Avertir le modérateur

jeudi, 11 octobre 2007

LA LETTRE DU JERUSALEM POST EN FRANCAIS

Le chef des renseignements militaires "inquiet" du tir de Katioucha sur Netivot

 

Une roquette Katioucha de type Grad s'est abattue dimanche 7 octobre près de Netivot dans le Néguev, à environ 11 kilomètres de la bande de Gaza. C'est la première fois qu'un engin atteint la ville depuis le début des tirs palestiniens depuis Gaza en 2001.

A l'occasion de la réunion hebdomadaire du cabinet dimanche, le chef des renseignements militaires, le général Amos Yadlin, a déclaré qu'"Israël est préoccupé et inquiété par le fait que la portée des missiles tirés sur les localités du Néguev occidental a augmenté et considère ces événements avec gravité."

Les Comités de résistance populaire ont revendiqué l'attaque, qui n'a fait que des dégâts mineurs.  

Haïm Ramon : le gouvernement soutient une division de Jérusalem

 

Le vice-Premier ministre Haïm Ramon a déclaré lundi 8 octobre que son gouvernement soutiendrait une division de Jérusalem, une question essentielle dans la déclaration israélo-palestinienne qui doit être faite le mois prochain à l'occasion de la conférence de paix sur le Proche-Orient, organisée sous l'égide des Etats-Unis.

Dans le cadre des récentes négociations entre les deux parties, le vice-Premier ministre a proposé de restituer des quartiers arabes de Jérusalem-Est aux Palestiniens. Selon Ramon, les Palestiniens pourraient établir la capitale d'un futur Etat dans ce secteur de la ville.

En contrepartie, l'Etat hébreu recevrait la reconnaissance de la communauté internationale, dont celle des Etats arabes, de sa souveraineté sur les quartiers juifs et de l'existence de sa capitale à cet endroit, a expliqué Ramon.

Il a ajouté que même les "faucons" de la coalition d'Olmert, comme le ministre Avigdor Lieberman, d'Israël Beitenou, soutiendraient une telle concession, tout comme le Parti travailliste.

"La chose la plus importante, c'est de garder un Etat d'Israël juif et démocratique", a-t-il expliqué à la radio de l'armée.

Dans un entretien accordé à la même radio, Lieberman a confirmé qu'il serait prêt à abandonner le contrôle de certains quartiers de Jérusalem-Est, mais qu'il faudrait en contrepartie un accord palestinien pour transférer sous contrôle israélien les blocs d'implantations israéliennes en Cisjordanie.

La Turquie exige des explications d'Israël à propos de son raid aérien contre la Syrie

 

En visite officielle dans l'Etat hébreu, le chef de la diplomatie turque Ali Babacan a exigé qu'Israël divulgue des détails sur le raid aérien mené contre une cible syrienne le mois dernier, près de la frontière turque.

La Turquie a déclaré avoir découvert des réservoirs de carburant sur son territoire après le raid de l'aviation israélienne, le 6 septembre dernier, ce que Babacan a qualifié d"'inacceptable".

"Pendant ma visite en Israël, j'attends une explication de ce qu'il s'est passé, et pourquoi cela s'est passé", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères lors d'une conférence de presse conjointe à l'issue d'une rencontre avec le président Shimon Peres.

Ce dernier est alors intervenu pour mettre un terme aux questions des journalistes. "Je suggère de ne pas trop rentrer dans les détails", a-t-il déclaré.

Babacan a également rencontré son homologue Tzipi Livni dimanche, et doit se rendre à Ramallah lundi pour une réunion avec le président palestinien Mahmoud Abbas.

Assassinat d'un responsable chrétien palestinien à Gaza

 

Un responsable de la communauté chrétienne de la bande de Gaza a été retrouvé assassiné dimanche 7 octobre, déclenchant la panique au sein de cette petite minorité, de plus en plus inquiète pour sa sécurité depuis que le Hamas a pris le pouvoir dans le territoire.

Le cadavre de Rami Khader Ayyad, 32 ans, directeur de la seule librairie chrétienne de Gaza, a été découvert dans une rue dimanche à l'aube. Le corps portait des traces de balles à la tête, et la victime, disparue depuis samedi après-midi, avait été poignardée à de nombreuses reprises, selon un responsable de l'hôpital Shifa.

La victime était proche d'un groupe chrétien, la Société palestinienne de la Bible. Ayyad avait reçu de nombreuses menaces de mort anonymes et un engin incendiaire avait été lancé contre sa boutique en avril.

Quelque 3 200 chrétiens vivent à Gaza, où les musulmans sont 1,4 million. Cette petite communauté est de plus en plus inquiète depuis que le mouvement de la résistance islamique a pris le pouvoir en juin. Pendant les combats, un couvent catholique a été mis à sac et une école religieuse adjacente a été également vandalisée.

"Je suis terrifié et ne peux pas croire que ça s'est passé", soupirait Issa, chrétien de 24 ans venu présenter ses condoléances à la famille.

"Il est trop tôt pour parler du motif de ce crime", a déclaré Hussam Tawil, député palestinien représentant les chrétiens de Gaza. Quant à Ismaïl Haniyeh, Premier ministre du gouvernement Hamas de Gaza, il a fait part de sa "grande tristesse", et rappelé les "relations fortes entre chrétiens et musulmans, membres d'une même nation palestinienne".

Dans un communiqué, la famille a également "souligné l'unité du peuple palestinien, musulmans et chrétiens, qui luttent ensemble depuis des décennies".

La plupart des chrétiens de Gaza sont orthodoxes, un petit nombre sont catholiques. Ayyad, baptiste, était l'un des très rares protestants du territoire. Il a été inhumé dans le cimetière orthodoxe, les baptistes n'ayant pas leur propre lieu. Plus d'un millier de personnes, dont de nombreux musulmans, ont assisté à ses funérailles.

Barghouti : Shalit est en bonne condition

"Le soldat de Tsahal détenu en otage Gilad Shalit est soigné et est en bon état," a déclaré le leader du Fatah Tanzim Marwan Barghouti à la députée travailliste Nadia Hilu lors d'une rencontre à la prison Ayalon dimanche 7 octobre.

Barghouti a également affirmé figurer dans la liste des 350 détenus que le Hamas demande à libérer dans le cadre d'un échange de prisonniers contre le soldat israélien.  

Selon lui, les Palestiniens veulent que la conférence d'Annapolis soit un succès. "Barghouti est un homme qui peut influencer le public palestinien, qui peut ouvrir des portes et qui peut provoquer des changements que d'autres personnalités palestiniennes ne peuvent pas," a déclaré Hilu au Jerusalem Post  après la rencontre.

"Il est respecté par les Palestiniens et aussi par beaucoup d'Arabes israéliens que je représente. Le libérer aiderait à obtenir la libération de Shalit et si Barghouti s'avère capable de faire avancer le processus de paix et d'influencer de manière positive le sommet, alors je soutiens sa libération anticipée. "

Ahmadinejad : "l'Iran pourrait négocier avec n'importe qui - sauf Israël"

 

Tout en précisant qu'il ne sollicitait aucun dialogue avec Washington, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré dimanche 7 octobre que des discussions entre les deux pays deviendraient possibles si les Etats-Unis changeaient de politique vis-à-vis de Téhéran.

Rappelant la déclaration du président américain George W. Bush, qui avait souligné la semaine dernière être prêt à négocier avec les Iraniens si ces derniers suspendent leur programme nucléaire, Ahmadinejad a renvoyé la balle à son homologue, dans des propos rapportés par un site Web des autorités iraniennes.

"Nous disons d'abord que nous n'avons jamais demandé de négociations avec les Etats-Unis. Des négociations interviendront lorsque le gouvernement américain appliquera des changements basiques à son comportement et son attitude", a déclaré le président iranien.

"Dicter des conditions est notre droit, puisque nous avons eu à nous inquiéter de vos bombes atomiques ainsi que des bellicistes qui se dressent à leur côté", a-t-il poursuivi.

Ahmadinejad a déclaré que l'Iran pourrait négocier avec n'importe qui - sauf Israël, Etat dont il a à plusieurs reprises contesté la légitimité - et qu'il était également prêt à parler de coopération dans le nucléaire. "Mais nous considérons comme dénué de sens de discuter des droits nucléaires de la nation iranienne", a-t-il précisé.

Olmert dément avoir accepté de transférer le mont du Temple aux Jordaniens

 

Le Premier ministre Ehoud Olmert a démenti lundi 8 octobre les informations publiées par le quotidien londonien al-Quds al-Arabi selon lesquelles Israël et les Palestiniens se seraient mis d'accord pour que le Mont du Temple passe sous contrôle jordanien dans le cadre d'un futur accord de paix.

Selon al-Quds al-Arabi, les détails du plan et son application seraient supervisés par la Jordanie, Israël, l'Egypte, l'Autorité palestinienne et les Nations unies.

Trois nouvelles médailles d'or pour Israël aux JO spéciaux

 

Les athlètes israéliens ont gagné trois nouvelles médailles d'or, ainsi que trois d'argent et une de bronze dimanche 7 octobre à Shanghai, à l'occasion des Jeux olympiques spéciaux.

En natation, Mati Oren a remporté le 400 mètres quatre-nages et est arrivé second du 200 mètres.

Le judoka Oren Kazen et le cycliste Idan Shalon ont eux aussi décroché l'or dans leur discipline respective. En judo toujours, Barak Levav et Ori Shiler sont arrivés en seconde place de la compétition.

La médaille de bronze de dimanche a été remportée par la nageuse Ela Zohar, qui a terminé troisième du 400 mètres nage libre.

Depuis l'ouverture des jeux, qui prendront fin le 11 octobre, Israël a raflé 14 médailles (quatre d'or, six d'argent et quatre de bronze).

INTERNATIONAL

Paris accueille le salon de la sécurité

 

A l'occasion de sa quinzième édition, qui se tient de mardi 9 à vendredi 12 octobre à Paris, Milipol, le salon mondial de la sécurité intérieure des Etats, devrait à nouveau accueillir des milliers de professionnels venus du monde entier dans un marché en plein essor.

En 2005, 23.750 visiteurs, issus de 130 pays, s'étaient intéressés durant quatre jours aux nouveautés des 812 exposants. Ces derniers, réunis sous l'égide du ministère français de l'Intérieur, seront cette fois-ci 954 - soit 17% de plus qu'il y a deux ans -originaires de 41 pays, à présenter leurs services et produits.

Inauguré mardi matin par la ministre française de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie, Milipol surfe cette année encore sur un marché de la sécurité intérieure, publique et privée, toujours plus dynamique. Celui-ci était estimé en 2005 à 325 milliards d'euros et progresse de 8% par an. Il est dominé par les entreprises américaines qui contrôlent la moitié du secteur devant l'Europe et l'Asie.

France : la fusion de la DST et des RG permettra de s'adapter à la nouvelle menace terroriste, selon leurs patrons

 

Les patrons des renseignements généraux (RG) et de la Direction de la surveillance du territoire (DST) estiment lundi 8 octobre que la prochaine fusion de leurs services annoncée par la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie leur permettra de s'adapter à l'évolution récente de la menace terroriste.

Interrogés conjointement par Libération, Bernard Squarcini, directeur de la DST, et Joël Bouchité, son homologue aux RG, estiment que la nouvelle Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) devant être installée en 2008 permettra de mieux répondre aux exigences actuelles.

"Nous ne sommes plus dans la même configuration qu'en 1995", explique Bernard Squarcini, observant notamment qu'aujourd'hui "un individu peut, le soir chez lui, s'autoradicaliser via Internet et entrer en contact avec les membres haut placés des organisations terroristes".

"La méthode française des années 95 a été payante, et on a su garder une longueur d'avance", mais "il est temps de revoir la voilure et de l'adapter aux nouvelles menaces", ajoute-t-il. "Pour nos démocraties et la protection de nos concitoyens, nos systèmes de veille doivent évoluer pour chercher des cibles tête d'épingle".
WWW.JPOST.COM

01:46 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 10 octobre 2007

La vulnérabilité d'Israël : les missiles à courte et moyenne portée


Infolive.tv

Un peu plus d’un an après la seconde guerre du Liban durant laquelle plus d’un millier de missiles Katiousha se sont abattus sur le nord d’Israël et alors qu’une pluie de roquettes Kassam s’abat quotidiennement sur le sud du pays, l’Etat hébreu n’est toujours pas en mesure de garantir la sécurité de ses citoyens face à la menace des missiles à courte et moyenne portée. Le ministre de la Défense Ehoud Barak a déclaré ce mardi à la commission de contrôle de la fonction publique qu’ «« Israël pourra parer quasiment totalement à tous types de missiles d'ici quelques années ». Et Barak d’ajouter que « lorsque le développement du système anti-roquettes sera achevé, la population israélienne sera à l'abri de tous les tirs ennemis ». Or la fin des essais et du développement d’un système anti-missile ne semble pas se profiler à l’horizon, selon nombre de spécialistes, abandonnant les Israéliens résidant dans les localités du Néguev occidental sous une menace constante et un danger grandissant

WWW.INFOLIVE.TV 

00:56 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 06 octobre 2007

La Syrie menace Israël d'une guérilla:par Infolive.tv

La Syrie menace Israël d'une guérilla

Infolive.tv

Selon des sources syriennes, en cas d’attaque israélienne, Damas ne répondra pas par une riposte militaire traditionnelle mais par des actions de guérilla, sur le modèle du Hezbollah au Liban. L’armée syrienne aurait même amasser des missiles à courte et moyenne portée dans le sud du pays, toujours selon ces sources. Pour le député syrien Mohammed Habash « si Israël ose attaquer la Syrie, notre riposte sera rapide et de type guérilla ».

www.infolive.tv 

16:50 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

On dirait le Sud…

On dirait le Sud…
Par Sophie Castella pour Guysen International News.
Mercredi 3 octobre 2007 à 09:32
 
Tandis que 70 % de la population israélienne se concentre dans le triangle Jérusalem-Tel-Aviv-Haïfa, les régions du Néguev et de la Galilée, qui représentent plus de 70 % du territoire, sont pratiquement vides.
Remédier à ce problème, telle est la mission que s’est fixée le Mouvement OR.

Au XVIe siècle, les pionniers américains ont lancé une grande campagne, intitulée "Go West, young people" pour inciter les gens à aller s’installer à l’Ouest, qui était alors vide.
Aujourd’hui, c’est au tour d’Israël de connaître un tel mouvement : le Mouvement OR.

Sous le slogan "Go South, young Man" (Va au Sud, jeune homme !) ce dernier s’est engagé à redynamiser et repeupler les régions délaissées par la population israélienne.

Ce mouvement a été créé en 1999, sous l’initiative de 4 jeunes hommes de Petah Tikva, soucieux d’aider l’État hébreu.
"Que pourrions-nous faire pour aider au mieux Israël", s’étaient demandés ces quatre garçons, dont l’un d’entre eux, Ronnie Flamer, est désormais directeur de ce mouvement.

Après quelques mois de réflexion, le Mouvement OR était né, et son but déterminé : redynamiser le Néguev et la Galilée considérés comme "le futur d’Israël".

À lui seul, le Néguev compte en effet 66 % du territoire israélien, mais seulement 8 % de la population.
"Cette région a pourtant une image très négative aux yeux des Israéliens", déclare Debbie Rulnick, membre du Mouvement Or.
"Si tu dis aux gens que tu habites dans le Néguev, ils te demanderont ce qui ne va pas chez toi. Les gens fuient le Néguev, et nous voulons changer cela".

C’est pourquoi, dans le cadre des évènements proposés par l’ambassade chrétienne internationale de Jérusalem, à l’occasion de la fête des tabernacles, le Mouvement OR a donné la possibilité aux nombreux chrétiens de visiter l’aboutissement de l’un de leurs projets : la communauté Sansana.

"Sansana est la première communauté créée dans le Néguev depuis 15 ans, mais également la première communauté créée par le mouvement OR", a t-on précisé aux pèlerins avant d’arriver sur les lieux.

Shey Melamed, secrétaire de Sansana, a confié aux visiteurs les étapes de la création de cette communauté.
"Nous avons d’abord réussi à trouver 10 familles prêtes à partir vivre dans le Néguev. Puis nous avons cherché des caravanes pour les accueillir.
Au début, il n’y avait ni eau ni électricité. Aujourd’hui, 53 familles vivent à Sansana".

Lors de son discours d’accueil, Shey Melamed a tenu à remercier le Mouvement OR pour tout ce qu’il a fait pour la communauté.

"Le Mouvement OR a aidé et continue à aider Sansana de manière diverses. Par exemple, en offrant à Sansana les moyens de construire ce nouveau parc de jeu".

Cependant le Mouvement OR ne se contente pas de trouver un logement à ces familles qui décident de venir vivre dans le Néguev.

"Un toit, un travail et l’éducation : voici ce que nous offrons à ces familles", affirme Debbie Rulnick.

Ainsi, 90 % des habitants de Sansana travaillent dans le Néguev.

Le Mouvement OR s’occupe également, en coopération avec le Fond National Juif (JNF), de récolter de l’argent pour permettre à cette communauté de se doter de nouvelles infrastructures.
Actuellement, un projet d’amphithéâtre de 600 places est en cours, et Shey Melamed espère également obtenir des fonds pour créer des maisons permanentes.

"La majorité des habitants de Sansana vivent dans des caravanes. Mais nous essayons de faire en sorte qu’ils n’y restent pas plus de deux ans."

4 autres communautés, situées à Givor Bar, Be’er Milka, Merchav-Am et Charuv, ont été établies dans le Néguev, sous l’initiative du Mouvement OR et du JNF.

Depuis que le Mouvement Or s’est engagé pour dynamiser cette région, les investissements privés et publics ont augmenté d’une façon considérable, et dans les prochaines années, Ronie Flamer espère que 26750 familles s'installeront dans le Néguev.

"Aujourd’hui, on peut voir plus de routes, de compagnies, d’écoles dans le Néguev", déclare Ronnie Flamer.

Des réalisations conformes aux vœux du président israélien Shimon Pérès selon lequel "le Néguev commence à se réveiller et ne doit jamais plus se rendormir".

http://www.guysen.com/articles.php?sid=6200

16:45 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

Le KKL et le droit israélien : plaidoyer pour notre terre ?

Le KKL et le droit israélien : plaidoyer pour notre terre ?

Cette semaine, nous souhaiterions attirer l'attention de nos lecteurs sur une question fondamentale concernant la propriété de la terre en Israël. En effet le KKL (Keren Kayemeth Leisraël - Fond national juif) se verra peut être contraint de vendre des terres en sa possession à des acquéreurs non-juifs au motif de l'égalité entre tous les citoyens, quelle que soit leur religion, et quelle que soit leur motivation...

Avons-nous quelque chose encore à apprendre sur le sionisme et ses fondamentaux ? La réponse est tristement positive. Suite à la pétition rédigée par Adel Ka 'adan, un citoyen arabe israélien, et adressée à la Haute Cour de Justice, affirmant qu'il y avait ''violation de la loi fondamentale, à savoir de la dignité et de la liberté humaine'', l'autorité judiciaire, après avoir examiné ses réclamations, a pris parti pour le pétitionnaire.
La Haute Cour a en effet déclaré que l'Administration de la Terre d'Israël (ATI) ne pouvait confier la gestion d'une terre de l'Etat à un organisme qui ne traitait pas les citoyens de façon égalitaire, bien que le terrain en question fasse partie de ceux achetés par des donateurs juifs dans les années 1950…

Aujourd'hui, la situation est complexe, voire critique. Le conseiller juridique du gouvernement, Meny Mazuz, prenant ainsi fait et cause pour les pétitionnaires, a en effet déclaré que l'ATI était désormais ''obligée de prendre en compte le principe d'égalité pour les terres qu'elle administre, y compris pour les terres du KKL''. Le KKL est désormais tenu de travailler ''en accord avec les intérêts de l'Etat'', comme si ces derniers n'étaient plus en phase avec l'idée même du sionisme telle qu'elle fonde le développement d'Israël depuis le début du 20ème siècle.

Le KKL doit désormais satisfaire d'une part le principe d'égalité entre tous les citoyens israéliens, et d'autre part continuer de jouer un rôle historique de gardien des terres ''achetées par et pour les personnes juives''…

Il semble donc que la remise en question par des hautes autorités de l'Etat d' Israël comme ''foyer national juif'' est, une fois de plus, à l'ordre du jour. En 1901, le Cinquième Congrès Sioniste réuni à Bâle, proclamait bien la création du KKL dont la mission était d'acheter des terres en Eretz Israël (Terre d'Israël) au moyen de dons versés par des personnes ou des communautés juives du monde entier.
En 1948, le KKL détenait déjà près d'un million de ''dounams'' (100 000 hectares) de terres qui rassemblaient 230 localités. C'est bien sur la base des terres acquises par le KKL que l'Etat d'Israël a été créé.

Alors que l'on reproche parfois aux médias israéliens une vision ''complotrice de l'histoire'', voire de développer une certaine paranoïa, il faut s'interroger sur la ''conscience historique'' des plus hautes instances juridiques israéliennes, et rappeler par exemple que le KKL avait été conçu comme une organisation chargée de répondre aux refus politiques, juridiques et religieux de voir se développer une présence juive ou ''non arabe'' en Palestine…

Conçu à l'origine comme une institution au service de la défense et du développement du sionisme, il convient de rappeler que le KKL est progressivement devenu une institution dont l'utilité est reconnue au-delà des frontières d'Israël ; en 2004, les Nations-Unies ont octroyé au KKL le statut d'organisation non gouvernementale. En effet, le KKL est une des toutes premières organisations écologiques du monde, principalement parce que sa vocation est de protéger la nature et l'environnement.

Réputée dans le monde entier pour la qualité de ses études sur la préservation des ressources en eau et la lutte contre la désertification par exemple, la recherche israélienne est particulièrement suivie par les experts internationaux à l'heure où la question du réchauffement climatique défraie la chronique. A ce titre, le KKL s'est récemment engagé dans la création d'une fondation internationale de recherche sur l'eau, en collaboration avec les États-Unis, le Canada, l'Australie, l'Espagne et l'Italie. Le KKL finance également des études approfondies sur quelques-unes des menaces écologiques qui frappent l'agriculture et la végétation naturelle ou " importée " : l'ophelimus maskelli, un insecte qui cause des ravages aux eucalyptus, portant gravement atteinte à l'industrie du bois , ou le matsucoccus josephi qui s'attaque, quant à lui, aux pins d'Alep.

Autre programme de recherche du KKL : les risques liés à l'introduction et à l'éventuelle prolifération agressive de souches végétales étrangères dans des écosystèmes qu'il s'agit de préserver à long terme. De très nombreuses études sont ainsi consacrées à l'exploitation forestière et à la gestion des territoires incendiés…

Le KKL est aujourd'hui un des organismes les plus impliqués dans la défense de la planète. Nous croyons que le KKL peut continuer à mener de front plusieurs missions. Plus que jamais, et à propos d'une cause aussi importante et aussi juste que celle de la libération des trois soldats d'Israël retenus depuis seize mois par le Hamas et le Hezbollah, le KKL pourrait porter la parole d'un gouvernement qui n'a jamais réussi à se faire entendre sur le sujet.

Ce soir, nos pensées vont vers Guilad Shalit, Eldad Reguev et Ehoud Goldwasser. Nos pensées vont vers leurs familles désespérées. Nos pensées s'adressent à tous ceux qui oseront demain dire leur révolte de voir leur liberté entravée. Car il n'y a pas d'autre cause, il n'y a pas d'autre combat.

 
Guy Senbel.

www.guysen.com 

16:43 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu