Avertir le modérateur

mercredi, 12 septembre 2007

Rosh Hashana : Etat d'alerte maximal, les territoires palestiniens bouclés

Rosh Hashana : Etat d'alerte maximal, les territoires palestiniens bouclés

Infolive.tv

L'armée israélienne a annoncé avoir imposé pour une période indéterminée un bouclage total des territoires palestiniens en raison des célébrations du Nouvel an juif qui débutent mardi à minuit. « Conformément à la décision du ministère de la Défense et au vu des considérations de sécurité, un bouclage total a été imposé à la Judée-Samarie et à la bande de Gaza à partir de mardi à minuit », a indiqué le porte-parole de l’armée dans un communiqué. 12/09/07

www.infolive.tv 

12:22 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

Inauguration du premier lycée franco-israélien

Interview de Bernard Kouchner 12/09/2007
CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEOInterview de Bernard Kouchner lors de sa visite diplomatique en Israël

Cliquez pour envoyer cette video à un ami Cliquez pour laisser un commentaire sur cette video

Inauguration du premier lycée franco-israélien 11/09/2007
CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEOPour sa première visite officielle en Israël, le ministre français des Affaires étrangères a choisi d’inaugurer mardi 11 septembre l’école franco-israélienne de « Mikve Israël ». C’est devant un parterre de personnalités israéliennes dont la ministre de l’Education, Youmli Tamir que Bernard Kouchner a voulu concrétiser par sa visite le réchauffement des relations franco-israéliennes.

08:17 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 11 septembre 2007

LE "SCOOP" : ISRAËL AURAIT DETRUIT LA MENACE SYRIENNE

Sous toute réserve, info de la Mena

 

LE "SCOOP" : ISRAËL AURAIT DETRUIT LA MENACE SYRIENNE

 

             Par Jean Tsadik

            © Metula News Agency  -10 septembre 2007

 

Le 14 septembre 1973, soit moins de trois semaines avant le déclenchement de la Guerre de Kippour, l’armée de l’air israélienne envoya une douzaine de ses avions faire un tour du côté de Lattaquié. Lattaquié est le port principal de la petite bande côtière par laquelle la Syrie accède à la Méditerranée. Coincée entre la Turquie et le Liban, cette zone renferme tout ce que le pays possède d’industries, à commencer par ses raffineries, jusqu’à ses usines et ses entrepôts d’armements de destruction massive.

Au printemps et en été 73, des rumeurs avaient couru quant à la réception par la Syrie et l’Egypte de nouveaux missiles soviétiques sol-air, qui auraient une efficacité démoniaque. Pour l’Etat hébreu, il était donc vital d’aller tâter ces systèmes, d’abord, pour s’assurer qu’ils avaient bien été livrés et intégrés par les armées ennemies, puis, pour tester leur dangerosité réelle, et enfin, pour permettre aux équipements de mesure, embarqués sur des navires postés devant Lattaquié, d’appréhender leur mode de fonctionnement.

Mais pour y parvenir, il fallait que les Syriens allument les radars et les instruments électroniques de guidage des SAM, puis qu’ils en tirent contre les appareils du Hei’l Avir (l’armée de l’air israélienne).

Le meilleur moyen de parvenir à ces fins, pensait-on à l’état major de Tsahal, c’était d’envoyer un nombre conséquent d’avions, en formation d’attaque, contre la prunelle du régime de Hafez Al Assad, la zone stratégique de Lattaquié.

Face à la menace des Phantom, pensait-on à la Kiria, le centre de commandement de l’armée, situé en plein cœur de Tel-Aviv, si Assad possédait ces nouvelles fusées, il serait bien inspiré de les utiliser.

L’opération eut lieu, mais les Syriens, entourés par des stratèges soviétiques, n’utilisèrent par leurs nouveaux missiles. En lieu et place, ils envoyèrent leurs meilleurs pilotes, sur leurs meilleurs avions, à la rencontre des Phantom. En résulta un véritable carnage, qui se déroula au-dessus des flots de la Méditerranée : 13 Mig-21 furent abattus en quelques minutes, sacrifiés par la Syrie aux plans de la Guerre de Kippour qu’elle était en train de préparer. Mais en sacrifiant ces véritables Kamikazes, la dictature alaouite avait envoyé deux messages troublants aux stratèges de Tsahal : 1) elle ne possédait pas les nouveaux SAM dont parlait le monde du renseignement et 2), par le sabordage du fer de lance de son aviation, s’il elle en avait possédés, la Syrie les aurait utilisés.

Cette opération coïncida avec l’une des plus célèbres intoxications de l’histoire du renseignement militaire moderne. A l’état-major israélien, on commit l’erreur fatale de sous-estimer son adversaire ; on croyait les Syriens trop stupides et trop fiers pour envoyer leurs pilotes au casse-pipe plutôt que d’abattre quelques avions portant l’étoile bleue de David sur leur carlingue. En fait, l’armée israélienne goba pleinement les deux hypothèses que les hommes d’Al Assad et leurs conseillers soviétiques leur avaient concoctées. Dans les semaines qui suivirent, l’aviation de l’Etat hébreu allait payer au prix fort les effets de la vanité de ses stratèges : elle allait perdre plus de cent appareils, en quasi-totalité abattus par ces missiles “qui n’existaient pas”.

La période actuelle ressemble en bien des points à celle qui prévalait en septembre 1973. Même période de l’année. Même tension guerrière à la frontière, mêmes rumeurs quant à la livraison par la Russie, à la Syrie et à l’Iran, d’un nouveau missile sol-air : le Pantsyr-S1E, en français, le “coquillage”.

Selon les experts, il s’agirait cette fois de la plus formidable machine à abattre des avions jamais imaginée par l’homme. Elle défendrait totalement une aire de 20 kilomètres de long,  jusqu’à une hauteur de 10 000 mètres. Le Pantsyr est capable de lancer – même pendant que ses transporteurs sont en mouvement -  12 missiles, qui peuvent se fixer sur deux cibles à la fois, à raison de douze cibles par seconde. Il est efficace contre tous les avions, drones et hélicoptères, mais également contre les missiles de croisière, et même contre des cibles au sol, type blindés légers.

Et pour cour onner le tout, les Russes se sont engagés auprès de leurs clients sur ce que le Pantsyr était imbrouillable: grâce à des radars fonctionnant simultanément en modes multiples, des systèmes optiques de contrôle de tir ainsi que des radars plurispectraux, il ne devait pas être possible, pour les instruments de contre-mesures électroniques embarqués dans les avions, d’empêcher, de fausser ou de détourner les tirs de ce monstre.

 

 dca

     Un transporteur du Pantsyr. Avec, en prime, ses deux canons de 30mm. en action. Imbrouillable?

 

Evidemment, à l’heure où ils envisagent d’attaquer les usines d’armement iraniennes, il était indispensable pour Israël et les Etats-Unis de pouvoir enregistrer les émissions électroniques du Pantsyr en action, et de mesurer son efficacité contre des appareils dotés des contre-mesures les plus avancées à disposition des forces du bien.

Il n’était pas question de répéter l’erreur de septembre 1973 : cette fois-ci, on n’allait pas se contenter de survoler Lattaquié, on allait carrément attaquer des objectifs stratégiques à l’intérieur du territoire syrien. Et pour être certain des résultats qu’on allait obtenir, on allait choisir les cibles les plus précieuses à l’ennemi. Celles auxquelles on était sûr que les Syriens affecteraient les dix premiers systèmes Pantsyr qu’ils avaient reçus, sur les 50 qu’ils ont commandés.

A la Ména, nous ne possédons aucune information en provenance du terrain, des officiels israéliens ou même syriens. Nous sommes, cependant, par recoupement des informations circulant dans le domaine public, en mesure de risquer notre réputation, conscients que, dans quelques jours ou quelques mois, les faits seront connus du public et que nous seront jugés sur pièces :

Alors voilà, mercredi dernier, les chasseurs-bombardiers du Hei’l Avir ne se sont pas contentés de survoler le territoire de Béchar Al Assad, comme cela a été dit. Les avions ont attaqué les bases de lancement des Scud  A, B, C et D, qui correspondent aux centres de stockage des armes non conventionnelles, chimiques et bactériologiques.

J’avais abondamment décrit ces bases, photos à l’appui, dans un article L’Iran et la Syrie s’envoient en l’air de juin 2005. Cet article contient également le lien menant vers la description, par mon confrère libanais Michaël Béhé, d’une autre tentative de s’attaquer au programme d’armes non conventionnelles syrien [lire “Immense explosion dans une fabrique syrienne !”]. C’était déjà, à l’époque, une information exclusive diffusée par notre agence.

A en juger par les réactions des uns et des autres, ces bases gigantesques ont été mises hors d’état de nuire. Ces réactions sont, d’abord, le mutisme absolu des organes gouvernementaux et militaires – fait extrêmement rare – en Israël. Les ministres, à qui on a retiré leurs téléphones portables, hier, à l’entrée du conseil des ministres hebdomadaire ! La censure militaire, qui a prévenu tous les rédacteurs en chef des media de ne pas parler de ce qu’ils savent de l’évènement.

Le message d’avertissement envoyé, simultanément à l’opération, selon Ehoud Ya’ari, le plus fiable de nos confrères analystes, aux Syriens : “Il ne peut y avoir de petites guerres, ou des actions, style Hezbollah.

 N’importe quelle attaque syrienne, fût-elle partielle, serait repoussée par Tsahal en utilisant toute la puissance à sa disposition.”.

 

bases

Les emplacements de ces bases, dans la région de Lattaquié, dessinés par un général ennemi ayant fait défection

 

De fait, une fois anéanties les armes de destruction massive au service des Syriens, leur capacité à se mesurer à Israël est devenue nulle. Par transposition aux échecs, il s’agirait désormais pour eux de se livrer à une agression, sans leur dame et privés de leurs deux tours. En termes militaires, un conflit immédiat n’est plus envisageable, tout ce que l’on craint, c’est un sursaut d’orgueil et de rage suicidaire des alaouites de Damas ; c’est pour cela que Tsahal demeure sur ses gardes, et que les sources gouvernementales à Jérusalem ont prévenu contre des attaques visant des intérêts israéliens ou juifs à l’étranger. Pas sur le Golan !

L’opération de mercredi, si nous ne nous trompons pas (ce serait bien la 1ère fois !) aurait fait d’une pierre trois coups :

 1. Annihiler toute menace stratégique à partir de la Syrie.

 2. Désamorcer le risque d’une attaque syrienne conventionnelle – on ne s’attaque pas à Israël lorsque l’on n’a plus de Scud et que l’on est privé de protection anti-aérienne efficace – et

 3. Prendre acte, pour les Américains et les Israéliens, que l’on peut conduire des raids en Iran sans encourir de grands risques.

Les mines réjouies d’Olmert, d’Ehoud Barak, des officiers de l’armée en disent plus long que tous les discours et tous les communiqués. De même, le message lu par Ehoud Olmert en conseil des ministres, qui, sans les nommer spécifiquement, a félicité les forces armées pour leurs exploits.

Pourquoi ne pas croire à un simple survol du territoire syrien ? – Parce qu’il s’en produit chaque semaine et que cela n’a jamais suscité de menaces de représailles de la part du gouvernement de Damas. Tenez – ce n’est pas un secret, tous ceux qui n’ont pas les oreilles bouchées, de la buée devant les yeux, et qui habitent la région l’ont forcément vu – ce matin, vers 11h 30, alors que j’étais déjà sur cet article, deux aéronefs sont passés sur Metula et ont pénétré dans le ciel ennemi. Et alors ? Damas ne s’en est pas plaint auprès du Grand Turc, elle ne portera pas l’affaire devant le Conseil de Sécurité, et la Russie ne diffusera pas de communiqué condamnant l’acte israélien et s’en remettant aux lois et à la diplomatie internationale.

Mohamed Habash, le “député” syrien chargé des communiqués officieux ne dira pas : “si Israël avait réussi, elle aurait couru annoncer l’opération au monde, comme Israël l’avait fait après avoir bombardé le réacteur nucléaire iraquien en 1981.

Voilà qui en dit trop, il ne s’agit manifestement pas d’un survol, mais au moins d’une tentative d’attaque. Et pourquoi, côté syro-irano-russe, on fait la soupe à la grimace ? Pourquoi, à Damas, l’oculiste se ballade-t-il du matin au soir en uniforme, depuis jeudi ? Et pourquoi, simultanément, à Washington et Jérusalem on sourit de toutes ses dents ? Ehoud Barak, le ministre de la Défense, comme un enfant, met son indexe en perpendicularité avec ses lèvres et fait “chuuut” ? Pour un survol sans frais, lors duquel les Russes n’auraient certainement pas allumé les Pantsyr ?

Les Américains, goguenards, se refusent, officiellement, à commenter un évènement qui n’a pas eu lieu, selon les Syriens, puisqu’ils auraient mis nos appareils en fuite.

Al Assad se fait filmer par sa télévision, dimanche, du côté du port de Tartous. Non loin de l’un des sites qui a, plus que probablement, été attaqué. Pour montrer à la population que les substances qui ont dû s’en échapper ne sont pas dangereuses ?

Se pourrait-il qu’un objectif différent ait été attaqué ? Je n’en vois aucun, en Syrie, qui réponde aux critères nécessaires : être suffisamment névralgique pour entraîner l’allumage des Pantsyr. Valoir qu’Israël risque la vie de plusieurs de ses pilotes ainsi qu’une crise diplomatique et peut-être un conflit (en cas d’échec).

L’affaire a été rondement menée et préparée dans ses moindres détails. On a ainsi attendu que Javier Solana soit reçu par Béchar Al Assad pour lancer l’opération. Il était porteur d’un message à l’attention du dictateur syrien, lui proposant une diminution réciproque supplémentaire des forces stationnées sur le Golan.

L’opération qui s’est déroulée fut de l’ampleur de la destruction d’Osirak-Tamouz. Elle met, pour un temps, la population d’Israël à l’abri des armes de destruction massive d’Al Assad. Elle met la région à l’abri d’une guerre dans les mois à venir. Elle permet d’envisager sereinement une solution militaire pour résoudre le problème iranien.

La Syriese tait, pour ne pas avouer sa cuisante défaite. Israël se tait, parce que, lorsqu’à la Roulette vous avez fait sauter la banque, vous n’avez aucun besoin de le crier sur les toits. Ehoud Olmert aurait pourtant bien besoin de pouvoir annoncer cette opération à son peuple, histoire de redorer son blason et de se refaire une crédibilité. Peut-être le fera-t-il à l’occasion des fêtes du Nouvel an, qui débutent cette semaine. Sûr qu’il n’aurait pas pris de risque aussi grand si la décision n’avait pas été entérinée par le spécialiste de la stratégie qu’est Ehoud Barak.

Balle dans le camp russe. A eux de revoir leur système de défense antiaérienne absolu. Une affaire de quelques mois au moins, durant lesquels on a des tas de choses à faire. A l’heure de mettre le point final à ce texte, la technologie des avions l’emporte sur celle des armes contre-avions. C’est appelé à changer, à changer, puis à changer encore, et encore…

 

 WWW.MENAPRESS.COM

 

22:45 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

"Il y a une limite, Israël doit opérer durement et rapidement !" - L'éditorial d'Olivier Rafowicz

"Il y a une limite, Israël doit opérer durement et rapidement !" - L'éditorial d'Olivier Rafowicz

Terrorisme - "Il y a une limite, Israël doit opérer durement et rapidement !" - L'éditorial d'Olivier Rafowicz

Terrorisme

Olivier Rafowicz revient sur la situation inquiétante qui règne dans la bande de Gaza, au lendemain d'une tentative d'attentat déjouée et à la lumière des tirs incessants de roquettes Kassam sur la région de Sdérot. Selon Olivier Rafowicz, Israël doit agir dans la bande de Gaza, durement et rapidement.

67 blessés dans une attaque à la roquette Kassam à Zikim

Terrorisme - 67 blessés dans une attaque à la roquette Kassam à Zikim

Terrorisme

Aux alentours d’1h30 ce matin, une roquette Kassam s’est abattue sur la base militaire de Zikim non loin de la localité d’Ashkelon. La roquette palestinienne s’est écrasée à quelques mètres d’une tente sous laquelle dormait une unité de soldats terminant leurs classes. Le bilan est lourd. On déplore plus de 66 blessés, dont 4 dans un état grave et plus d’une trentaine dans un état moyen. L’un des soldats serait entre la vie et la mort, selon des sources militaires. 11/09/07

WWW.INFOLIVE.TV 

22:36 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

ISRAËL ­ AUTORITE PALESTINIENNE

ISRAËL ­ AUTORITE PALESTINIENNE

Une roquette fait 69 blessés dans une base militaire du sud

 

Une roquette tirée depuis la bande de Gaza a touché une base de Tsahal dans le sud du pays tôt mardi 11 septembre, faisant 69 blessés, selon des sources médicales et militaires israéliennes. Il s'agit du plus grand nombre de victimes jamais causé par un tir de roquette isolé depuis le territoire palestinien.

L'armée a confirmé qu'une roquette a touché vers 1h30 une tente de la base militaire de Zikim où dormaient des soldats, à environ un kilomètre au nord de la frontière avec la bande de Gaza.

Dans la matinée, une autre roquette s'est abattue à proximité du conseil de la localité de Sha'ar Hanegev, sans faire de blessés.

Le directeur des services du Magen David Adom, Eli Bin, a déclaré qu'un soldat se trouvait dans un état critique et que deux autres étaient grièvement blessés. Il a précisé que l'évacuation des blessés vers les hôpitaux du sud du pays était en cours.

Deux groupes palestiniens ont revendiqué l'attaque ­ les brigades Nasr Salah al-Din, la branche armée des Comités de résistance populaire, et le Djihad islamique palestinien.

Bernard Kouchner en tournée au Proche-Orient à partir de mardi

 

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner est arrivé mardi 11 septembre au Proche-Orient pour une visite de quatre jours lors de laquelle il se rendra notamment en Israël et dans les territoires administrés par l'Autorité palestinienne, pour la première fois depuis son entrée en fonctions.

Le chef de la diplomatie française sera mardi soir et dans la journée de mercredi en Israël, où il sera notamment reçu par le président Shimon Peres. Il s'entretiendra avec le Premier ministre Ehoud Olmert et son homologue Tzipi Livni.

Il rencontrera également Noam Shalit, père du soldat Gilad Shalit, de nationalité israélienne et française, enlevé en juin 2006.

Bernard Kouchner se rendra ensuite à Ramallah pour des entretiens avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Premier ministre Salam Fayyad.

Un entretien avec Tony Blair, envoyé spécial du Quartet, est également prévu. Cette rencontre permettra de faire le point des contacts noués par Blair dans le cadre de sa première tournée dans la région.

Le chef du Quai d'Orsay se rendra ensuite en Jordanie pour des entretiens avec le roi Abdallah II, et en Egypte avec le président Hosni Moubarak. Au Caire, il rencontrera également le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa.

Bernard Kouchner achèvera sa tournée au Liban, à l'heure où le pays du cèdre se prépare à entamer le difficile processus de l'élection du président par le parlement.

Ehoud Olmert et Mahmoud Abbas donnent un coup d'accélérateur aux négociations de paix

 

Recevant le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Jérusalem, le Premier ministre Ehoud Olmert a proposé lundi 10 septembre de libérer des prisonniers palestiniens à l'occasion du mois de Ramadan. Les deux hommes se sont également entendus sur la création d'équipes de négociations pour faire avancer le processus de paix en amont de la prochaine conférence internationale sur le Proche-Orient.

Par ailleurs, le gouvernement israélien devrait décider la semaine prochaine d'une éventuelle levée des barrages routiers et des autres restrictions de transports imposées aux Palestiniens.

Ehoud Olmert et Mahmoud Abbas s'étaient rencontrés pour la dernière fois au mois d'août à Jérusalem. Miri Eisin, porte-parole du gouvernement israélien, a précisé que les discussions de lundi n'étaient pas des négociations de paix formelles. "Nous tentons d'avancer de manière pratique vers une solution à deux Etats", a-t-elle expliqué.

La population s'est élevée à 7 116 600

Selon le dernier rapport du bureau des statistiques pour l'année 2006, il y a plus de femmes que d'hommes en Israël. En outre, elles vivent plus longtemps. Si le nombre d'hommes dépasse celui des femmes entre 0 et 35 ans, il se rééquilibre à 36 ans.

A 75 ans, il n'a que 673 hommes pour 1 000 femmes.

La population globale a augmenté d'1,8 % par rapport à l'année précédente pour s'élever à 7 116 600.

Les Juifs constituent 75,8 % (5 393 400) des Israéliens, 19,9 % (1 413 300) sont arabes et 4,4 % (309 900) sont de confessions diverses.

Alors que la population s'est accrue d'1,5 % par rapport à l'an passé, le secteur arabe a quant à lui augmenté de 2,6 %.

L'âge moyen de décès des hommes israéliens est 78,2 ans, soit 0,2 an de plus que pour l'année précédente. Pour les femmes, il est de 82,2 ans.

61 % des femmes de cette étude ont un diplôme d'études secondaires. Au moins 60 % des bachelières poursuivent des études secondaires, contre 50 % des bacheliers.

La mortalité infantile a encore chuté en 2006, autant chez les Juifs que chez les Arabes, avec un taux de 2,9 pour 1 000 pour les Juifs et 6,7 parmi les Arabes.

La population israélienne demeure plus jeune que le reste de la population occidentale. En 2006, les 0 à 14 ans constituaient 28 % de la population générale, contre 17 % dans les autres pays occidentaux.

Sept soldats suspendus pour désobéissance lors de l'expulsion de Hébron

 

Sept soldats de Tsahal ont été suspendus par leur hiérarchie pour avoir refusé de participer à l'expulsion de résidents israéliens de Hébron, le mois dernier, a annoncé l'armée lundi 10 septembre.

Les soldats, juifs orthodoxes, avaient refusé de participer à l'éviction de deux familles israéliennes occupant illégalement un marché couvert dans la ville de Hébron. Les soldats ont fait savoir que l'ordre donné était en conflit avec leurs croyances religieuses.

Une dizaine de soldats avaient été écroués après l'incident du 6 août. Sept d'entre eux avaient été suspendus après leur remise en liberté. Les autres doivent être entendus dans la semaine.

INTERNATIONAL

Profanation du cimetière juif d'Herrlisheim : l"'idéologue" était fasciné par "l'ordre allemand"

 

Le tribunal correctionnel de Colmar juge depuis lundi 10 septembre trois hommes soupçonnés d'avoir saccagé le cimetière juif d'Herrlisheim (Haut-Rhin) dans la nuit du 29 au 30 avril 2004, anniversaire de la mort d'Hitler, suscitant une grande émotion.

Sur 117 stèles avaient été peintes des croix gammées, des croix celtiques et des inscriptions parmi lesquelles "juden raus" (dehors, les Juifs), "NSDAP" (le sigle du parti nazi), des drapeaux allemands et une curieuse inscription, "TIWAZ 2882", dont la première lettre était une flèche dirigée vers le haut.

C'est ce sigle étrange qui a conduit les gendarmes vers les suspects : Emmanuel Rist, un agent de maîtrise de 38 ans, Laurent Boulanger, 27 ans, et Laurent Peterschmitt, 29 ans. Tous trois avaient été employés dans la même entreprise de sécurité.

Décrit comme l'idéologue, Emmanuel Rist a avoué l'assassinat d'un marchand de tapis marocain il y a une dizaine de jours.

Il est également poursuivi, avec Laurent Boulanger, pour une tentative de meurtre. Ils sont soupçonnés d'avoir fait exploser un cabanon de jardin qu'occupait un ouvrier marocain. Une inscription TIWAZ 2882 avait été retrouvée sur les lieux.

Rist collectionne depuis l'âge de 15 ans des objets de la Deuxième guerre mondiale, notamment nazis. Il avoue trois passions : la forêt, les chiens et le troisième Reich. D'origine allemande par son grand-père paternel, il trouve dans la cave de l'un de ses oncles des écrits, et lit ainsi des livres de propagande allemande proclamant l'existence de la "race aryenne". "J'ai repris des phrases pour mes tracts", reconnaît-il.

Cette cellule "TIWAZ 2882 était-elle la branche armée d'une organisation au-dessus de lui ?" Rist refuse de répondre. "Il fantasme", selon Me Renaud Bettcher, son avocat. "TIWAZ", explique-t-il, "est une rune nordico-germanique. Dans la mythologie scandinave, le dieu de la guerre et de l'ordre". Pourquoi 2882 ? "C'était la plaque militaire d'un soldat allemand achetée dans un marché aux armes". Ce soldat a d'ailleurs été identifié.

Un Californien condamné à 24 ans d'emprisonnement pour s'être rendu dans un camp d'entraînement terroriste

 

Un Californien âgé de 25 ans a été condamné lundi 10 septembre à 24 ans de prison pour s'être rendu dans un camp d'entraînement d'Al-Qaïda au Pakistan et pour avoir préparé des attentats aux Etats-Unis.

Hamid Hayat avait été jugé coupable en avril 2006 d'avoir assisté des terroristes et d'avoir menti sur ses activités au FBI. Selon les procureurs, Hayat comptait attaquer des hôpitaux, des banques, des épiceries, ou encore des bâtiments publics en Californie.

Le ministère public avait requis environ le double de la peine qui lui a été infligée lundi, soit 48 ans de prison. Son avocat, Dennis Riordan, a déclaré qu'il ferait appel du jugement qui est intervenu à la veille du sixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001

Le général Petraeus juge possible un retrait limité d'Irak d'ici l'été prochain

 

Le général David Petraeus envisage une baisse limitée des effectifs militaires américains en Irak. Lors d'une audition très attendue devant deux commissions du Congrès à Washington, le commandant des forces américaines en Irak a jugé possible lundi 10 septembre un retour au pays de quelque 30 000 hommes d'ici l'été prochain, un retrait jugé "purement symbolique" par le camp démocrate.

Le militaire a également fait état d'un recul global de la violence dans le pays. "Le niveau des incidents de sécurité a décliné au cours des 12 dernières semaines, et le niveau des incidents de ces deux dernières semaines est le plus bas depuis juin 2006", a-t-il dit.

Se servant de tableaux et de graphiques pour illustrer son propos, le patron des forces américaines en Irak a par ailleurs estimé que l'armée irakienne gagnait petit à petit en compétence et que les Irakiens, progressivement, "assumaient de plus en plus de responsabilités pour assurer leur sécurité".

Nouvelle vidéo d'Oussama ben Laden à venir

 

Al-Qaïda a annoncé lundi 10 septembre la diffusion prochaine d'une nouvelle vidéo d'Oussama ben Laden présentant le testament de l'un des terroristes suicide du 11 septembre, à l'occasion du sixième anniversaire des attentats.

"Bientôt, si Dieu le veut, le testament des attentats contre New York et Washington par Abou Moussab Waleed al-Shehri et présenté par cheikh Oussama ben Laden, Dieu le garde", annonce un bandeau mis en ligne sur un site Internet islamiste régulièrement utilisé par le réseau terroriste et signé Al-Sahab, la branche média d'Al-Qaïda.

Le bandeau montre une image d'Oussama ben Laden portant la même barbe noire et les mêmes vêtements que sur la vidéo diffusée vendredi dernier dans laquelle le chef d'Al-Qaïda appelait les Américains à se convertir à l'Islam.

Le chef du Fatah al-Islam a réussi à s'échapper du camp de Nahr el-Bared

 

Le chef du Fatah al-Islam, Chaker al-Absi, a réussi à s'échapper du camp de réfugiés palestiniens de Nahr el-Bared, contrairement à ce qui avait été précédemment annoncé, a indiqué lundi 10 septembre le bureau du procureur général libanais.

Selon un communiqué du procureur Saïd Mirza, un test ADN pratiqué sur un corps présenté comme celui de Chaker al-Absi par sa femme s'est révélé négatif. L'épouse du chef du Fatah al-Islam avait déclaré avoir identifié de manière certaine le corps.

WWW.JPOST.COM

22:30 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu