Avertir le modérateur

vendredi, 14 mars 2008

Rassemblement Place de la République

Mardi 11 mars  2008  -  Rassemblement Place de la République manifestation de soutien 11 mars 2008 (10) copie manifestation de soutien 11 mars 2008 (23) copie     manifestation de soutien 11 mars 2008 (105) copie manifestation de soutien 11 mars 2008 (151) copie (2) manifestation de soutien 11 mars 2008 (220) copie   manifestation de soutien 11 mars 2008 (229) copie A l’appel de l’Ensemble des Organisations de la Communauté Juive Unie dont l’UPJF, LIBI, Consistoire de Paris, Consistoire Centrale, Union des CCJ, Siona, KKL, FOSF et Alliance France –Israël, plus de 2000 personnes se sont réunis Place de la République pour rendre hommage aux 8 enfants (zal) de la Yéchiva Merkaz Harav de Jérusalem. Guy ROZANOWITCH, journaliste à Radio J a ouvert le rassemblement en invitant Gladys TIBI, Présidente du LIBI à chanter avec tous les participants La Tikva , « rien n’entamera notre détermination à vivre libres  notre judaïsme dans un Etat juif ». Claude BAROUCH, Président de l’UPJF, a invité la communauté à  «  combattre sans relâche, à ne rien laisser passer » quand il s’agit d’antisémitisme et de désinformation contre Israël, a être fière de son pays et de son judaïsme et la foule a repris derrière lui « Am Israel HaÏ ». Parmi les politiques qui se sont exprimés, Claude GOASGUEN, Président de l’Amitié France Israël a précisé que «  le combat pour Israël n’est ni de droite ni de gauche, il est pour la justice », Jean Pierre BRARD,    Député maire de Montreuil a rappelé le caractère fondamental de la laïcité  et l’apport des juifs à la France, Pierre LELLOUCHE, Député, a déclaré que « jamais il n’aurait cru devoir un jour faire voter une loi aggravant les sanctions pour les auteurs d’actes antisémites, Patrick BEAUDOUIN, Député Maire de Saint Mandé a rappelé son amitié pour la communauté. Samy GHOZLAN, Président des CCJ ET Joseph PINTO, Président de Siona ont rappelé que la Yéchiva Merkaz Harav fondé par le Rav KOOK est le symbole du sionisme. Après l’allocution du Grand Rabbin de France, M.SITRUK qui a appelé à l’unité et la dignité, le Grande Rabbin Sépharade d’ISRAEL, Shlomo AMAR , a récité  les psaumes et le kaddish pour les enfants et la foule répondait en cœur, un moment intense en émotion. Joel MERGUI , Président du Consistoire de Paris, s’est exprimé avec vigueur sur la symbolique de ce geste commis dans un lieu d’études au cœur de la capitale d’Israël, soir de Rosh Hodech Adar- soir de joie intense. Parmi les amis et sympathisants on a pu remarquer également: Jack Yves BOHBOT, Lynda ASMANI, Nicole GUEDJ,. A la fin du rassemblement, les organisateurs ont chanté la Marseillaise à la lueur  des veilleuses du souvenir  distribuées à tous pour ne pas oublier. (Crédit photos Alain AZRIA)

Reportage Vidéo sur www.Guysen.com

www.upjf.org

 

15:35 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Le président de l’Etat d’Israël se rend à la grande synagogue de la victoire.

Le président de l’Etat d’Israël se rend à la grande synagogue de la victoire pour assister à la cérémonie à la mémoire des victimes de l’attentat contre la Yeshiva Merkaz Harav de Jérusalem

''Il nous faut renforcer l'amour et l'unité d'Israël.
Aucun autre Etat comme le nôtre n'a été attaqué sept fois en 60 ans.
Nous n'avons perdu aucune guerre''
Shimon Pérès

Tout juste arrivé sur le sol français pour sa visite d’Etat, et après une première entrevue avec le Président de la République Nicolas Sarkozy, le Président de l’Etat d’Israël Shimon Pérès s’est rendu lundi 10 mars à la grande synagogue de la Victoire où avait lieu une cérémonie à la mémoire des huit victimes innocentes assassinées lors de l’attentat à la Yeshiva Merkaz Harav de Jérusalem.

Dans une synagogue comble, la cérémonie, organisée par le Consistoire de Paris en urgence, s’est déroulée en présence notamment du grand rabbin de France, du grand rabbin de Paris, du Président du Consistoire central, du Président du Consistoire de Paris, du Président du CRIF, du Président du FSJU, de l’ambassadeur d’Israël en France, de nombreux élus, rabbins et dirigeants communautaires.

Le Président du Consistoire de Paris Joël Mergui a rappelé qu’ « Ici, à la Grande Synagogue de la Victoire, dans ce lieu symbole de l’unité de toutes les communautés juives de France, nous avons pris l’habitude de nous réunir aussi bien pour les moments de joie que pour les moments de tristesse. ». « Par cet acte lâche, ignoble et barbare, ils ont voulu tuer notre jeunesse, ils ont voulu tuer Jérusalem, ils ont voulu tuer ce symbole fort du sionisme religieux autour duquel s’est construit Israël, foyer du Peuple juif, autour duquel vit et vibre les juifs du monde entier, autour duquel nous prodiguons, ici au sein de nos communautés juive de Paris et de France, l’enseignement juif et sioniste à nos enfants. ». Et en s’adressant directement au Président Pérès, d’ajouter « Quelques jours après ce drame, et plus que jamais, vous pouvez nous savoir à vos côtés. (…) Quelques jours avant Pourim, symbole de cette volonté de nos ennemis de toujours de nous détruire, mais aussi de la capacité du Peuple juif de résister et de continuer à espérer, vous pouvez nous savoir à vos cotés pour continuer de défendre avec fierté les valeurs du judaïsme et du sionisme, pour continuer de lutter pour la paix, pour continuer de construire ensemble ce pays unique qui nous lie à tout jamais, Israël et sa capitale éternelle et indivisible, Jérusalem. ».

Ce fut alors au tour du grand rabbin de France Joseph Sitruk et du Grand rabbin de Paris David Messas de rappeler avec ferveur le martyr des huit enfants tués dans la Yeshiva au moment même où ils étudiaient nos textes et récitaient nos prières.
Le Président de l’Etat d’Israël Shimon Pérès est alors monté à la tribune et, face à une assistance de près de 1 500 personnes émues et touchées par les prières récitées tout au long de la cérémonie, a tout d’abord rappelé les liens étroits qui unissent Israël et la France, qualifiée « d’amie indéfectible dans les moments difficiles traversés par notre pays ». Après avoir insisté sur le destin souvent tragique du Peuple juif dans son Histoire, Shimon Pérès a martelé avec force que « dans les larmes et dans le sang, nous n’avons pas le choix, nous devons vaincre ! ». Et le Président de l’Etat d’Israël a conclu en rendant hommage à la Communauté juive de France, « unie et chaleureuse à nos cotés » avant de rendre un dernier hommage aux jeunes garçons tués dans cette tragédie.

Visiblement ému par le Kaddish récité par toute l’assistance debout et par le climat de ferveur émanent de toute la cérémonie, le Président Pérès a reçu de la part du Président du Consistoire Central Jean Kahn la médaille d’honneur du Consistoire de France, avant de se retirer pour rejoindre le dîner d’Etat donné en son honneur à l’Elysée.

Dans une atmosphère mêlée de dignité et d’émotion, des dernières prières ont ponctué la cérémonie dans le recueillement et le silence.

 

Crédit Photos © Alain Azria

www.consistoire.org

 

15:30 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Shimon Pérès, un israélien à Paris/Par Guy Senbel

Shimon Pérès, un israélien à Paris

 

Cette semaine, nous souhaiterions attirer l’attention de nos lecteurs sur la visite du Président de l’Etat d’Israël en France. Shimon Pérès est l’homme politique israélien le plus apprécié des occidentaux. A 84 ans, il incarne la sagesse et l’espoir, le dialogue et l’ouverture.

Cette visite d’Etat est la première d’un chef d’Etat étranger en France depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. Le président de la République avait choisi de réserver cet honneur au président de l’Etat d’Israël.

Manifestation d’une amitié sincère et fidèle, Shimon Pérès n’en demeure pas moins un israélien à Paris. Les discours flatteurs et parfois émouvants, prononcés ça et là, contiennent tous des rappels à l’ordre de faire la paix. Certains lui ont même posé la douloureuse question : « Dans combien de temps, et dans combien de morts ? ». La formule est belle, et elle intéresse toutes les parties. Mais elle présente Israël à l’heure des choix, comme si seul l’Etat juif pouvait décider de l’arrêt des violences palestiniennes.

A l’heure où les Qassam lancés sur le Néguev occidental ont interrompu après quelques jours seulement une nouvelle et éphémère trêve bénéfique au Hamas, au lendemain d’un attentat terrible qui a traumatisé une nouvelle fois le pays, la visite du Président de l’Etat juif, l’un des rares Etats démocratiques dans la région, suscite des commentaires désagréables, et injustes.

Page vivante du livre d’Israël, Shimon Pérès a vu naître l’Etat juif. Témoin des guerres innombrables qui menacent l’existence d’Israël, il a vu mourir plus d’une fois une paix, dont il a été parfois l’artisan, une paix souvent illusoire, et tellement attendue.

Pour celui qui incarne toujours la voie de la paix d’un pays qui célébrera bientôt ses 60 ans, c’est le tapis rouge qui a été déroulé, dans les plus hautes instances de la France républicaine, de l’Elysée à l’Institut de France, et du Centre Hillel inauguré à Lyon mercredi 12 mars au Salon du livre dont Israël est l’invité d’honneur, et qui suscite une polémique.

Plusieurs éditeurs et pays arabes et musulmans, notamment le Liban, pilier de la francophonie au Proche-Orient, ont boycotté l'événement pour protester contre le choix d’avoir invité Israël. Or ce n’est pas seulement Israël que l’on boycotte, mais bien le Salon du livre et les valeurs qu’il incarne : l’échange des cultures, la volonté de s’ouvrir et de comprendre les autres.
Parmi les 39 écrivains israéliens invités, figurent pourtant les grands noms de la gauche israélienne, Amos Oz, David Grossman, et le très controversé Abraham Burg, l’ancien président de la Knesset que certains n’hésiteraient pas à qualifier de militant de la cause antisioniste.

La plupart de ces auteurs défendent avec vigueur la création urgente d’un Etat palestinien et n’hésitent pas à attribuer les malheurs qui frappent Israël à ce qu’ils appellent « l’occupation », ou la « colonisation », à l’instar de ceux qui incitent au boycott d’Israël au Salon du livre. Tahar Ben Jelloun a rappelé à juste titre que « les écrivains israéliens ne sont pas l’Etat d’Israël ». Boycotte et liberté de pensée ne font pas bon ménage. Surtout lorsqu’il s’agit de culture et de connaissance.

La formule de Shimon Pérès lancée jeudi 13 mars à l’inauguration du Salon du livre répond aussi à la polémique : « Ceux qui veulent brûler les livres, boycotter la sagesse, empêcher la réflexion, bloquer la liberté, se condamnent eux-mêmes à être aveugle, à perdre la liberté ».

Ce soir, nous pensons à Guilad Shalit, Eldad Reguev et Ehoud Goldwasser, retenus en otage par le Hamas et le Hezbollah.

Depuis 630 jours, c’est leur liberté qui est perdue.
,

Guy Senbel

07:42 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (9)

mardi, 11 mars 2008

Sarkozy : Un Etat palestinien viable avant la fin 2008

Sarkozy : Un Etat palestinien viable avant la fin 2008
11/03/08
  imprimer cet article envoyer à un ami  
- - Thème: France/Israël


 

 

A son arrivée à Paris, lundi 10 mars, Shimon Peres a été accueilli, lors d'une cérémonie officielle, par le ministre français de l'Intérieur, Michelle Alliot-Marie. Le président de l’Etat d’Israël a été ensuite reçu par le président de la République, Nicolas Sarkozy à l’Elysée.
«C'est un grand honneur pour moi de vous accueillir ici, a déclaré Nicolas Sarkozy à son hôte, à la fois en tant que président d'Israël et, plus encore, comme Shimon Peres ». « Vous êtes pour moi un symbole", a ajouté le président de la République.
Au cours de leur entretien, Nicolas Sarkozy a réitéré le souhait qu’un Etat Palestinien soit créé d’ici l’année 2008. « Ma conviction est claire : la meilleure garantie de sécurité pour Israël, c'est la création d'un État palestinien moderne, démocratique et viable, et ce, avant la fin 2008 », a déclaré le président français en ajoutant : « Les paramètres d'un règlement sont connus. Tout est désormais affaire de volonté. »
Nicolas Sarkozy a critiqué la construction de 750 logements en Cisjordanie annoncé par Ehud Olmert : « En tant qu'ami, je vous dis que la sécurité d'Israël passe par l'arrêt de la colonisation. » Le président français a tout de même affirmé que « le droit d’existence et la sécurité d’Israël ne devaient pas être débattus » De son côté Shimon Peres a affirmé que la politique israélienne ne changerait pas à ce sujet et a assuré qu’il n’y aura pas de « nouvelles colonies de peuplement »
Concernant l’Iran, Nicolas Sarkozy voit, à travers le régime de Téhéran, un soutien au terrorisme. Il considère que son programme nucléaire est dangereux. Il a promis de lutter contre la nucléarisation de l’Iran et de continuer à lui imposer des sanctions économiques.
Les deux présidents soutiennent les grands projets de coopération ainsi que l’Union pour la Méditerranée.
En témoignage d'amitié, le président de la République a offert à son hôte quatre ouvrages de Chateaubriand (dont une belle édition de L'itinéraire de Paris à Jérusalem, en trois volumes). Shimon Pérès a, quant à lui, offert 3 600 oliviers plantés sur des terrains appartenant à la prestigieuse école d'agriculture de Mikvé Israël, au sud de Tel-Aviv, fondée en 1871 à l'initiative d'Adolphe Crémieux, président du Consistoire central.
Sarkozy souhaite un État palestinien dès cette année (Le Figaro) ; Sarkozy urges Israel to halt West Bank 'colonization' (The Jerusalem Post) ; French, Israeli presidents see eye to eye on Iran (Haaretz)



Shimon Peres à son arrivée à Orly est accueilli par Michèle Alliot-Marie



Richard Prasquier à l'arrivée du président de l'Etat d'Israël
Photos : © 2008 Alain Azria et Erez Lichtfeld

23:17 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 10 mars 2008

COMMUNIQUE DE L’Ensemble des Organisations de la Communauté Juive Unie

RASSEMBLEMENT le 11 MARS 2008 A 18H30

En présence du Grand Rabbin de France, M. Joseph SITRUK
et du Grand Rabbin d’Israël, M. Schlomo AMAR.

 

 

 

 

 

 

L’ensemble des Organisations de la Communauté Juive Unie (CRIF, Consistoire de Paris , Consistoire Central, U.P.J.F., Libi, Union des CCJ, KKL, Siona, FOSF, Wizo, Alliance France-Israël, etc.), appelle à un rassemblement, le mardi 11 mars 2008, à 18h 30, Place de la République, à Paris

 

  • à la mémoire des enfants lâchement assassinés à l’école talmudique Merkaz haRav de Jérusalem [*]

     

  • en soutien aux habitants de Sdérot et Ashkelon, meurtris par les bombardements continus
  • en soutien au droit légal et légitime d'Israël de défendre et de protéger sa population.

 

08:16 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu