Avertir le modérateur

mardi, 25 septembre 2007

Israël-Hezbollah. Prélude à la Troisième Guerre mondiale ?


 
Israël-Hezbollah. Prélude à la Troisième Guerre mondiale ?
Par Olivier Rafowicz
Propos recueillis par Sandrine Sebbane (*)
25/09/07
  imprimer cet article envoyer à un ami    
- - Thème: Proche-Orient


 

 

Bien des témoignages ont été apportés sur la guerre qu’Israël a été obligé de mener contre le Hezbollah libanais il y a un an, lors de l’été 2006. Celui d’Olivier Rafowicz, recueilli par la journaliste Sandrine Sebbane, est important car de première main. Lieutenant-colonel de réserve, ancien pote-parole de Tsahal pour la presse étrangère, l’auteur est très au fait des questions militaires et stratégiques relatives au Proche-Orient.
 
Par delà la description proprement technique du conflit, dont le public, en France comme ailleurs, aura été abondamment inondé à l’époque, Olivier Rafowicz propose une analyse plus en profondeur de la situation d’Israël et, partant, du peuple juif, que cette guerre aura finalement révélée. Pour lui, « l’année 2006 a été un tournant sur au moins deux points importants liés à la position de l’Etat d’Israël et à l’histoire contemporaine du peuple juif ». Deux tournants, en fait, précise-t-il : celui qui voit les groupes islamistes radicaux passer à des actes de guerre d’une dangerosité extrême pour la région. Celui, aussi, plus pernicieux, qui voit, à travers le monde, des intellectuels, des chercheurs, des scientifiques et même, hélas, des Juifs antisionistes, mettre en cause la réalité de la Shoah. « Ce ne sont plus des leaders politiques ni des militaires mais des intellectuels, des chanteurs, des écrivains, qui prennent la plume ou le micro pour déclarer que maintenant plus rien n’est tabou : ni la Shoah, ni Auschwitz, ni les nazis, ni le salut hitlérien ». Bref, un antisionisme viscéral doublé d’un antiaméricanisme débridé, le tout « bien arrosé d’une bonne sauce antisémite ».
 
« Dans les années 1970, explique l’auteur, les sociologues pensaient que le conflit serait entre le nord et le sud. Mais le conflit d’aujourd’hui et bientôt de demain sera celui du rationalisme et de la logique judéo-chrétienne face à des fous de Dieu prêts à se faire exploser dans des restaurants, des centres commerciaux et autres gratte-ciels ». Avec ce conflit, nous assistons à la « première guerre entre Israël et l’islam intégriste ».
 
Pour ce qui est du conflit proprement dit, tout a été déjà dit, ou presque. Ce qui fait l’intérêt de l’ouvrage, par delà le décompte macabre des victimes ou de la description des armements utilisés de part et d’autre, c’est l’analyse, originale et percutante, des tenants et des aboutissants, de cette guerre. Car « la situation est et sera pour encore de très nombreuses années une guerre permanente, existentielle pour Israël qui ici et là peut manœuvrer avec une marge d’actions et d’erreurs extrêmement faible ».
 
Oui, reconnaît Rafowicz, il y a eu un certain cafouillage au plus au niveau, mais l’essentiel est ailleurs. Le Liban a lui aussi été meurtri bien qu’il ne soit pas l’ennemi d’Israël. Les coupables, ce sont l’Iran, la Syrie et leurs acolytes.
 
Autre aspect, souvent peu relevé par les médias et les commentateurs : l’attitude des Arabes israéliens pendant cet été meurtrier. Bien que 18 Arabes israéliens aient été dénombrés dans les victimes civiles, « les députés arabes israéliens ont refusé de critiquer seulement le Hezbollah pour critiquer la guerre en général ». Pire, ils « ont en tout cas démontré une volonté de soutien au Liban plutôt qu’à l’Etat d’Israël ». Conséquence grave : les Arabes israéliens se sont déconnectés de leurs concitoyens juifs.
 
Israël, désormais, doit être constamment sur ses gardes. D’un mal peut émerger un bien et ce bien c’est que désormais le Hezbollah a montré son vrai visage, il est démasqué. Tout au long de ses soixante années d’existence Israël a tout essayé pour faire la paix avec ses voisins.  Et il a bien fait. Mais il convient d’ouvrir tout grands les yeux. « On passe à une autre étape qui est l’étape de survie…on arrête les négociations bidon, les fausses manœuvres de paix. On admet que certains Arabes, que l’islam intégriste, le Hezbollah et le Hamas veulent détruire Israël ».
 
Face à un ennemi vicieux et d’une fourberie sans égale, il faut être dur, intraitable. Et tant pis si l’image de l’Etat juif est écornée.
 
«  Les fascistes islamiques ont réussi à faire en sorte qu’Israël ne croit plus aujourd’hui en la paix. Les Israéliens ont désormais davantage foi en la vie et feront tout pour assurer l’avenir de leurs enfants et du pays. Peu importe si le prix à payer pour cela est une image négative dans le monde et une position politiquement difficile »
 
« Je me défends, donc je suis » chantait le regretté Herbert Pagani. Telle est, en tout cas, la philosophie de l’auteur qui considère que tout compte fait, avec le recul, en tenant compte de l’application de la résolution 1701, des changements politiques et militaires survenus au Liban, le résultat de cette guerre est une victoire israélienne.
Passionnant. A lire absolument.
 
Jean-Pierre Allali
 
(*) Editions Favre. Mars 2007. 184 pages.
 
Source: www.crif.org 

17:25 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

dimanche, 09 septembre 2007

L'INTERNATIONALE ISLAMO-TERRORISTE EN MARCHE

L'INTERNATIONALE ISLAMO-TERRORISTE EN MARCHE

 

Par Albert Soued, écrivain, nouveau livre, cliquez sur Quand le Moyen-Orient verra-t-il la lumière ? - 411p –

Diffusion www.publibook.com/boutique2006/, ou www.fnac.com ou www.amazon.fr , en tapant soued dans la rubrique livres, et dans toutes les bonnes librairies.



Plus il y a d'informations et de transparence, plus la confusion règne dans les esprits. Car qui croire? Nous avons essayé d'évaluer les avancées ou les reculs récents de l'islamo-terrorisme.

 

En fait, le feu de la terreur islamique couve depuis la chute de l'empire ottoman, à l'issue de la 1ère guerre mondiale, en 1917. Au cœur de cet empire croulant, en Turquie, la fièvre a été jugulée et orientée vers le nationalisme laïc par Kémal Ataturk, le fondateur de la nouvelle république turque.

Ailleurs, dans le Moyen Orient sunnite, on a assisté à la naissance progressive de 3 feux, précurseurs de la situation actuelle et allumés pour rétablir le califat et la prééminence de l'Islam dans le monde.

- En Egypte d'abord, Hassan al Banna crée à Alexandrie en 1923 l'association des Frères Musulmans qui se distinguera par de nombreux attentats dans les années 40, contre des citoyens juifs ou non juifs en Egypte, cherchant à déstabiliser le pays en permanence. Ce groupe est florissant dans tout le Moyen Orient. En Egypte il a été tour à tour utilisé et neutralisé par les dirigeants successifs. Aujourd'hui il représente au moins un quart de l'électorat. En Syrie et en Irak, il a été longtemps muselé par les dictatures baathistes. En Syrie, il attend l'heure de sa revanche et en Irak il participe activement au chaos général. Il est aussi le berceau d'intellectuels tels que Tareq Ramadan, qui lui, cherche à déstabiliser les élites musulmanes d'Occident et à semer le trouble dans les esprits.

- En Arabie, le remplacement dans les années 20/30 de la dynastie hachémite de la Mecque par la tribu des al Saoud, pratiquant un islam intégriste, le wahabisme, et cherchant à le diffuser dans le monde entier, a été une initiative anglaise malheureuse qui a mis la richesse pétrolière arabe sunnite entre les mains d'une minorité extrémiste et agissante. Grâce à l'argent du pétrole, la très grande majorité des écoles ou "madrassas" et des mosquées sunnites du monde sont devenues les adeptes de cette doctrine qui a donné naissance à la nébuleuse d'Al Qaeda. Celle-ci se développe ainsi notamment auprès des cadres et des professions libérales musulmanes d'Occident.

- En Palestine, le clan des al Husseini mené par le fanatique H'aj Amin al Husseini et appuyé par les nazis de l'époque provoque divers pogroms contre les citoyens juifs dans les années 20 à 40. Il est le berceau précurseur d'un Yasser Arafat et des nombreux groupes terroristes qui sévissent aujourd'hui aussi bien à Gaza qu'en Cisjordanie et en Jordanie.

 

En Iran, berceau de la Shia'h d'Ali, une république "islamique" de mollahs et d'ayatollahs a remplacé en 1979 l'empire du shah et cherche, par la subversion et la menace de l'arme nucléaire, à imposer son hégémonie sur le Moyen Orient. Et ceci, pour damer le pion aussi bien à la prééminence sunnite (90% de l'Islam) qu'à la puissance satanique des mécréants américains et israéliens. Car l'état d'Israël est à la fois un obstacle et un atout majeur dans ce vaste projet.

 

Devant cette toile de fond, où en sommes-nous aujourd'hui?

Les 2 menaces les plus sérieuses sont d'un côté la nébuleuse d'al Qaeda et de l'autre, l'Iran shiite des mollahs. Al Qaeda s'est étendue et développée grâce à la publicité faite par des attentats spectaculaires, tels que ceux du World Trade Center. Cette hydre n'a pas vraiment de centre névralgique, mais seulement un refuge pour ses maîtres à penser, dans les montagnes jouxtant le Pakistan et l'Afghanistan, auprès des tribus pachtounes du Waziristan. Au Moyen Orient, elle fait exploser ses adeptes, venant du monde entier, mais principalement de la péninsule arabique. Al Qaeda veut déstabiliser les régimes qui cherchent à consolider un semblant de démocratie, surtout dans les régions à majorité tribale (Irak, Afghanistan, Pakistan, Sinaï, Cisjordanie, Somalie, Yémen). Très nombreuses, les victimes sont toutes musulmanes…. Ces attentats semblent en perte de vitesse en Irak, au Yémen, au Sinaï.

Ailleurs, quand ils réussissent les attentats ont pour but de faire de la publicité et de recruter. Les polices en Occident sont en alerte craignant un attentat spectaculaire autour du 11/9. Pourtant depuis 2 ans, en Europe, les attentats ou les tentatives d'attentats, conçus et perpétrés par des musulmans du pays ont tous avorté (Londres, Glasgow, Danemark, Allemagne…). On annonce aussi que la terreur islamiste en Asie est en net recul. Néanmoins la vigilance s'impose, car, en Turquie après l'élection d'un président islamique, au Maroc où on annonce l'avancée imminente d'un parti islamique, on perçoit la lente constitution d'un terreau de l'Islam qui n'a de modéré que les propos en langue étrangère.

La clique d'Ahmedinejad a essayé sans succès de faire avaler sa politique militante et agressive à sa population, racontant que l'"ennemi sioniste" l'obligeait à s'armer à outrance et à devenir nucléaire. Israël est devenu l'explication et l'excuse d'une gestion économique désastreuse. Par ailleurs, dans le même but, cette clique radicale cherche à créer un croissant shiite, fertile en espoir messianique, allant du golfe (Bahrein, Irak-Iran) jusqu'en Méditerranée (Syrie-Liban, et… Palestine). Et pour cela, elle expédie ses brigades révolutionnaires en Irak, paye le passage des kamikase vers l'Irak, arme et paye le Hezbollah au Liban et le Hamas sunnite à Gaza (1). Les 2 zones les plus troubles sont ainsi le Liban où l'armée vient de défaire un groupe terroriste armé par l'Iran (2) et où on doit élire prochainement un président, chrétien selon la constitution, mais de quelle tendance, pro ou anti syrienne? Et surtout l'Irak où l'Iran entrevoit de remplir la vacuité créée par un éventuel départ de troupes de la coalition. On attend incessamment les déclarations du général Petraeus sur ce sujet.

On saura ce mois-ci si ces 2 pays passeront sous protection iranienne comme la Syrie ou resteront pro-occidentaux.

 

En conclusion, la voie est étroite entre une politique vraiment musclée de l'Occident qui pourrait dissuader les extrémistes et autres radicaux musulmans et une politique d'apaisement destinée à ne pas heurter les dits "modérés" parmi les musulmans, qui autrement risqueraient de basculer eux aussi dans l'irréparable. Quant à Ahmedinejad et sa clique de mollahs et d'ayatollahs, l'Occident compte plus sur un renversement de tendance de l'intérieur (3) que sur une frappe des installations nucléaires. Encore faut-il que la pression économique et militaire soit extrêmement puissante et sans faille, puisque la diplomatie ne donne rien depuis très longtemps. En tout cas la vigilance armée devrait être la règle (4). Pour ceux qui ne l'ont pas entendu, Abdel Bari Atwan, rédacteur en chef d'un quotidien arabe paraissant à Londres, Al Qods al Arabi (la Sainte Jérusalem Arabe), tirant à 50 000 exemplaires, n'a-t-il pas annoncé le 27 juin 2007 devant la télévision libanaise ANB: "Si les missiles Iraniens frappent Israël, par Allah!, j'irai à Trafalgar Square et je danserai avec délice !"

En espérant pour cet individu "un coup de Trafalgar".

 

Notes

(1) Le Hamas reçoit des subsides aussi bien d'Arabie que d'Iran qui l'aide à construire à Gaza le même réseau souterrain fortifié que celui construit au Liban-Sud pour le Hezbollah.

(2) L'armée libanaise aurait liquidé le groupe terroriste Fatah' al Islam dans le camp palestinien de Nahr el Bared au sud de Tripoli. Selon le journaliste Amir Taheri, l'Iran a investi au Liban plus de 20 milliards $ en 30 ans! Ce régime est en train d'acquérir des villages entiers druzes et chrétiens pour assurer une continuité territoriale shiite au Liban entre la Syrie et Israël, en cas d'éclatement du pays. De plus le Hezbollah shiite serait en meilleure posture militaire qu'avant la guerre de Juillet 2006.

(3) Le puissant Ahmed Rafsanjani dit modéré a été élu président de l'Association des Experts contre le candidat appuyé par Ahmedinejad. Cette association nommera le successeur d'Ali Khamenei, chef suprême qui inspirerait les extrémistes au pouvoir.

(4) Quelques faits quotidiens et caractéristiques. Au Sinaï, la police égyptienne vient de mettre la main sur 2,5t d'explosifs, les bédouins locaux préférant coopérer avec al Qaeda. En Malaisie, pays considéré comme tolérant, il est interdit dans les faits de se convertir à d'autres croyances, l'apostasie menant à la prison. Au Tchad, les femmes sont fouettées par le mari et ses amis pendant la semaine de noces. Dans les avions de la Compagnie arabe saoudite Arabian Lines, Bibles et croix sont confisquées, comme armes de guerre. La police des moeurs de Téhéran a arrêté en quelques semaines un demi-million de personnes pour habillement non conforme….

08:48 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu