,  c’était le cousin de Bernard Lazare et d’Ephraïm Mikhaël. II gardait au fond de son cœur un sentiment particulier d’être français faisant souvent allusion aux lettres patentes que ses aïeux reçurent du Roi Louis XV. En 1870 son père s’engagea dans la marine et servit à bord de la frégate « La Victoire ».   Né à Toulouse le 30 Juillet 1875,  il y fit probablement ses études. Attiré très tôt par le droit, il monta à Paris où il commença sa carrière comme sténographe assermenté puis en 1916, âgé de 41 ans et avec le titre de Docteur en Droit, il prêta serment comme avocat.  C’est sans doute lors de l’Affaire Dreyfus que débuta son combat politique ; il s’acharna alors à promouvoir l'évolution sociale. Son intransigeance doctrinale le conduisit dans les réunions populaires où il soutint avec passion le droit au bien être des classes laborieuses tant en France qu’en Palestine. C’est au cours de son premier voyage aux USA qu’il se maria.   Il fut à l’initiative de la création de l’Association « France Palestine » dont son ami Painlevé fut l’un des membres actifs.  Membre du Bureau français du Keren Hayesod dont il fut l’un des fondateurs à Paris en 1923, Fernand Corcos publia de nombreux articles dans « Ménorah » puis dans le journal sioniste qu’il fonda et dont il fut le directeur : « L’appui Français ». 

 Lorsque le Dr Haïm Weizman vient à Paris pour une réunion du Comité Français du Keren Hayesod en 1923, Fernand Corcos le reçut chez lui. Il offrit également une réception en l’honneur de Emile Vandervelde, chef socialiste belge, lorsque celui-ci fit une conférence publique sur son voyage en Palestine en 1926. Il ne se lança dans la politique française qu’une fois où il brigua le siège de députer de la Nièvre à Cosnes-sur-Loire aux élections législatives de 1928, il fut malheureusement battu. Avant la Seconde Guerre Mondiale, il visita l’Allemagne et la Russie mais outre la Palestine, c’est l’Amérique qui retint toute son attention. De tous ces titres ;  Avocat, Docteur es Sciences politiques et économiques, Membre du Comité Central de la Ligue des Droits de l’Homme, Professeur au Collège Libre des Sciences Sociales ; c’est sans doute celui de Vice-président  du Fonds Français pour la Reconstruction de la Palestine juive dans les années 30 dont il fut le plus fier. Fernand Corcos, qui disparut le 12 décembre 1959, eut l’ultime plaisir de voir la création de l’Etat d’Israël pour lequel avec tant d’autres il s’était battu.   Fernand Corcos, dans ‘’ A travers la Palestine Juive’’, détaille toutes les institutions au profit de l’Organisation Sioniste Mondiale. En ce qui concerne les organismes financiers, il fait un long descriptif du Keren Hayessod et plus particulièrement de ses buts : ‘’ …. Le but du Keren Hayessod, déclare le comité, est de permettre aux Juifs de restaurer la Palestine ; il doit encourager l’initiative individuelle. Ni la charité ni la philanthropie ne suffiraient  pour cette œuvre. L’exceptionnel effort demandé doit prendre la forme d’une taxe imposée au peuple juif. De lourds impôts pèsent sur chaque peuple pour des buts de reconstruction nationale. Il n’y a pas d’Etat juif, mais, précisément, il s’agit de savoir si la conscience du peuple juif est encore assez éveillée pour n’avoir pas besoin de contrainte. Les portes de la Palestine sont ouvertes et les clés sont dans les mains du peuple juif… Il y aura une connexité étroite entre le Keren et la Jewish Agency, entre la capacité d’action de la première et celle de la seconde institution. Une question importante était celle de savoir si, puisque les sommes recueillis par le Keren Hayessod sont en partie placées dans des entreprises productives, un intérêt serait versé aux souscripteurs. Le Comité du Keren Hayessod a déclaré que serait examinée la possibilité, en 1927, et non auparavant, de payer un intérêt n’excédant pas 5%. Le Comité, en annonçant cette décision, avait soin de faire remarquer que, quoique un tel intérêt était possible, l’entreprise ne devait pas être considérée comme essentiellement payante, mais plutôt comme une œuvre de propagande. Les souscripteurs du Keren doivent également, en principe, recevoir un certificat, servant de titre pour le montant de leur souscription. En pratique cette prescription n’est pas toujours suivie. Mais, pour faciliter la tâche des organismes de propagande, il a été décidé que, dans un proche avenir, des certificats seraient régulièrement émis ; la distribution en a commencé en certains pays particulièrement  productifs, étant entendu que ces certificats, actuellement, confèrent, plutôt  que le droit à un dividende, celui de participer à l’administration du Keren, puisque ces certificats donnent un droit de suffrage….’’   Léon Blum Homme du Keren Hayessod               Léon Blum a fait un très long article en 1928 dans les pages de la revue internationale  ‘’Palestine’’. ‘’Palestine’’ se décrit ainsi : ‘’Palestine : c’est dans les tentatives politiques  et morales actuelles, un des mots révélateurs, un signal attendu, autour duquel se rassemblent et les idées les plus hautes et les réalisations politiques les plus neuves et les plus précises, auxquelles s’applique notre temps. Désireuse de faire connaître et aimer la Palestine et les Juifs de Palestine, elle s’efforcera de refléter leur effort, leurs travaux, leurs expériences. Mais aussi la vie juive palestinienne, la vie juive dans le monde seront constamment présentées en fonction de la vie internationale et confrontée avec elle. Ainsi constatera-t-on  avec quelle flexibilité la Palestine et l’esprit juif se jouent dans les nations et au milieu des nations, les influences, en sont influencés, prêtent, avec eux, à des comparaisons, au gré du plus actif  concordat. La vie intellectuelle française y trouvera un miroir particulière’’.

 Parmi les grandes plumes qui écrivirent dans ‘’Palestine’’ on compte : Justin Godart, E. Benès, Bernard Lazare, Joseph Kessel, Jean Cocteau, Charles Gide, Armand Lunel, Sylvain Cahn, Chaïm Weizmann, Sir Herbert Samuel, etc…..               Léon Blum, publie donc ‘’Le Devoir international vis-à-vis du Foyer national Juif’’, dans la Revue ‘’Palestine’’. Ce plaidoyer pour la réalisation d’un Foyer nationale Juif au Moyen-Orient décrit avec ferveur les différents points positifs et négatifs  du rêve sioniste. Il s’attarde particulièrement sur le financement l’immigration et l’intégration des masses juives qui désirent vivre en Eretz-Israël mais aussi l’aide financière fournie aux différentes industries qui permettraient le développement économique du pays. Cette immigration et cette structure industrielle seront l’ossature du futur Etat d’Israël. Les sociétés aidées par le Keren Hayessod seront chapotées par la Histadrout ‘’La Confédération des Travailleur’’.  Le futur président du Conseil français avait très bien appréhendé le combat économique et écrit ceci :’’J’ai sous les yeux le bilan statistique des sommes recueillies par le seul Fonds de reconstruction de la Palestine (Keren Hayessod) d’avril 1921 à septembre 1927. Il atteint le chiffre de 3.150.817 livres sterling, provenant des Etats-Unis, de l’Afrique du Sud, du Canada, de la Pologne, de l’Angleterre, de l’Allemagne, de la Roumanie, de l’Amérique du Sud, de la Hollande, de la Tchécoslovaquie, de la Lithuanie, de la Lettonie, de la Bulgarie, de la Yougoslavie, de la Grèce, de la Turquie, de la Belgique, de la France, de la Suisse, de la Palestine même. Ces trois millions et quart de livres, soit près de 400 millions de francs, ont été investis : 1 million de livres dans les colonies agricoles, 662 mille livres dans les travaux urbains et les travaux publics, 564.000 livres dans les écoles, 331.600 dans l’immigration, 250.000 dans les travaux sanitaires, 182.000 dans les institutions religieuses et communales, 151.000 dans les frais d’administration. Je donne les chiffres globaux. Cette statistique ne correspond qu’à une partie de l’effort sioniste. Et en dehors de l’effort sioniste, elle laisse à part toutes les colonies, les premières colonies, dues à la générosité du baron Edmond de Rothschild, entretenues par lui, lesquelles ont précédé le Foyer National, mais feront de plus en plus corps avec lui et fortifieront son essor comme elles l’ont amorcé. Voilà un aperçu de la puissance matérielle acquise par le Foyer National. Ses mérites politiques et moraux ne sont pas moins remarquables. Basé sur la charité, exalté par la tradition, on aurait pu le croire, au début du moins, soumis à des inspirations et des directions surannées. L’autorité des donateurs, le prestige des rites auraient pu – et on l’en aurait excusé – lui imposer des formes sociales et des principes d’organisation traditionnels. Pas du tout. C’est, au contraire, le réservoir d’expériences modernes le plus spacieux, le plus varié que l’on puisse concevoir. Les colonies s’y administrent et s’y développent, selon telle ou telle formule qui leur plait. Tous les systèmes ; socialisme, bourgeoisisme, communisme y ont leurs représentants. La parfaite moralité, l’entière liberté de conscience des initiatives sont jalousement sauvegardées. Aucun accaparement n’est possible. Tout est construit sur la base de la répartition égalitaire des biens. Il peut y avoir de petites propriétés, pas de grandes. Tout est en fonction du travail. Les problèmes sociaux modernes, ceux de la famille, ceux de la coopération, ceux de la condition ouvrière, ne sont contrariés par aucune main-mise préalable de pouvoirs à forme ancienne ; argent, caste, féodalité bourgeoise dirigeante. Le Keren Kayemeth, c’est-à-dire le fonds national destiné à l’acquisition du sol, achète des terres pour les immigrants. Mais il ne les laisse pas revendre. Ainsi il est coupé court à la spéculation qui eut tendance à s’exercer, grevant terriblement les frais de premier établissement prévus par le Gouvernement Sioniste. Si l’on ajoute à tous ces témoignages d’une vie déjà nourrie, les premières manifestations d’une vitalité économique indépendante, que le Foyer National a suscitée, et qui se traduit par la création d’un outillage industriel  proprement palestinien, représentant à l’heure actuelle, un capital de 5 millions de livres sterling (je citerai notamment les ciments Necher (300.000 livres) les grand moulins de Caïffa, etc., sans compter naturellement, les fondations du baron Edmond de Rothschild) si l’on embrasse donc ce vaste ensemble de dons, de grains, de tentatives dans tous les ordres d’activité n’y a-t-il pas de quoi justifier la confiance internationale, et légitimer les déclarations solennelles figurant dans les documents britanniques ?....’’

Frédéric Viey                                                                                                   

12:20 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1)

dimanche, 01 juillet 2007

JOURNEE DU SOUVENIR POUR LES ENFANTS DEPORTES DE MONTMONRENCY .LE 24 JUIN 2007

Il y a plus de 65 ans, la France était envahie, brisée, humiliée. Ses libertés étaient étouffées, les vertus fondamentales de l’humanité étaient piétinées. Le régime nazi imposait sa loi. Mais dans l’horreur de cette période des hommes et des femmes se sont battus pour que des enfants juifs soient sauvés de la barbarie.
medium_DSC_0003.JPG



La ville de Montmorency hébergea dès 1935 la première « colonie de jour » fondée pour des enfants juifs défavorisés, et plus tard, à l’automne 1938, la première maison de l’Union OSE (Œuvre de Secours aux Enfants) en France.

Cette première maison - « villa Helvetia » qui est aujourd’hui le commissariat de police de Montmorency accueillit 307 garçons et filles, dont ldes réfugiés du fameux bateau errant « Le Saint Louis ».

Ces enfants, souvent orphelins, venaient de France mais aussi d’Allemagne, d’Autriche, de Tchécoslovaquie et de Pologne.

Au cours des années 1938-1940, l’OSE réussit à installer onze maisons pour 1600 enfants ; quatre d’entre elles étaient dans le secteur de Montmorency, Soisy-sous-Montmorency, et Eaubonne.

Pendant la guerre et l’Occupation, quelques uns de ces enfants furent évacués clandestinement vers les Etats-Unis. Certains des « enfants de l’OSE » sont par la suite devenus célèbres, mais tous les survivants continuent aujourd’hui à entretenir une correspondance et n’ont jamais oublié la ville de Montmorency.

Les autres enfants qui n’avaient pu être évacués avant l’arrivée des nazis furent arrêtés en septembre 42 et déportés au camp d’Auschwitz.

Après guerre, en 1945, deux autres maisons d’accueil d’enfants de déportés virent le jour à Montmorency. L’une fut créée par « le Renouveau », et dirigée par Madame « François »- nom de résistante, et fut ensuite fondue avec la DDASS. Cette maison existe toujours .L’autre, qui se trouvait aux environs de la Châtaigneraie, fut fondée par la WIZO (Organisation internationale de femmes sionistes). On perd sa trace après sa « fusion » avec l’OPEJ (Œuvres de protection des enfants juifs).

Malgré une histoire riche et parfois tragique en particulier lors de la Deuxième Guerre mondiale, il n’existe aujourd’hui dans la ville de Montmorency que très peu de traces qui invitent à la mémoire de ces événements.

Il y a environ deux ans, avec l’aide de la municipalité et d’historiens, nous avons entamé le projet de tenter d’y remédier.

medium_Photo_Georges_Wojakowski.2.jpg



Aujourd’hui, la première phase du projet a abouti c’est pourquoi cette journée fut un véritable succès : plus de 300 personnes ont répondu présents. Notons, aussi le dynamisme de Thierry Ghenassia,  président  du Centre communautaire  israélite du Val de Montmorency, qui a réussi son pari. Une exposition photo a eu lieu et une table ronde  animée par Katy Hazan et un arbre du souvenir fut planté en mémoire des enfants juifs déportés assassinés  par les nazis .

 

medium_DSC02206.2.JPG

On aura pu noter la présence de l’adjointe au Maire chargé de la Culture Madame Fauve, Régine Lippe, Sarah et  Georges  Wojakowski de l’Association des fils et filles des déportés juifs de France ,Joseph Krolik du Renouveau et on aura également pu remarquer la présence de Joël Mergui, Président du Consistoire israélite de Paris, accompagner de François Sitruk  et bien sûr, pour l’OSE, de Gilles Amsallem. Cette journée fut clôturer par un verre de l’amitiés …

medium_OSE.JPG

Alain Azria

Crédit Photo : Georges Wojakowski  , Véronique Chemla 


Avec le soutien de :
- la ville de Montmorency
- L'OSE
- Le Renouveau
- Le Mémorial de la Shoah
- Le Consistoire israélite de Paris
- L'ass. des fils et filles de Déportés

00:20 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 27 juin 2007

La guerre des six jours et le droit international

 


S’il est vrai que même du côté israélien, il existe une déception certaine au vu de la situation, quarante après ce qu’il est convenu d’appeler « la guerre de 6 jours » (et non la guerre des 6 jours), il n’en demeure pas moins que, contrairement, aux accusations lancées contre Israël, ce pays n’en est pas seul responsable.

Pour notre part, nous voudrions souligner le bien-fondé de la thèse israélienne, au regard du droit international au moment du déclenchement de cette guerre, thèse qui n’est guère répandue, dans les médias, à l’heure actuelle.

Ceci est d’autant plus regrettable que cela conforte un certain nombre des points de vue soutenus par les gouvernements israéliens jusqu’à ce jour.

A peine relèvera-t-on que dans le Courrier international - repris par Matinplus , le 31 mai - Elie Barnavi, historien et ancien ambassadeur d’Israël en France, a écrit : « Cette guerre a été une nécessité - une guerre juste, s’il en fut ».

De fait, il ne faut, effectivement, pas réécrire l’histoire : « Israël n’avait tout simplement pars le choix ».

A l’époque, l’Egypte massait des troupes dans le Sinaï, après avoir obtenu des Nations Unies le retrait des casques bleus, qui, en 1957, au lendemain de la guerre du Sinaï, avaient été disposés dans la presqu’île, en vue de garantir à Israël l’accès du détroit de Tiran.

Or, Israël avait prévenu que toute tentative de bloquer à nouveau l’accès de ce détroit, seule possibilité de desservir le port d’Eilat, alors que le canal de Suez lui était interdit - au mépris du droit international - serait considéré comme un casus belli .

Au nord d’Israël, existait la menace syrienne, caractérisée non seulement par les facilités accordées à des bandes armées pour s’infiltrer à l’intérieur d’Israël, mais, aussi, et surtout, par les bombardements incessants en territoire israélien, depuis les hauteurs du Golan - comparables aux lancements actuels de Qassam sur Sderot.

C’est, dans ces conditions, que le 5 juin au matin Israël se lança dans ce qu’il faut bien appeler une action de « légitime défense préventive », alors qu’une double menace pesait, ainsi, sur lui au sud et au nord.

Ce fut une innovation, dans le droit international, qui jusqu’alors ne connaissait que la légitime défense contre une agression déclarée.

Il n’est pas inutile de rappeler que, quelques quarante-huit heures auparavant, dans Le Monde du 3 juin 1967, René Cassin, président de l’Alliance Israélite Universelle, qui, en tant que président de la Cour européenne des droits de l’homme, devait, l’année suivante, recevoir le prix Nobel de la Paix, publiait un article où, de façon prémonitoire, à propos de « Qu’est-ce que l’agression ? », il justifiait l’initiative israélienne.

En effet, devant la presse mondiale, le président Nasser venait de déclarer que c’est « l’existence même d’Israël qui constitue une agression et ne saurait être plus longtemps supportée ».

Et se référant aux thèses soviétique et syrienne, lors des discussions aux Nations unies sur la définition de l’agression, qui évoquaient, l’une, les « mesures de pression économique portant atteinte à la souveraineté de l’Etat » et l’autre, la « tolérance à des organisations pour utiliser le territoire comme base d’opérations au point de départ en vue d’incursions », le grand juriste français écrivait : « On dirait vraiment que, dans ces divers documents, tout est prévu pour offrir d’avance à l’Etat d’Israël, la possibilité d’invoquer les actes d’agression de ses voisins ».

Et René Cassin ne savait pas encore que la Jordanie, malgré les mises en garde qu’Israël fit parvenir au roi Hussein, allait, à son tour, s’engager ouvertement dans le conflit, espérant profiter de ce qu’Israël était aux prises avec ses ennemis au nord et au sud, pour accroître sa présence sur le flanc est, et notamment à Jérusalem.

Comme l’on sait, mal lui en a pris, car la Guerre de six Jours marqua le refoulement de la Jordanie au delà du Jourdain. Et, tirant lui-même, en quelque sorte, les leçons de l’histoire, Hussein renonça en 1988 à toute prétention sur la Cisjordanie, qu’il avait, pourtant annexée (sans pour autant faire de Jérusalem-Est sa capitale).

Et si, en 1979, dans le cadre d’un traité de paix, Israël restitua à l’Egypte l’intégralité du Sinaï, en 1994, dans le cadre du traité de paix avec la Jordanie, Israël n’avait aucun territoire à restituer (notons, au passage, que pour normaliser la frontière entre les deux pays, des échanges, limités, de territoires furent décidés).

C’est ainsi que se pose, depuis, juin 1967 la question du statut juridique des « territoires disputés » au delà de la ligne de cessez-le-feu (dite Ligne verte), qui avait été adoptée, en 1949, dans le cadre de l’accord d’armistice conclu, à l’époque, par Israël, au lendemain de la guerre d’indépendance.

Il ne faut, en effet, pas perdre de vue qu’en 2007, la situation au Moyen Orient est encore tributaire des séquelles de la Première guerre mondiale et plus précisément de l’absence de solution complète et définitive appliquée, dans cette région, aux possessions de l’Empire ottoman, puissance vaincue.

Les différents sandjaks et willayets ottomans furent, au début des années 20, regroupés sous l’appellation de Syrie, Liban et Palestine et placés sous mandat de la Société des Nations.

Seules la Syrie et le Liban accédèrent, par la suite, à l’indépendance (encore que, pour ce dernier pays, on peut, légitimement s’interroger sur la signification de ce mot eu égard aux pressions syriennes qu’il continue de subir).

Reste le sort de la « Palestine » (résurgence de l’appellation romaine, alors que ce territoire ne constituait pas une entité juridique homogène, à l’époque ottomane).

Or, comme l’on sait, le plan de partage, dont 2007 marquera, en novembre prochain, le soixantième anniversaire ne fut pas accepté par le monde arabe, alors que ce plan, prenant en compte le fait que ce territoire n’avait jamais constitué, depuis la chute du Royaume de Juda, une entité indépendante, si l’on met à part l’épisode, sans aucune base légitime, du Royaume franc de Jérusalem, au XIème siècle, faisait place, en quelque sorte, au droit des peuples à disposer d’eux mêmes.

Ce plan permettait, à la fois, de donner à la population arabe locale, dont une partie venait, cependant, des territoires voisins de se constituer en une entité indépendante, et de consacrer l’existence d’un Foyer national juif, promis par le plan Balfour, en 19I7.

Certes, s’agissant de Jérusalem, l’Assemblée générale des Nations Unies prenait quelque liberté avec ce droit à l’émancipation nationale proclamé par la Charte de 1945, puisqu’elle en faisait, à l’époque, un corpus separatum , sans tenir compte de l’existence d’une majorité juive, qui n’aurait pas manqué de se prononcer pour le rattachement à l’Etat juif.

C’est d’ailleurs l’occasion de rappeler que jamais cette ville n’avait été, toujours en omettant la supercherie de Godefroy de Bouillon, la capitale d’un Etat autre que d’un Etat juif.

Nous ne répéterons jamais assez que ce n’est pas l’affirmation, non étayée - voire, au contraire, contredite par le texte de l’armistice de 1949 - des juges de la Cour internationale de La Haye, en 2004, qui ont considéré que la Ligne verte constituait une frontière et que de ce fait Israël occupait une partie de la Palestine, qui permet, à elle seule, de considérer que cette entité existe, d’ores et déjà, au regard du droit international.

Pour qu’il y ait un Etat, au regard du droit international, il faut une population, des pouvoirs publics (en l’occurrence, l’Autorité-sic palestinienne) et surtout un territoire délimité par des frontières.

Or, on admettra d’autant plus difficilement de suivre les juges de La Haye qui ont estimé que cette frontière existait, par référence à la ligne d’armistice de 1949 que les Israéliens ont effectivement franchie, en juin 1967, qu’indépendamment du texte de 1949 les représentants jordaniens ont réaffirmé, à plusieurs reprises, par la suite, que cette ligne de cessez-le-feu ne constituait pas une frontière.

De plus, on ne comprendrait pas pourquoi la résolution 242 du Conseil de sécurité de novembre1967 se serait référée à des frontières « sûres et reconnues », si celles-ci existaient déjà.

Pour terminer, il faut également rappeler à l’heure où Israël est, à longueur de colonnes de journaux, accusé, à nouveau, de tous les maux, liés à son « occupation de la Palestine » (sans que d’ailleurs, parfois, on prenne soin de préciser que l’on ne vise pas ce faisant toute l’étendue entre la Méditerranée et le Jourdain et que l’on admet l’idée qu’Israël ne soit pas une « parenthèse de l’histoire »), que dès les lendemains de la Guerre de Six jours, le gouvernement israélien proposa de se retirer de tous les territoires, en échange de la paix.

La réponse arabe fut le triple non du Sommet de Khartoum en septembre 1967 : non à la reconnaissance, non à la négociation et non à la paix.....

De cela, il n’y a guère que le Hamas qui s’en souvienne et qui persévère dans son refus de toute paix : au mieux il accepterait une trêve de « longue durée » (10 ans....).

Nous ne considérons pas - mais ce n’est qu’un avis personnel - qu’Israël est en « droit » de « conserver » tous les territoires placés sous son autorité depuis la Guerre de Six jours. Mais nous estimons qu’on ne peut lui imposer, unilatéralement, de se retirer de tous les territoires (d’autant plus que la version anglaise - faisant foi - de la résolution 242 précitée évoque le retrait « de » territoires), sans aucune garantie quant à des « frontières sûres et reconnues ».

Bref, on en est, effectivement, 40 ans après, encore au stade où Israël, au regard du droit international, est fondé à n’accepter de négocier qu’avec ceux qui renoncent à la violence à son égard et qui reconnaissent son droit à l’existence.



23:25 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Extraits du célèbre discours de H. Herzog de 1975 à l’ONU


10 novembre 1975 : l’ancien Président de l’Etat d’Israël Haïm Herzog, alors ambassadeur de son pays à l’O.N.U, prononçait un discours qui allait devenir historique. Face à la résolution 3379 assimilant le sionisme à une forme de racisme, Herzog entendait bien s’opposer à cette interprétation. Ce qu’il fit magistralement. Extraits d’un discours fleuve.

Suite �l’article de Claire Dana Picard sur le sujet (du 26/06), beaucoup d’internautes nous ont fait savoir leur désir de mieux connaître les détails de ce fameux discours. Nous tacherons donc d’en restituer l’esprit, tout en précisant bien que le discours en question fut particulièrement long et que sa retranscription intégrale est quasiment impossible. Qu’à cela ne tienne.
Haïm Herzog introduisit son allocution en rappelant l’ironie d’une telle date, choisie pour condamner l’Etat d’Israël : 10 novembre, date symbolique s’il en est puisque date marquant le début de ce qui fut appelé « La Nuit de Cristal », nuit du réveil autorisé d’un antisémitisme généralisé et exprimé publiquement dans les rues d’Allemagne et d’Autriche. Un antisémitisme affiché était né, clair comme le cristal … Plus besoin de se cacher pour brûler, vandaliser et couvrir de graffitis haineux tout ce qui pouvait avoir un lien avec les juifs. Ce discours, classé récemment parmi les 50 allocutions majeures de l’histoire l’est pour nous, surtout pour ceci : l’image de fierté et de courage que renvoyaient encore au monde nos représentants, espèce en voie de disparition, si ce n’est déjà en voie d’extinction …
« Ce débat, qui tend à détourner le Moyen Orient de sa voie vers la paix et qui se déroule dans un esprit fortement imprégné d’antisémitisme, a lieu précisément en cette date symbolique du 10 novembre, cette nuit même de commémoration de la Nuit de Cristal. Pourtant, la vocation même de cette organisation des Nations Unies était, depuis sa création, l’anti nazisme. Et il se trouve que 37 ans plus tard, beaucoup trop tard, cette assemblée se fait le centre de l’antisémitisme mondial. Hitler se serait probablement senti chez lui, à plusieurs occasions depuis le début de cette année, s’il avait entendu tous ces discours, et en particulier celui-ci sur le sionisme.
Il est très triste de songer au niveau atteint par l’organisation des Nations Unies, qui est tel que l’on en arrive à faire face à une attaque de ce type contre le sionisme. Cette attaque n’est pas seulement une attaque anti israélienne des plus virulentes,mais constitue aussi une attaque contre le judaïsme, l’une des religions les plus anciennes et les plus fondamentales du monde. Une religion qui a offert au monde les principes et valeurs de l’humanité, à travers la Bible. Une religion qui a généré d’en son sein deux autres religions majeures : le christianisme et l’islam.
Mais je ne me présente pas ici aujourd’hui devant vous pour défendre ces valeurs morales et historiques du peuple juif .Elles n’ont nul besoin de protection car elles parlent pour elles mêmes. Elles ont apporté au genre humain beaucoup de sa grandeur et de sa gloire. Elles ont insufflé à l’esprit de l’homme bien davantage que ce que ce forum ici présent peut espérer.
Je suis ici pour dénoncer deux grandes injustices de nature à susciter la crainte sur une communauté tout entière et sur l’un de ses membres en particulier. Ces deux injustices sont la haine et l’ignorance. Ces deux injustices caractérisent les nations qui risquent ainsi d’entraîner cette organisation mondiale jusqu’au gouffre profond, comme c’est déjà le cas aujourd’hui. Pour une organisation dont les idéaux furent prônés jadis par les Prophètes d’Israël …
Je me tiens ici aujourd’hui devant vous, en tant que représentant d’un peuple fort et florissant, qui a survécu à tous. Et qui se relèvera encore de cette présentation indigne Je ne me tiens pas ici aujourd’hui pour m’excuser. Votez avec la conscience qu’il ne s’agit pas de la question d’Israël ou du sionisme mais plutôt de la question de la pérennité même de cette organisation, enfoncée maintenant au plus bas, du fait ce blâme infligé par une coalition cruelle et raciste Vous-mêmes porterez la responsabilité de votre position quant à ce blâme sans précédent dans l’histoire. Vous-mêmes vous présenterez face à l’histoire. Et nous, le peuple juif, n’oublierons pas.
A nos yeux, nous le peuple juif, cette décision est fondée sur la haine, la fraude et l’arrogance. Elle est dénuée de tout fondement moral ou légal. A nos yeux, nous peuple juif, elle n’est rien de plus qu’un morceau de papier, et c’est donc ainsi que nous la considérons … »
Haïm Herzog déchira l’exemplaire du document qu’il avait dans la main.


WWW.a7fr.com

23:19 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu