Avertir le modérateur

mardi, 06 janvier 2009

Livni au CRIF : le Hamas n’a rien a voir avec les aspirations des palestiniens

Livni au CRIF : le Hamas n’a rien a voir avec les aspirations des palestiniens
05/01/09
imprimer cet article envoyer à un ami
- - Thème: Le conflit israëlo-palestinien

 

 

Venue quelques heures à Paris le 1 janvier pour s’entretenir avec le président de la République Nicolas Sarkozy et son  homologue français Bernard Kouchner, Tsipi Livni la ministre israélienne des affaires étrangères a conclus son séjour par une rencontre avec la communauté juive.
La délégation du CRIF  était conduite par son Président Richard Prasquier et
composée de Meyer Habib, vice-président et de Francis Kalifat, trésorier.
Le Consistoire central  représenté par son président  Joël Mergui  et le FSJU, avec à la tête de la délégation Me Ariel Goldmann, vice président du FSJU et de CRIF
étaient également présents.
La ministre qui était entourée de ses plus proches conseillers, a indiqué à
la délégation que si les images que nous voyons sur internet  et  dans les
medias sont provocantes nous devons toujours avoir à l'esprit qu'Israël
combat le terrorisme et que le Hamas n'a rien à voir avec les aspirations
nationales des Palestiniens.
Le Hamas est un groupe extrémiste islamiste qui depuis huit ans continue à
envoyer des missiles sur Israël. Les terroristes  ont commencé par des projectiles de
quelques kilomètres et maintenant ils ont augmenté leur puissance.
Tsipi  Livni a pris le soin de préciser que les frontières sont ouvertes et
qu'il n'y a pas de crise humanitaire. "Quand un état nous demande d'ouvrir les passages pour envoyer des marchandises, nous le faisons. Il n'y a aucune crise humanitaire." a-t-elle
précisé.
Le chef de la diplomatie israélienne a ajouté :"Nous avons passé 80.000 appels téléphoniques à des civils pour leur dire de quitter les zones concernées. Nous avons annoncé cette opération pour que les civils puissent partir."
La Ministre a indiqué que l'opération militaire était pour l'instant un
succès sur le plan militaire, que de nombreux missiles avaient pu être
détruits et qu'Israël continuait le combat contre les infrastructures
terroriste mais ce n'est encore insuffisant.
Photo : © 2009Alain Azria
www.crif.org

07:41 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 02 janvier 2009

Tzipi Livni à Paris pour expliquer les raisons de l'offensive contre le Hamas

01_01_09 (17).JPGPhoto/Alain Azria

AFP - jeudi 1 janvier 2009, 22h51 Livni à Paris pour expliquer les raisons de l'offensive contre le Hamas La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, le 1er janvier 2009 à Paris Avant la tournée au Proche-Orient du président Nicolas Sarkozy, la chef de la diplomatie israélienne, Tzipi Livni, est venue jeudi à Paris expliquer les raisons de l'offensive de son pays contre le Hamas à Gaza et son refus à ce stade d'un cessez-le-feu. Le chef de l'Etat français se rendra lundi en Egypte, en Cisjordanie et en Israël, et mardi en Syrie et au Liban, pour discuter avec les différents responsables politiques de ces pays de la situation entre Israël et la bande de Gaza. Au sixième jour de l'opération militaire israélienne contre le Hamas dans la bande de Gaza, qui a fait jusqu'ici plus de 400 morts -dont selon l'ONU un quart de civils- Mme Livni était à Paris pour rencontrer le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, puis M. Sarkozy. La ministre, candidate au poste de Premier ministre de son parti Kadima (centre-droit) aux élections de février, a "remercié le président Sarkozy pour sa compréhension". "Il est très au fait de la situation, de la complexité de notre région, il comprend la nature de la menace à laquelle Israël fait face", a-t-elle dit à la presse, à l'issue de son entretien avec M. Sarkozy, auquel a assisté M. Kouchner. Mme Livni et M. Sarkozy se sont rencontrés à plusieurs reprises, à Paris et à Jérusalem en juin dernier, lors d'un voyage d'Etat du président. "Ensemble, nous essayons de voir quelle est la meilleure stratégie, la meilleure tactique pour atteindre cet objectif, dans la compréhension qu'il ne s'agit pas d'un problème israélien, mais que d'une certaine manière Israël se trouve en première ligne du monde libre et est attaqué car nous représentons les valeurs du monde libre, dont la France", a ajouté Mme Livni. Peu auparavant, elle avait regretté dans un entretien à i-télé qu'"ici, on a l'impression de comprendre qu'Israël ne veut pas le cessez-le-feu". "Ce n'est pas de cela qu'il s'agit. Notre capacité à entrer dans un cessez-le-feu est liée à l'arrêt des tirs du Hamas sur les citoyens israéliens", a-t-elle expliqué. Le gouvernement israélien a rejeté mercredi les propositions de trêve formulées mardi par l'Union européenne et le Quartette sur le Proche-Orient (Etats-Unis, UE, Russie et ONU). De son côté, le Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza par un coup de force en juin 2007, a également rejeté la trêve. Dans un communiqué publié jeudi, l'organisation islamiste avait tout d'abord affirmé qu'elle l'acceptait "sous conditions" mais a finalement démenti, attribuant à un "faux communiqué" des déclarations en ce sens d'un de ses porte-parole. Mme Livni a affirmé que son pays ne souhaitait pas "réoccuper" la bande de Gaza et que le but d'Israël n'était pas de forcer le Hamas à y quitter le pouvoir. "L'objectif, c'est de vivre en paix. Mais il est évident que tant que le Hamas règnera à Gaza, les chances de paix sont très basses", a-t-elle dit. A l'issue de son entretien avec le président, Mme Livni a estimé qu'Israël "distingue (lors des opérations) la guerre contre le terrorisme, contre le Hamas, de la population civile. Ce faisant, nous maintenons la situation humanitaire à Gaza exactement comme elle doit être", a-t-elle dit. Selon Israël, quelque 6.500 tonnes d'aide humanitaire, consistant en aliments et médicaments, sont parvenues dans la bande de Gaza depuis le déclenchement de l'offensive samedi dernier. Le but de l'opération israélienne vise à empêcher le Hamas de lancer des roquettes sur son territoire (environ 4.800 depuis l'évacuation de la bande de Gaza par Tsahal en août 2005).

http://news.fr.msn.com/article.aspx?cp-documentid=12389589

 

00:36 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 30 décembre 2008

Nous trouvons particulièrement intolérable que sous couvert de « défendre la liberté d’expression », Par Karen Taieb et Liliane Capelle

 

 

Communiqué de presse de Karen TAIEB, Conseiller de Paris, député- suppléante et de  Liliane CAPELLE, adjointe au maire de Paris

Paris le 29/12/2008 à 18h30

Paris honore régulièrement la mémoire des millions d’hommes, femmes et enfants victimes de la barbarie nazie et du régime collaborationniste de Vichy. Notre ville considère que cela fait partie de son devoir.

C’est pourquoi nous trouvons particulièrement intolérable que sous couvert de

« défendre la liberté d’expression », Dieudonné s’associe avec Robert Faurisson, négateur de la Shoah condamné par la justice.

Aujourd’hui, faisons tomber le masque. Derrière un humour qui ne fait plus rire que quelques fiévreux qui cherchent leurs remèdes dans la moisissure de l’esprit, il y a  l’abject et l’infâme. Une fois encore, Dieudonné a frappé. Chaque fois un cran plus haut, comme pour tester notre mutisme devant l’effroi.

Dieudonné édulcore son attitude haineuse et raciste en intitulant son spectacle « J’ai fait le con ». Or justement, il est temps que les Parisiens et ceux qui dans d’autres villes se verront proposer son spectacle, cessent d’être pris pour des « cons ». Paris n’a pas le droit de laisser l’antisémitisme se draper dans les nobles habits de la liberté d’expression.

A Paris comme en province, à chacun maintenant et notamment aux organisateurs de spectacles de prendre leurs responsabilités pour donner un coup d’arrêt à la logorrhée anti-juive de Dieudonné.

Karen TAIEB

Conseillère de Paris

Députée Suppléante

Liliane CAPELLE

Adjointe au maire de Paris

05:42 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Communiqué du BVNCA,Dégradation commise sur le véhicule du rabin de l'école Chné Or .

BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L’ANTISEMITISME

8 BOULEVARD SAINT SIMON 93700 DRANCY

LE PRESIDENT

SAMMY GHOZLAN

0609677005

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme dénonce et condamne les dégradations volontaires commises dans la nuit du 28 au 29 décembre 2008 sur le véhicule du rabbin de l’Ecole Chné Or d’Aubervilliers.Selon le propriétaire victime,son véhicule a été identifié comme appartenant à un juif du fait qu’il y avait à l’intérieur un candélabre qui servait à l’allumage de la Hanoukah pour la fête des lumières. Par ailleurs le BNVCA vient d’être informé que des graffitis antisémites « la mort aux juifs »ont été découverts,dessinés sur un mur  du centre commercial Jeanne Hachette de la ville d’IVRY -94-

De toute évidence, les auteurs antisémites  voudraient par leur geste soutenir et venger les palestiniens .Parce que la vie de chaque être humain est importante, Le BNVCA qui ne veut pas prendre partie dans ce conflit leur rappelle que-

1-depuis  8 ans le Hamas  ,organisation reconnue terroriste,qui a pris le pouvoir à GAZA bombarde chaque jour de missiles Kassam la population civile israelienne et les agglomérations juives d’Israel.Son but avoué est de rayer Israel et les juifs de la carte.Qui peut accepter un tel harcèment meurtrier.

2-le dernier missile GRAD  lancé par les terroristes  du Hamas ce jour à 8H sur la ville israelienne d’Ashkelon  vient de tuer un arabe israelien et d’en blesser 15 autres.

Le BNVCA met en garde tous ceux qui voudraient s’en prendre encore à la communauté juive,alors que le racisme réveillé depuis 2000,par cet antisémitisme d’origine arabomusulmane,sous fond de conflit israelo palestinien,s’attaque maintenant aux musulmans .Cette islamophobie, dont les membres de la communauté juive ne sont en rien responsables ,atteint désormais les mosquées et les cimetières musulmans ..

Le BNVCA demande aux autorités de renforcer la surveillance des sites de la communauté  juive sur laquelle les supporters du Hamas voudraient exercer leurs actions antijuives.

05:33 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 28 décembre 2008

Gerald Gil SLAMA nous a quitté

gil.JPG

Gérald Gil Slama nous a quitté. par Richard Abitbol

 

 

Un bienfaiteur nous a quittés

 

 

Baroukh Dayane Ha Emet.

 

Né à Tunis le 11 Février 1936.  Son père René était exploitant agricole et sa mère Aimée était connue à Tunis sous le surnom de Mémée. L'entourage de Gérald SLAMA, z'l, l'appelait par le diminutif de Gil.

 

Dès son plus jeune âge, il a du surmonter les épreuves physiques grâce à une force spirituelle et une puissance intellectuelle extraordinaires.  A 19 ans, il monte a Paris avec son bac en poche, obtenu au Lycée Carnot de  Tunis.


Il réside a la Résidence Universitaire Jean Zay à Antony, s'inscrit à la faculté de pharmacie de Paris et fait du syndicalisme étudiant, tout en
finançant ses études en étant veilleur de nuit dans un garage.


En 1960, il devient directeur adjoint du Laboratoire Central de l'Hôpital  Sainte Anne.


En 1961, il épouse Simone Slakmon et  lui donnera quatre fils.


En 1963, il ouvre parallèlement un laboratoire d'Analyses médicales privé.


En 1971, son projet de création d'une Clinique Médicale à Saclas dans  l'Essonne aboutit.

 

Avec l'UPJF ( l'Union des Patrons et Professionnels Juifs de France) il créera l'Association Connaissance du Monde Juif et d'Israël destinée à faire  comprendre les spécificités du la culture juive au delà des frontières  communautaires.


Devant la recrudescence des dérives antisémites au sein de l'école, il créera l'Observatoire des Écoles en 2002, puis il crée un partenariat avec la  WISO.

 

Il présidera la Section Licra Banlieue Sud jusqu'en 2007.

 

Tous ceux qui l’ont approché connaissaient son immense générosité. Il matérialisait dans ses actes, l'esprit de la Tsedaka que nous ordonne la Torah. Il redistribuait une part importante de l'aisance matérielle, acquise par son travail de biologiste et ses talents d'homme d'affaire. Il en faisait largement profiter la communauté de Fontenay-aux-Roses – Sceaux, qu'il fréquenta pendant près de quarante ans, et dont il fut l'un des administrateurs. Mais quantité d'autres œuvres en profitèrent aussi. Il était l'un des donateurs importants d'une grande institution caritative israélienne. Sa générosité s'étendait bien au-delà du monde juif.

 

Gil SLAMA était l'un des vice-présidents de l'UPJF. Il était membre actif du B’nai B’rith et a participé à la création d’une de ses Loges : la Loge Janusz Korcjack. Il y conciliait avec harmonie sa conviction nationale juive, et son intérêt en faveur du dialogue avec les autres religions et les divers courants de pensée. Très cultivé mais modeste, il se mettait peu en avant en public. Il préférait présenter les rabannim et autres conférenciers qu'il souhaitait faire connaître à son entourage.

 

 

Son immense générosité, sa bonté, sa culture, son attachement à la communauté et à Israël auront marqué cette personnalité si attachante.

Nous présentons à Simone SLAMA, son épouse, et à ses quatre fils nos sincères condoléances.

 

 

Richard C. ABITBOL

 

 

 

 

17:22 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu