Avertir le modérateur

mercredi, 12 septembre 2007

L’imam Amine, prêcheur pour kamikazes

EL WATAN du 12 septembre 2007

 

Il officie depuis des années à la mosquée Appreval (Kouba)

L’imam Amine, prêcheur pour kamikazes

L’endoctrinement de jeunes adolescents pour servir de chair à canon au GSPC continue de se faire à ciel ouvert par des imams qui officient dans des mosquées aux frais du contribuable.

 

L’exemple le plus connu est celui de la mosquée du quartier l’Appreval, le plus huppé de la commune de Kouba, et connu sous le nom de cheikh Amine. De nombreux jeunes ayant été recrutés dans le cadre des filières dites de l’Irak ont reconnu avoir été sensibilisés, pour ne pas dire encouragés à prendre le chemin de la mort, grâce aux prêches et halaqate (des débats) de cheikh Amine. Ce dernier, très intelligent et sournois, parle souvent de la guerre en Irak, du djihad contre les occupants de cette terre d’Islam et rarement d’autres sujets qui concernent l’Algérie. Sa mission consiste à chauffer à blanc les jeunes, notamment les adolescents, pour leur inculquer l’idée de prendre part au djihad en Irak et de mourir en martyr aux côtés de la résistance irakienne. Une fois les moins avertis et les plus vulnérables pris au piège, c’est un autre personnage qui entre en action. Il les repère, prend attache avec eux et leur refile même des enregistrements vidéo sur CD, montrant des attentats en Irak. Une étape qui peut durer plusieurs semaines, avant que les jeunes ne prennent part au voyage vers l’enfer. Les parents de Nabil Belkacemi, kamikaze qui s’est fait exploser à l’intérieur de la caserne des gardes-côtes à Dellys samedi, accusent cheikh Amine d’avoir endoctriné leur enfant de 15 ans au point de lui faire admettre, à son âge, l’idée de servir de bombe humaine. Le jeune Nabil était un adolescent ordinaire, studieux, sérieux et respectueux avant qu’il ne commence à fréquenter la mosquée de l’Appreval et surtout côtoyer cheikh Amine. D’un enfant qui fait la prière à la maison, il se transforma en fervent pratiquant qui ne quittait plus la mosquée au point d’y passer des nuits entières avant de regagner son collège le matin. Il a fallu moins de cinq mois au cheikh Amine pour transformer un enfant en bombe humaine. Dans ses discussions par téléphone avec sa famille, Nabil a révélé n’avoir pas regagné le maquis seul, mais avec une dizaine de jeunes adolescents qui fréquentaient la même mosquée et le même imam. Le cas de Nabil n’est pas isolé. Il y a quelques semaines, deux terroristes, l’un repenti et l’autre arrêté par les services de sécurité, ont fait état des mêmes circonstances de recrutement par le GSPC. Le premier, Zoheir Abzar, natif de Mohammadia (Alger), a rejoint les maquis en 2006. Il a expliqué que son engagement aux côtés des Irakiens est né en 2004, mais l’idée d’aller combattre sur le terrain a commencé à prendre forme à la suite des nombreuses et fréquentes halakate de cheikh Amine, de la mosquée El Ouafa Bil Ahd de l’Appreval.

 

Un camp de transit à Tizi ouzou

Avec son ami Abdelhafid T., il fait connaissance d’un certain Amirat, qui a combattu quelque temps en Irak, avant de revenir au pays. Il leur refile des CD montrant des opérations militaires en Irak pour les encourager à rallier la cause. Les deux jeunes sont, quelque temps plus tard, pris en charge pour être déplacés à bord d’un taxi clandestin jusqu’à Tizi Ouzou, dans un camp dit de transit, puis vers un autre, avant d’être affectés à la section El Yamama, composée de 16 terroristes et dirigée par Abou Houdeifa. Là, les trois nouvelles recrues découvrent la vérité amère. Celle qui diffère, disent-ils, de ce qu’ils ont vu sur les CD, puisqu’ils seront soumis à un endoctrinement intense pour les transformer en kamikazes. Tout comme Zoheir, Medjbar, le deuxième terroriste, a connu le même chemin. C’est également grâce aux prêches et aux halakate de cheikh Amine qu’il a fini par rejoindre le GSPC, avec douze autres jeunes. Ces derniers ont été affectés au mont Harrour, pour réactiver les attentats à Alger, sous la direction de Soufiane Fassila, alors émir de la zone 2 du Centre. Il est important également de relever que sur les quatre kamikazes qui se sont fait exploser à Alger, le 11 avril et juillet derniers ainsi que le 8 septembre, trois sont issus des quartiers de Bachjdjarah et de Bourouba et fréquentaient régulièrement la mosquée de l’Appreval. La famille de Merouane Boudina, dit Maâd Benjabel, un des trois kamikazes qui ont mené les attentats suicide du 11 avril dernier contre le palais du gouvernement et deux commissariats à Bab Ezzouar, a fait état des mêmes témoignages à propos de l’endoctrinement qu’a subi son fils à la mosquée de l’Appreval. Autant de détails qui prouvent que cheikh Amine est le point commun d’une grande partie des jeunes recrutés par le GSPC pour servir de chair à canon.

 

« L’idéologue du djihad »

Jusqu’à quand l’Etat continuera-t-il à rester passif devant des prêcheurs de la mort, payés aux frais du contribuable, après avoir vécu une décennie de terrorisme sauvage au nom de la religion ? De nombreuses plaintes ont été pourtant déposées contre cet imam par les riverains de la mosquée, sans que des suites soient données. Plus grave, les familles de jeunes ayant pris le maquis, ainsi que plusieurs repentis l’ont accusé d’avoir été l’idéologue du djihad sans qu’il soit nullement inquiété.

 

Salima Tlemçani

 


Découvrez le blog Yahoo! Mail : dernières nouveautés, astuces, conseils.. et vos réactions !

12:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 01 septembre 2007

COMMUNIQUE /RASSEMBLEMENT LE 11 SEPTEMBRE 2007

Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme

RASSEMBLEMENT


EN HOMMAGE À TOUTES LES VICTIMES

 D'ATTENTATS

 

Le 11 septembre 2007 à 19 heure au Mur de la Paix


(Champ de Mars, en face de l'École Militaire)

avec

Hugues Aufray, Clara et Marek Halter, avec la

 participation de la chanteuse Yasmine Modestine,

 le cinéaste suédois Bo Persson, les comédiens

Nathalie Roussel et Eric Pierrot, et le message du

Dr Judea Pearl,

en présence de nombreuses personnalités et de représentants d’associations mobilisées contre le terrorisme, pour la défense des victimes, venus d’Algérie, d’Espagne, de Grande-Bretagne et d’Israël.

à l’appel des associations :

AIME (d’Ailleurs ou d’Ici Mais Ensemble) - Amitié Judéo-Noire - Comité Soudan - LICRA (Ligue Internationale contre le racisme et l’antisémitisme)Rhône-Alpes MPCT (Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme) - Paroles de Femmes - Primo Europe - Regards de Femmes - UEJF (Union des Etudiants Juifs de France) - UFAL (Union des Familles Laïques) - Urgences Afrique

 

Ce rassemblement aura lieu
à l'issue de la conférence internationale contre le terrorisme
à Paris, le 11 septembre 2007

 

11:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 26 août 2007

Décès de Raymond Barre: les réactions

Politique

Décès de Raymond Barre: les réactions

AP | 25.08.2007 | 21:27

Les réactions élogieuses étaient nombreuses samedi pour saluer la mémoire de l'ancien Premier ministre Raymond Barre, décédé dans la nuit à l'âge de 83 ans:

-Le président Nicolas Sarkozy a salué la perte d'"un esprit libre et indépendant". "Son expérience internationale et sa hauteur de vues en ont fait un homme d'Etat qui avait la passion de la France, en même temps qu'un personnage à part dans le personnel politique français", a rappelé Nicolas Sarkozy. "Il a incarné sa vie durant l'exigence intellectuelle et morale dans la conduite de l'action publique".

-Raymond Barre "a incarné toutes les facettes de l'homme politique français et porté haut les valeurs d'exigence morale et de rigueur", a jugé le Premier ministre François Fillon. "Son parcours démontre qu'il n'y a pas d'autre chemin que de dire la vérité aux Français et de prendre résolument des mesures parfois difficiles".

-"Les Français lui doivent beaucoup", a insisté l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing, "c'est un homme qui a énormément travaillé pour eux". "Il avait une énergie au travail incroyable" et il a "maintenu l'économie française dans une situation exceptionnelle" face à "la crise pétrolière deux fois de suite".

- "Raymond Barre a été un grand homme d'Etat, un économiste brillant et un grand européen", a salué la Commission européenne. Pour son président José Manuel Barroso, "la conviction, la compétence et expérience européenne de Raymond Barre l'ont toujours amené à concevoir la vie politique nationale en ayant à l'esprit l'idéal, les exigences et les opportunités de l'Europe".

-Raymond Barre était "un homme soutenu, aimé et admiré parce que c'était un homme d'Etat", a expliqué le président du MoDem François Bayrou. Un homme d'Etat "c'est quelqu'un qui met l'intérêt général au-dessus des intérêts particuliers, qui met l'intérêt du pays au-dessus des intérêts de clans, de partis, des personnes", a-t-il ajouté.

-"C'était un personnage d'une intelligence rare, mais il mariait cette intelligence à une bonhomie et une simplicité humaine tout à fait remarquable. On le considérait comme un grand monsieur", a décrit Anne-Marie Comparini, conseillère régionale de Rhône-Alpes (MoDem) qui a travaillé pendant plus de 25 ans aux côtés de Raymond Barre.

-Hervé Morin, le président du Nouveau centre et ministre de la Défense, a rappelé la stature de "brillant universitaire (...) dont l'expertise avait dépassé les frontières nationales" de l'ancien Premier ministre.

-Le socialiste Jacques Delors a lui pointé l'apport de Raymond Barre à la construction européenne. Quand il a été vice-président la Commission entre 1967 et 1972, "il a été sans doute l'un des premiers pendant cette période à plaider pour une coordination des politiques économiques et monétaires entre les pays européens."

-"C'était un des premiers, parmi les grands hommes politiques français, à avoir su parler d'économie aux Français. Il l'a toujours fait avec intelligence, sans démagogie aucune", a salué Laurence Parisot, la présidente du MEDEF.

-"Il était à la fois tout en rondeur dans ces rapports avec autrui et acéré pour défendre ses convictions" s'est souvenu le député-maire communiste de Vénissieux (Rhône) André Gérin. Pour lui, Raymond Barre était "fidèle aux classes dirigeantes" et, à Matignon, il avait "assumé sans tabou ni complexe une politique de droite". AP

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/2007082...

 

Augmenter la taille du texte

11:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 20 juillet 2007

UNE VISITE BIEN TROUBLANTE

Une visite bien troublante

.

 Publié le 19 juillet 2007

 

 

 

texte Une visite bien troublante

 

 

Par Huguette Chomski Magnis, présidente du Mouvement pour la paix et contre le terrorisme.

 

medium_ceremonie_pour_la_paix_le_15_juillet_2007_61_.2.jpgExistait-il une autre solution que d'inviter le Hezbollah sur notre sol ? Entre logique de guerre et désir de paix, existe-t-il une voie qui ne passe pas par le compromis avec le Hezbollah ? En d'autres termes et plus généralement, existe-t-il face au terrorisme une alternative, non militaire mais politique, à l'accommodement ?

 

C'est parce que nous le pensons que nous avons fondé le Mouvement pour la paix et contre le terrorisme. Cette autre voie porteuse d'espoir mais encore inexplorée est celle d'une mobilisation de l'opinion, française, européenne, internationale pour condamner toute pratique terroriste. Oser dire ce que l'on sait. Cela implique d'oser dire par exemple ce que nous savons du Hezbollah.

 

Force est de constater que l'on cache au contraire les faits. On ne rappelle pas les assassinats de Français commis par ce même Hezbollah dans un passé encore douloureusement proche. Il ne s'agissait pas d'intérêts occidentaux mais de vies humaines, françaises en l'occurrence ! On ne rappelle pas les attentats commis en Argentine en 1992 et 1994 (114 morts, 393 blessés). On ne publie pas les sermons incendiaires de Nasrallah. On ne montre ni les photos des défilés des milices du Hezbollah, bras levés à l'hitlérienne, ni celles des bambins embrigadés. On s'abstient de citer le contenu violemment antisémite des émissions d'al-Manar qui lui a valu d'être interdit de diffusion en France. On omet même le rôle, pourtant reconnu par l'ONU (1), du Hezbollah dans le déclenchement de la guerre de l'été dernier. Le Liban peine à se relever, Israël aussi d'ailleurs. Mais pas le Hezbollah et le voilà assez fort pour avoir été convié à La Celle-Saint-Cloud ?

 

Quelle réaction ? Certes, un rassemblement a eu lieu dimanche dernier à l'initiative de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), initiative à laquelle nous avons apporté notre soutien. S'il faut la saluer, on ne peut que s'étonner de la faiblesse de la représentation citoyenne dans l'organisation de la riposte. Protester contre la venue du Hezbollah ne concernait-il que les seules familles des victimes françaises du Hezbollah ? Ou que les Juifs de France, présumés seuls sensibles à la question des soldats israéliens détenus au secret depuis un an ?

 

 

 

Cette indifférence entretenue de l'opinion nourrit à son tour l'échafaudage de plans diplomatiques empreints de prudente real politik : il faut « faire avec » le Hezbollah, comme le font les Libanais eux-mêmes. Nous ne les aidons pas à faire sans !

 

Certes, la France est l'amie du Liban mais les amis ne sont pas toujours bons conseillers. Nous n'aidons pas plus les Libanais à faire sans le Hezbollah que nous ne les avons aidés à faire sans la Syrie.

 

Ce n'est pas la France qui a brisé le tabou de l'occupation syrienne du Liban mais les Libanais eux-mêmes en engageant la « révolution du Cèdre » et le mouvement du 14 mars.

 

Quelle est la position française vis-à-vis du Hezbollah ? On reste perplexe devant les déclarations contradictoires de nos autorités politiques. L'examen attentif de ces déclarations successives conduit à quelques interrogations : comment une organisation à laquelle on demande de « renoncer à l'action terroriste » pourrait-elle ne pas être terroriste ? Comment peut-on qualifier une organisation de terroriste mais ne pas souhaiter son inscription sur la liste européenne des organisations terroristes ? Comment peut-on avoir pour objectif que le Hezbollah redevienne ce qu'il n'a jamais été, un « parti libanais qui joue le jeu de la démocratie parlementaire libanaise » ?

 

 

 

Le choix d'inclure Hezbollah et Amal dans la rencontre de La Celle-Saint-Cloud nous semble grave à plusieurs titres : cela décrédibilise encore un peu plus l'ONU puisque preuve est faite qu'on peut rester un interlocuteur, invité par la France, tout en refusant de se plier aux conditions fixées par une résolution du Conseil de sécurité.

 

Cela entérine une forme de déréglementation politique où droit international et droit humanitaire sont bafoués en toute impunité. Cela envoie implicitement un message dangereux à toutes les organisations terroristes : le terrorisme paie.

 

Au niveau régional, cela freine les Libanais qui voudraient se libérer de l'étreinte terrible du Hezbollah et cela conforte objectivement un ferment de guerre entre le Liban et Israël.

 

On aurait à la rigueur pu admettre que la diplomatie française utilise l'invitation comme une « carotte » : « si vous libérez les deux soldats » ou même « si vous laissez la Croix-Rouge leur rendre visite, alors...», car tenter de sauver des vies peut justifier bien des compromis.

 

Il n'en a rien été. Le Hezbollah a été invité sans avoir à répondre à la moindre exigence. Et le trouble demeure.

 

(1) Résolution 1701 du Conseil de sécurité.

http://www.lefigaro.fr/debats/20070719.FIG000000015_une_v...

 

07:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 09 juillet 2007

AZMI BISHARA SUITE

L'ancien député Azmi Bishara, en fuite depuis les accusations à son encontre d'espionnage au profit du Hezbollah, a déclaré qu'un retrait d'Israël sur les frontières de 1967 était possible grâce aux efforts de certains membres de la gauche israélienne soutenant cette initiative.

WWW.GUYSEN.COM 

07:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu