Avertir le modérateur

mardi, 27 novembre 2007

EN SOUVENIR D'EUX

Cette semaine en Angleterre tous les programmes

relatifs à la commémoration de la Shoah ont été retirés

de certains établissements scolaires, avec pour motif

que cela "heurte" la population musulmane, qui renie l'

existence de la Shoah.

 

C' est le signe de l' approche d' une catastrophe

qui progressivement s' organise dans le monde, un

témoignage du laisser-aller des pays s' y soumettant.

 

60 ans se sont écoulés depuis la fin de la

deuxième guerre mondiale en Europe. 

 

Ce mail est envoyé dans le but de former une

chaîne du souvenir et en mémoire des 6 millions de

juifs, 20 millions de russes, 10 millions de chrétiens,

1900 prêtres catholiques, aux tziganes, aux

homosexuels qui ont été tués, violés, incinérés, humiliés

et sont morts de faim par ceux qui cherchaient un "autre

chemin" !  

 

Aujourd'hui, plus que jamais, avec les efforts de l'

Iran et d' autres pays ayant déclaré que la Shoah était

une "légende", il est impératif de tout faire pour que le

 

monde n' oublie jamais.

 

Ce mail doit parvenir à au moins 40 millions de

personnes dans le monde. 

 

Joignez-vous à nous et prenez part dans la chaîne

du souvenir, aidez à sa diffusion dans le monde entier. 

 

SVP envoyez ce mail à 10 personnes que vous

connaissez et demandez-leur de continuer cette chaîne,

n' effacez pas ce message ! Cela ne prendra qu'une

minute pour le faire suivre.  

 

Merci à vous tous

 

 



לידיעתכם


בשביל  הדורות הבאים  ...
השבוע באנגליה , הסירו כל אזכור על השואה מתוכניות הלימוד של בתי הספר ,
בטענה שהדבר פוגע  ב אוכלוסיה המוסלמית , המכחישה את קיום השואה .
זהו סימן לבאות של האסון שבהדרגה פוקד את העולם , עדות מבהילה של הקלות
שבה המדינות נכנעות תחתיו .
עברו יותר מ -60 שנה מסיום מלחמת העולם השנייה באירופה .
האימייל הזה נשלח במטרה ליצור שרשרת זיכרון לזכרם של 6 מליון יהודים , 20
מיליון רוסים , 10 מיליון נוצרים , 1900 כמרים קתוליים , שנרצחו , נאנסו
, נשרפו , הורעבו למוות , והושפלו על ידי אותם אלה שחיפשו דרך אחרת !
עכשיו , יותר מאי פעם , על רקע מאמציהם של איראן ואחרים , שהצהירו על
השואה כ ' אגדה ', הכרחי ביותר לעשות כל שניתן כדי שהעולם אף פעם לא ישכח
.
האימייל הזה צריך להגיע לפחות ל -40 מיליון אנשים בכל העולם .
הצטרפו אלינו וקחו חלק בשרשרת הזיכרון , עזרו להפיץ אותה ברחבי העולם .
אנא , שלחו את האימייל ל -10 מכרים או יותר , ובקשו מהם להמשיך את השרשרת
. אל תמחקו את ההודעה , זה הרי לוקח רק דקה להעביר אותה הלאה!!!

Disgrace for England !
This week in England every memorial of the holocaust has been removed
from the schools study programs, arguing that it hurts the Muslim
population that denies the holocaust.
That is a sign of an upcoming worldwide disaster, terrifying evidence
of how easily countries can give in to anti-Semitism.
It has been more than 60 years since the end of World War 2 in Europe.
This email has been sent in order to create a chain of memory for
those 6 million Jews, 20 million Russians, 10 million Christians, and
1900
catholic priests, that have been murdered, raped, burnt, starved
to death, and humiliated by the Nazis.
Now, more than ever, considering the efforts of Iran and others '
denying the Holocaust, it is most crucial to do whatever it takes to
ensure that the world never forgets .
This email should reach at least 40 million people in the world.
Join us and become a link in the chain of memory for those who have
past in the terrible events of the Holocaust. Help spread this email
around the world so others may understand and help as well.
Please send this message to at least 10 of your friends or contacts.
Please do not delete this email; it only takes one minute to pass it
on. Thank you for your efforts.


22:15 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

Visite de madame Michèle Alliot-Marie, Ministre de l'Intérieur, au Consistoire.

Visite de madame Michèle Alliot-Marie, Ministre de l'Intérieur, au Consistoire.
Date : 26/11/2007 - Auteur : Président

.


Le Ministre de l’Intérieur Madame Michèle Alliot-Marie s’est rendue mercredi 22 novembre à un déjeuner de travail au Consistoire de Paris Ile de France en présence du Grand Rabbin de Paris David Messas, du Président du Consistoire de Paris Joël Mergui, ainsi que des administrateurs membres du Bureau du Consistoire.

Dans ses propos d’introduction, le Président Joël Mergui a tout d’abord chaleureusement remercié Madame le Ministre de l’Intérieur pour sa venue et pour les liens très étroits qu’elle entretient avec le Consistoire. Après un rappel de l’histoire, de l’importance, des missions et du fonctionnement de l’institution, Joël Mergui a présenté les grands projets d’avenir pour le Consistoire et les communautés juives.


Le Grand Rabbin de Paris David MESSAS a rappelé que le déjeuner se déroulait dans la « salle des mariages» de la grande synagogue de la Victoire, symbole du mariage qui lie depuis 200 ans le Consistoire à la République.

Madame Alliot-Marie a tenu à son tour à remercier le Consistoire pour son accueil. Le Ministre a rappelé « l'importance qu'attachait l'Etat à l'existence d'institutions représentatives fortes telles que le Consistoire », pour la qualité de ses relations avec les grandes religions. Indiquant que l’Homme a besoin de repères forts et structurés, notamment dans sa vie spirituelle, le Ministre des cultes a tout de suite tenu à témoigner une nouvelle fois de toute sa confiance dans le Consistoire de Paris, notamment dans le rôle central qu’il joue dans l’organisation et la vie de la communauté juive, et en déclarant qu’il fallait continuer de l’aider à remplir sa mission.

Compte tenu de l’importance des questions financières dans le fonctionnement de l’Institution, le Trésorier du Consistoire de Paris Joseph Haddad a présenté au Ministre de façon détaillée la situation financière actuelle en la replaçant en perspective historique et en rappelant la transparence qui prévaut dans la préparation, la publication et l’application du budget.


Plusieurs thèmes clé concernant le cœur même de la vie juive, et qui pour certains d’entre eux représentent autant de préoccupations essentielles voire d’inquiétudes réelles pour la communauté juive, ont alors été successivement abordés par les différents membres du Bureau.

On citera notamment les questions liées à l’entretien et à la rénovation du patrimoine synagogal du Consistoire de Paris – le plus important de France et d’Europe, à la fiscalité des dons, à la Cacherout, à l'abattage rituel, au projet du grand centre culturel juif du 17ème arrondissement, aux places dans les carrés confessionnels juifs dans les cimetières, à la sécurité et à l’antisémitisme, au calendrier des examens pour les élèves et les étudiants juifs, et plus généralement aux différents aspects des conditions nécessaires au bien être de la communauté juive.

Pour chacun de ces thèmes, le Ministre de l’Intérieur a apporté des assurances de réflexions et d’actions à court terme en étroite coopération avec le Consistoire.3439ebd0f9bd4a1e9711430c083ddd86.jpg On retiendra notamment que le ministre a proposé au Président du Consistoire de mettre en place un groupe de travail, en collaboration avec les collectivités locales et les ministères concernés, chargé d’une mission de préfiguration du futur centre du judaïsme dans le 17ème arrondissement de Paris dont le terrain vient d’être obtenu par le Consistoire de Paris et sur lequel devra être construit le plus grand centre culturel et cultuel juif de France.

A l’issue de ces débats fructueux, qui se sont déroulés dans un climat chaleureux de réelle confiance réciproque et de profond respect mutuel, rendez-vous a été pris pour un suivi permanent et un bilan régulier des actions menées au quotidien entre l’Etat et le Consistoire de Paris.


Etaient présents à cette rencontre :
- des collaborateurs de Madame le Ministre ALLIOT-MARIE :
M. Michel DELPUECH, Préfet et Directeur de Cabinet, M. David SENAT, Conseiller pour les Affaires Juridiques, Judiciaires et des Cultes, Mlle Aurore MOUYSSET, Conseiller Technique chargée de la Presse, M. Xavier PENEAU, Chef de service chargé de la Sous-Direction des Affaires Politiques et de la Vie Associative, M. Didier LESCHI, Chef du Bureau Central des Cultes.
- des Membres administrateurs du Bureau du Consistoire de Paris
M. David AMAR, Vice-Président, M. Jack-Yves BOHBOT, Administrateur, M. Alberto GABAI, Conseiller du Président, Mme Nicole GUEDJ, Vice-Présidente, M. Joseph HADDAD, Trésorier, Me Elie KORCHIA, Secrétaire-Rapporteur, M. Philippe MEYER, Trésorier-Adjoint, M. Haïm NISENBAUM, Vice-Président, Mme Michèle ROTMAN, Vice-Présidente, Mme Murielle SCHOR, Ordonnateur des Dépenses, Me Paul-Olivier SELIGMAN, Secrétaire-Rapporteur, M. Daniel VANICHE, Administrateur,
- M. Simon MAREC, Secrétaire Général et Mme Peguy LEVY, Secrétaire Générale Adjointe

www.consistoire.org 

10:00 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 26 novembre 2007

'Les meilleurs amis d’Israël’ soutiennent fermement les Arabes à la conférence d’Annapolis

‘Les meilleurs

amis d’Israël’

soutiennent fermement

les Arabes à la conférence

d’Annapolis


Par Caroline B. Glick

   http://www.jewishworldreview.com/1107/glick112307.php3   

Adaptation française de Sentinelle 5768 ©

 


Document divulgué


Bush et Rice vont-ils faire tout leur possible pour laisser un héritage ?


L’humeur est sombre à l’Etat Major Général de Tsahal avant la conférence  de « paix » de la semaine prochaine à Annapolis. Comme un officier général participant directement aux négociations avec les Palestiniens et les Américains l’a dit : « Aussi mauvais que cela puisse paraître de l’extérieur, la vérité est dix fois pire. C’est un cauchemar. Les Américains n’ont jamais été aussi hostiles ». 


Jeudi, un projet de déclaration que les négociateurs israéliens et palestiniens discutaient avant la conférence a été divulgué aux media. La lecture du document souligne les préoccupations de Tsahal.


Le projet de document montre que les Palestiniens et les Israéliens diffèrent non seulement sur chaque sujet, mais diffèrent aussi sur l’objectif du document. Il montre aussi que les Américains soutiennent fermement les Palestiniens contre Israël.

Comme le projet de document le montre clairement, Israël essaie d’éviter de s’engager à quoi que ce soit à Annapolis. De leur côté, les Palestiniens essaient de forcer la main d’Israël en le liant à des formules diplomatiques qui présupposent un retrait israélien sur les lignes d’armistice d e1949, et l’acceptation du prétendu « droit de retour » ou l’immigration libre d’Arabes étrangers en Israël.


Les Palestiniens essaient aussi d’écarter le droit d’Israël à déterminer par lui-même s’il doit faire confiance aux Palestiniens, et continuer de faire des concessions diplomatiques et sécuritaires  ou non, en confiant la responsabilité de ces décisions à des acteurs extérieurs sur le rythme des concessions, et si oui ou non  il faut faire confiance aux Palestiniens.


Comme le document divulgué le montre, les Américains ont pris le parti des Palestiniens contre Israël. En particulier, les Américains ont pris sous leur bonnet le seul droit de juger si oui ou non les Palestiniens et les Israéliens se plient à leurs engagements, et si et à quel rythme les négociations vont se poursuivre.


Mais les Américains ont montré qu’ils ne se soucient pas de la confiance d’Israël. En refusant de reconnaître la participation directe du parti Fatah du président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas dans le terrorisme, et en vérité, de l’implication directe de ses « forces de sécurité » dans le terrorisme, les Américains ont démontré que leurs références pour le respect palestinien de leurs engagements envers Israël ne sont pas nécessairement fondées sur la réalité du terrain. Et puis, les USA exigent des concessions sécuritaires en faveur des Palestiniens de grande ampleur, avant même que la conférence de la « paix » à Annapolis ait démontré que la sécurité d’Israël est le cadet des soucis du Département d’Etat.


Des sources de Tsahal mettent au compte de terroristes du Fatah, le meurtre par balles lundi dernier dans la nuit d’Ido Zoldan, suivant la décision d’Israël de se plier à l’exigence de la Secrétaire d’Etat Condoleezza Rice de lever 24 contrôles de sécurité routiers en Judée et en Samarie. Si cela ne s’était pas produit sous la pression des USA disent-ils, il est très possible que ce père de deux enfants, âgé de 29 ans, soit encore vivant aujourd’hui.


Mais cela n’est pas le souci de Washington. Comme Rice l’a fait clairement savoir plusieurs fois, les USA veulent voir des « signes de progrès ». Puisque les Palestiniens ne prennent aucune mesure contre le terrorisme et ne font rien pour diminuer la ferveur jihadiste de leur société, la seule manière de parvenir à des « signes de progrès » est d’obliger Israël à faire des concessions aux Palestiniens. Et donc, c’est exactement ce que font Rice et ses associés.


Rice est en mesure d’obliger Israël à accepter ses exigences parce qu’elle est face aux dirigeants israéliens les plus faibles que le pays ait jamais produits. Le Premier Ministre Ehud Olmert, la ministre des affaires étrangères Tzipi Livni et le ministre de la Défense Ehud Barak sont tous incapables de résister au  Américains, ou même tout simplement d’argumenter avec eux. La faiblesse d’Olmert et Livni est apparue depuis leur mauvaise conduite de la guerre avec le Hezbollah l’été dernier, et leurs négociations sur un accord de cessez le feu avec Rice. De son côté, pendant son bref mandat désastreux comme Premier Ministre, Barak s’est comporté comme s’il était alors l’employé du Président Clinton.


Mais si la volonté d’Olmert, Livni et Barak de compromettre la sécurité de leur nation est fonction de leur faiblesse, qu’est-ce qui explique le comportement de Bush et de Rice ? Pourquoi affaiblissent-ils Israël et poussent-ils encore à l’établissement d’un autre Etat terroriste au Moyen-Orient ? Quel intérêt les USA pensent-ils servir en agissant ainsi ?


Au cours des quelques semaines écoulées, nombre de théories ont été émises pour expliquer leur comportement. L’explication la plus fréquente est que Rice et Bush se font les champions d’un Etat palestinien aux dépens d’Israël en s’efforçant de mobiliser une coalition d’Etats arabes sunnites pour coopérer avec les USA contre l’Iran.


Selon cette théorie, si Annapolis est considéré comme un succès, alors les Etats arabes seront convaincus qu’il vaut la peine de soutenir les USA contre l’Iran. Cette théorie a plusieurs failles. D’abord, comme le traitement d’Israël par les USA le démontre, le succès à Annapolis implique d’affaiblir Israël que l’Iran cherche à détruire, et de renforcer les Palestiniens que l’Iran soutient. Cela signifie que loin d’affaiblir l’Iran, un succès à Annapolis ira dans le sens de ses intérêts.


Mais au-delà de cela, que ce soit avec ou sans malice, en convoquant la conférence d’Annapolis la semaine prochaine, l’administration Bush a directement renforcé l’Iran. Aujourd’hui, savoir si l’administration émerge indemne ou humiliée d’Annapolis se situe complètement entre les mains de l’Iran. L’Iran décidera si la conférence s’ouvre et se clôt pacifiquement, ou si elle est réunie alors que le Liban est submergé par la guerre civile aux mains des vassaux de l’Iran, la Syrie et le Hezbollah.


Selon la constitution libanaise, ce samedi était le dernier jour où un nouveau président libanais pouvait être élu. Le président du Liban doit être élu par les 2/3 des membres du Parlement libanais. Par leur campagne d’assassinats, la Syrie et le Hezbollah ont écarté la majorité des 2/3 des forces anti-syriennes gagnées aux élections de 2005. Par conséquent, le Hezbollah détient un pouvoir de veto sur l’élection. Et jusqu’à présent, l’Iran et la Syrie ont refusé de permettre au Hezbollah de soutenir un candidat. C’est le cas même malgré la volonté de la majorité anti-syrienne de soutenir un candidat présidentiel pro-syrien.


Du fait de l’impasse provoquée par l’Iran et la Syrie, il y a aujourd’hui deux scénarios possibles pour ce qui pourrait advenir dans les jours prochains au Liban. Soit l’Iran et la Syrie permettront que des élections aient lieu, et un agent de leurs régimes et du Hezbollah s’emparera de la présidence ; ou bien des élections n’auront pas lieu, et deux gouvernements – l’un anti-syrien sous la conduite du Premier Ministre Fouad Siniora, et l’un pro-syrien seront formés. Le gouvernement pro-syrien sera soutenu par le Hezbollah et l’armée libanaise. Le gouvernement anti-syrien sera soutenu par les milices chrétiennes, sunnites et druzes. Une guerre civile s’ensuivra. La Syrie, le Hezbollah et l’Iran vaincront.


Dans une tentative pour provoquer le premier scénario, Bush a fait le siège de chaque dirigeant auquel il pense pour appeler Téhéran et Damas à se calmer, et permettre aux élections de se tenir. A cette fin, il a même demandé à leur principal fournisseur d’armes, le président russe Vladimir Poutine d’intervenir. La décision d’Olmert de permettre aux forces de sécurité du Fatah de recevoir 25 transporteurs de troupes blindés russes malgré les objections de Tsahal, était sans aucun doute une conséquence de l’appel au secours de Bush à Poutine.   


Si les Américains croient que la clé pour s’opposer à l’Iran est de construire une coalition arabe anti-iranienne, la crise au Liban prouve combien leurs efforts sont futiles. Exactement de la même façon que les pays arabes s’opposent à l’acquisition par l’Iran d’armes nucléaires, de même ils s’opposent au contrôle iranien sur le Liban. Pourtant malgré cela, ils n’ont rien fait pour empêcher l’Iran et ses vassaux de prendre le contrôle du pays. Au contraire, les Saoudiens ont encouragé le gouvernement Siniora à soutenir les candidats pro-syriens à la présidence.


Alors, si l’administration a décidé d’adopter les Palestiniens comme moyen d’affaiblir l’Iran, sa décision est fautive de trois manières. D’abord, étant donné le soutien de l’Iran aux Palestiniens, leur donner du pouvoir contre Israël ne fait que contribuer aux intérêts de l’Iran. Ensuite, la conférence d’Annapolis est devenue l’otage du bon vouloir iranien qui est non existant. Et enfin, même si elle était formée, une coalition arabe anti-iranienne serait incapable de contrôler la puissance de l’Iran.

Même si le sommet d’Annapolis affaiblit la position des USA à l’égard de l’Iran, il y aurait encore du sens pour Bush et Rice de soutenir un Etat palestinien si, ce faisant, cela augmentait le soutien public pour leur administration. Mais c’est le contraire qui se produit. L’obsession apparent de Bush et Rice pour un Etat palestinien est critiquée de tous les côtés du spectre politique.


Des critiques de la Gauche, comme l’éditorialiste du New York Times Thomas Friedman et l’ancien négociateur de Clinton et apologiste palestinien Robert Malley ont exprimé leur perplexité devant l’avancée insistante par l’administration de négociations entre Israël et les Palestiniens, alors qu’il n’y a aucune chance que ces négociations apportent la paix. De même aussi, au cours des semaines écoulées, quatre candidats présidentiels du Parti Républicain - Rudy Guiliani, Mitt Romney, John McCain et Fred Thompson – ont critiqué la stratégie politique palestinienne de Bush et Rice en général, et la convocation de la conférence à Annapolis en particulier.


Il y a aussi la théorie qui veut que le principal souci de Bush et Rice, en poussant à un Etat palestinien, serait leur héritage politique. L’intention déclarée de Rice de voir un Etat palestinien avant que Bush ne quitte son poste donne du poids à cette opinion. Mais bien sûr, étant donné que le maximum qu’Israël veut bien concéder aux Palestiniens est inférieur au minimum que les Palestiniens veulent bien accepter, et étant donné que le gouvernement Olmert tombera si celui-ci donne son accord à des concessions majeures, il est clair qu’il n’y a aucune chance pour que Rice réussisse.


Enfin, il y a cet idée que Rice et Bush comprennent qu’il n’y a aucune chance de parvenir à la paix, mais qu’ils pensent que leur héritage politique sera renforcé pour avoir simplement essayé. Après tout, on se souvient positivement de Bill Clinton pour ses tentatives de faire la paix entre Israël et les Palestiniens, malgré le fait que ces tentatives ont apporté la guerre plutôt que la paix. Mais l’exemple de Clinton n’est plus applicable parce que les conditions dans lesquelles Clinton a recherché la paix étaient très différentes de celles d’aujourd’hui.


La stratégie politique de Clinton a provoqué une guerre qui a seulement commencé à la fin de sa présidence. Jusqu’alors, elle paraissait correspondre à des décisions relativement sûres et à peu de frais. D’un autre côté, la présidence de Bush s’est déroulée dans sa totalité sur la toile de fond du jihad palestinien. Chaque tentative qu’il a faite pour la paix, depuis le plan Tenet en passant par la feuille de route et Sharm el Sheikh, jusqu’à Annapolis, a volé en éclat à cause de la violence avant qu’elle ne puisse commencer. 


Alors, il n’y a aucune bonne excuse pour la décision de l’administration Bush d’adopter les Palestiniens aux dépens d’Israël. Tout cela provient de ce que Bush et Rice ne songent pas aux conséquences de leurs décisions.


C’est une tragédie singulière que les dirigeants élus d’Israël soient trop faibles pour leur faire comprendre qu’en provoquant un dommage à Israël, ils causent un dommage aux Etats-Unis, et se trompent eux-mêmes.


Contribuant à la JWR, Caroline B. Glick est membre senior pour le Moyen Orient du “Center for Security Policy” [Centre pour la Politique de Sécurité] à Washington, DC et rédacteur en chef adjoint du « Jerusalem Post ».

07:40 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 23 novembre 2007

Un allumage de Hanouka pour les trois soldats israéliens otages du Hamas et du Hezbollah 23/11/07

Le Crif en action
 
Un allumage de Hanouka pour les trois soldats israéliens otages du Hamas et du Hezbollah
23/11/07
  imprimer cet article envoyer à un ami    
- - Thème: Solidarité


 

 

Le Comité international pour la libération des soldats, présidé par Roger Pinto, président de SIONA, fondé avec le soutien du CRIF, avait obtenu du Conseil de Paris que les photos des trois soldats israéliens Guilad Shalit, otage du Hamas, Eldad Regev et Ehoud Goldwasser, otages du Hezbollah depuis près d'un an et demi, soient apposées dans les jardins Itshak Rabin de Bercy, dans le XIIème arrondissement de Paris, le19 octobre dernier. A la suite de la dégradation par des manifestants anti-israéliens (lors de la manifestation organisée par le CAPJPO) des photos des trois otages israéliens, dimanche 15 novembre, le Conseil de Paris a décidé par un vote majoritaire – groupes PS, UMP et Modem –, de réinstaller les photos des trois soldats israéliens. Les Verts ont voté contre et le PC s’est abstenu.
 
De son côté, le Comité international pour la libération des soldats s'est réuni jeudi 21 novembre en présence de Meyer Habib, vice-président du CRIF, pour poursuivre la sensibilisation de l'opinion quant aux otages israéliens. Les organisateurs de cette réunion ont salué la décision du Conseil de Paris et annoncé l'organisation d'un allumage de Hanouka au square Itshak Rabin en l'honneur de Guilad Shalit, Eldad Regev et Ehoud Goldwasser. La date et l'heure de cet allumage seront précisées ultérieurement.
 
Photo : © 2007 Alain Azria
WWW.CRIF.ORG 

19:38 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

AFFAIRE SELLAM /SUITE

Revue de presse
 
Le meurtrier de Sébastien Sellam devrait être jugé
23/11/07
  imprimer cet article envoyer à un ami    
- - Thème: Antisémitisme


 

 

Cette vague d’antisémitisme dans le X arrondissement inquiète d’autant plus la communauté juive du quartier qui se souvient du meurtre de Sébastien Sellam, qui habitait le quartier. Le 20 novembre 2003, ce jeune DJ, de confession juive, a été égorgé et défiguré par son ami Adel A., de confession musulmane. Ce dernier avait d’ailleurs confié à sa mère : « J’ai tué un Juif et j’irai au Paradis. »
Le Parisien revient sur la décision, jeudi 22 novembre, de la chambre de l’instruction du tribunal de Paris de traduire en justice le présumé meurtrier du DJ. En effet, les magistrats chargés de statuer sur la recevabilité de l’appel formulé par la mère de la victime ont semblé convaincus par les arguments de son avocat, Me Axel Metzker. Le substitut du procureur a reconnu que l’appel était recevable et demandé qu’une contre-expertise psychiatrique collégiale d’Aled A. soit réalisée, précise le quotidien. La décision sera rendue le 17 janvier prochain.
Cette décision est d'autant plus attendue par la famille, son avocat et ses proches, qu'elle pourra être l'occasion d'exposer le caractère antisémite des agressions et des insultes régulières auquel se livrait le meurtrier de Sébastien Sellam.

 

WWW.CRIF.ORG 

19:35 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu