Avertir le modérateur

mardi, 04 mars 2008

Quand le silence se fait assourdissant!!

Quand le silence se fait assourdissant

 

 

 

Un homme dont la famille faisait partie de l'aristocratie allemande, avant la seconde guerre mondiale, possédait un certain nombre de grandes usines et de propriétés.

 

Quand on lui demandait combien d'allemands étaient de véritables nazis, Il faisait une réponse qui peut guider notre attitude au regard du fanatisme.

 

« Peu de gens sont de vrais nazis » disait-il, mais nombreux sont ceux qui se réjouissent du retour de la fierté allemande, et encore plus nombreux ceux qui sont trop occupés pour y faire attention.

 

J'étais l'un de ceux qui pensaient simplement que les nazis étaient une bande de cinglés.

 

Aussi la majorité se contenta-t-elle de regarder et de laisser faire.

 

Soudain, avant que nous ayons pu réaliser, ils nous possédaient, nous avions perdu toute liberté de manœuvre et la fin du monde était arrivée.

 

Ma famille perdit tout.

 

Je terminai dans un camp de concentration et les alliés détruisirent mes usines. »

 

Aujourd'hui, des « experts » et des « têtes bien pensantes », ne cessent de nous répéter que l'Islam est la religion de la paix, et que la vaste majorité des musulmans ne désire que vivre en paix.

 

Bien que cette affirmation gratuite puisse être vraie, elle est totalement infondée.

 

C'est une baudruche dénuée de sens, destinée à nous réconforter, et, en quelque sorte, à diminuer le spectre du fanatisme qui envahit la Terre au nom de l'Islam.

 

Le fait est que les fanatiques gouvernent l'Islam, actuellement.

 

Ce sont les fanatiques qui paradent.

 

Ce sont les fanatiques qui financent chacun des cinquante conflits armés de par le monde.

 

Ce sont des fanatiques qui assassinent systématiquement les chrétiens ou des groupes tribaux à travers toute l'Afrique et mettent peu à peu la main sur le continent entier, à travers une vague islamique.

 

Ce sont les fanatiques qui posent des bombes, décapitent, massacrent ou commettent les crimes d'honneur.

 

Ce sont les fanatiques qui prennent le contrôle des mosquées, l'une après l'autre.

 

Ce sont les fanatiques qui prêchent avec zèle la lapidation et la pendaison des victimes de viol et des homosexuels.

 

La réalité, brutale et quantifiable, est que la « majorité pacifique », la « majorité silencieuse » y est étrangère et se terre.

 

La Russie communiste était composée de russes qui voulaient tout simplement vivre en paix, bien que les communistes russes aient été responsables du meurtre d'environ vingt millions de personnes.

 

La majorité pacifique n'était pas concernée.

 

L'immense population chinoise était, elle aussi, pacifique, mais les communistes Chinois réussirent à tuer le nombre stupéfiant de soixante-dix millions de personnes.

 

Le japonais moyen, avant la deuxième guerre mondiale, n'était pas un belliciste sadique.

 

Le Japon, cependant, jalonna sa route, à travers l'Asie du sud-est, de meurtres et de carnages dans une orgie de tueries incluant l'abattage systématique de douze millions de civils Chinois, tués, pour la plupart, à coups d'épée, de pelle ou de baïonnette.

 

Et qui peut oublier le Rwanda qui s'effondra dans une boucherie.

 

N'aurait-on pu dire que la majorité des Rwandais était pour « la Paix et l'Amour » ?

 

Les leçons de l'Histoire sont souvent incroyablement simples et brutales, cependant, malgré toutes nos facultés de raisonnement, nous passons souvent à côté des choses les plus élémentaires et les moins compliquées : les musulmans pacifiques sont devenus inconséquents par leur silence.

 

Les musulmans pacifiques deviendront nos ennemis s'ils ne réagissent pas, parce que, comme mon ami allemand, ils s'éveilleront un jour pour constater qu'ils sont la proie des fanatiques et que la fin de leur monde aura commencé.

 

Les Allemands, les Japonais, les Chinois, les Russes, les Rwandais, les Serbes, les Afghans, les Iraquiens, les Palestiniens, les Nigériens, les Algériens, tous amoureux de la Paix, et beaucoup d'autres peuples, sont morts parce que la majorité pacifique n'a pas réagi avant qu'il ne soit trop tard.

 

Quant à nous, qui contemplons tout cela, nous devons observer le seul groupe important pour notre mode de vie : *les fanatiques.*

 

Enfin, au risque de choquer ceux qui doutent que le sujet soit sérieux et détruiront simplement ce message, sans le faire suivre, qu'ils sachent qu'ils contribueront à la passivité qui permettra l'expansion du problème.

 

Aussi, détendez-vous un peu et propagez largement ce message !

 

Espérons que des milliers de personnes, de par le monde, le liront, y réfléchiront et le feront suivre.

 

 

 

 

 

 

 

----------------------

 

« Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.

 

Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif.

 

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.

 

Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.

 

Et lorsqu'ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne pour protester. »

 

 

 

Poème attribué à MARTIN NIEMÖLLER, DACHAU

 

né le 14 janvier 1892 et mort le 6 mars 1984) fut un pasteur et théologien allemand

 

D'abord militaire décoré lors de la Première Guerre mondiale, Niemöller s'orienta vers la théologie après avoir éprouvé les horreurs de la guerre. Au moment de la montée en puissance du pouvoir nazi, qui noyauta peu à peu l'église allemande, le pasteur Martin Niemöller, pourtant partisan du régime hitlérien, appela les pasteurs hostiles aux mesures antisémites à s'unir au sein d'une nouvelle organisation, le "Pfarrernotbund", la "Ligue d'urgence des pasteurs", qui respecterait les principes de tolérance énoncés par la Bible et la profession de foi réformatrice. Cet appel eut un grand écho : à la fin de l'année 1933, 6 000 pasteurs, soit plus d'un tiers des ecclésiastiques protestants, avaient rejoint ce groupe dissident. La "Ligue d'urgence des pasteurs", soutenue par des protestants à l'étranger, adressa au synode une lettre de protestation contre les mesures d'exclusion et de persécution prises envers les juifs et envers les pasteurs refusant d'obéir aux nazis. Malgré les protestations, Martin Niemöller fut déchu de ses fonctions de pasteur et mis prématurément à la retraite au début du mois de novembre 1933. Mais la grande majorité des croyants de sa paroisse décida de lui rester fidèle, et il put ainsi continuer à prêcher et à assumer ses fonctions de pasteur.

Niemöller fut arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen. Il fut ensuite transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau. Libéré du camp par la chute du régime nazi, en 1945, il se consacrera par la suite, jusqu'à sa mort en 1984, à la reconstruction de l'Église protestante d'Allemagne et prendra de plus en plus de distance avec les milieux conservateurs de ses origines pour devenir un militant pacifiste.

 

14:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

vendredi, 22 février 2008

La communauté de la place des Vosges

La communauté de la place des Vosges

 

Synagogue Charles Liché, 14 Place des Vosges 75004 Paris

 

Vous invite le

 

Mercredi 26 mars 2008 à 20h

 

à une soirée-débat avec

 

OLIVIER RAFOWICZ

 

  Directeur d’Infolive.tv

 

   

 

 Autour de son livre

 

« ISRAËL -HEZBOLLAH

 

             PRELUDE A  LA TROISIEME GUERRE MONDIALE?»

 

          Publié aux Editions Favre

 

 

Olivier Rafowicz était porte-parole de Tsahal pour la presse étrangère pendant les 33 jours de guerre entre Israël et le Hezbollah. 

 

Ce qu’il a vécu sur le terrain et qu’il raconte dans ce livre lui permet de livrer aujourd’hui une analyse sombre mais lucide de la situation.

 

Ce conflit de l’été 2006 est peut-être le prélude à la troisième guerre mondiale:celle qui mettra face à face les  démocraties et l’islamisme.

 

 

Soirée présentée par Sandrine Sebbane, journaliste à RCJ et co-auteur du livre.

 

 

 

 

Avec la participation du rabbin Olivier Kaufmann

 

Olivier Rafowicz dédicacera son ouvrage que vous pourrez acquérir sur place.

 

 

 

Nombre de places limité : Réservez dès maintenant par mail : templedesvosges@noos.fr ou par téléphone sur le répondeur : 01.43.44.48.82 en indiquant noms, prénoms, n° de téléphone, on vous confirmera.

 

11:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 12 février 2008

Une interview de Dieudonné (Nathanael en Hébreu…) par un journaliste Québécois.

Une interview de Dieudonné (Nathanael en Hébreu…) par un journaliste Québécois.   Je croyais que le racisme de Dieudonné avait un minimum deretenue. Il faut l'écouter parler de Patrick Bruel et vous verrez que la haine du juif  n'a pas de limite!   Que D… nous protège de nos ennemis.   Partagez avec vos amis cette Vidéo sans limite avec la fonction "Share"

<a href="http://www.2pad.com/link.php?sh=ca08ade74eeffc3f0db16d25c7f4d0ac29c406a2" style="color:blue;text-decoration:none;"><img border="0" src="http://www.2pad.com/linkimg.php?fh=e032f58c7fefa45ea20be7..." align="absmiddle"> <br><u>Click here...</u></a>

 

 
Patrick  

23:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

dimanche, 03 février 2008

Egypte : une désagréable surprise des commerçants de Rafah, victimes de la poisse de Gaza

vendredi 1er février 2008 - 00h12, par Randa Al Fayçal

Logo MédiArabe.Info

Une bien étrange affaire a éclaté du côté égyptien de Rafah, une semaine après le déferlement de centaines de milliers de Palestiniens, venus de Gaza pour acheter en Egypte, pour plus de 250 millions de dollars, toutes sortes de marchandises, après la chute de la frontière. Ce qui devait théoriquement satisfaire les commerçants égyptiens.

Les Egyptiens ont tenté de répondre à la demande accrue de produits alimentaires, de carburants et de tous les produits manquant à Gaza, le territoire étant soumis à un embargo israélien depuis plus de six mois. Le comportement de la population égyptienne était motivé à la fois par le désir de gagner des dollars, venus d’Iran et la Syrie via le Hamas, et soulager la souffrance et les privations du peuple palestinien frère. Après quatre jours de déferlement de Gazaouis vers le côté égyptien de Rafah, la pénurie a poussé les autorités du Caire à multiplier les fournitures, pour répondre à la demande, et des commerçants ambulants ont convergé vers le nord du Sinaï pour faire des affaires.

De retour au Caire, après cette période de grand rush, deux commerçants égyptiens ont été arrêtés par la police, alors qu’ils tentaient d’échanger leurs dollars gagnés à Rafah dans une banque de la capitale. Le guichetier a en effet prévenu les forces de l’ordre que les 5.000 dollars étaient de faux billets. L’enquête menée lors de la garde à vue des deux marchands a confirmé leurs aveux : ils n’ont enfreint aucune loi, ni trempé dans aucun trafic, encore moins versé dans un quelconque réseau de blanchiment d’argent ou de recyclage de faux billets de banque. Tout simplement, ils ont aidé leurs frères Palestiniens sans savoir qu’ils allaient être remerciés avec de vrais-faux dollars.

Il est très probable que d’autres cas soient signalés dans les jours et semaines à venir et les commerçants de Rafah s’inquiètent pour leur trésorerie si d’autres liesses de dollars se révélaient de fausses coupures de banque. Pour rappel, d’importantes quantités de faux billets avaient circulé au Liban au lendemain de la guerre de l’été 2006. Pour certains Libanais, ces faux-billets faisaient partie des généreuses aides apportées par les Iraniens au Hezbollah pour financer la reconstruction de localités et d’infrastructures entièrement rasées par le « petit Satan », et pour indemniser les familles des 1400 victimes de la victoire divine. Devant ce flux « d’argent propre », « d’argent divin » et « d’argent honnête », le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, pensait qu’il ne pouvait jamais assez remercier la République islamique. Aujourd’hui, le même scénario se répète à Rafah, où une partie des 250 millions de dollars dépensés en une semaine par les Palestiniens de Gaza, meurtris, affamés et appauvris, serait constituée de fausses coupures.

Bien que la similitude soit frappante, les autorités égyptiennes ont diligenté une enquête pour déterminer l’origine des faux-billets. Les soupçons du Caire portent sur Israël, et les responsables égyptiens doivent procéder à la comparaison de ces billets avec des faux dollars écoulés par l’Etat hébreu.

Traduction et synthèse de Randa Al Fayçal

Lire l'article original : Al Masri Al Yaoum







19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 02 février 2008

Le Hamas applique la théorie du chaos .Par Liliane Messika

Les Palestiniens qui se précipitent vers l’Egypte à travers le mur qui servait de frontière avec ce pays font l’ouverture de nos JT. Mais pourquoi n’appelle-t-on pas ce mur, qui sépare les Gazaouites de leurs frères égyptiens « mur de la honte » ou « de l’apartheid » ? Pourtant, il ressemble étrangement à l’autre ! Derrière le mur, les emplettes ! Cette ruée vers les magasins de Rafah n’est pas sans évoquer les-trois-J-des-Ga-le-ries prises d’assaut par des consommatrices passionnées. D’ailleurs, en dehors du fait que les Parisiennes n’ont pas besoin du Hamas pour détruire les clôtures, cette comparaison EST raison : les commerçants égyptiens nagent dans le bonheur et dans les devises. On ne va pas faire la fine bouche en insistant sur le seuil-de-pauvreté-dû-à-l’occupation-israélienne que ces malheureux ont franchi à la baisse et qui laisse perplexe devant les magasins dévalisés. D’abord, « dévalisés » est pris dans son sens figuré : les marchandises n’ont changé de mains que contre espèces sonnantes et trébuchantes. Ensuite l’occupation israélienne responsable de tous les maux de la planète (et même sur Mars et Vénus, on se demande…) l’occupation israélienne, donc, a pris fin il y a deux ans et demi. Quand elle existait encore, il était plus difficile au Hamas de faire entrer clandestinement des armes et des explosifs dans Gaza par les tunnels : les Israéliens les détruisaient régulièrement. Les douaniers égyptiens sont plus cool… Pendant que la population consomme à tour de bras, les « activistes du Hamas » (comprendre les gros baraqués avec les lance-missiles) ont accru leurs tirs de roquettes contre les villes israéliennes.
Le 17 janvier 2008 : tous aux abris ! Certes, une famille de Juifs qui se précipite dans l’abri souterrain au milieu de la nuit sous sa maison dévastée est moins spectaculaire qu’une femme palestinienne se griffant la peau après la perte d’un être cher qu’on mène au cimetière et qui remonte tout seul sur son brancard quand les cahots de la route l’en font choir. Et puis qui dit spectaculaire dit « caméras ». A Sderot, il ne doit pas y avoir de caméras.
Une maison de Sdérot détruite par les "roquettes artisanales" Pourtant, le Hamas a déjà lancé plus de 400 roquettes et obus sur Israël au seul mois de janvier. Depuis le retrait d’Israël de Gaza en 2005, on a dépassé les 4 000 sur des villages israéliens situés près de la frontière avec Gaza. Petite leçon de balistique pour les nuls Les roquettes Qassam (alias artisanales) ont une portée de 8 à 11 kilomètres. Mais le Hamas dispose aussi d’un armement plus sophistiqué : c’est pas parce qu’on considère les bonnes femmes comme des ventres qu’on est des ploucs ! La preuve, une roquette Katioucha est tombée il y a quelques jours sur Ashkelon, qui est située à plus de 16 kilomètres de Gaza. Un record ! Qu’aurait fait m’sieu Michu si les Boches avaient bombardé Metz ? Euh… Mauvais exemple : la dernière fois que c’est arrivé, M’sieu Michu a attendu que les Américains débarquent. Bon, alors comment aurait voulu M’sieu Michu que son gouvernement réagisse si les Ritals avaient bombardé Nice ? Coup de boule, on leur aurait mis, aux Ritals ! Coups de boule, boulets de canon, non mais oùkiskroient et pour kikisprennent ? Eh bien Israël n’a pas eu cette réaction. Etat guerrier, l’entité sioniste impérialiste a fait preuve de réserve. Israël a même facilité l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza. Pourtant, son armée a récemment découvert plus de deux tonnes d’engrais destinés à la construction d’explosifs dans un camion d’aide humanitaire qui faisait (quelle coïncidence) route vers Gaza. La réaction militaire israélienne a été calibrée pour réduire les tirs de roquette et garantir la sécurité de ses citoyens tout en s’efforçant d’épargner le plus possible la population civile palestinienne. Son action a visé les centres opérationnels du Hamas, les dispositifs lance-roquettes palestiniens, les camions transportant des quantités de roquettes Qassam et des Palestiniens armés. Et puis il a brièvement limité l’approvisionnement en carburant de la centrale électrique de Gaza, tout en continuant de fournir à la population gazaouite plus de 70% de son électricité directement depuis le réseau israélien. Le Hamas a sauté sur l’occasion pour créer une situation de crise en plongeant dans le noir certaines parties situées dans le nord de Gaza. Quand le sage montre l’escroc, l’imbécile regarde le doigt et parle de la bougie… L’image d’un enfant éclairé à la bougie fait plus vendre que l’interview d’un syndicaliste expliquant les revendications des électriciens qui travaillent sous les bombes (artisanales, hein, faut pas exagérer non plus !). N’importe quel prof de communication vous le dira. Et n’importe quel JT français vous le confirmera. Pour autant, Ehud Barak, ministre israélien de la Défense, a autorisé cette semaine l’approvisionnement de la bande de Gaza : gaz de cuisine, 500 000 litres de diesel pour les générateurs, 2,2 millions de litres de combustible industriel pour les centrales électriques et 50 chargements d’autres formes d’aide humanitaire. Y sont fous, ces Hébreux ! Depuis le début du mois de janvier, Israël a autorisé plus de 500 Palestiniens souffrants et plus de 450 de leurs proches à quitter Gaza et à pénétrer sur son territoire pour recevoir des soins dans des hôpitaux israéliens. Et le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, a poursuivi ses pourparlers avec Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne. Le 14 janvier, Tzipi Livni, ministre israélien des Affaires étrangères, a rencontré le négociateur en chef des Palestiniens, Ahmed Koreï. C’est Yisthak Rabin qui disait « je négocie d’un point de vue politique comme s’il n’y avait pas de terrorisme et je combats le terrorisme comme s’il n’y avait pas de négociation politique ». Une bien belle formule qui est toujours appliquée…

 

Depuis la conférence d’Annapolis, Israël a libéré 429 prisonniers palestiniens, il a recommencé à coopérer avec l’administration civile de l’Autorité palestinienne pour accorder 19 000 permis d’entrée en Israël à des marchands cisjordaniens, il a relâché les restrictions liées aux déplacements et transféré les recettes fiscales palestiniennes à l’Autorité palestinienne. Qui a dit : "La réaction d’Israël a été provoquée par la frappe des missiles du Hamas. Il a ajouté que "le Hamas n’a jamais abandonné son plan de destruction d’Israël et rejette toujours le principe d’une solution reconnaissant deux États."

 

Un sioniste extrémiste ? Non. Un néocon ? Non. Un adventiste du 7ème jour délirant ? Non plus. C’est Franco Frattini, vice-président de la Commission européenne et commissaire européen pour la Justice, la Liberté et la Sécurité. Apparemment, il a parlé tout bas car les médias français n’ont pas entendu. Liliane Messika © Primo, 1er février 2008.

 


08:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu