Avertir le modérateur

mardi, 10 juin 2008

Rika Zaraï hospitalisée

Rika Zaraï hospitalisée

Rédaction en ligne

vendredi 06 juin 2008, 15:54

La chanteuse Rika Zaraï a été hospitalisée dans la nuit de lundi à mardi dans un hôpital parisien en raison d'un accident vasculaire cérébral, a annoncé vendredi son mari.

Rika Zaraï hospitalisée

FR3 ( archives)

« Rika a été victime d’un malaise et hospitalisée d’urgence dans la nuit de lundi à mardi et un scanner a révélé un accident vasculaire cérébral (AVC) », a expliqué Jean-Pierre Lignier, joint vendredi après-midi au téléphone.

« En début d’après-midi, aucun pronostic vital ne pouvait être effectué », a-t-il précisé, expliquant que la chanteuse âgée de 70 ans était toujours hospitalisée « sous haute surveillance médicale », lui-même restant à son chevet.

Devenue célèbre dans les années 60 pour ses titres tels que « Casatschok » ou « Sans chemise, sans pantalon », Rika Zaraï a fêté ses 50 ans de carrière de 7 janvier dernier, entourée de ses proches au Banana Café, un haut lieu des nuits gay parisiennes.

« Cela fait 50 ans que je chante mais j'ai toujours l'impression d'avoir débuté avant-hier", avait-elle alors confié. "Quand j'ai été au plus bas, blessée, abîmée, traînée dans la boue ou même ignorée, ce sont d'abord mes amis gays, fidèles entre les fidèles, qui m'ont tendu la main".

Rika Zaraï a publié à l'automne son dernier album studio intitulé "Quand les hommes....", où, à travers douze chansons, l'artiste raconte douze histoires ayant la paix comme thème commun.

Les 2 et 3 février dernier, elle se produisait sur la scène de l'Olympia de Paris et participait le 25 mai dernier sur l'Esplanade du Trocadéro à Paris au concert donné pour le 60e anniversaire de l'Etat d'Israël.

1990560509.JPG
437261800.JPG

(d’après AP)  PHOTO/DU TROCADERO 25 MAI 2008 Alain Azria

http://www.lesoir.be/culture/musiques/rika-zarai-hospital...

 

00:12 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 09 juin 2008

Rika Zaraï hospitalisée : état stationnaire

08.06.08 | 22h20

A 8 heures par e-mail, recevez la Check-list, votre quotidien du matin.
Agrandir la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Imprimer cet article
La chanteuse franco-israélienne Rika Zaraï, 70 ans, admise mardi dans un hôpital parisien à la suite d'un accident vasculaire cérébral, était toujours dans un état stationnaire dimanche soir, a indiqué à l'AFP son époux Jean-Pierre Magnier.

 

Toujours en soins intensifs, Rika Zaraï est atteinte d'une paralysie partielle du côté gauche. "Son état est stationnaire et elle doit subir lundi de nouveaux examens approfondis", a précisé M. Magnier.

Chanteuse populaire, Rika Zaraï a connu le succès avec plusieurs tubes dont "Casatschok", "C'est ça, la France !" et "Sans chemise, sans pantalon", mais aussi des reprises en français de chansons israéliennes ("Hava Naguila", "Hallelujah"...).

Rika Zaraï a sorti en début d'année un nouvel album "Quand les hommes..." (Sony BMG) pour ses 50 ans de carrière.

23:01 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (1)

mercredi, 04 juin 2008

Communiqué.Election au poste de Grand Rabbin de FranceElection au poste de Grand Rabbin de France

Communiqué
Election au poste de Grand Rabbin de France



Le CRIF et le FSJU, conscients de l’importance de l’élection du poste de Grand Rabbin de France, observent une parfaite neutralité dans la campagne électorale.
Dans le cadre de leurs activités diverses, les deux institutions entretiennent d’excellentes relations aussi bien avec le Grand Rabbin de France, Joseph Sitruk qu’avec le Grand Rabbin Gilles Bernheim.

Il apparaît cependant que les diverses dérives, verbales, écrites ou visuelles nuisent à la dignité de la campagne et risquent de donner une image négative de l’ensemble de notre communauté.

C’est pourquoi, le CRIF et le FSJU considèrent qu’il est de leur devoir, d’exhorter les amis et supporters des candidats à faire preuve de retenue et de garder à l’esprit qu’au-delà de la joute démocratique, c’est l’intérêt général de la communauté qui doit prévaloir sur toute autre considération.


Pierre BESNAINOU Richard PRASQUIER
Président du FSJU Président du CRIF

08:40 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 03 juin 2008

Le BNVCA salue l'action de la police de Paris 20 qui a interpellé les agresseurs antisémites qui ont lancé des bombes lacrymogénes dans une école juive.Liste de faits antijuifs au quotidien...

BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L’ANTISEMITISME

8 Boulevard Saint Simon 93700 DRANCY

Le Président

Sammy GHOZLAN                                   

0609677005

COMMUNIQUE

DRANCY LE 2 JUIN 2008

A /-Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme salue l’action de la police du 20 eme arrondissement de Paris qui a dans un temps proche de l’infraction identifié et interpellé les jeunes auteurs d’une agression à caractère antisémite caractérisée du fait que le jeudi 29 mai,vers 16H30m ils ont lance des bombes lacrymogènes à travers les fenêtres d’une l’école juive Beth Hanna, située Passages des Saint Simoniens à Paris 20 eme ; blessant deux élèves, dont un enfant handicapé. Le chef d’établissement qui a déposé plainte nous a informé que ses élèves sont assez souvent tracassés, insultés,voire agressés sur la route de l’école et notamment dans le bus qui dessert ce collège. Il nous a fait savoir que pour protéger les élèves, il a dû recruter un vigile. La famille de l’un des élèves victimes, nous a fait par des angoisses et des appréhensions de leur enfant qui s’est senti menacé par les familiers des délinquants qu’il a identifiés et reconnus au commissariat de police. Nous considérons que le comportement, la violence, l’audace et l’arrogance affichée de ces auteurs antisémites est intolérable, aussi, nous demandons que l’enquête mette en évidence les motivations réelles qui suscitent chez ces jeunes individus, ces comportements de haine antijuive. Nous attendons que la justice la justice prononce les  sanctions sévères ,exemplaires et dissuasives, à l’encontre de ces délinquants violents et antisémites, en dépit de leur jeune âge. Nous demandons également une surveillance des abords de cet établissement scolaire, et une plus grande vigilance policière.

                                                              

B /-Le BNVCA qui recense les actes antisémites qui lui sont signalés ,y compris sur son site SOSANTISEMITE.ORG déplore que le phénomène n’a pas cessé .ainsi notre bureau suit attentivement les cas suivants courant MAI 2008.

 

        1-La petite SALOME . 10 ans   victimes d’injures antijuives et de coups dans son école, de Paris 19eme, conduit ses parents à l’inscrire dans une école juive, et lui faire suivre un traitement psychiâtrique .

 

        2-La famille COHEN victime d’un cambriolage, constate que les intrus ont piétiné les livres de prieres juives, déchiré leur passeport israelien , et commis un vandalisme inexplicable,sinon par la haine antijuive.

 

        3-Le 25 mai, le père  du Aaron Z… nous informe qu’il dépose plainte contre des élèves  d’un lycée du RAINCY qui l’agressent « physiquement et verbalement »

 

        4-Conformement à nos recommandations ,la maman de la petite Lea O… va deposer plainte contre un camarade de son collège de Saint Maur -94-qui lui fait subir des agressions physiques et verbales antijuives.

 

        5- Le 31 mai Mr. A …depose plainte contre X… à la suite de violences volontaires en réunion à caractère antisemite subies par son fils Isaac 12 ans,à Paris 12 éme pris à partie par deux homme décrits de couleur d’origine africaine,qui l’ont battu à terre, insulté, blessé,alors qu’il sortait de la synatogue Cité Moynet à PARIS 12 eme.

 

        6-Mme B… dépose plainte contre ses voisins qui la harcèlent, l’insultent et lui arrachent la mezzouza fixée sur la porte de son domicile à Paris 13 eme ;

 Ces faits survenus durant ces quelques jours,qui ont vu ici et là des manifestations de soutien à Israel à l’occasion de son 60 eme anniversaire,tentent à démontrer que le fléau antisémite persiste dans notre pays en dépit des mesures importantes prises par les pouvoirs publics ,et tentent à contredire ceux qui voudraient laisser croire  que cet antisémitisme serait déconnecté de l’importation sur notre sol du conflit , et de la haine generee par les antisraeliens et qui pousse à l’acte antijuif violent et gratuit.

07:52 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 28 mai 2008

URGENCE HUMANITAIRE : LA SOLUTION DES "casques rouges" à l'ONU

______________________________ nicole guedj ______________________________
Ancienne Secrétaire d’Etat aux droits des victimes et présidente de la fondation Casques rouges

Banda Aceh, 26 décembre 2004 : le Tsunami en Asie du Sud-est a entraîné la mort de 280 000 personnes et la disparition de plus de 130 000 individus. Privées de vivres et d’eau potable, les populations vivaient dans des conditions sanitaires des plus déplorables. Le territoire, resté pendant des semaines dépourvu d’électricité et de moyens de communication, s’est retrouvé isolé. Pourtant, grâce à la diffusion en boucle, d’images du désastre sur l’ensemble des chaînes de télévision, l’opinion publique internationale s’est largement impliquée pour venir en aide aux victimes. Campagne de levée de fonds sur les écrans du monde entier, SMS militants, dons en ligne, l’utilisation des nouvelles technologies a permis de sensibiliser chaque citoyen, à la nécessité de se mobiliser en faveur de l’action humanitaire. Grâce aux 13 milliards de dollars récoltés, les acteurs de la crise ont pu acheminer leur matériel de première urgence et procéder à la reconstruction du pays dévasté par la catastrophe.

Cette prise de conscience collective a marqué un tournant dans l’histoire de la solidarité entre les peuples. Depuis, chaque membre de la communauté internationale a à cœur d’assumer la « responsabilité de protéger », principe reconnu un an après par les Nations-Unies. Et pendant le Tsunami, les ONG et les Etats se sont efforcés d’honorer cette responsabilité envoyant tous azimuts des milliers d’hommes et des tonnes de matériels pour assister, tant bien que mal, les populations sinistrées. Malgré la bonne volonté générale, le manque d’organisation et de coordination des secours a empêché d’atteindre les objectifs d’efficacité exigés.

Face à ce bilan, seule une « force internationale humanitaire de réaction rapide », gérée par l’ONU, et permettant de mutualiser les ressources humaines et matérielles de chaque organisation, aurait permis de réagir, dans l’urgence, à l’ampleur d’une telle crise. Si l’on est en mesure d’envoyer des centaines de soldats et une logistique de taille, en quelques semaines, pour maintenir la paix sur une zone de guerre, c’est également à l’échelle des Nations-Unies qu’il faut penser l’organisation des secours aux victimes de catastrophes naturelles. C’est pourquoi, Secrétaire d’Etat aux droits des victimes en 2004, j’ai proposé la création de « Casques Rouges », « frères humanitaires » des Casques bleus. Ce projet a été soutenu par la France et accepté, alors, par le Secrétaire Général de l’ONU.

Dotée d’un Etat Major renforcé, il s’agirait pour cette force d’analyser en continu les risques potentiels de catastrophes et de pré-identifier les moyens humains et logistiques existants sur chaque continent, pour être capable d’intervenir dans l’urgence. Envoyés dans les premières 24 heures d’une crise, les « Casques Rouges » auraient pour mission de faire un état des lieux de la situation, pour ensuite solliciter l’aide internationale nécessaire à la prise en charge des victimes. Une fois déployée, celle-ci serait coordonnée par des spécialistes de l’action humanitaire. Regroupés sous une seule et même bannière, des pompiers, médecins, logisticiens, ingénieurs, géologues, professionnels de la sécurité…, ayant une parfaite connaissance du terrain, s’attacheraient à organiser précisément l’action des équipes de secours, pour optimiser l’investissement de chacun. Et pour faciliter le travail des ONG mobilisées, les « Casques Rouges » leur mettraient à disposition une flotte logistique, déjà pré-positionnée à proximité. Ainsi, nous pourrions compter sur des hélicoptères, des hôpitaux mobiles, des conteneurs de télécommunications, des outils de traitement de l’eau, toujours pour répondre efficacement aux exigences d’une catastrophe. Au final, il s’agirait de proposer à la grande famille des humanitaires, d’unir ses forces et ses moyens autour d’un unique organe international, habilité à opérer dans n’importe quelle région du monde.

Rangoun, 3 mai 2008 : Selon la junte birmane, le cyclone Nargis aurait fait plus de 130 000 morts et disparus. Les Nations Unies, quant à elles, parlent de 1,5 million de sinistrés. Et ces chiffres sont certainement encore sous-estimés. En moins de quelques heures, les principales infrastructures des régions de l’Irrawaddy et de l’ancienne capitale ont été détruites. Alors que l’ONU tente de négocier l’entrée de ses équipes dans un pays réfractaire à l’apport de toutes aides étrangères, que les ONG essaient d’acheminer des bâches, de l’eau, des tentes et de la nourriture, pour secourir la population, laissée pour l’heure à l’abandon, les « Casques Rouges » se seraient justement attachés, au préalable, à prévoir l’organisation d’une opération de secours en Myanmar.

Et c’est justement sur cette question cruciale que se porte aujourd’hui l’attention du monde entier. Alors que chaque jour, le nombre de morts ne cesse de croître, la junte birmane au pouvoir s’offre le luxe de n’accepter qu’au compte-gouttes, l’aide internationale. Pour les Etats-Unis, ce sera un avion de vivres et 250 000 dollars, pour la France, seulement 200 000 euro, par contre pour la Chine, l’Inde, la Thaïlande, le Bangladesh et Singapour, quelques dizaines d’hommes seront autorisés à pénétrer sur le royaume birman. Et qu’en est-il pour les Nations-Unies, censés représenter 192 pays et porter ainsi d’une seule voix, la volonté de la communauté internationale de venir en aide aux populations dévastées ? Ce ne sera que cinq jours après l’avènement de Nargis, que l’ONU réussira à faire parvenir en Birmanie de la nourriture et du matériel de secours. Alors qu’un deuxième cyclone menace la région, les équipes, elles, sont encore pour la plupart en attente de visas. Si nous pouvions imaginer que les dictateurs birmans s’opposeraient farouchement à l’intervention de tel ou tel pays à l’intérieur de leurs frontières, nous aurions pu croire, en revanche, que l’entrée des Nations-Unies aurait été largement plus simple, de par sa position de neutralité. Mais encore une fois, la réalité a démontré le contraire car en matière d’action humanitaire, la représentation onusienne reste très disparate, et il existe presque autant d’interlocuteurs au sein de cette institution que nous pouvons trouver de pays, prêts à aider la Birmanie.

Il est donc temps de créer un unique organe de gestion de l’aide humanitaire, qui serait le premier point d’entrée des gouvernements en difficulté, après le déclenchement d’une catastrophe naturelle. Ainsi, cette structure, reconnue par tous, aurait la légitimité de réagir sur tous les théâtres de crise, puis d’emporter derrière elle, les forces et les moyens nécessaires à leur bonne résolution. Pour les pays en crise, cela représenterait un certain gage de confiance car la responsabilité serait portée par une seule entité, s’engageant à respecter un cadre de coopération fixé préalablement. Et pour les pays solidaires, il serait bien plus aisé de répondre précisément à des besoins évalués par l’ONU, puis d’intervenir conjointement sous la direction d’un Etat-major international, plutôt que d’entrer dans des négociations insensées, soumis à des enjeux politiques et diplomatiques, pour porter naturellement assistance à personne en danger.

Aujourd’hui, la machine de l’ONU dispose de Casques Bleus pour réagir aux conflits armés, d’un Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (UNHCR), d’une agence dédiée à la santé, d’une autre aux enfants… Jurons que l’acharnement de la nature déchainée forcera les hommes à créer, demain, des « Casques Rouges » dédiés à la prise en charge spécifique des catastrophes naturelles majeures.

Sichuan, 12 mai 2008 : un tremblement de terre d’une magnitude de 7,9 sur l’échelle de Richter a provoqué 50 000 morts et 40 000 disparus…

 

Réagissez à ce article à l’adresse suivante :

http://www.lemeilleurdesmondes.org/A_chaud_Nicole_Guedj_P...

 

Plus d’informations : www.casques-rouges.org

08:29 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu