Avertir le modérateur

vendredi, 12 novembre 2010

Descendre acheter des croissants et sourire au fleuriste.Par Oren Tolédano

 

fleuriste-publifleurs_3.jpg

Fous héros?

croissant_a.jpg

 

Fous ou héros?

 

Ouvrir les rideaux et savoir, savoir profondément, intérieurement, instinctivement ce qu'on va trouver derrière; descendre acheter des croissants et sourire au fleuriste en passant devant sa vitrine, sauter au dessus de l'éternelle flaque d'eau en bas de chez soi sans même y réfléchir; se rendre au bureau en passant par un raccourci que personne ne connaît, manger les plats de sa mère en les savourant naturellement - sans penser au lendemain; regarder la télévision, lire le journal, lire les enseignes des magasins, rire d'une blague à la radio, d'une imitation d'un collègue de travail. Vivre naturellement, spontanément, ouvertement et sans réfléchir au sens, à la finalité et à la perception de chacun des ses actes.

 

Qui faut-il être pour vouloir mettre un terme à cela? Pour vouloir s'écorcher à vif? Pour commencer à mélanger de la tristesse à chaque joie? Quelle sorte d'homme change le cours de sa vie afin de stopper la spontanéité et le vécu intuitif de son existence? Quel est l'être humain réfléchi qui de son plein gré irait se placer dans une situation d'infériorité? De risque? De peur? Ou même d'extrême réflexion et de doutes?

 

Peut être est il un être stupide? Son ratio ne fonctionne pas à son maximum et il n'a pas bien calculé les pertes face aux gains. Mais les gains se calculent ils toujours en argent? Et à quel terme? Moyen terme? Long terme? Long terme, c'est toute une vie… ou plus?

 

Peut-être qu'il est fou? Il faudrait être dingue pour faucher sa vie au milieu, pour infliger ce même sort à sa famille, à ses enfants. Mais alors, pourquoi sont-ils si nombreux comme lui? La folie ne fait elle pas partie intégrante des décisions les plus importantes de ce monde? Est-ce qu'être fou c'est sortir des normes? Des chemins battus, des destins tous tracés?

 

Peux être est il illuminé? Ca doit être cela, il ne différencie pas entre rêve et réalité, il pense qu'il peut transposer son subconscient au conscient et forcer Jérusalem d'en bas à être Jérusalem d'en haut. Mais… six millions de juifs en 60 ans qui se retrouvent après 2000 ans, est-ce une illumination?

 

Peut être est il amoureux? En s'endormant le soir, il pense à elle et en se levant le matin, il s'oriente vers elle. La distance entre eux le tue. Il ne peut plus vivre seulement de romantisme et d'espoir, il veut de cette relation qu'elle soit charnelle, réelle, violente, brulante et explosive!

 

S'il est amoureux alors… alors, moi aussi je l'aime. Je l'aime pour son amour et ses rêves, je l'aime pour sa folie, sa stupidité et son manque de rationalisme.

 

Je l'aime aussi pour ce qu'il n'est pas.

Il n'est pas hypocrite, il n'est pas peureux, il n'est pas lâche, il n'est pas irresponsable, il n'est pas égoïste, il n'est pas imbus de sa personne, il n'est pas narcissique, il n'est pas perdu… il n'est plus perdu. 

 

Cette année, lui aussi, comme 2000 de ses frères de France, a décidé de sauter au dessus d'une flaque immense et ainsi, transformer cette folie en la raison la plus claire, et cet amour d'adolescent en une alliance forte et fière.

Je monte donc je suis!   

 

 

 

 

 

Par Oren Tolédano  .co-directeur de l'agence juive France

08:27 Publié dans ALYAH | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 28 septembre 2010

Mon entretien avec Mahmoud Abbas, par Richard Prasquier /crif.org

Mon entretien avec Mahmoud Abbas, par Richard Prasquier
28/09/10
  imprimer cet article envoyer à un ami  
 - - Thème: Crif

 

 

 

Crif_0083_Mahmoud_Abbas_27_09_10.JPGLe président Mahmoud Abbas, accompagné entre autres de M. Nabil Shaat et de l'Ambassadeur de Palestine, M. Hael Al Fahoum, m'a reçu pendant une heure et quart dans sa suite à l'hôtel Meurice lundi 27 septembre 2010.
 
Il a parlé de sa longue expérience au service de la paix, notamment au cours des négociations pour les accords d'Oslo. Il a rendu hommage à la mémoire de Rabin. Il a insisté sur le fait que la "colonisation" est le principal obstacle à la paix. Comme on le sait, il attendra la réunion du sommet de la ligue arabe au Caire la semaine prochaine pour prendre sa décision quant à la poursuite ou l'arrêt du processus de négociations. Il a dit que l'occasion risquait de ne pas se reproduire.
 
Je l'ai remercié de cet entretien, qui fait suite à une rencontre hier avec des personnalités françaises d'origine juive, alors que son emploi du temps était si chargé. J'ai rendu hommage à son courage alors qu'il est tellement plus confortable de camper sur des positions extrémistes que sur des positions modérées.
 
_DSC7643.jpgJ'ai expliqué que en tant que Président du CRIF, je désirais lui transmettre la sensibilité des Juifs de France, la deuxième communauté dans le monde en dehors d'Israël, communauté particulièrement attachée à l'Etat d'Israël, mais que je n'avais pas de légitimité à commenter des négociations dont j'espérais qu'elle se continuerait malgré les difficultés car l'aspiration à la paix était forte dans la communauté juive. Outre les constructions, qui dans le passé n'avaient pourtant pas créé de point de focalisation, et dont l'arrêt n'avait pas été une pré-condition aux négociations, il y a d'autres sujets qui peuvent susciter des blocages. Certains intéressent directement non seulement Israël, mais l'ensemble des Juifs dans le monde. Mon rôle était de les lui rapporter.
 
J'ai retenu trois thèmes et je les ai longtemps développés devant le président palestinien: la reconnaissance de la centralité de Jérusalem dans la spiritualité juive, la reconnaissance d'Israël comme Etat du peuple juif et le remplacement de la culture de la haine par une éducation au respect.
 
Ces questions me paraissent largement plus importantes à long terme que la construction de quelques logements, écoles ou crèches supplémentaires dans des villes qui selon toute vraisemblance resteront israéliennes à l'issue des négociations.
 
Le président de l'Autorité palestinienne n'a pas répondu en détail à chacun de ces trois thèmes. Je n'avais pas d'ailleurs l'ingénuité de penser qu'il le ferait et que nous résoudrions la question de Jérusalem au cours de cet entretien!
 
En ce qui concerne l'éducation, M. Mahmoud Abbas a insisté sur son engagement pour une meilleure compréhension entre les peuples et sur les propositions d'actions communes qu'il avait faites dans le passé aux gouvernements israéliens. Je lui ai dit que j'étais bien informé sur la tonalité des discours qu'on pouvait entendre dans le monde palestinien, y compris dans les territoires contrôlés par l'Autorité palestinienne et que, en tant que Juif, je ne pouvais absolument pas admettre les ignobles insultes sur les Juifs comme bâtards de singes et de porcs. J'ai mentionné, comme exemple, une émission de la télévision officielle de l'autorité palestinienne au jour de Rosh Hachana commentant des images de Juifs priant devant le Mur avec les termes de «pêché et ordures »! M. Mahmoud Abbas a répondu que les insultes contre les fidèles de religions du livre étaient tout à fait contraires aux enseignements de l'Islam. Il a signalé que de tels discours étaient aussi entendus du côté israélien, en se référant aux récentes déclarations de quelques rabbins israéliens. Je lui ai évidemment répondu que d'où qu'ils viennent ces discours étaient insupportables, mais qu'ils étaient bien plus fréquents dans le monde musulman et qu'ils généreraient de la haine pour les générations à venir, car rien n'est plus facile que de remplir de haine le cerveau d'un enfant et il en reste des traces la vie entière.
 
Le président Abbas a dit que ces discours étaient dus à l'occupation et qu'ils cesseraient une fois l'occupation terminée. Je lui ai répondu que l'équation n'était pas évidente car ces appels à la haine se retrouvaient aussi bien pour le Hezbollah, alors que les Israéliens étaient partis du Sud Liban (étonnante réponse sur les fermes de Shabaa, où continuait l'occupation israélienne...) ainsi que pour le Hamas, qui n'avait pas changé sa charte génocidaire alors que les israéliens avaient quitté la bande de Gaza. Le président de l'Autorité palestinienne a répondu qu'un retrait unilatéral sans négociations n'était pas une façon acceptable de gérer la situation. Il a dit qu'il s'opposait à l'idéologie exprimée par le Hamas, ainsi qu'à celle de l'Iran, qui représentait un danger pour les peuples arabes et non seulement pour Israël.
 
J'ai dit au Président Abbas, qui a accepté, que nous allions désormais protester auprès de l'Ambassadeur de Palestine en France, contre les appels à la haine contre les Juifs dans les territoires sous contrôle de l'Autorité palestinienne. J'ai fait part de mon espoir de voir se développer des programmes sportifs, éducatifs ou autres visant à la compréhension mutuelle et de l'importance des symboles dans le conflit israélo-palestinien.
 
En ce qui concerne la reconnaissance de l'Etat d'Israël, M. Mahmoud Abbas a rappelé qu'il l'avait parfaitement acceptée depuis de nombreuses années, et qu'il n'y avait pas dans cette région un Etat de trop, mais un Etat qui manquait, la Palestine. Je lui ai signalé que ce n'était pas évident lorsque l'on voyait toutes ces cartes du Moyen Orient où n'apparaissait pas l'Etat d'Israël. "Que les israéliens m'indiquent où sont les frontières d'Israël et nous le ferons apparaitre sur les cartes!" a répondu le Président Abbas.....
 
Voilà quelques moments significatifs de ce long entretien avec le Président de l'Autorité palestinienne. Je voudrais conclure sur la tonalité de cette rencontre, en la résumant par un terme, qui s'impose à moi et qui représente une des clés essentielles des relations entre israéliens et palestiniens, et de façon plus large entre juifs et musulmans: c'est le mot de "respect". Quels que soient les obstacles sur un très difficile chemin, quelles que soient les oppositions et les tentations simplificatrices, il nous appartient à tous de lui apporter une substance; sans cela tout n'est qu'illusion. Respect et lucidité. A nous aussi, qui ne sommes pas à l'épicentre du conflit, mais qui le ressentons si fort, de travailler en commun. Je salue ici le nouveau responsable en France de la délégation palestinienne, M. l'Ambassadeur Hael Al Fahoum pour lequel, j'ai pu l'apprécier, ces mots sont un programme d'action.

Photo: Alain Azria  et Erez Feld

www.crif.org

 

 
imprimer cet article
envoyer à un ami top

13:32 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (1)

Soutien à Sammy Ghozlan/Petition .

BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L'ANTISEMTISME
Parrainé par le Centre Simon Wiesenthal, U.P.J.F,  Verbe et Lumière, l'Union des CCJ IdF
8 Boulevard Saint Simon 93700 DRANCY

 

Le Bureau de Vigilance Contre l'Antisémitisme appelle à  faire circuler le plus largement possible la présente pétition afin de soutenir Sammy contre ses détracteurs!

Drancy le 27 Septembre 2010

 SOUTIEN A SAMMY GHOZLAN

NON A L'APPEL A LA "HAINE" D' EUROPALESTINE

 " Il est doux de haïr dans les autres ce que nous ne parvenons pas à haïr en nous-mêmes. " (Jacques DEVAL)

 Depuis quelques jours, une publicité tapageuse sur Internet et notamment sur le site d'Europalestine (pour visualiser cette propagande: cliquez ici), appelle à la "désobéissance civile" et à la haine contre le Président du Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme!   C'est intolérable dans un Etat de droit!

Nous sommes offusqués et indignés que des associations de droit français appellent à la manifestation pour  soutenir ceux qui bafouent la loi, appellent au non respect de celle-ci et à l'entrave de la saisine de la Justice en jetant en pature le nom de celui qui vient d'être décoré pour ses actes en faveur de la République.

Europalestine continue de soutenir des opérations de boycott et à menacer les parties civiles en contravention avec les articles 225-1, 225-2 et 434-5 du code pénal:

Les articles 225-1 et 225-2 du code pénal sanctionnent toute entrave au commerce et toute discrimation  "à raison de leur appartenance à une nation déterminée "

De plus : "Lorsque le refus discriminatoire prévu au 1er alinéa est commis dans un lieu accueillant du public ou aux fins d'en interdire l'accès, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 Euros d'amende.". Ce qui est le cas dans notre cas d'espèce!

L'article 434-5 du code pénal punit ceux qui font pression sur les parties civiles:

"Toute menace ou tout autre acte d'intimidation à l'égard de quiconque, commis en vue de déterminer la victime d'un crime ou d'un délit à ne pas porter plainte ou à se rétracter, est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende."

Ces actes de défi envers les lois de la République sont portés par des élus de la République ce qui les rend encore plus intolérables!

 Nous demandons instamment au Ministre de l'Intérieur et au Préfet de faire respecter l'Ordre et les lois de notre République , d'autant plus que cet appel accuse nomément un responsable associatif qui ne fait qu'utiliser son droit constitutionnel d'ester en Justice pour faire respecter la loi.

Il est intolérable que des groupuscules idéologiquement marqués prônent le non respect des lois et de surcroît essaient de faire pression sur des parties civiles afin de les contraindre sous la menace à retirer leur plainte.

Nous appelons les Préfets, les Ministres de l'Intérieur et de la Justice, le Premier Ministre et le Président de la République garants respectivement de l'ordre public, de la Justice , de l'Ordre Républicain et de notre Constitution à condamner de manière vigoureuse de tels agissements et d'interdire ceux qui se livrent à de telles provocation en prônant la violation de la loi ce qui  porte une atteinte grave à l'Ordre Public.

Parce que nous sommes épris de Paix et non de Haine,

Parce que nous avons énormément de respect tant pour les israéliens que pour les palestiniens,

Parce que nous sommes amis des uns et des autres et non de l’un contre l’autre,

Parce que l'on se bat pour la prospérité des uns et des autres,

Parce que nous sommes en France et non au Moyen-orient.

Pour toutes ces raisons je démasque l' "appel à la haine" d'Europalestine et consors, qui ne sert en aucun cas les intérêts palestiniens, je signe la présente déclaration et fait appel à tous pour faire circuler cette pétition afin d'alerter les pouvoirs politiques sur les risques encourus par atteinte à l'Ordre Public, au moment même où palestiniens et israéliens entâment des pourparlers de Paix!

Nous soutenons pleinement Sammy GHOZLAN, président du Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme , Commissaire de Police honoraire, en signant la présente pétition!

Le Bureau du B.N.V.C.A

 

Pour signer la pétition cliquez sur l’image ci-dessous

 

 

 

 

Nora Berra à l'OSE pour la Journée mondiale Alzheimer

Nora Berra à l' OSE Pour la Journée mondiale Alzheimer
27/09/10
  this article Imprimer Send to a friend  
 -- Thème : Association

 

 

 

Nora Berra , Secrétaire d'Etat aux Personnes Agées , etait à l' OSE à l' occasion de la Journée mondiale de la Maladie d' Alzheimer , le 21 septembre 2010. La présence de la Ministre au Centre de Jour Joseph Weill ( Paris 12e) EST marque UNE IMPORTANTE de reconnaissance la par les publics Pouvoirs du Travail par effectué l' OSE CES Dernières Années et de l' expertise de fils Équipe Dans Le Domaine Maladie de la d' Alzheimer .
also témoigne En l' par annonce la occasion Ministre this à de l' entrée officielle de l' OSE Dans Le Plan par national Alzheimer la participation à la expérimentation UNE sur les séjours Thérapeutiques .
 
Nora Berra une Union européenne l' occasion d' Usage des logiciels libres AVEC quelques aînés et les patients du programme Jeunes DANS avant Leur entrée de l' atelier de stimulation cognitive . Une Réunion de Travail une à permission l' OSE , 'assertion par le fils du président Jean -François Guthmann et fils Trésorier Francis Neher , fils Directeur général Roger Fajnzylberg , le Dr Marc Cohen, Directeur du Pôle Santé et Autonomie et Paul Benadhira , Directeur des Accueils de jour , de Partager AVEC la Ministre du Cabinet le fils et , Ainsi qu'avec Florence Lustman , le pilotage créancier du du plan Alzheimer 2008-2012 , préoccupations des communes sur la prix en charge les patients des .
 
DEPUIS plus de 10 ans , l' OSE intérêt engagee Dans Le combat Contre la Maladie d' Alzheimer , nationale cause devenue . association L' Compte des Nations Unies centre pilote , l'accueil de jour Edith Kremsdorf , des Ouvert l' An 2000 à Paris 3e et , DEPUIS 2008, l'Accueil de jour Joseph Weill ( Paris 12e) , première structure à Accompagner les jeunes Malades de Moins de 60 ans . L' association élargit sa Capacité d'accueil session et Moyens d' action des le 5 octobre Prochain AVEC le Lancement des « ateliers versez l' autonomie » à Sarcelles (95 ) .
 
Les familles Qui solution UNE recherchent versez la prix charge en de Leurs aînés contacter may l' OSE voiture il Reste lieux des DANS les accueils de jour et de nouvelles Prochainement ouvriront structures .
 
Photo: Azria Alain
 
this article Imprimer
Send to a friend top

02:17 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 14 septembre 2010

Les rescapés de la Shoa quittent ce monde et certains aimeraient ...Par Nathan Taieb

Les rescapés de la Shoa quittent ce monde et certains aimeraient que leurs témoignages les accompagnent

               

 

 

  Mardi 31 aout 2010, Catherine Pederzoli, 58 ans, professeur d‘histoire-géographie au lycée Henri Loritz de Nancy, est suspendue de ses fonctions accusée de consacrer trop de temps à la shoah.

 Le rapport de l’enquête de l’inspection générale de l’éducation nationale reproche à l’enseignante "l’instrumentalisation des élèves" par des "lavages de cerveaux".

 Mme Pederzoli avait l'habitude d'organiser des voyages en Pologne et en République tchèque depuis une quinzaine d'années avec ses classes de seconde, première et terminale et aurait “manipulé ses élèves" qui protestaient contre la décision de réduire de moitié le nombre d’élèves partant en Pologne pour le prochain voyage.

Les inspecteurs pointent des "manquements aux obligations de réserve, de neutralité et de laïcité".

 La vérité de cette histoire est politique.

 Les élèves et les parents, de toutes opinions et de toutes confessions, ont approuvé le voyage et apprécié les qualités historiques et pédagogiques de l’enseignante qui s’était chargée de l’organiser.

 Mais tel n’était pas l’avis de certains collègues.

La laïcité est le principe d'unité qui rassemble les hommes d'opinions, religions ou de convictions diverses en une même société politique, distincte par conséquent d'une communauté.

En aucun cas l’enseignement de la shoah ne peut aller a l’encontre de ce principe de la République.

 

Alors pourquoi suspendre cette enseignante ?

 

La raison est simple, la shoah est une vérité qui dérange et dont on ne veut plus entendre parler car il subsiste un sentiment de culpabilité.

 

Cela ne fait que soixante-cinq ans que six millions de juifs ont subis la barbarie nazie en étant insultés, traqués, dénoncés, déportés et brûlés sur l’ensemble du sol européen.

Pourtant il nous est déjà reproché de consacrer trop de temps à la Shoah et de trop rappelé que l’homme a été capable des pires horreurs envers son prochain uniquement parce qu’ils n’avaient pas la même religion ni la même culture.

 

Soixante cinq ans plus tard de plus en plus de rescapés de la Shoah quittent ce monde et on aimerait que leurs témoignages les accompagnent.

 

ET BIEN NON, nous ne les laisserons pas faire !

 

 Car notre mémoire est eternelle !

 

Nous ne devons jamais cesser de raconter et d’enseigner ce génocide, fier de montrer que rien ni personne n’a pu, ni ne pourra, nous faire disparaître.

 

Mme Pederzoli a également subit un certain nombre de remarques désobligeante de la part de ses collègues du genre : « C’est très bien ton voyage à Auschwitz… Mais quand parleras-tu du génocide de Gaza ? ».

 

Aujourd’hui nos ennemis aimeraient nous faire passer pour les mêmes bourreaux que l’ont étés les nazis et leurs collaborateurs mais nous ne pouvons accepter cela, Israël est un pays démocratique et personne n’a le droit de dire de tels abominations.

Comme le disait Herbert Pagani « l’antisémitisme renait de nos cendres et s’appelle antisionisme ». A nous de contrer tous ceux qui aimerait nous comparer à l’incomparable.

 

 

Jeunes Juifs de France levez-vous et soyez prêt à lutter contre les détracteurs de l’histoire afin de respecter un devoir qui nous est commun :

Notre devoir de Mémoire, afin de faire vivre les âmes de ceux qui nous ont quittés trop tôt.

 

 

Nathan TAIEB

Étudiant en droit et gestion à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

00:54 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu