Avertir le modérateur

lundi, 10 septembre 2007

Le futur de la Syrie entre les mains d'Assad

Le futur de la Syrie entre les mains d'Assad

Infolive.tv

Aujourd'hui plus que jamais, la Syrie a besoin d'un chef d'Etat compétent. Les événements de ces derniers jours ont révélé le manque d'expérience du président Bashar El Assad. Quelque soit l'option choisie, il doit prendre en compte le fait que s'il prend la mauvaise direction, son régime sera menacé.

WWW.INFOLIVE.TV 

 

23:28 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (1)

Des néo-nazis en Israël

Des néo-nazis en Israël 
La police a autorisé la publication de l’arrestation récente de jeunes israéliens membres d’un groupe néo-nazi.

Suite à une longue enquête, huit Israéliens originaires de l’ex-URSS, ont été interpellés par la police qui les suspecte d’actes de violence, de profanations de synagogues, et de diffusion de textes à caractère nazi. Les suspects qui ont bénéficié de la loi du retour sans être de confession juive, seraient responsables des actes de vandalisme sur la synagogue de Petah-Tikva l’année dernière, ainsi que de nombreuses agressions physiques contre des juifs religieux, des drogués et des travailleurs immigrés.
Le leader de ce groupuscule, Eric Eliahou Boniatov, 20 ans, est arrivé en Israël à l’âge de 10 ans avec ses parents chrétiens, et a obtenu la nationalité israélienne car l’un de ses grands-pères était juif.  Surnommé «Elie, le nazi» , et arrêté il y a un mois à Petah Tikva, il dirigeait un groupe de jeunes - dont certains sont mineurs- , qui militaient pour la «victoire de la race blanche sur les autres races inférieures». Lors des perquisitions effectuées au domicile des suspects, des armes, des uniformes nazis ainsi que des portraits d'Adolf Hitler ont été retrouvés.
Dans une des cassettes filmées d'une agression contre un drogué juif, les membres de cette cellule l'ont contraint à demander "pardon au peuple russe".
"Il est très difficile de croire que des partisans de l'idéologie nazie puissent exister en Israël, mais c'est un fait avéré", a affirmé la commissaire Revital Almog qui a mené l'enquête.
Plusieurs députés ont déclaré vouloir changer la loi du retour afin d’empêcher dans l’avenir que de tels éléments puissent en bénéficier. Le vice-premier ministre Elie Ishay (Shass) a de son coté demandé au ministre de l’Intérieur de retirer la citoyenneté israélienne à ces suspects, ce que Meïr Chetrit a affirmé envisager sérieusement

www.israelsinfos.net 

07:38 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 07 septembre 2007

La grogne des habitants de Sdérot

La grogne des habitants de Sdérot

Société - La grogne des habitants de Sdérot

Société

Quelques habitants de Sdérot sont venus manifester mercredi a Jérusalem pour exprimer leur mécontentement. Privés d’école, les enfants ont répondu présent à l’appel pour exiger la démission du Premier ministre Ehoud Olmert. Certains manifestants ne savent plus à quel saint se vouer. Explication en image. 06/09/07

La Police palestinienne se prépare à faire plier le Hamas

Moyen-Orient - La Police palestinienne se prépare à faire plier le Hamas

Moyen-Orient

Une délégation d'officiers de l'Union Européenne ont entraîné des policiers palestiniens membre de la police du président Mahmoud Abbas. Ces entraînements ont pour objectif de préparer les officiers à l'éventualité d'une confrontation avec les forces du Hamas. 06/09/07

Le porte-parole de l'Eglise orthodoxe de Jérusalem tient de violents propos antisémites

10:04 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (0)

Incident syro-israélien : que veut la Syrie?


Infolive.tv

Ce n'est pas la première fois que la Syrie est victime de sa propre politique. La ville de Sdérot et la région sud-ouest d'Israël sont soumises à un bombardement constant de missiles Kassam qui rend la vie des habitants absolument insupportable. Dans la bande de Gaza, les rampes de lancement de missiles Kassam commandées par des chefs du Jihad Islamique et du Hamas constituent une menace stratégique pour la stabilité de la région et sont de ce fait manipulées et activées par Damas. Il y a un an, lors de la guerre du Liban II, la Syrie a fait la guerre à Israël par le biais du Hezbollah. Aujourd'hui, alors que la région du sud-Liban est sous le contrôle de la FINUL, la Syrie préfère continuer à faire la guerre à Israël par le biais du Hamas et du Jihad Islamique. Si nous voulions simplifier la situation actuelle dans la région, nous pourrions dire que la Syrie fait la guerre à Israël sans vouloir la faire avec Israël. Etrange raisonnement dans la tête des leaders syriens qui continuent à alimenter en armes et en fonds les organisations islamistes radicales qui siègent toutes, sans aucune exception, à Damas. Ce n'est un secret pour personne : dernièrement, le président iranien et d'autres hauts fonctionnaires se sont rendus à Damas pour coordonner les actions militaires des groupes islamistes contre Israël. Du côté israélien, la réponse aux tirs incessants de missiles Kassam est problématique parce qu'elle obligerait quelque part l’Etat hébreu à punir les populations civiles et innocentes -comme d'ailleurs l'est la population civile israélienne-, en opérant militairement dans la bande de Gaza. Il est possible, nous n'avons actuellement aucune information officielle du côté israélien que le gouvernement ait décidé, malgré une tension sérieuse depuis maintenant plusieurs mois avec la Syrie, de lancer un avertissement dont l'envergure est difficile à mesurer, mais qui obligerait les Syriens à expliquer aux caméras et journalistes internationaux qu'ils ont dû tirer vers des avions israéliens qui avaient enfreint l'espace aérien souverain syrien, à la frontière turco syrienne. La Syrie doit prendre conscience que les missiles Kassam sur Sdérot, la non libération des soldats israéliens kidnappés par le Hamas ou le Hezbollah, sont le résultat d'une politique extrêmement dangereuse de la part de Damas et de son gouvernement. Nous l'avons dit un peu plus haut, la Syrie fait la guerre à Israël, mais ne fait pas la guerre avec Israël. Israël ne désire la guerre avec personne pour l'instant, mais comme le dit le vieil adage français, qui espérons-le est également connu en langue arabe et entendu au palais présidentiel de Bashar el-Assad, «un homme averti en vaut deux ». Aujourd'hui, d'une certaine manière qui semble extrêmement intelligente, les Syriens ont reçu un avertissement.

WWW.INFOLIVE.TV 

10:02 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (1)

SYRIE /EDITO GUY SENBEL

Syrie : la diplomatie de la guerre

medium_guy.jpgCette semaine, nous souhaiterions attirer l’attention de nos lecteurs sur les risques d’embrasement entre Israël et la Syrie. Si des déclarations menaçantes voire belliqueuses au sujet du plateau du Golan n’ont pas manqué au cours de l’été, il semble qu’un cap a été franchi dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 septembre.
En effet, jeudi matin, l'armée syrienne a indiqué que des avions israéliens avaient violé l’espace aérien syrien et bombardé des cibles non identifiées sur leur territoire. Le porte-parole de l'armée syrienne a mis en garde « le gouvernement israélien ennemi contre cette agression flagrante et se réserve le droit de réagir de manière appropriée ».

L'armée israélienne n'a pas fait de commentaire après cette annonce, transmise par l'agence Sana, l’agence de presse officielle syrienne. Une enquête a été diligentée par Tsahal, dont les conclusions n’ont pas encore été rendues, mais déjà le Président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset a indiqué qu’Israël « n’était pas sur le pied de guerre ».
De son côté, le ministre de l'Information syrien, Mohsen Bilal, a publié un rapport concernant l'infiltration de l’avion israélien dans l'espace aérien de la Syrie. Aucune information technique n’est donnée, aucun élément précis n’est rapporté, et le rapport conclut simplement que « le président syrien avoue n'avoir aucune confiance dans le gouvernement israélien »… Quant à Bilal, il qualifiait Israël de « traitre qui porte la guerre à ébullition »…

Déjà, jeudi dans l’après-midi, il fallait comprendre que les accusations syriennes alimentent diatribes et polémiques plus qu’elles ne se fondent sur une réalité militaire. Elles contribuent essentiellement à désigner Israël comme un agresseur potentiel dont il faut se méfier… Alors que l’Iran poursuit une nucléarisation dont les représentants israéliens ne savent plus comment convaincre leurs alliés occidentaux des dangers qu’elle représente, et que Gaza tire chaque jour des salves de missiles sur Sdérot et ses environs, le gouvernement syrien a déclaré jeudi soir que la Syrie ne se laisserait pas entraîner dans une guerre dont le moment et la méthode lui seraient imposés par Israël et les Etats-Unis : « Nous avions la possibilité de riposter sévèrement, mais nous avons opté pour la modération »…

Sur le plan diplomatique, les conséquences des fantaisies syriennes risquent de coûter cher à Israël. Romano Prodi, le Premier ministre italien, s’est dit « profondément préoccupé par l’incursion d’avions de chasse israéliens dans l’espace aérien syrien », lors d’une conférence de presse qu’il tenait à Rome en compagnie du vice-président syrien Farouk Al-Chareh, appelant à apaiser les esprits dans la région.

Profitant de la stratégie victimaire syrienne, l’Iran s’est empressé de déclarer qu’elle se tenait prête à offrir toute l’aide nécessaire à Damas ; et si les Américains se sont abstenus de tout commentaire sur le sujet, la Russie a déclaré qu’elle espérait qu’Israël ne ferait plus d’incursion dans l’espace militaire syrien.
En conséquence, plusieurs déclarations israéliennes exprimaient la crainte que de nouveaux contrats d’armements soient signés entre la Russie et la Syrie, insistant sur le fait que « tout ce qui parvient à Damas, parvient finalement au Hezbollah »…

Quant au Premier ministre libanais Fouad Siniora, directement concerné par les dangers de la diplomatie syrienne, redoutant d’être une nouvelle fois associé malgré sa volonté à un conflit armé, il demande à la Syrie de « redoubler d’efforts pour déjouer la contrebande d’armes à destination du Hezbollah », exprimant pour la première fois de façon claire « avoir toujours souligné la nécessité d’un contrôle à la frontière par nos frères syriens »…

Accusé dans un rapport publié cette semaine par l’organisation « Human Rights Watch » d’avoir tiré sur des personnes civiles au cours de la dernière guerre du Liban, alors que dans son précédent rapport, publié la semaine passée, l’organisation de défense des droits de l’homme dénonçait la stratégie du Hezbollah d’utiliser des personnes civiles comme de véritables boucliers humains.
Israël, mène tant bien que mal tous les efforts possibles pour « ramener à la maison » pour le Nouvel an juif ses « garçons » retenus en otage depuis quatorze mois.

L’urgence des pourparlers diplomatiques s’explique sans doute par la pression qu’exerce la Syrie en inventant des scénarios accusant Israël, pour mieux l’entraîner dans un conflit redoutable : comment récupérer les soldats qui croupissent certainement dans la prison de Mazé, celle que Bashar El-Assad avait promis de fermer après la mort de son père, en signe d’apaisement…

Le pape Benoît XVI, qui a reçu Shimon Peres jeudi 6 septembre au Vatican, s’est pour la première fois engagé à intervenir auprès du chef du Hezbollah en faveur de la libération d’Ehoud Goldwasser et Eldad Reguev…
Quant à Guilad Shalit, le Comité International de la Croix Rouge n’a pas réussi à convaincre le Hamas d’autoriser quelque visite.

Depuis quatorze mois, la Syrie continue d’alimenter le Hezbollah en armes et empêche directement toute progression dans les négociations qui visent le retour des soldats kidnappés.
Depuis quatorze mois, la Syrie menace de se venger ou de résister à une imaginaire agression israélienne.
Depuis quatorze mois, la rédaction de Guysen rappelle le désespoir des soldats Guilad Shalit, Eldad Reguev et Ehoud Goldwasser.
Depuis quatorze mois, la Syrie se comporte en « Etat voyou ».

Le premier danger de la « diplomatie syrienne » est bien la guerre. Notre connaissance de la région, nous permet d'affirmer, que nous nous devons de prendre très au sérieux les dernières évolutions entre les deux pays.
Dans les jours ou les semaines à venir, le moindre incident sur le terrain risquera d'entraîner une guerre qui risque d’être terrible, et dont nul ne peut aujourd'hui mesurer les conséquences.

Chabbat Shalom, Chana Tova...

 
Guy Senbel.

WWW.GUYSEN.COM

 

07:31 Publié dans Israel | Lien permanent | Commentaires (1)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu