Avertir le modérateur

jeudi, 20 mars 2008

Chantal Sébire est morte.

V.F. (lefigaro.fr) avec AP et AFP.
20/03/2008 | Mise à jour : 07:35 |
Commentaires 134
.
Chantal Sébire (AFP).
Chantal Sébire (AFP). Crédits photo : AFP

Atteinte d'une maladie incurable, elle avait demandé à être euthanasiée. Sa requête avait été rejeté lundi dernier par la justice.

Chantal Sébire, cette femme de 52 ans atteinte d'une maladie incurable et qui souhaitait être euthanasiée, a été retrouvée morte mercredi soir à son domicile de Plombières-les-Dijon en (Côte d'Or), rapporte le quotidien «Le Bien Public», confirmé par le ministère de l'Intérieur.

D'après Marie Humbert, la mère de Vincent, le jeune tétraplégique qui avait demandé à mourir en 2003, contactée par le figaro.fr, la femme «aurait mis fin à ces jours mercredi vers 19 heures». Chantal Sébire souffrait d'une tumeur évolutive des sinus et de la cavité nasale. Cette maladie incurable et très rare - 200 cas recensés dans le monde en 20 ans - provoquait des souffrances décrites comme «atroces» par Chantal Sébire.

Cette mère de trois enfants avait réclamé le droit de «mourir dans la dignité» mais la justice avait toutefois rejeté lundi sa demande.

Mercredi après-midi, le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner avait fait entendre une voix discordante sur la question de l'euthanasie. Prenant le contre-pied de la ministre de la Justice, Rachida Dati, il a affirmé qu'il fallait «permettre» à l'ancienne institutrice défigurée «de ne pas avoir besoin de se suicider dans une espèce de clandestinité dont ses proches souffriraient».

Au même moment, Nicolas Sarkozy avait reçu à l'Elysée le docteur Emmanuel Debost, le médecin traitant de Chantal Sébire. Après avoir reçu un courrier de la malade, le chef de l'Etat avait demandé au Pr Munnich, conseiller du président, qu'un «nouvel avis» soit donné «par un collège de professionnels de la santé du plus haut niveau» sur son cas. Jean Léonetti, député-maire UMP d'Antibes et rapporteur de la loi votée à l'unanimité en 2005 instaurant un droit au «laisser mourir» mais pas à l'euthanasie active, a été chargé d'une mission d'évaluation pour remédier à «la méconnaissance des textes» et éventuellement à «l'insuffisance de la législation».

La mort de Chantal Sébire intervient le même jour que celle de l'écrivain belge Hugo Claus qui, atteint de la maladie d'Alzheimer, a choisi de mourir en Belgique par euthanasie mercredi à l'âge de 78 ans.

La Belgique fait partie depuis 2002 des rares pays au monde à avoir légalisé l'euthanasie sous certaines conditions.

 

.

08:55 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (2)

Israël/ Tsunami diplomatique

 

http://michelgurfinkiel.com/articles/162-Isral-Tsunami-diplomatique.html



Que le plan Baker gouverne aujourd'hui la politique américaine au Proche et au Moyen-Orient, c'est une évidence.

PAR MICHEL GURFINKIEL.

La presse israélienne parle d'un "tsunami diplomatique". En l'espace de quelques jours, Jérusalem va en effet recevoir la chancelière allemande Angela Merkel, accompagnée de huit de ses ministres, le candidat républicain à la présidence des Etats-Unis, John McCain, le ministre russe des Affaires étrangères Serge Lavrov, le vice-président américain Dick Cheney et enfin, sous réserve de confirmation, le ministre britannique des Affaires étrangères David Milibrand. Tant de visites, à un tel niveau et en si peu de temps, cela ne s'était jamais vu. Mais comme on le sait, qui trop embrasse mal étreint.

La visite qui devrait susciter le moins de problème, c'est évidemment celle de John McCain. Le candidat républicain vient en Israël pour renforcer son image, déjà excellente, auprès des électeurs juifs américains,  et plus particulièrement pour séduire ceux qui ont toujours voté démocrate mais hésitent aujourd'hui devant une éventuelle candidature Barack Hussein Obama. Selon certains sondages, près de 40 % des Juifs américains seraient d'ores et déjà décidés à soutenir McCain, et 20 % de plus pourraient suivre.

La visite d'Etat d'Angela Merkel se déroulera également dans une atmosphère confiante. La chancelière sera invitée, honneur exceptionnel, à prononcer un discours devant la Knesseth. Elle le mérite : cette fille de l'ex-Allemagne de l'Est a mieux tiré la leçon de l'histoire que beaucoup de ses pairs de la ci-devant Allemagne de l'Ouest. Elle ne cesse de dire, à la différence de son ancien mentor au sein du parti chrétien démocrate,  Helmut Kohl, que la réconciliation israélo-allemande ou le temps qui passe ne diminuent ni la responsabilité de la nation allemande envers le peuple juif, ni son devoir moral de soutenir l'Etat d'Israël. Et à la différence de son prédécesseur social-démocrate à la Chancellerie, Helmut Schröder, elle évite de réprimander  Israël sans cesse, sans retenue, ou sans réflexion préalable à propos des « implantations » et autres localités de Judée et de Samarie.

Toutefois, on peut s'interroger sur la conférence internationale pour la paix au Proche-Orient que son gouvernement compte organiser au mois de juin prochain à Berlin. Destiné en principe à relancer les négociations israélo-palestiniennes dans le cadre de la « feuille de route », coprésidé par l'ancien premier ministre britannique Tony Blair, cet événement apparaît à certains observateurs comme une manœuvre dirigée contre la France de Nicolas Sarkozy, qui entretient des ambitions analogues. Il est à craindre qu'il ne soit, en dépit de la bonne volonté de Merkel, l'occasion de surenchères et de dérives diverses au détriment l'Etat juif et de sa sécurité.

Les visites des ministres russe et britannique des Affaires étrangères ne devraient pas revêtir de signification particulière, soit que les intéressés fassent la leçon à Jérusalem, soit qu'ils protestent de leur détermination à combattre le terrorisme, ou à s'opposer à une éventuelle menace iranienne. Dans les deux cas, les Israéliens connaissent la chanson et sont avertis de la duplicité de leurs interlocuteurs.

Reste Dick Cheney. Le vice-président des Etats-Unis a été depuis 2001 l'ami le plus vigilant d'Israël au sein de l'administration George W. Bush. Quel est le sens de son voyage actuel, qui doit le mener en Israël, mais aussi dans les Territoires palestiniens, en Arabie Saoudite, à Oman et en Turquie ? Agit-il au nom du seul président Bush, en vue de promouvoir une paix bénéficiable à tous à travers une alliance pro-américaine au Proche-Orient ? Ou a-t-il été contraint, pour des raisons de haute politique, d'endosser le plan James Baker, cette œuvre collective de l'aile anti-israélienne de l'administration rendue publique en novembre 2006, qui prône un compromis historique avec l'islam intégriste (dans ses variantes sunnite ou chiite) et une mise au pas définitive de l'Etat juif ?

Que le plan Baker gouverne aujourd'hui la politique américaine au Proche et au Moyen-Orient, c'est une évidence. Voici quelques mois, un rapport quasi-hallucinogène de la CIA, endossé dans une conférence de presse par un Bush au bord de la crise de nerfs, affirmait que l'Iran avait interrompu son effort nucléaire militaire dès 2003 (ce qui infirmererait toutes les déclarations officielles américaines, européennes, russes, ou même de l'Agence internationale de l'énergie atomique - AIEA - sur ce sujet dans les années 2003-2007). Et l'autre semaine, l président iranien Mahmoud Ahmadinejad en personne effectuait une visite d'Etat à Bagdad, à l'invitation d'un gouvernement irakien qui n'existe que par la présence militaire américaine dans ce pays.

Mais sur le terrain, infernale surprise, les Etats-Unis ont gagné la guerre. En Afghanistan, ils ont écrasé en 2007 l'offensive générale par laquelle les talibans voulaient reconquérir le pays. En Irak, un général d'exception,  David Petraeus, a pacifié 90 % du territoire. En d'autres termes, pactiser avec l'ennemi ne sert à rien. D'où la nécessité de redoubler de pressions sur ces Israéliens et ces Juifs que Baker, dès 1992, se proposait textuellement de « niquer » (en américain : « Fuck the Jews »).

Il serait triste que Cheney en soit réduit aujourd'hui à soutenir le contraire même de sa propre politique. Et qu'Israël n'ait pas la force de patienter, face aux Etats-Unis, un peu plus de huit mois. Jusqu'à la présidentielle de novembre 2008.

© Michel Gurfinkiel, 2008

RETROUVEZ MICHEL GURFINKIEL SUR www.michelgurfinkiel.com
STAY IN TOUCH WITH MICHEL GURFINKIEL AT www.michelgurfinkiel.com

07:54 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (2)

mardi, 18 mars 2008

Angela Merkel à Yad Vashem

Angela Merkel à Yad Vashem
 
"Le gouvernement allemand souligne sa responsabilité dans le génocide, et sa détermination à façonner, ensemble, un nouvel avenir" a déclaré la chancelière lors de sa visite lundi, au musée de la Shoah.
 
En compagnie du Premier ministre Ehud Olmert, et des membres de son gouvernement, Madame Angela Merkel a déposé une gerbe dans la tente «Yizkor» et assisté à la cérémonie de présentation de la flamme perpétuelle du souvenir. Cette visite à Yad Vashem a été suivie d'une réunion gouvernementale historique, réunissant à Jérusalem ministres allemands et israéliens.
 
Ce mardi, la chancelière sera officiellement accueillie au parlement, à 14h30, où elle rencontrera d’abord la présidente Dalia Itzik. Un déjeuner en l’honneur du gouvernement berlinois sera  ensuite organisé dans les salons Chagall, puis à 16h30 elle prononcera un discours en allemand, à la tribune de la Knesset, auquel plusieurs parlementaires israéliens n'assisteront pas.
 
Le député du parti national religieux, Itzhak Levy, a affirmé pour sa part qu'il était "très difficile d’entendre la langue allemande dans l’enceinte de la Knesset" et ajouté : "bien que l’Allemagne manifeste réellement aujourd’hui de l’amitié envers Israel, nous nous rappelons le passé. Je ne veux pas faire de théâtre, et sortir de l’enceinte lors de son arrivée (de la chancelière allemande), car il n’y a pas de raison de porter atteinte à son honneur. Je ne serai donc pas présent ».
 
La députée du parti des retraités Sarah Marom-Shalev, elle-même rescapée de la Shoah, a quant à elle indiqué ne voir aucun problème à ce que Mme Merkel s’exprime dans la langue de Goethe, et qualifié de «populisme» l’opposition à ce que la chancelière discoure en allemand. Même son de cloche chez le président de la commission des affaires intérieures, Ofir Pines (travailliste), qui a condamné ceux qui boycotteraient l’évènement et déclaré : "Je suis moi-même le fils d'un survivant du génocide, et j’ai eu le mérite d’intervenir (...) en hébreu la semaine passée devant le parlement allemand. Ce boycott est une provocation déplacée».
Le député arabe, le Dr Ahmed Tibi, a quant à lui souhaité que  que Mme Merkel "n’oublie pas la souffrance du peuple palestinien" Il a jugé qu'il était "jusqu’à présent difficile de qualifier ses prises de position d’équilibrées" et que "les Palestiniens méritaient de l’empathie, même d’un pays important comme l’Allemagne".
  

 

07:49 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (1)

dimanche, 16 mars 2008

Les 20.000 à 25.000 visiteurs et exposants du Salon du livre de Paris,ont été évacués dimanche après-midi pendant plus d'une heure à la suite d'une alerte à la bombe.

Les 20.000 à 25.000 visiteurs et exposants du Salon du livre de Paris, dont Israël est l'invité d'honneur, ont été évacués dimanche après-midi pendant plus d'une heure à la suite d'une alerte à la bombe, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'ambassadeur d'Israël à Paris, Dany Shek, a qualifié d'incident "malheureux, mais pas grave" l'alerte à la bombe, en soulignant qu'il ne fallait "pas se laisser intimider". "Ce genre d'incident d'un emmerdeur ne pourra pas perturber ce qui est une grande fête de la littérature. C'est malheureux, mais pas grave", a-t-il déclaré au cours d'un point de presse après la réouverture du Salon.

Le Salon restera ouvert dimanche jusqu'à 21H alors qu'il devait fermer à 20H00, pour compenser le temps perdu durant l'alerte, ont indiqué les organisateurs.

Selon Jean-Daniel Compain, directeur de Reed expositions, organisateur du Salon, un appel anonyme a fait état d'un risque d'"attentat" peu avant 17H00.

"Nous avons pris la décision d'évacuer et de vérifier qu'il n'y avait aucun colis suspect. On ne peut pas prendre le moindre risque", a-t-il ajouté. Il a souligné que les mesures de sécurité étaient "à un niveau très élevé".

L'évacuation, qui a débuté peu avant 17H00, s'est déroulée dans le calme et assez rapidement: en un quart d'heure, la plupart des exposants et visiteurs avaient quitté le bâtiment, porte de Versailles.

Les exposants avaient regagné leurs stands vers 18H30, suivis un peu plus tard par les visiteurs.

Comme les jours précédents, les visiteurs doivent franchir un portique de sécurité et faire fouiller leur sac avant de pouvoir pénétrer dans le Salon.

De nombreux visiteurs ont renoncé à retourner au Salon et ont quitté les lieux au moment de l'évacuation.

Les services de déminage s'étaient rendus sur place, une fois le Salon entièrement évacué. Les organisateurs avaient demandé aux visiteurs d'évacuer le salon pour effectuer un "contrôle technique". La préfecture de police a indiqué ultérieurement qu'il faisait l'objet d'une alerte à la bombe.

Inauguré jeudi soir par le président israélien Shimon Peres et ouvert au public vendredi, le Salon du livre se déroule sous haute sécurité et sur fond d'appels au boycott de pays arabes et musulmans.

Plusieurs pays, comme le Liban, l'Iran, l'Arabie saoudite, mais aussi l'Union des écrivains palestiniens, des éditeurs algériens, marocains ou égyptiens, ont appelé à le boycotter pour protester contre la politique d'Israël envers les Palestiniens.

Une quarantaine d'écrivains israéliens, parmi lesquels de grandes figures de la gauche israélienne comme Amos Oz ou David Grossman, ont été invités au Salon qui se tient jusqu'à mercredi.


© 2008 AFP


20Minutes.fr avec AFP, éditions du 16/03/2008 - 18h48

22:30 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

« me suis vu refuser le droit de vote par le président du bureau des cantonales « car je portais une kippa.

BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L ANTISEMITISME

 

Parrainé par le Centre Simon Wiesenthal, Verbe et Lumière, l’Union des CCJ IdF

 

8 Boulevard Saint Simon 93700 DRANCY

 

 

Le Président

 

Sammy GHOZLAN

 

0609677005

 

 

COMMUNIQUE

 

 

DRANCY LE 16/3/08

 

 

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme dénonce et condamne le comportement discriminatoire du président d’un  bureau de vote de Montreuil à l’endroit d’un électeur qu’il a empêché de voter parce qu’il avait la tête recouverte d’une kippa.

S’adressant au BNVCA le requérant nous fait la déclaration suivante : « ,Ce matin « , à Montreuil (93) , dans le bureau de vote de la Maternelle Grands Pêchers, je « me suis  vu refuser le droit de vote par le président du bureau des cantonales « car je portais une kippa. Le président m' a dit : Si vous voulez voter,  vous enlevez « votre kippa. Je lui a fait remarquer que les africains musulmans qui se couvrent « également la tête, ne se sont pas fait interdire le droit de vote ! Ce à quoi le « président à rétorqué: Ce n'est pas la même chose ! »

 

 Il poursuit :

 

« Le président du bureau de vote des municipales ainsi qu'un membre de sa table « sont immédiatement venus dire au président des cantonales que cette « interdiction était illégale et interdite et qu'il ne pouvait pas refuser le droit de vote « à un citoyen sous prétexte qu'il porte une kippa ! Ce à quoi le président des « cantonales à répondu que ça ne les regardait pas et qu'il faisait ce qu'il voulait « à sa table vote !

 

«  Je suis  reparti choqué et j'ai appelé la police, je vais porter plainte contre le « président du bureau de vote des cantonales . »

 

Le BNVCA a aussitôt alerté le MAIRE  de Montreuil, qui n’est pas en cause, et lui avons communiqué les coordonnées de l’électeur en question afin que ses services le rappellent  pour qu’il exerce normalement son droit de vote conformément aux recommandations du MAIRE qu’il nous a confirmé lui même .

Nous réclamons l’ouverture d’une enquête sur cette affaire d’abus de pouvoir, discriminatoire , et qui s’est déroulée devant témoins ,et demandons que des mesures pénales et administratives soient prises à l’encontre de l’auteur des  faits reprochés dès qu’il sera identifié.

 

 

 

21:40 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu