Avertir le modérateur

mercredi, 07 janvier 2009

Des soldates de Tsahal en première ligne à Gaza. Par Maariv

Des soldates de Tsahal en première ligne à Gaza

Le journal Maariv consacre ce matin un article aux "femmes sur le front" : ces soldates de Tsahal qui combattent aux côtés des soldats dans la guerre contre le Hamas. L'opération "plomb fondu' se caractérise par une présence féminine particulièrement élevée au sein des unités combattantes, écrit Amir Bohbot dans cet article intéressant, dont je traduis ci-dessous des extraits conséquents.

lohamot.jpg



Les commandants de l'Opération "Plomb fondu" relatent ces derniers jours avec fierté que de nombreuses soldates prennent part aux combats, y compris un médecin et deux infirmières qui sont entrées en profondeur dans le territoire de Gaza, avec les forces d'infanterie de Tsahal.

"L'apport de ces soldates a déjà été constaté lors des soins aux blessés", a déclaré le commandant de la division de Gaza. "Malgré les menaces d'enlèvement de soldats, les tireurs embusqués du Hamas et les risques posés par les mines lors de l'évacuation des blessés sous le feu de l'ennemi, les soldates sont là-bas tout comme les autres combattants".

lohemet.gif
Photo : Dover Tsahal


Au sein de la division de Gaza, on est fiers non seulement de ces trois soldates, mais aussi des auxiliaires de combat qui servent au sein des batteries d'artillerie et prennent part aux tirs d'obus sur les cibles à l'intérieur de la bande de Gaza. "Le 401e régiment de blindés comporte une femme officier responsable de l'armement", explique l'officier. "Lorsqu'on la voit en action, on comprend pourquoi elle est là-bas. Il y a aussi des femmes officiers de l'intendance qui se déplacent sur le terrain, allant d'un endroit à un autre pour répondre aux besoins des soldats".

Au sein de l'armée de l'air aussi, des femmes se trouvent en première ligne. "Les hélicoptères de combat prennent part à un grand nombre des attaques contre des objectifs à Gaza et aux opérations défensives, pour localiser les terroristes", explique un officier, "et parmi les dizaines de pilotes il y a deux femmes pilotes d'hélicoptères de combat".

(© Maariv, traduction P.I. Lurçat, Vu de Jérusalem).

Article_3194_Pic_5.jpg
Femmes soldats pendant la guerre d'Independance

 

NE DITES PLUS "C'EST DE L'HÉBREU POUR MOI!"

 

CONFIEZ-MOI toutes vos TRADUCTIONS HÉBREU-FRANÇAIS !

Tous documents, lettres, contrats...

Traducteur professionnel, 10 ans d’expérience de la traduction.

Tarifs concurrentiels et travail rapide et soigné.

08:34 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (5)

dimanche, 28 décembre 2008

Le Hamas attaqué.La risposte d'Israel par Guy Senbel

Le Hamas attaqué. La riposte d’Israël.
Par Guy Senbel pour Guysen International News
Dimanche 28 décembre 2008 à 00:56
Depuis la frontière israélienne avec la bande de Gaza.
L’événement fait déjà la Une de toute la presse. Samedi matin, après 45 jours de tirs incessants de missiles depuis Gaza sur Israël, le gouvernement israélien a donné l’ordre à Tsahal d’attaquer le Hamas dans la bande de Gaza. L’opération est préparée de longue date, minutieusement. Les informations dont disposent les renseignements israéliens aideront les commandos dans l’accomplissement de missions très ciblées. L’objectif numéro un : éliminer les organisations terroristes. L’opération porte un nom : « Plomb durci ».

Samedi 27 décembre, à 9H30 heure locale, une soixantaine d’appareils israéliens (avions, drones et hélicoptères) ont bombardé une cinquantaine de sites du Hamas. Il s’agit d’une première étape. Le ministre de la Défense israélienne, Ehoud Barak, a affirmé que l’hypothèse d’une offensive terrestre n’est pas exclue. D’ailleurs, les transferts de tanks vers le sud d’Israël sont en cours.

Ehoud Olmert a donc tenu parole. Les tirs n’ont pas cessé de la part du Hamas. La riposte était inévitable. Les tirs devenaient trop nombreux et trop dangereux. Au cours de la journée de samedi, un civil israélien a été tué et quatre autres ont été blessés à Netivot.

Peu avant minuit, on comptait selon des sources médicales palestiniennes 230 tués et plusieurs centaines de blessés, dont 120 dans un état grave. Parmi les personnes tuées : Tawfik Jaber, le chef de la police du Hamas, dont le QG était une cible prioritaire.
Les opérations se poursuivent dans la nuit de samedi à dimanche. Des ateliers métallurgiques, qui produisaient et stockaient des roquettes, ont également été la cible des hélicoptères israéliens.

Le Hamas a réagi à ces attaques en adoptant une posture de victime et de martyre, préparant un nouveau un débat sur la question de la « disproportion de la riposte »… Les corps des terroristes du Hamas tués au cours des raids israéliens sont montrés sans pudeur aux caméras de télévision, laissant croire qu’il s’agit là d’une nouvelle opération criminelle. Rares sont ceux qui rappellent que les personnes qui sont visées par Israël sont responsables de tirs quotidiens de missiles.

Hanyeh, le chef du Hamas à Gaza n’hésite pas à employer un vocabulaire emprunté à un script de film d’horreur, masquant à peine une véritable panique : « Même si on nous attache à des gibets, si on fait couler notre sang dans les rues ou si on déchiquette nos corps, nous ne nous inclinerons que devant Dieu et nous ne renoncerons pas à la Palestine ».
Depuis son exil syrien, le leader du Hamas, Khaled Mechaal, a appelé à une « troisième Intifada » contre Israël. Le Hamas appelle la Jordanie et l’Egypte à couper toute relation diplomatique avec le Hamas. L’Egypte, qui se voit reprocher par certains de cautionner l’intervention militaire israélienne pour avoir notamment reçu Tsipi Livni en fin de semaine dernière, a décidé de rappeler son ambassadeur à Tel Aviv pour marquer sa désapprobation…

La pression internationale pour que cessent les bombardements israéliens ne s’est pas fait attendre. L’ONU, l’Europe, la Russie appellent les deux parties à la retenue. Washington demande à Israël de faire en sorte que les raids ne fassent pas de victimes parmi les populations civiles et tient le Hamas pour responsable de la violation du cessez-le-feu.
L’ensemble des pays arabes et l’OCI, l’Organisation de la conférence islamique, qui représente 1,3 milliards de musulmans, ont condamné les raids israéliens, les qualifiant de crimes de guerre. Un sommet de la Ligue arabe est prévu à Doha mercredi 31 décembre. Des manifestations sont organisées dans tout le Moyen Orient pour condamner les attaques israéliennes, y compris à Istanbul et à Islamabad, et même dans la capitale marocaine.

Les conséquences d’une telle intervention, tant sur le plan sécuritaire que sur le plan des relations diplomatiques dans la région, sont difficiles à évaluer.
Si les autorités israéliennes ont prévu jusqu’à 200 tirs de missiles du Hamas par jour, on ne sait pas encore la méthode qui va être employée par le Hamas pour étendre son « cercle de feu » : s’agit-il de tirer des missiles en profondeur à l’intérieur d’Israël pour toucher le cœur du pays ? L’action sera-t-elle relayée en Judée Samarie ou depuis le Sud de Liban où des batteries de missiles contrôlées par des milices palestiniennes sont pointées vers Israël ?

En Israël, plusieurs partis politiques tels que le Shass ou Kadima, ont décidé de suspendre leur campagne électorale. Le leader de l’opposition B. Netanyahu a déclaré l’unité de tous les responsables politiques israéliens « devant leurs ennemis ». Le pays semble décidé à tout faire pour écarter définitivement la menace terroriste à Gaza.

Si une solution militaire était indispensable pour mettre fin aux tirs de missiles et aux menaces terroristes, la solution politique pourrait être détenue par le Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.
L’affaiblissement du Hamas à Gaza est une occasion unique pour les modérés palestiniens, et à quelques mois des élections palestiniennes, de reprendre le contrôle sur ce qui devait être le point de départ de la construction d’un Etat palestinien, après le désengagement israélien de la bande de Gaza, il y a plus de trois ans.
Cette hypothèse a été avancée au cours de la soirée de samedi par Tony Blair qui préconise « la mise au point d’une nouvelle stratégie pour Gaza, qui place de nouveau ce territoire sous la direction légitime de l’Autorité palestinienne ».

www.guysen.com

10:25 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Hamas aurait pu éviter l'offensive d'Israël, accuse Abbas

Le Hamas aurait pu éviter l'offensive d'Israël, accuse Abbas

Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré que le Hamas aurait pu éviter l'offensive israélienne dans la bande de Gaza en mettant fin aux tirs de roquettes contre l'Etat juif. Lire la suite l'article

"Nous leur avons dit: 's'il vous plaît, ne mettez pas fin à la trêve. Poursuivez la trêve'. Nous aurions alors pu éviter ce qui s'est passé", a déclaré Abbas au Caire en référence à la fin, la semaine dernière, de la trêve observée depuis six mois.

Israël a lancé samedi une offensive aérienne contre des sites du Hamas sur la bande de Gaza, faisant au moins 270 morts et 600 blessés dans le territoire contrôlé par le mouvement islamiste.

Alaa Chahine, version française Clément Dossin

http://fr.news.yahoo.com/4/20081228/twl-po-gaza-abbas-bd5ae06.html#ynw-article-part2

10:16 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 26 décembre 2008

Gaza en grande alerte:Par Guy Senbel

Gaza, la grande alerte

Cette semaine, nous souhaiterions attirer l’attention de nos lecteurs sur l’urgence de la situation provoquée par les organisations terroristes dans la bande de Gaza. Des centaines de missiles et d’obus de mortiers ont été tirés ces derniers jours sur le Néguev occidental et le nord de l’enclave côtière, frappant la ville Ashqelon. Pour des dizaines de milliers de personnes, la vie au bord des abris est devenue dangereuse. Et le Hamas continue de menacer d’étendre son « cercle de feu » plus profondément à l’intérieur d’Israël. Le gouvernement israélien semble avoir pris la mesure d’un danger immédiat et affirme qu’il n’a plus d’autre choix que d’intervenir si les tirs se poursuivent…

C’est même un dernier appel que le Premier ministre israélien a lancé aux Gazaouis, affirmant dans une interview à la chaîne « Al Arabya », très regardée à Gaza, qu’il n’hésitera pas à « utiliser la puissance d’Israël pour frapper le Hamas et le Djihad islamique ». Dans son adresse aux habitants de Gaza, Olmert rappelle sur un ton volontiers moralisateur que « ce que fait le Hamas est en totale contradiction avec l’esprit de l’Islam », et « constitue la première raison de vos souffrances et des nôtres. Je vous le dis dans un dernier appel : arrêtez cela ! Vous les habitants de Gaza, vous pouvez l’arrêter. »

Sont-ils capables d’entendre un tel discours ? Les Gazaouis sont harcelés par une propagande politique qui accable les « Sionistes » de tous les maux, pointant la menace de leur « retour » à Gaza ; le Hamas et le Djihad Islamique assènent des mensonges utiles à une population usée par les violences et les privations, tandis que l’islamisation se poursuit. Obligatoire, le port du voile, interdits les Cafés Internet. Et demain Gaza s’oriente vers une application de la loi islamique.
En rappelant « qu’Israël a quitté Gaza il y a trois ans, avec l’intention de ne pas y revenir », le Premier ministre veut faire entendre aux Gazaouis qu’une autre voie est possible. L’indépendance territoriale acquise à la suite du désengagement de Gaza constituait un cadre propice à l’indépendance nationale, elle aura essentiellement contribué à exacerber les violences entre les factions palestiniennes. Depuis, le Hamas a éliminé et interdit toute forme d’opposition.
Sans le Hamas, une autre « trêve » est possible.

Car la trêve ne peut convenir à une organisation comme le Hamas. Elle suppose une normalisation des relations avec l’ennemi, une position intenable pour une équipe dirigeante qui tire sa légitimité de la lutte à mort qu’elle préconise contre Israël. Le Hamas ne peut abandonner sa posture de « résistant » et prendre le risque d’être débordé par des organisations comme les Brigades de Saladin, la branche armée des Comités de Résistance Populaire, ou les Commandos Al Qods.

Malgré l’intensification des tirs de missiles et d’obus, l’Etat hébreu a fait montre d’une singulière retenue. Mercredi 24 décembre, un raid israélien a touché un groupe de terroristes qui venaient de tirer un obus de mortier vers Israël. La veille, l’armée israélienne avait tué trois hommes du Hamas alors qu’ils posaient des explosifs devant les barbelés délimitant la frontière avec Israël.
Tsahal s’est contenté d’empêcher certaines actions terroristes.

Les habitants de Sdérot en sont toujours les premières cibles. Leur vie quotidienne est à nouveau devenue insupportable. Pourtant, si « le cauchemar revient » comme le crie une commerçante sans âge qui n’a plus la force de courir quand retentit l’alerte rouge, se développe un esprit de résistance hors du commun. « Si Sdérot tombe, c’est Israël qui tombe. Alors nous résistons » lancent des passants qui scrutent le ciel en permanence et regardent les journalistes dans les yeux.

Les Israéliens ont compris que « Sdérot ne doit pas tomber »… La question d’une intervention à Gaza est peut-être la seule solution aujourd’hui, pour une vaste majorité d’entre eux. L’enjeu n’est plus politique, mais national. Même le parti « Meretz » qui se situe à la gauche du Parti travailliste, et célèbre pour sa volonté de dialoguer avec les Palestiniens, affirme que le gouvernement doit employer « presque tous les moyens » pour faire cesser les bombardements.

Mahmoud Abbas, le Président de l’Autorité palestinienne, se contente de qualifier la situation de « très difficile ». Les divergences sont profondes entre le Hamas qui accuse les membres du Fatah d’espionner des pays arabo-musulmans au profit d’Israël.
Médiateur légendaire entre Israël et le Hamas, l’Egypte appelle les deux parties à cesser l’escalade de la violence, et reproche à la Syrie de « faire pression sur le Hamas pour faire échouer le dialogue national palestinien ».

Longtemps refoulée par un gouvernement craintif et indécis, soucieux aussi d’aller dans le sens de la paix, l’intervention militaire israélienne provoquera certainement des tirs massifs de Qassams sur Israël, et pourrait éveiller des réseaux terroristes qui se trouvent en Judée et Samarie. Quant au Sud du Liban, outre ceux du Hezbollah, les missiles pointés vers Israël et repérés par la FINUL seraient selon Tsahal du ressort d’organisations palestiniennes opérant au sud du fleuve Litanie.
L’opération à Gaza risque de s’inscrire dans la durée, et de coûter cher en vies humaines.

Elle ne sera pas sans conséquence sur le sort de Guilad Shalit, soldat de Tsahal et citoyen français, retenu par le Hamas depuis 916 jours.

Ce soir, nous pensons à Guilad Shalit, l’otage de Gaza.

A la semaine prochaine,

Guy Senbel.

www.guysen.com

08:41 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 16 décembre 2008

Un délégué de l’Onu anti-israélien, refoulé dès son arrivée à Ben Gourion /Par Infolive.tv

Un délégué de l’Onu anti-israélien, refoulé dès son arrivée à Ben Gourion

 

 

 

Infolive.tv

00:19 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu