Avertir le modérateur

mardi, 03 juillet 2007

ELECTION DU NOUVEAU PRESIDENT DE L'UEJF

Le Crif en action
 
Raphaël Haddad, nouveau président de l'UEJF
03/07/07
  imprimer cet article envoyer à un ami  
- - Thème: Divers


 
 

medium_raphael_haddad_Photo_Alain_Azria_2_.jpg

Raphaël Haddad vient d'être élu président de l'UEJF à 24 ans. Il est vraisemblablement, par la nature de sa fonction, le plus jeune président d'une association membre du CRIF. Diplômé de Paris I, il est titulaire d’un master de Conseil en stratégie d’entreprise. Il a fait ses armes à l'UEJF, ayant commencé par occuper des fonctions au sein du comité local de son université, puis a suivi le parcours qui initie à tous les niveaux de responsabilité : délégué national en 2004, puis secrétaire national en 2005 et enfin le secrétaire général de l'UEJF en 2006, durant le mandat de son prédécesseur, Benjamin Abtan, président sortant.
L'élection à la présidence de Raphaël Haddad et de son bureau exécutif s'est déroulée, lors du XXXIème Congrès de l'UEJF, en région parisienne du 21 au 24 juin. Au cours de ce congrès, sont notamment intervenus Michel Boujenah, Frédéric Encel, Dominique Sopo. Près de 300 étudiants venus de toute la France se sont réunis en commissions de travail afin de déterminer les grandes orientations de l’UEJF pour les deux années à venir.

22:05 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (1)

SARKOZY STARTS STRONG

Sarkozy Starts Strong
And the opposition splits--literally.

by Michel Gurfinkiel

medium_Michel_Gurfinkiel_Photo_Alain_Azria.jpg
Hyperpresident--that's what France's leading conservative newspaper, Le Figaro, called Nicolas Sarkozy two weeks ago. Around the same time, the liberal satirical weekly Le Canard enchaîné ran a cartoon featuring a pedalling machine under the president's desk. Caption: "He is even producing energy for the Elysée Palace." Left, right, and center, the sentiment was near universal: Sarkozy means business. He is a doer, and he does things so cleverly that he succeeds.

The new French president's most remarkable achievement so far has been to restore momentum to European affairs. Two years ago, two of the European Union's founding nations, France and the Netherlands, voted down a draft constitution for Europe that would have transformed the present confederation into a federal superstate. The defeat left the EU in total disarray. Some members, like Spain and Italy, had already ratified the constitution and felt betrayed. Some, like the United Kingdom, felt justified in their own skittishness about anything more elaborate than a European free trade zone. The rest started to wonder whether the Union had not reached the point of overstretch. The fact that two more countries--Romania and Bulgaria ("Northern and Southern Ruritania," as a French humorist had it)--joined in the meantime was no real comfort.

Neither was the euro's steady gain against the dollar, hardly helpful in terms of world trade. And other ominous developments loomed: Putin's Russia ratcheted up its bullying of the EU, both its energy delivery blackmail and its posturing over missile defense. A Franco-German crisis at Airbus ended in the sacking of the French CEO, Noël Forgeard, the nomination of a German, Gustav Humbert, to replace him, and the transfer to Hamburg of key operations hitherto located in Toulouse, the avionics capital of southern France.

Numerous plans for reviving the EU had been broached in various quarters. Sarkozy seized on a few of these and combined them in a characteristically smooth package, which he proceeded to sell.

The concept he put forward was a "smaller, leaner treaty." This meant stripping the proposed constitution of everything grandly "constitutional" and concentrating on practical reforms, like the creation of an elected EU presidency to replace the present rotation (the presidency changes hands every six months, and every nation, large or small, gets a turn--clearly unworkable with 27 member countries), or the elimination of the requirement of unanimity for decisions on certain vital matters like security and immigration.

Sarkozy knew he would win the support of German chancellor Angela Merkel, who had supported similar proposals. In addition, the "small treaty" was to be discussed at the European Council (or conference of heads of state or government) to be held in Germany by late June, at the end of Germany's EU presidency.Merkel would look sympathetically on a French initiative that could provide an accomplishment to crown her presidency.

One by one, the other European partners were approached and seduced, including the leaders of the smaller nations that, under Sarkozy's plan, would receive less representation in Brussels than under the defeated draft constitution: Portugal, Spain, and even the redoubtable Poland, currently run by the hypernationalist Kaczynski twins. As for Britain, Sarkozy adroitly exploited the changing of the guard there: Tony Blair could not possibly leave office on a sour note, any more than Gordon Brown could assume it with a declaration of war on the continent. In short order, the "small treaty" was approved. The only puzzle was how such a modest, reasonable compromise could have eluded the EU for so long.

Sarkozy has used similar methods in domestic affairs: simple, no-nonsense proposals, and a lot of face-to-face discussion with all the major players, allowing for adjustments or amendments. Before he left for the European summit, Sarkozy made sure to consult with all political parties leaders, as well as with Ségolène Royal, his socialist opponent for the presidency last May. They all were invited to the Elysée Palace and given red carpet treatment. This was a complete break with the Fifth Republic tradition, according to which foreign affairs is the president's domaine réservé (private domain), not to be shared with the cabinet or even the prime minister--and certainly not with the leaders of the opposition. Just days after being elected, Sarkozy had insisted on meeting in person with union leaders before honing new industrial legislation--again, something no president had ever done. The outgoing president, Jacques Chirac, for instance, always handled such issues by hiding behind his prime minister (Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, or Dominique de Villepin), who, in turn, usually made sure legislation had been safely passed before engaging in consultations, especially if a bill were likely to spark protest or unrest.

Another feature of Sarkozy's approach is to bring into the cabinet, and thus coopt, as many people from the left or at least the liberal persuasion as possible. He made Bernard Kouchner, the famous founder of Médecins sans frontières and a former Socialist minister of public health, his foreign minister. Then he named Martin Hirsch, chairman of the left-wing Catholic charity Emmaus, high
commissioner for "active solidarity" (emergency help for the poor and homeless). Eric Besson, a former Socialist party secretary for economic affairs, had publicly switched to Sarkozy even before the presidential election; he was rewarded with a junior position in the cabinet. Jean-Marie Bockel, a Socialist senator from Alsace, switched sides in June, and is now in charge of relations with the French-speaking world.

Equally impressive are the president's inroads in the neo-French--that is, immigrant--community. Rachida Dati, a woman in her forties of Moroccan and Algerian descent and an observant, if moderate, Muslim (she fasts during Ramadan), is now minister of justice. Rama Yade, a Senegalese-born civil servant, is deputy foreign minister for human rights. And Fadela Amara, born in an immigrant ghetto to a traditional Kabyle (Berber-speaking) family, who founded the women's rights group Ni Putes Ni Soumises (Neither Whores Nor Submissives)--Sarkozy has made her his minister for urban affairs.

At first, it was widely assumed that Sarkozy's openness was purely tactical. He knew he had defeated Royal in the presidential election by about six percentage points, and presumably he feared he might not win a working majority in the National Assembly in the elections in June: a well-founded concern, as it turned out, since the right took 314 seats out of 577, an absolute majority, but short of the 400 or 450 seats most pollsters had predicted. In retrospect, though, there is something transparently spontaneous and genial in his behavior. The man everybody loved to hate before and during the campaign--not just the left, but the Chirac crowd as well--is now eager to be friends with everyone, all the more so at a time when his Socialist opponents are riven with animosities.

Throughout the recent presidential and legislative campaigns, the French wondered what exactly was the relationship between the Socialist candidate, Ségolène Royal, and her common law husband, François Hollande, the leader of the Socialist party. Royal and Hollande had lived together for more than 25 years and have four children. The fact that they were not legally married was, by Gallic standards, of little consequence. What was notable was that they didn't seem to speak much to each other, and were obviously running separate campaigns, with separate agendas. At times, it even seemed that Hollande resented his companion's candidacy and was surreptitiously undermining it. The most telling incident, in this respect, was his slip of the tongue at the first mass rally of the campaign. As party leader, he had to show enthusiasm for the party's candidate, and he did, except that in his very last sentence, he said that he believed in a complete "Socialist defeat . . . er . . . victory!"

What once was rumor is now established fact, thanks to La femme fatale, by Raphaëlle Bacqué and Ariane Chemin, published between the presidential and legislative elections. Terse and ungossipy (relatively little name dropping, for instance), it asserts that Hollande had left Royal a few years ago for another woman, and that Royal, seeking revenge, had worked hard to become a political leader in her own right. When the book appeared, the couple sued both authors for breach of privacy, an offense that, under French law, includes exposure of intimate matters such as adultery.

Then Royal changed course. On June 17, at precisely 8 P.M., the moment the polls closed in the legislative elections, she publicly acknowledged being separated from Hollande, thus essentially validating Bacqué and Chemin's book. And she made clear she would make a bid for the party's leadership, if necessary against her former companion.

The French were thrilled: Soap opera and politics were meeting at a level not seen since the fall of the monarchy. The media feeding frenzy drowned out even the election returns. And the story goes on. Last weekend, the Socialist old guard--affectionately known as "the elephants"--circled the wagons around Hollande and started to isolate Royal within the party. Royal, however, who won 47 percent of the vote, thinks she has what amounts to a popular mandate. She will fight back. This is very bad news for the left, which may collapse in the process--and very good news for the amiable Sarkozy.

Michel Gurfinkiel is executive chairman of the Jean Jacques Rousseau Institute in Paris.

© Michel Gurfinkiel & The Weekly Standard, 2007

 

http://michelgurfinkiel.com/articles/128-France-Sarkozy-Starts-Strong.html
 
http://www.weeklystandard.com/Content/Public/Articles/000...

THE WEEKLY STANDARD
07/09/2007, Volume 012, Issue 40


21:35 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (1)

dimanche, 01 juillet 2007

AFFAIRE KATSAV

Affaire Katsav : la cour suprême accepte d'examiner un recours contre l'accord Katsav

 

 

La cour suprême a accepté dimanche 1er juillet d'examiner un recours juridique déposé contre l'arrangement conclu entre Moshé Katsav et le procureur général d'Etat Menahem Mazouz, qui permet au président démissionnaire d'échapper à une inculpation pour viol.

La cour a donné à Mazouz jusqu'à lundi après-midi pour répondre à la contestation formulée par des organisations de défense des libertés civiles. Cette décision suspend de fait l'accord, pour au moins 24 heures.

"Nous demandons à la cour d'annuler l'accord, de renverser la décision du procureur général", a déclaré Michael Parte, vice-président du Mouvement pour la qualité du gouvernement en Israël.

"La principale raison de cet accord était de protéger l'honneur de la fonction de président mais c'est le contraire qui s'est produit", a-t-il expliqué. "Au lieu de poursuivre le président comme une personne ordinaire et d'appliquer la loi selon le principe de l'égalité, on est indulgent avec le président."

Affaire Katsav : protestation contre l'accord à l'amiable à Tel-Aviv

Quelque 20 000 personnes ont massivement répondu à l'appel des organisations féministes et se sont rassemblées samedi soir 30 juin place Rabin à Tel-Aviv en signe de protestation contre l'accord à l'amiable conclu jeudi 28 juin entre les avocats de Katsav et le procureur d'Etat Menahem Mazouz.

Aux cris des slogans "Nous n'accepterons pas cela" et "Nous ne renoncerons pas", les manifestants ont acclamé les intervenants, principalement des personnalités du monde des médias ainsi que des députées de gauche, qui ont dénoncé l'"injustice" causée aux plaignantes dans l'affaire Katsav suite à l'abandon des poursuites pour viol par le procureur d'Etat Menahem Mazouz. Plusieurs organisations féministes et le Mouvement pour la qualité du gouvernement ont d'ailleurs décidé de faire appel devant la cour suprême contre le compromis.

Sous les bannières "Katsav est un violeur", et "Mazouz, démissionne", Sarit Arbel, la directrice de la Wizo Israël, a déclaré au Jerusalem Post être surprise du nombre de personnes venues manifester. "Nous ne pensions pas qu'il y aurait autant de monde ici ce soir, mais cela prouve qu'un coup sérieux a été porté à la justice", a-t-elle déclaré.

La ministre de l'Education Youli Tamir (parti travailliste) a appelé la cour suprême à annuler l'accord à l'amiable. "Nous demandons un procès, un procès de vérité", a déclaré Tamir, qui a qualifié l'accord d'"immoral" et de "tache sur Israël". Selon Tamir, personne, quel que soit son rang ou sa position, ne devrait être au-dessus des lois.

Les députés veulent retirer les avantages fiscaux accordés à Katsav

 

 

Tandis que la démission de Moshé Katsav a pris effet ce dimanche 1er juillet à 11h30, plusieurs députés ont demandé l'annulation des privilèges du président sortant, estimés à plus d'un million de shekels par an.

Le député Likoud Gilad Erdan a présenté un projet de loi préliminaire demandant l'annulation des prérogatives accordées à un président ou une personnalité publique accusée d'atteinte aux m¦urs.

Katsav devrait en effet profiter d'une pension mensuelle de 48 000 shekels, d'un bureau et de deux secrétaires, d'une voiture et d'un chauffeur, d'un appartement et d'un garde du corps. Sa facture de téléphone sera également payée par l'argent des contribuables.

Selon un sondage publié vendredi 29 juin dans le quotidien Yedioth Aharonot, 69 % des Israéliens sont opposés au compromis signé entre l'Etat et le président sortant, et 73 % pensent que justice n'a pas été faite.

 

 

Démission du ministre des Finances

 

 

Le ministre des Finances, Avraham Hirchson, a présenté dimanche 1er juillet sa démission à la suite d'une enquête sur des allégations de détournement de fonds au sein d'un syndicat qu'il dirigeait en 2003.

Cette démission porte un coup au Premier ministre Ehoud Olmert, qui considérait Hirchson, de son parti Kadima, comme un allié clé. Avraham Hirchson avait suspendu sa participation au gouvernement en avril dernier pour se défendre face à ces accusations. Le Premier ministre devrait nommer un proche, l'actuel ministre de l'Intérieur Roni Bar-On, également membre de Kadima, en remplacement d'Hirchson.

Selon les médias, ce dernier est soupçonné de ne pas avoir signalé ­ et d'avoir peut-être profité ­ un détournement de fonds commis alors qu'il présidait le syndicat en 2003. Il a déjà été entendu plusieurs fois par la police.

Vilnaï nommé vice-ministre de la Défense

 

 

Le chef de file du parti travailliste et ministre de la Défense Ehoud Barak devait annoncer dimanche 1er juillet la nomination du député Matan Vilnaï au poste de vice-ministre de la Défense à l'occasion d'une réunion du comité central du parti travailliste à la foire des expositions de Tel-Aviv.

Le comité devrait également adopter une proposition prévoyant le retrait du parti de la coalition au cas où le Premier ministre Ehoud Olmert ne démissionnerait pas lors de la parution du rapport Winograd en septembre ou octobre prochain.

 

 

Israël annonce le début du transfert des droits de douane palestiniens

 

 

Israël a annoncé le début dimanche 1er juillet du transfert des taxes et droits de douane prélevés au nom de l'Autorité Palestinienne et gelés depuis plus d'un an pour tenter de faire fléchir le gouvernement du Hamas qui refusait de reconnaître l'Etat hébreu.

La porte-parole du gouvernement d'Ehoud Olmert, Miri Eisin, a annoncé que quelque 50 millions de dollars seraient transférés au nouveau gouvernement palestinien. Israël tente ainsi de renforcer le président palestinien Mahmoud Abbas, affaibli depuis la prise de la bande de Gaza par le Hamas à la mi-juin.

A Ramallah, des responsables du bureau du nouveau Premier ministre palestinien Salam Fayyad ont déclaré avoir reçu l'assurance des autorités israéliennes que les fonds seraient déposés d'ici lundi.

Israël détient actuellement environ 550 millions de dollars appartenant aux Palestiniens. En vertu d'accords de paix conclus dans les années 1990, l'Etat hébreu prélève les droits de douane et les transfère ensuite aux autorités palestiniennes.

 

 

Frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza

 

 

L'aviation de Tsahal a mené samedi 30 juin trois raids sur la bande de Gaza, selon un communiqué du bureau du porte-parole de l'armée.

Le premier raid visait des membres du Djihad islamique qui se trouvaient à bord d'une voiture circulant dans la ville de Khan Younes, dans le sud de la bande de Gaza. Selon l'armée, ces trois terroristes projetaient un attentat suicide et étaient impliqués dans de précédentes attaques contre Israël.

Un porte-parole du Djihad islamique, Abou Ahmed, a précisé qu'un des trois terroristes tués, Ziad Ghanam, était le chef de l'organisation dans le sud de la bande de Gaza et a promis que sa mort serait vengée.

Les deux autres frappes aériennes visaient un atelier de fabrication d'armes dans le camp de réfugiés de Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza.

Haniyeh rejette la proposition d'Abbas de déployer des troupes internationales à Gaza

 

 

Le Premier ministre palestinien destitué, Ismaïl Haniyeh du Hamas, a rejeté samedi 30 juin la proposition du président Mahmoud Abbas de déployer une force internationale dans la bande de Gaza.

Haniyeh, qui a été renvoyé par Abbas ce mois-ci après les violents combats entre le Hamas et le Fatah qui ont porté le mouvement de la résistance islamique au pouvoir dans la bande de Gaza, a jugé inacceptable que des troupes étrangères y fassent leur entrée.

"Nous, à Gaza et dans les Territoires palestiniens, sommes sous occupation et nous n'avons pas besoin de plus de forces pour mettre le peuple palestinien sous pression", a déclaré Haniyeh, qui inspectait samedi l'ancienne maison de Yasser Arafat dans la bande de Gaza.

"Nous sommes capables de résoudre nos propres problèmes", a ajouté Haniyeh, qui refuse de reconnaître la décision d'Abbas de dissoudre le gouvernement qu'il dirigeait.

Abbas a proposé le déploiement de troupes internationales dans la bande de Gaza lors de sa rencontre avec le président français Nicolas Sarkozy à Paris vendredi.

Sur quels critères libérer les terroristes palestiniens ?

 

 

Le cabinet devrait mettre en place une commission chargée de définir les critères de libération de 250 détenus du Fatah n'ayant pas "de sang sur les mains" et de décider du transfert en Jordanie de quatre terroristes impliqués dans le meurtre de deux soldats israéliens en 1990.

Cette décision fait suite au sommet qui a réuni la semaine dernière à Charm el-Cheikh le Premier ministre Ehoud Olmert, le président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, le roi jordanien Abdallah II et le président égyptien Hosni Moubarak.

La libération des détenus du Fatah vise à renforcer la position d'Abbas, tandis que le transfert des terroristes jordaniens est considéré comme un "geste de bonne volonté" envers le roir Abdallah II.

Les recommandations de la commission ministérielle devraient être soumises au vote du cabinet. Une fois les noms des 250 détenus publiés, le public aura 48 heures pour faire appel.

Un journaliste palestinien de renom demande asile à la Norvège

 

 

Seif al-Din Shahin, correspondant de la chaîne saoudienne Al-Arabiya dans la bande de Gaza, a quitté Gaza pour la Norvège où il prévoit de demander asile. Samedi 30 juin, des journalistes palestiniens ont annoncé que Shahin avait reçu plusieurs menaces de mort ces derniers mois. La requête du journaliste palestinien n'a pas encore été approuvée par Oslo.

Il y a quelques mois, des individus armés ont mis le feu aux bureaux d'Al-Arabiya à Gaza, causant d'importants dégâts matériels. Bien qu'aucun groupe n'ait revendiqué la responsabilité de l'attaque, des journalistes palestiniens ont accusé des membres de la branche armée du Fatah, les Brigades des martyrs d'al-Aqsa, d'être responsables.

Le Fatah accuse la chaîne Al-Arabiya de servir de porte-parole au Hamas.

 

 

Mickey Mouse assassiné par un "terroriste israélien"

 

 

La chaîne de télévision du Hamas a diffusé vendredi 29 juin le dernier épisode du programme pour enfants narrant les aventures de Farfour, personnage calqué sur Mickey Mouse et prêchant la domination de l'Islam.

Dans ce dernier épisode, Farfour, ou "papillon" en arabe, est battu à mort par un acteur déguisé en responsable israélien qui tente d'acheter la terre de Farfour et que celui-ci traite de "terroriste".

"Farfour a été martyrisé en défendant sa terre", résume Sara, la présentatrice de cette émission censée éduquer les enfants palestiniens. Il a été tué par "les tueurs d'enfants", souligne-t-elle.

Ce programme hebdomadaire a attiré l'attention des médias internationaux en raison de son incitation à la haine anti-israélienne.

La direction de la chaîne Al-Aqsa du Hamas a affirmé vendredi que le programme avait été retiré de l'antenne pour laisser la place à de nouvelles émissions.

 

 

Shahar Peer éliminée au troisième tour de Wimbledon

 

 

La joueuse israélienne Shahar Peer a été éliminée vendredi 29 juin au troisième tour du tournoi sur gazon de Wimbledon. Peer a été battue par la Française Marion Bartoli  6-3, 6-2.

 

INTERNATIONAL

 

Deux arrestations dans le cadre de l'enquête sur les opérations de Londres et Glasgow

 

 

La police antiterroriste britannique a arrêté deux personnes supplémentaires dans le cadre de l'enquête sur les opérations terroristes qui ont visé Londres et Glasgow, ont annoncé tôt dimanche 1er juillet les autorités britanniques.

Les deux suspects ont été interpellés dans le comté de Cheshire, dans le nord de l'Angleterre, dans le cadre d'une opération conjointe des polices spécialisées de Londres et de Birmingham, selon Scotland Yard, qui n'a fourni aucun autre détail.

Les deux hommes, qui avaient lancé un 4x4 en feu contre le principal terminal de l'aéroport de Glasgow, ont été arrêtés samedi après-midi.

Le chef de la police écossaise, Willie Rae, avait déclaré samedi que l'attentat de Glasgow était lié à la découverte de deux voitures piégées la veille en plein c¦ur de Londres. Les deux véhicules avaient été neutralisés.

 

FRANCE

 


Réunion des responsables des services de sécurité intérieure

 

 

Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, devait réunir dimanche 1er juillet place Beauvau à Paris les responsables des services de sécurité intérieure, afin de discuter des dispositifs et des moyens de lutte antiterroriste en France.

Cette réunion fait suite à la découverte de deux voitures d'explosifs à Londres et à l'attaque qui a visé l'aéroport de Glasgow.

"Dans le contexte des événements qui viennent de se produire au Royaume-Uni, cette réunion sera consacrée aux dispositifs et aux moyens de la lutte antiterroriste dans notre pays", précise le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

© Jerusalem Post édition française

 

23:03 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 29 juin 2007

La communauté Juive rend hommage à Jacques Chirac.

medium_Arrivé_de_Monsieur_Chirac_a_la_victoire_Photo_Alain_Azria.2.jpg

Hier, s’est tenue l’Assemblée Générale du Consistoire Central de France, dans la salle Jérusalem, au deuxième étage de la Grande Synagogue de la Victoire.


En ma qualité de vice-président de cette institution, j’ai été heureux d’accueillir le Président Jacques Chirac auquel la communauté juive française souhaitait rendre un hommage particulier.

Le Président du Consistoire, Jean Kahn, a rappelé le combat de l'ancien président de la République de tous les instants contre l’antisémitisme et ses discours exceptionnels prononcés notamment le 16 juillet 1995, lors de la commémoration de la Rafle du Vel d’Hiv, pour affirmer la responsabilité de la France dans la politique antisémite menée par le gouvernement de Vichy ou encore lors de la cérémonie d’Hommage aux Justes au Panthéon en Janvier 2007.

Le Grand Rabbin de France a rappelé le côté humain et chaleureux du Président de la République.

medium_SALLE_JERUSALEM_LE_24_JUIN_2007.2.jpgLe Président de la République, visiblement ému, a remercié très sincèrement les organisateurs et a dit que c’était à la France de remercier la Communauté juive, en raison de tous ses apports dans les domaines scientifiques et artistiques.

 http://www.jackyvesbohbot.fr/mon_weblog/2007/06/la-communaut-ju.html

22:41 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 28 juin 2007

INNOVATION

Par Sébastien Fortin
Rubrique: Hi-tech & innovation

La réalité peut dépasser la fiction. Les scientifiques de l’université du Technion ont développé un robot miniature qui peut se déplacer dans la circulation sanguine. Cette innovation a été réalisée en association avec un chercheur de l’université de Judée-Samarie d’Ariel.

De nombreux chercheurs à travers le monde avaient essayé de développer des robots miniatures télécommandés pour des traitements médicaux peu invasifs dans le corps.

“C’est la première fois qu’un robot miniature capable de ramper dans les veines et les artères du corps humain, a été construit.” a indiqué hier le Dr. Nir Shvalb de l’université de Judée-Samarie.
“Le robot pourra ramper contre le sens de la circulation sanguine sans aucun problème, ce qui n’a jamais été possible auparavant.”

Oded Salomon, chercheur au laboratoire de robotique médical du Technion, a ajouté que la miniaturisation de ce robot a atteint un niveau sans précédent, de même que la capacité de piloter le robot pendant des périodes illimitées.

Pour mesurer l’ampleur de l’innovation, le diamètre d’un robot semblable, développé par des chercheurs de l’université de Kyoto, est d’un centimètre. Le diamètre du robot israélien atteint lui un millimètre.

Ce nouveau robot se compose d’un corps central avec de minuscules bras qui s’étendent en-dehors et permettent au robot de s’agripper dans les vaisseaux sanguins. Les opérateurs peuvent piloter facilement le robot, et sa structure spéciale lui permet de ramper dans des vaisseaux sanguins de différents diamètres. Le diamètre des vaisseaux sanguins diffère d’un individu à l’autre, c’est pourquoi il est extrêmement important que le robot possède la capacité de pouvoir s’ajuster en conséquence.-

http://www.israelvalley.com/news/2007/06/27/11093/innovat...

07:40 Publié dans ACTUALITE | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu